PROCES-VERBAL Conseil confédéral de la CSN

Сomentários

Transcrição

PROCES-VERBAL Conseil confédéral de la CSN
- 466 -
PROCES-VERBAL
Conseil confédéral de la CSN
Terme 198O-1982
Montréal, les 8-9-10-11-12 décembre 1981
TABLE DES MATIERES
1.
2.
3.
Accréditation des délégués
Adoption de l'ordre du jour
Santé-sécurité
4.
5.
Projet de loi 27
Questions de privilège:
FESP - projet de loi 31
Fer et titane (poursuite)
Traverse du St-Laurent
SECSN - âge de la retraite
Conflits en cours
Election au comité confédéral de santésécurité
Election au comité confédéral du financement public
Représentant des conseils centraux au
CCGN
6.
7.
8.
9.
474
474
474-475480
475-476
.476-477
477
478
478-479
479-480
480
480
481
10.
Organisation FNC
11.
Coup d'état m i l i t a i r e en Turquie - i n t e r vention de Norbert Rodrigue
481-482488
12.
Conseil confédéral élargi
Intervention d'ouverture du président
de la CSN
Perspective et plan d'action
Annexe "A"
Annexe "B"
Annexe "C"
481
483-484485-486487
489-490
492 à 513
514 à 534
535 à 548
- 467 -
CONSEIL CONFEDERAL DE LA CSN
Montréal, les 8-9-10-11-12 décembre 1981
Procès-verbal de la dixième réunion du conseil confédéral de la Confédération des syndicats nationaux, tenue à Montréal, au soussol de l'Eglise St-Edouard, les 8-9-10-11-12
décembre 1981. La réunion débute le 8 à
10h a.m.
PRESENCES:
RODRIGUE Norbert
CARTIER Gisèle
MERCILLE Pierre
AUGER Chrisophe
BEAULIEU Léopold
GAGNON Sylvio
FNSBB
BARBEAU Raymond
LECLERC Yvon
COURTEMANCHE Rénald
BRETON Robert
GIRARD Marcel lin
LAPLANTE Gui 1 do
YELLE Jean-Paul
Commerce
BERUBE Jacques
TREMBLAY Robert
BEAULIEU Jean-Yves
CORSI Dario
GELINAS Jean-Pierre
THIBEAULT Paul
FNEQ
GAUTHIER Claude
LEONARD Pierre
DIONNE Gérard
LEYCURAS Gilles
ROY Shirley
8 déc.
9 déc.
10 déc. 11 déc.
12 déc.
a.m. p.m. a.m. p.m. a.m. p.m. a.m. p.m. a.m. p.m.
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
x_
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
FPSCQ
LARIVIERE Gérard
* Relevé des présences des délégués qui ont signé le registre
1ère séance - 8 décembre a.m.
8ème séance - 10 décembre
2ème séance - 8 décembre p.m.
7ème séance - 11 décembre
3ème séance - 9 décembre a.m.
8ème séance - 11 décembre
Aème séance - 9 décembre p.m.
9ème séance - 12 décembre
5ème séance - 10 décembre a.m.
lOème séance - 12 décembre
p.m.
a.m.
p.m.
a.m.
p.m.
X
X
X
- 468 -
8 déc.
9 déc.
10 déc.
11 déc.
12 déc.
a.m. p.m. a.m. p.m. a.m. p.m. a.m. p.m. a.m. p.m.
FSMMPC
DUPONT Pierre
LEMAY Oliva
RODRIGUE Bouchard
DESROCHES Gérard
PRONOVOST Adélard
LEGARE André
QUESSY Robert
VERVILLE Magella
FTP F
CANTIN Georges
HARVEY Georges
LAMOUREUX Hector
LALANCETTE Edgar
MOREL Alfred
PLAMDNDON Claude
FAS
CORRIVEAU Donatien
GAUTHIER Claude
GAGNON Serge
LAVOIE Jacques
MASSE Simone
CARBONNEAU Claudette
LAURIN Daniel
BERUBE Albert
DESHARNAIS Marcel
DORE Rachel
DION Rémi
WOODS Serge
GUERTIN Pierre
VIVIER Danielle
CHRETIEN Guy
PRINCE Jean-Claude
LEMIEUX Adrien
DEMERS Jean
DAVIAULT Jean-Claude
FESP
VERRET Jacques (s)
LAMONTAGNE Céline
LANOUETTE Pierre
DAIGLE Nicole
JARGAILLE Claude
MORISSETTE Jacques
RODRIGUE Pierre
SYNNOT André
TREMBLAY Raoul
TURMEL Michel
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
x ;'
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
- 469 -
8 dée.
9 déc.
10 déc.
11 déc.
12 dj
a.m. p.m. a.m. p.m. a.m. p.m. a.m. p.m. a.m.J
JVC
MENARD Roger
LACHARITE Serge
RICHARD Roland
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
FNC
LEBORGNE Laval
SECSN
DOUCET Yvon
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
mm
Outaouais
FORGET Serge
BOUCHER Robert
ROY Yves
XXX
XXX
X
XXX
XXX
X
X
XXX
X
X
X
X
XXX
X
X
X
XXX
XXX
Lanaudière
RIVEST Marcel
MENARD Marcel
PARENT François
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
XX
X X X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
Laurent ides
ROBILLARD Alain
JEANSON Alain
LAVALLEE Pierre
Montréal
LAROSE Gérald
LACOSTE Camil
BOULERICE Gilles
DAOUST Real
TANGUAY Jacques
ELLENBERGER Irène
X
X
X
XXX
X
XXX
XXX
Gaspésie
VOISINE Simone
JOHNSON Julie
X
X
XXX
Drummondvi1 le
VIGNEAULT Jean
CHARPENTIER Jacques
LAMOUREUX J.J.
Granby
SURPRENANT Claude
X
X
X
X
XXX
Côte-Nord
DESJARDINS Michel le
PARENT Pierrette
X
X
XXX
X
X
XXX
Sud-Ouest
PRIMEAU Louis
DEMERS Gérald
X
X
X
X
X
X
X
X
X
- hJO -
8 déc.
a . m . p.m.
LEONARD Marcel
LEMIEUX Olivier
LOUMEDE Catherine
L'HEUREUX Pierre
PAQUETTE Pierre
ALFARO Luis (s)
VILLENEUVE Richard
GARANT Suzanne
ORBAN Marguerite
Nord-Ouest
FAUCHER Lionel
BOSSE Jean-Marc
Québec
MURRAY Benoit
BOUCHARD Georges-Henri
THIBAUDEAU Odette
GAGNE Brigitte
POIRIER Germaine
MALETTE François
BARRI A Gui 1lermo
GAGNON Christiane
TREMBLAY Alfred
10 d é c .
a.m. p.m.
11 d é c .
a . m . p.m.
X
X
12 d é c .
a . m . p.m.
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
Bas St-Laurent
LEVESQUE Denise
LANDRY Marcel
BOUCHER Jacqueline
X
Saguenay-Lac St-Jean
MARTEL Jean-Claude
COTE Doris
DIONNE Léon-Maurice
BRASSARD Sylvie
SAVARD Pierre
X
X
X
X
X
Shawînigan
CHATEAUNEUF J-Marc
GELINAS Pierre
BERTRAND Suzanne
X
X
X
X
X
Sherbrooke
DESCOTEAUX Marcel
AUBUT André
CLICHE Janvier
DION Diane (s)
Sorel
MAWN Bernard
GADOURY François
GOULET Hélène
9 déc.
a . m . p.m.
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
•x
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
- 471 -
8 déc.
9 déc.
10 déc.
11 déc.
12
a.m. p.m. a.m. p.m. a.m. p.m. a.rh. p.m. a.m.
R î che1i eu-Yamaska
CLEMENT Marc
LETOURNEAU Jean
x
x
Haut-Rîchelieu
GAUDREAU Michel
Thetford-Mînes
TRUDEAU Jean-Luc
NADEAU Jean-Guy
PAQUET Nazaire
Trois-Rivîères
DESLAURIERS Roger
GIGUERE Conrad
ROY Louise
Victoriavi1 Te
MORISSETTE Clermont
CHAMPAGNE Denis
LAMBERT Lucie
Sept-I les
HAMEL Michel
POTVIN Richard
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
xx
xx
x
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
Assistent aussi aux réunions: Hubert Brunet (AQDR), Hélène Del Veccio (FACEFS),
Eliana Cielo (UTIQ), Louise Chicoyne (.Comité d'appui aux nations: autochtones),
Jeannine - Descoteaux (ADDS) , Alice Gendron (.OPDS) , Clément Roy- (Regroupement des garderies du Québec), Mario Guilbert (RAEU), Marc Vézina (ANEO.) ,
Lucie Lebeuf (CPMO), Marc McDonald (Regroupement Associations étudiantes universitaires), André Lavallée (Regroupement des comités de logements et
associations de locataires), Aline Domingue (SPGQ), Alice Tremblay (CEQ),
Ronald Asselin ( S E M B S A Q ) , André Doucet, Bernard Morin, Yvon Martin, Albert
Collins, N. Séguin, D. Legault, S. Leblond, Gilles Leroux, Normand Gagnon,
Daniel le Laforest, Jules Dufour, Rita Bélanger, Chantale Gagnon, Alain Hébert,
Alfred Tremblay, Jacqueline Cuïllerier, Jean-Paul Cadorette, Gilbert Lebeault,
Jean Chartrand, Real Geoffroy, Normand Gagnon, Gaston Cloutier, Jules Dufour,
Rita Hamel, Jacques Côté, Jacques Bourbeau, Ronald Potvin, I renée Desrochers,
Daniel Giroux (SPGQ), Pierre Beaulne (CEQ), Gilles Thibault (Comité des affaires
sociales Assemblée des évêques du Québec), Reine Gagnon, Denis Champagne,
Lucie Nadeau, Astrid Mignault, Nicole Lacelle, Lina Trudel, Christian Payeur,
Louise Biais, Martine Devault, Diane Lemay, Céline St-Pierre (SPUQ), Nicole
Cousineau, S. Stilitz (Regroupement nucléaire), Louise Biais, Lisette Mclnnes,
Vincent Van Schendel, Madeleine Parent (CSC) , Céline Labrecque, Alain L'Ecuyer,
Bernard Lafleur, Louise Rajotte, Michel Jean, Lise Henri, Richard Gagnon,
Daniel le Gauthier, Laurent Duguay, Martine Bérubé, René Lachapelle, Stella
Anastasakis, Andrée Archambault, Pâquerette Arseneau, François Aubrv Florent
Audette, Huguette Aussant, Marc Bachand, Michèle Bachand, Louise Bacnand,
- 1*72 -
Peter Bakvis, Lise Barry, Normand Bastien, Rolland Beauchamp, Alain
Beaudoin, Guy Beaudoin, Daniel le Beaulieu, Claude Beaupré, Daniel Beauregard, Paul Bêlair, Monique Bélanger, Denis Bellemare, Marcel Bellemare,
Nicole Benjamin, Marcel Benoit, Marie-France Benoit, Clairmont Bergeron,
Jean-Guy Bergeron, Maurice Bergeron, Donald Bernier, André Bilodeau,
Jeanne Bilodeau, Jean-Noël Bilodeau, Guy Bîlodeau, Lionel Biron, Louise
Bisaillon, Gaétan Blouin, Guy Boisvert, Lise Boivin, Louise Bessette,
André Boucher, Maurice Boucher, Jean Bourassa, Reynald Bourque, Marcel
Boutin, Benoit Brais, Nicole Breton, Roi lande Breton, Fernand Brière,
Martial Brissette, Louise Brisson, Céline Brochu, Alain Brouillard,
Normand Brouillet, Richard Brunelle, Denise Brunet, Ivan Bujold, Gaetane
Bureau, Michel Cadorette, J.-Luc Cadieux, Joseph Caron, Lise Castonguay,
Louise Cazes, Nelson Cérat, Suzanne Chabot, France Chantai, Céline Charbonneau,
Robert Charest, Lise Charron, Elie Chevrier, Ginette Chiasson, Hélène
Choquette, Fernande Chrysagis, Gabrielle Lavoie-Clément, Denise Cloutier,
Rosaire Cormier, Aline Côté, Andréa Côté, Jacques Côté, Lucie Courtemanche,
Patricia Couture, Michel Crête, Peter Curtis, Suzanne Cyr, Vincent Dagenais,
Raymonde Danis, Louise De Garie, Sylvie De La Grave, Pierre De Carufel,
Johanne Demers, Diane Deraiche, Jean-Guy Desharnais, Nicol Desmarais,
Adélard Dionne, Normand Dionne, Jean-André Doré, Michel Doré, Claudette
Drapeau, Céline Dubé, Fernand Dumas, Ginette Dupaul, Pierre Durero, Louise
Dutemple, Bernard Fauteux, Alain Ferland, Denis Falardeau, Guy Ferland,
Marc Ferland, Jacques Fleurent,Lise Fontaine, Lisette Fontaine, Michel
Forget, Yves Fortin, Luc Fournier, Roseline Fournier, Nicole Fournier,
Diane Gagné, Serge Gagné, François Gagnon, Gilles Gagnon, Yoland B. Gagnon,
Ginette Galarneau, Lyne Gariépy, Pierre Gaudreau, Michel Gauthier, JeanMarie Gauthier, Jacques Gauthier, Luc Gauthier, Pierre Gauvin, Pierre
Gendron, Claire Germain, Pierre Gervais, Etienne Giasson, Luce Gingras,
Pierre Gingras, Claude Girard, Claude Girard, Gilles Girard, Louise Girard,
Marcel Gilbert, Suzanne Gloutnez, Henri-Paul Gohier, Allen Gotheil, Denis
Goulet, André Gravel, Pierrette Grégoire, Serge Grégoire,Gi1 les Grenier,
Raymond Grenier, Régis Grimard, Clément Groleau, Françoise Guérard, Ghislaine
Guérard, Ginette Guérin, Maurice Guertin, Ghislain Halle, Jacqueline Hamel,
Robert Harpin, Alain Harvey, Roch Hébert, Arsène Henry, Ginette Henry,
Daniel le Hébert, Lise Henri, Nicole Houde, Bernard Houle, Pierrette Houle,
Pierre Hurteau, Antonio Jean, Jean-Jacques Jette, Brigitte Jean, Michel
Keighan, Rénald Labbé, Monique Label le, Louise Laberge, Carole Labrecque,
Pierre Lachance, Robert Lachance, André Lafond, Martial Laforest,
Yves Lagueux, Conrad Lagueux, Francine Lalonde, François Lamarche, Yves
Laneuville, Réjean Langlois, Robert Lanouette, Jean-Paul Lapointe, Gilles
Laporte, Huguette Larivière, Jean-Roch Larose, Suzanne Larose, Luc Latraverse,
Monique Lauzière, Bernard Lauzier, Gilles Laval lée, Johanne Lavigne, A m a n d e
Lavoie, Edgar Lavoie, André Lebel, Monique Lebel, Gisèle Lebeuf, Lucie
Leblond, Benoit Leboeuf, Pierre Leduc, Yves Legault, Michel le Lemay, Huguette
Lemieux, Robert Leparc, Marc Lesage, Jacques Lessard, Michel Lessard,
Yves Lessard, Raymond Levasseur, Andrée Lévesque, Guy Lévesque, Jean-Claude
Lévesque, Laurence Lord, Nelson Lord, Guy Lymburner, Claude Mainville,
Georges-Emile Maltais, Marthe Maltais,Yvon Marchand, Richard Marcotte,
Guy Marsolais, Denis Martel, Rosaire Martel, Céline Martin, Pierre Mascolo,
Huguette Masson, Diane Mathieu, Fernand Matteau, Marius Ménard, Mario Mercier,
Suzanne Miron, Jacques Morand, Claude-André Morin, Françoise Morneau,
Jean-François Munn, Yvan Noël, Paul Ouellet, Andrée-Ann Page, Julien Painchaud,
Daniel Palardy, Michel Paquet, Gaétan Paradis, Jean-Pierre Paré, Hélène
Parenteau, Louise Gagnon-Paulhus, Ginette Pelchat, Ghislain Pelletier,
- 473 -
Gilberte Pelletier, René Pelletier, Marcel G, Pépin, Ariette Perras,
Jocelyne Perreault, Julien Perron, Pierre Petit, Gisèle Plante, Nicole
Plante, Roger Poudrette, Henriette Poulin, Lucien Poulin, Gaston Pouliot,
Daniel Pratte, Charles Prévost, André Racicot, Rachelle Raymond, Jean-René Ré,
Raymonde Réhel, Denyse Renaud, Jacqueline Renaud, Monique Richard, Emile
Riel, Claude Rioux, Michel Rioux, Gilles Robichaud, Alain Robitarlle,
Laurent Rodrigue, Marc Routhier, Claude Roy, Céline Roy, Jean-Marie Roy,
Louis Roy, Rénald Roy, Maurice Sauvé, Michèle Savard, GCsèle Scott,
Daniel Simard, Jean-Pierre Simard, Monique Simard, O y M a Soucy, Marcel
St-Germaîn, Jacques St-Georges, Suzanne St-Germaîn, Jacques St-Vîrrcent,
Raymonde St-Jean, Mary Stewart, Raynald Tardif, Johanne Tassé, Gérard N.
Taylor, Lise Théoret, Gérard Thêriault, Gaston Therrien, Gêrald Thiyierge,
Gilles Thivierge, Claude Toth, André Tremblay, André Tremblai;e, Alfred
Tremblay, Claude-André Tremblay, Fabienne Tremblay-, Madeleine Tremblay»
Jean-Yves Trempe, Roger Trépanier, André Vachon, Dany Vallée, Gilles
Vallerand, Jocelyne Vincent, Micheline Voukirakîs, Kéwal Wass«f, Michael
Wilcox et Giovanni Zallo.
Norbert Rodrigue préside la réunion et Sylvio Gagnon agi.t comme secrétaire.
- 474 -
1.
ACCREDITATION DES DELEGUES
IL EST PROPOSE par Jean-Yves Beaulieu, appuyé par Guy Chrétien,
que les délégués suivants soient accrédités:
Michèle Desjardins (Côte-Nord), François Gadoury (Sorel), J.J. Lamoureux (Drummondville), Claude Surprenant (Granby), Suzanne Garant
(Montréal), Jacqueline Boucher (Bas St-Laurent), Suzanne Bertrand
(Shawinigan), Bernard Mawn (Sorel), Hélène Goulet (Sorel), Camil
Lacoste (Montréal), Luis Alfaro (Montréal), Guillermo Barria (Québec),
Denise Lévesque (Bas St-Laurent), J.-Marc Chateauneuf (Shawinigan),
Michel Gaudreau (Sorel), Michel Hamel (Sept-Iles), Pierre Gélinas
(Shawinigan), Edgar Lalancette (FTPF) et Julie Johnson (Gaspésie).
ADOPTE.
2.
ADOPTION DE L'ORDRE DU JOUR
IL EST PROPOSE par Yves Roy, appuyé par Jean Vigneault, que l'ordre
du jour soit adopté en ajoutant "Organisation FNC".-ADOPTE.
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
Mot du président
Accréditation des délégués
Adoption de l'ordre du jour
Santé-sécurité
Election au comité confédéral de santé-sécurité
Projet de loi 27
Questions de privilège
Conflits en cours
La crise économique - jeudi 10, vendredi 11 et samedi 12
9. Intervention du président
10. Intervention des invités
11. Description de la crise
12. Intervention des invités
13. Analyse de la crise
14. Revendications et plan d'action
3.
SANTE-SECURITE
Stratégie d'action syndicale en santé-sécurité au travail (Annexe "A")
Le sujet est présenté par Gisèle Cartier.
IL EST PROPOSE par Jean-Claude Prince, appuyé par Jean-Jacques Lamoureux, que la première partie du document (pages 492 à 503) "Stratégie d'action syndicale en santé-sécurité au travail" soit adoptée.-ADOPTE.
En amendement:
IL EST PROPOSE par Gérald Larose, appuyé par Camil Lacoste, que l'on
ajoute à la page 12, dernier paragraphe: Cependant la CSN soutient
que les comités paritaires de la loi 17 est le mécanisme prévu par la
loi pour concrétiser la notion de responsabilité partagée (travailleursemployeur) en matière d'accident et de maladie du travail et donc ils
sont à rejeter.-REJETE.
- 475 -
Question préalable:
IL EST PROPOSE par Pierre Gélinas, appuyé par Jean-Jacques Lamoureux, que l'amendement soit mis aux voix immédiatement.-REJETE.
Question préalable:
IL EST PROPOSE par Jean-Marc Bossé, appuyé par Jacqueline Boucher,
que l'amendement soit mis aux voix immédiatement.-ADOPTE.
IL EST PROPOSE par Gérard Larivière, appuyé par Richard Potvin,
que la deuxième partie du document (pages 13 à 21) soit adoptée
avec les amendements apportés.-ADOPTE.
En amendement:
IL EST PROPOSE par François Mallette, appuyé par Guillermo Barria,
ATTENDU le grand nombre de demandes de sessions de formation en
santé-sécurité
ATTENDU que l'intervention concrète la plus urgente se situe au
niveau de la formation tel que mentionné dans le document
ATTENDU le manque de ressource dans certaines régions pour mettre
en pratique des sessions de formation
ATTENDU le nombre restreint de formateurs(trices) disponibles
pour donner ces dites sessions
ATTENDU qu'il est essentiel de former des militants(es), élus et
salariés des fédérations et des conseils centraux, pour les aider
à assumer la tâche en sécurité-santé
QUE soit donnée une ou plusieurs sessions de formateurs en sécurité-santé d'ici l'automne 1982
QU'une invitation à suivre cette session soit envoyée dans les plus
brefs délais; et
QUE ce soit la session de base - prévention-réparation pour formateurs.-ADOPTE.
4.
PROJET DE LOI 27 (Annexe "B")
Le sujet est présenté par François Lamarche.
IL EST PROPOSE par Serge Gagnon, appuyé par Pierre Gélinas:
ATTENDU que le mouvement syndical se bat depuis longtemps pour
l'instauration d'un régime public et universel de services sociaux
et de santé
- 476 -
ATTENDU que l'universalité du régime d'assurance-maladie
et d'hospitalisation est un principe essentiel qui garantit
l'accessibilité aux services de santé pour tous
ATTENDU que le projet de loi 27 remet en question cet acquis
social que constitue l'universalité du régime d'assurance-maladie du Québec
ATTENDU que ce projet de loi subordonne les services de santé
à des considérations budgétaires plutôt qu'aux besoins de la
population
ATTENDU que ce projet de loi s'en prend injustement aux assistés sociaux et aux retraités comme si ceux-ci étaient responsables du choix et du prix des médicaments prescrits
ATTENDU que ce projet de loi soustrait les normes de pratiques
médicales de tout contrôle public et accorde au corps médical
un pouvoir excessif quant à l'utilisation des ressources hospitalières, et ce au détriment des autres groupes de travailleurs
qui jouent aussi un rôle essentiel au sein du milieu hospitalier
ATTENDU que ce projet de loi laisse libre cours au développement
de la pratique privée de la médecine, ce qui est incompatible
avec une véritable politique sociale de la santé publique du
Québec
ATTENDU que le projet de loi accorde des pouvoirs abusifs au
ministre des affaires sociales et à ses représentants régionaux
que sont les CRSSS, niant définitivement le droit pour les usagers
et pour les travailleurs du réseau autre que les médecins, de
participer aux décisions concernant l'organisation et la distribution des services de santé
IL EST RESOLU que la CSN dénonce le caractère anti-social et
anti-démocratique du projet de loi 27 et conséquemment demande
le retrait immédiat de ce projet de loi et réaffirme ses positions
pour l'élargissement des services assurés par la RAMQ, particulièrement tous les médicaments gratuits pour tous, pour le salariat
des médecins et leur intégration complète au réseau public des
services sociaux et de santé pour l'exercice d'un véritable contrôle populaire sur l'organisation et la distribution des services
sociaux et de santé.-ADOPTE.
5.
QUESTIONS DE PRIVILEGE
FESP - projet de loi 31
IL EST PROPOSE par Céline Lamontagne, appuyée par Jacques Morissette,
CONSIDERANT que le projet de loi 31 (réforme du transport scolaire)
a pour but d'éliminer les travailleurs syndiqués de ce secteur
CONSIDERANT que le projet de loi 31 remet en cause tous les
aspects sécuritaires du transport scolaire et qu'il faut éviter
d'autres tragédies comme celle de Dorion en 1974
CONSIDERANT que la loi 31 fournit aux commissions scolaires
une enveloppe fermée pour financer les coûts de transport des
écoliers en les invitant à disposer comme elles l'entendent
des surplus
CONSIDERANT que le projet de loi 31 permet aux commissions scolaires de réouvrir les sous-contrats alors que ces contrats
étaient à toute fin pratique gelés depuis près de huit ans
CONSIDERANT que les travailleurs de ce secteur ont rejeté de
façon unanime le projet de loi 31
IL EST PROPOSE que le conseil confédéral
1 - Rejette le projet de loi 31
2 - Exige un moratoire sur la situation actuelle
3 - Exige la tenue d'une commission parlementaire afin de faire
valoir notre point de vue dans le transport scolaire
4 - Appuie les moyens d'actions que ces syndicats prendront pour
faire reculer le gouvernement.-ADOPTE.
Fer et titane (poursuite)
IL EST PROPOSE par André Légaré, appuyé par Alain Jeanson,
CONSIDERANT que lors du congrès du Conseil central de Sorel,
il a été résolu unanimement une motion d'appui à l'ensemble des
démarches pour contrer la poursuite globale de $140,000. intentée
contre le Syndicat de fer et titane et contre son président Gilles
Lamoureux
CONSIDERANT qu'il faut considérer que cette poursuite des médecins de
la compagnie contre ce syndicat est une attaque ouverte, et à peine
cachée de la compagnie Fer et Titane, elle-même, contre ce syndicat,
dans le but bien évident et bien clair de les intimider et de les
affaiblir dans leur action syndicale
EN CONSEQUENCE nous demandons au conseil confédéral et à tous les
syndicats affiliés d'exiger le retrait de la poursuite de $140,000.
et ceci dans le plus bref délai; de plus nous demandons au conseil
confédéral d'affirmer la reconnaissance des certificats médicaux,
des médecins choisis par les travailleurs, en envoyant des télex
ou télégrammes d'appui sur ces deux points au Syndicat des ouvriers
de fer et titane (CSN).-ADOPTE.
Traverse St-Laurent
IL EST PROPOSE par André Légaré, appuyé par Céline Lamontagne,
CONSIDERANT que les véritables conditions dans lesquelles s'est
soldé "sous menaces constantes de loi spéciale" le conflit de
la Traverse St-Laurent, conflit qui durait depuis près de six
mois
CONSIDERANT que douze travailleurs, en grève légale, ne réclament
que simplement leurs droits à une convention collective décente
Nous demandons au conseil confédéral de dénoncer les articles
parus dans les différents journaux, qui mentionnent qu'il y
avait eu négociation jusqu'à la dernière minute
Nous demandons au conseil confédéral de dénoncer la loi spéciale
qui servait à tout moment de hache sur le cou lors de ces rencontres
De dénoncer d'ici vendredi ces points par une conférence de presse,
à laquelle seront invités l'exécutif de la CSN, le syndicat de la
Traverse St-Laurent et les conseillers employés dans ce dossier,
aux dernières heures de ce conflit.-ADOPTE.
SECSN - âge de la retraite
IL EST PROPOSE par Serge Forget, appuyé par François Mallette;
1. La CSN revendique depuis plusieurs années le déplafonnement
de l'âge obligatoire de la retraite. Des propositions en ce
sens ont déjà été adoptées en conseil confédéral et déposées,
sous forme de mémoire, tant au Sénat canadien, qu'à la Commission parlementaire de l'Assemblée nationale de Québec sur le
projet de loi numéro 15, portant sur les régimes de retraite
2. Cette position de la CSN est basée sur la question fondamentale
des revenus des retraité-es. En effet, discuter de l'âge de
la retraite, sans examiner les revenus avec lesquels les travailleurs et travailleuses prennent leur retraite, ce n'est
que discuter à quel moment l'on deviendra pauvre
Une autre considération sur l'âge de la retraite est l'état de
santé de chaque travailleur, travailleuse
Ce qui mène aux recommandations suivantes:
a)
b)
c)
d)
#
prise progressive de l'âge de la retraite
amélioration des régimes publics (revenu décent)
maintien des pleins bénéfices à l'âge normal de la retraite
déplafonnement de l'âge obligatoire de la retraite
- 479 -
3. Cette question du déplafonnement de l'âge obligatoire de
la retraite n'a pas été débattue lors de la dernière négociation, les données des actuaires nécessaires à ce débat
n'étaient pas disponibles. Dès que ces données furent disponibles, il apparut que le déplafonnement de l'âge obligatoire
de la retraite entraîne une baisse de coût pour les organismes
4. Sans ce déplafonnement de l'âge obligatoire de la retraite,
sauf rare exception, les gens sortent à 60 ans avec une retraite trop mince. Un travailleur ou une travailleuse qui
aurait travaillé durant 25 années sort avec 50% de ses revenus,
non indexés. Cette situation est d'autant plus critique que
les régimes publics entrent en vigueur à l'âge de 65 ans. De
sorte que pour la période de 60 à 65 ans, la plupart de nos
retraités-es se retrouvent dans une situation désastreuse
pour eux et leurs familles.
5. Sachant que cette mesure peut entraîner des difficultés
d'application nous ne proposons pas de déplafonner définitivement l'âge obligatoire de la retraite
QUE la partie confédérale maintienne à son emploi les salarié-es
qui atteignent l'âge de la retraite et qui le désirent, et ce
jusqu'au renouvellement de la convention collective.
Cette résolution n'a pas été adoptée, la résolution suivante
dispose de la question.
IL EST PROPOSE par Nazaire Paquet, appuyé par Pierre Mercille,
qu'un moratoire ait lieu d'ici le prochain conseil confédéral.
Entre temps les deux employés qui doivent être mis à la retraite
demeurent à l'emploi de la CSN. Les deux parties tentent de
s'entendre et l'exécutif de la CSN fait rapport au prochain conseil confédéral.-ADOPTE.
Séance du 9 décembre 1981
6.
CONFLITS EN COURS
Syndicat des travailleurs(euses) de roulottes Unik (CSN)
Alain Jeanson, président du Conseil central des Laurentides donne
un compte-rendu de ce conflit qui dure depuis le 2 septembre 1981.
Syndicat des travailleurs(euses) des abattoirs Billette (CSN)
André Gagnon, président du syndicat, donne un compte-rendu de ce
conflit qui dure depuis le 4 novembre 1981.
- 480 -
Syndicat des travailleurs(euses) de l'industrie du cuir
de Kamouraska
Georges Bouchard, représentant du Conseil central de Québec,
donne des informations sur ce conflit (lock-out qui dure depuis
le 12 octobre 1981.
Syndicat des employés de cafétéria et tabagie des complexes
gouvernementaux "G" "H" "Joffre"
Brigitte Gagné, vice-présidente au conseil central de Québec,
donne des détails sur cette fermeture survenue le 5 décembre 1981
Syndicat des employés de l'agence provinciale
Des explications sont aussi données sur ce conflit.
IL EST PROPOSE par Rolland Richard, appuyé par François Mallette,
que le conseil confédéral de la CSN accorde son appui total et
entier à tous les travailleurs et travailleuses affiliés en conflit présentement, particulièrement ceux et celles qui sont venus
nous présenter leur conflit au cours du présent conseil confédéral. -ADOPTE.
IL EST PROPOSE par Léon Maurice Dionne, appuyé par Céline Lamontagne, que la CSN fasse toutes les démarches nécessaires afin que
l'article 45 du Code du travail soit modifié de façon à créer
les mêmes obligations entre sous-contractants que lorsqu'il y a
transfert des opérations comme c'est le cas pour la vente ou la
cession d'entreprise.-ADOPTE.
SECURITE-SANTE (suite)
Le conseil confédéral étudie l'annexe (page 5 1 3 ) du document
intitulé Stratégie d'action syndicale en santé-sécurité au travail
IL EST PROPOSE par Lionel Faucher, appuyé par Dario Corsi, que
toutes ces questions soient évaluées par l'exécutif et le comité
confédéral de santé-sécurité et qu'un rapport soit présenté au
conseil avant le prochain congrès de la CSN.-ADOPTE.
7. ELECTION AU COMITE CONFEDERAL DE SANTE-SECURITE
IL EST PROPOSE par Edgar Lalancette, appuyé par Claude Plamondon,
que le conseil confédéral entérine l'élection d'Alfred Morel au
comité confédéral de santé-sécurîté.-ADOPTE.
8. ELECTION AU COMITE CONFEDERAL DU FINANCEMENT PUBLIC
IL EST PROPOSE par Jean Vigneault, appuyé par Yvon Leclerc, que le
conseil confédéral entérine l'élection de Laval Leborgne, Jean-Guy
Nadeau et Camil Lacoste au comité confédéral du financement public.-ADOPTE.
- 481 -
9. REPRESENTANT DES CONSEILS CENTRAUX AU CCGN
IL EST PROPOSE par J.Jacques Lamoureux, appuyé par Richard Potvin,
que le conseil confédéral entérine la nomination d'André Légaré comme
représentant des conseils centraux.-ADOPTE.
10.
ORGANISATION FNC
IL EST PROPOSE par Jean-Claude Martel, appuyé par Serge Forget,
que le conseil confédéral demande à l'exécutif de la CSN de s'en
tenir aux décisions du conseil confédéral de septembre 1979 en
ce qui regarde le service d'organisation et que pour ce faire:
1. les demandes d'organisation suivent la procédure décrite
dans le document adopté par le conseil confédéral de 1979
de telle sorte que ce service demeure réellement confédéral
2. que le salarié actuellement affecté exclusivement à la campagne de syndicalisation soumise par la FNC soit retiré et
que l'évaluation de la nomination suive son cours normal et
soit faite avec diligence par le vice-président responsable
et le service concerné.-REJETE par la suite
Question préalable:
IL EST PROPOSE par Michel le Desjardins, appuyée par Richard
Potvin, que la résolution soit mise aux voix immédiatement.-REJETE.
Question préalable:
IL EST PROPOSE par Adélard Pronovost, appuyé par Jean Vigneault,
que la résolution soit mise aux voix immédiatement.-ADOPTE.
La procédure a été suivie.
11.
La proposition principale est rejetée.
COUP D'ETAT MILITAIRE EN TURQUIE - INTERVENTION DE NORBERT RODRIGUE
Le 12 septembre 1980, un coup d'état militaire se faisait en
Turquie. Ce coup d'état venait à la suite d'exigences, du Fonds
monétaire international de"ramener l'ordre social" dans le pays
ainsi que "l'amélioration de la situation économique".
Cette junte militaire a lancé un programme d'amélioration de
l'ordre public et "d'assainissement" de l'économie turque sous
la direction du vice-premier ministre Turgut Ozal, ce dernier
collabore étroitement avec les spécialistes du FMI. Les représentants de 260 banques privées internationales, réunis à Londres,
viennent de témoigner concrètement leur confiance dans les "bonnes
intentions" d'Ozal en décidant la consolidation de 3,2 milliards
- 482 -
de dollars de dettes turques dont les échéances seront reportées
de 7 à 10 ans. En même temps l'OCDE et le FMI sont sur le point
d'accroître leur assistance économique de façon substantielle.
Depuis la prise du pouvoir par les militaires, la classe ouvrière
se trouve complètement privée de ses moyens de défense. Les grèves
sont strictement interdites et la grande centrale syndicale de
gauche DISK a été dissoute par décret. Tous ses dirigeants de tous
les niveaux, plus de 13,000, ont été emprisonnés. Le procureur
de l'état de siège d'Istanbul a exigé la peine de mort pour 52 dirigeants de cette organisation si active avant le coup d'état.Le procès a commencé le 24 décembre mais on sait tous qu'un procès
mené par des militaires c'est expéditif.
Quels sont les "crimes" de ces syndicalistes qui ne se sont jamais
livrés à des "actes terroristes"? Voici quelques-unes des actions
"subversives" qui leur sont reprochées:
o 6 septembre 1976
Tentative de déclenchement d'une grève générale contre l'institution des tribunaux d'exception
o 20 mars 1978
Tentative de grève générale contre la montée du fascisme, après
l'assassinat de 7 jeunes progressistes de l'Université d'Istanbul
par les membres du Parti d'action nationaliste
o 30 avril 1980
Ralentissement et arrêt de travail, sur le plan national, en
signe de protestation contre l'interdiction, par le commandement
de l'état de siège, de fêter le 1er mai.
o "Attitude" adoptée lors de la signature de conventions collectives
"aggravant la situation économique du pays".
Inutile de rappeler que les grèves et la négociation des conventions collectives étaient parfaitement légales avant l'arrivée
de la junte au pouvoir.
- 483 CONSEIL CONFEDERAL ELARGI - Séance du 10 décembre 1981
12. INTERVENTION D'OUVERTURE DU PRESIDENT DE LA CSN
Je veux saluer tous les invités et leurs organisations qui
ont accepté d'être présents à ce conseil confédéral élargi.
L'idée de ce conseil confédéral élargi aux autres groupes
syndicaux et populaires a germé progressivement dans nos instances depuis le dernier congrès confédéral de juin 1980.
Nous avons, au cours du congrès, identifié le droit au travail,
la lutte au chômage donc, comme une très grande priorité pour
notre mouvement. Les autres organisations syndicales ont elles
aussi compris la nécessité de cette lutte et ont organisé des
réunions thématiques portant sur la retraite, les travailleurs
immigrants, le droit au travail. Les organisations populaires
se sont développées autour des préoccupations spécifiques qu'engendrent les diverses manifestations de la crise économique.
Avec la publication de notre plate-forme sur le droit au travail, nous affirmons:
"Plus d'usines ferment. Plus d'entreprises font faillite.
Les mises-à-pied collectives se succèdent à un rythme inquiétant. Les travailleurs et travailleuses subissent depuis plusieurs années les effets de la crise économique sur
1'emploi."
Nous avons alors proclamé:
- le droit au travail pour toute personne désireuse
de travailler
et capable
- le droit à un travail stable, rémunérateur, conforme à ses
aspirations et aptitudes, dans des conditions décentes
- le droit à l'embauche et aux conditions de travail non-discriminatoires
- le droit absolu de disposer librement de sa force de travail:
comprenant le droit de grève, le droit de refuser de travailler dans des conditions dangereuses, le droit de refuser du
travail supplémentaire
- le droit à la liberté syndicale nécessaire à la sécurité d'emploi
- le droit à l'information sur tout ce qui concerne les entreprises, les finances publiques, sur l'organisation générale
de la vie économique
- le droit au revenu garanti
- les droits nécessaires pour contrer les fermetures et les licenciements collectifs ou en minimiser les effets.
-484-
Nous avons affirmé dans notre plate-forme que "la lutte
contre le chômage s'insère dans un projet de reprise en main
par les travailleurs de l'ensemble de l'économie."
De même immédiatement après l'approbation par le congrès confédéral de la constitution du comité de coordination des négociations, il est devenu évident pour le secteur privé, pour
le secteur public, pour les régions qu'une action syndicale
efficace en ces temps de crise économique exigeait de comprendre les causes et manifestations de la crise, posait la nécessité d'en dégager une analyse du point de vue des travailleurs
et travailleuses et des classes populaires et conduisait naturellement à l'élaboration d'une stratégie revendicative et
d'action pour contrer la crise.
Il est ainsi apparu évident aux instances de notre mouvement
qu'une jonction des deux démarches s'imposait et que cette
démarche nécessitait de développer le plus large front de solidarité. Nous sommes ici ensemble pour poursuivre et donner un
sens encore plus percutant à la lutte des travailleurs et travailleuses et des couches populaires contre la crise économique
qui nous agresse.
Le congrès du Parti québécois
Je veux, avant d'aborder plus particulièrement les objets de ce
conseil, traiter d'événements récents qui ont un effet sur la
vie démocratique de notre peuple et qui dépassent largement les
seules instances du Parti québécois. Je fais référence particulièrement au mode d'accès à la souveraineté décidé par ce parti
à son dernier congrès.
Toutes les décisions de la CSN relatives à la question nationale
ont posé comme exigence préalable et fondamentale une plus grande
démocratie et une démocratie plus réelle.
Nous avons d'abord affirmé dans le cadre du débat sur la loi 92
que, si la consultation référendaire devait être limitée, il en
était autrement lorsqu'il s'agissait pour un peuple de convenir du
cadre constitutionnel dans lequel il décide de vivre et de s'épanouir. Puis en congrès confédéral portant sur la question nationale
nous avons décidé:
"La CSN s'inscrit dans une démarche d'appropriation par le peuple québécois des pouvoirs et institutions politiques, économiques et culturelles; cette appropriation nécessite la démocratisation de ces pouvoirs et institutions."
et nous avons aussi décidé:
"l'élargissement de la capacité d'intervention démocratique
des classes populaires".
- 485 -
Ces exigences que nous avons acceptées pour que non seulement la démocratie formelle soit scrupuleusement respectée
mais encore pour que la démocratie s'élargisse, qu'elle prenne
tout son sens, qu'elle s'impose partout, dans chaque activité
de la vie du peuple sont incompatibles et contraires avec
une proposition qui assure la souveraineté nationale du peuple
québécois par simple majorité de sièges.
La question nationale n'appartient pas aux seuls partis politiques et députés qu'ils siègent à Ottawa ou Québec.
Le projet politique que nous avons défini en tant que mouvement
syndical s'oppose tout naturellement à cette résolution du
Parti québécois.
Réponse à l'offre de René Lévesque
S'il n'avait été presqu'entièrément occupé par là question nationale, le congrès du Parti québécois aurait été appelé à réfléchir et décider des problèmes économiques qu'engendrent la
crise. Notamment d'une "offre", s'il est possible de désigner de
cette façon la demande faite par le premier ministre, aux travailleurs et travailleuses du secteur public de céder au gouvernement leur part d'enrichissement collectif pour la période du
mois de juillet 1982 à décembre 1982.
Au printemps 1980, le ministre Parizeau se vantait d'une épargne
de $800 millions prélevés sur le salaire des employés du secteur
public.
Peu après, aux prises avec les effets persistants de la crise,
il affirmait que les syndiqués devaient se serrer la ceinture et
coupait dans les acquis sociaux que représentent les services
publics, les prestations sociales et augmentait les taxes régressives qui touchent directement la population.
Comme dans la fable de Lafontaine, "Les animaux malades de la
peste" il fallait au gouvernement un coupable et cet accusé, jugé
sans procès et déjà condamné ce sont les employés de l'Etat.
On coupe donc les postes, on veut par législation réduire les
fonds de pension négociés, on met en cause la sécurité d'emploi,
on tient pour suspect les bénéfices marginaux négociés par les
travailleurs et travailleuses. Aujourd'hui, nouveau châtiment,
on s'attaque aux salaires.
Il importe peu aux yeux de ce juge qui, il faut bien se le rappeler, est partie à la négociation, que les salaires des employés
de l'Etat aient progressé au même rythme que les salaires des
travailleurs syndiqués du secteur privé; il importe peu à ce juge
et partie que ses propres experts en arrivent à la même conclusion
que nous; il importe peu à ce juge et partie que depuis dix ans
l'accusé, déjà jugé et condamné, ait lutté pour réduire les inégalités, pour réduire les écarts, pour éliminer toute discrimination.
-486 -
Peu lui Importe à ce juge et partie que ses politiques fiscales favorisent les privilèges et que les profits des compagnies soient les moins taxés au Canada (comme nous le verrons
dans les documents d'analyse).
Peu lui importe puisqu'il tient le coupable. Devant les problèmes
financiers de l'ordre d'un milliard, il voudrait que les salariés
renoncent à un enrichissement qu'il estime à $100 millions.
Que sont
Que sont
Que sont
Sont-ils
devenues les politiques sociales?
devenus les projets sociaux?
devenus les objectifs sociaux-démocrates?
malades de la peste eux aussi?
Le mouvement syndical a proposé des éléments de solution susceptibles de soulager la partie de la population la plus durement
frappée par la crise:
-
une caisse de stabilisation de l'emploi
un régime adéquat de pension
la nationalisation des fonds de retraite et d'assurance
un accès large à la syndicalisation
une fiscalité équitable et distributive
le développement des services publics en fonction des besoins.
Il m'apparaît que le premier ministre doit répondre à ces questions
pressantes avant même de procéder à l'exécution du coupable qu'il
a désigné.
La solution des capitalistes
Devant le chômage persistant, devant une inflation qui atteint de
nouveaux sommets et devant des taux d'intérêt démentiels qui entraînent des coûts prohibitifs à la consommation et au logement,
le gouvernement Trudeau propose un budget qui ne modifie rien. Quelques échanges de bons procédés pour les mieux nantis, taxation d'abris
fiscaux et détaxation simultanée des hauts salaires; quelques artifices teintés d'ironie, aide aux propriétaires de maison en avalisant
un régime de report des intérêts qu'appliquait déjà les banques;
réduction des paiements de transfert aux provinces, augmentant
d'autant les tensions que supportent les travailleurs et consommateurs des services publics.
100,000 travailleurs et travailleuses se sont rendus jusqu'à Ottawa,
centre des principaux leviers économiques et lieu du pouvoir économique, pour protester et dire leur indignation devant l'immobilisme
complice des politiciens fédéraux. Complicité avec les banques;
complicité avec les grands capitalistes, les multinationales, complicité avec ceux qui augmentent leurs profits et concentrent les
capitaux.
- 487 -
Après cette manifestation h i s t o r i q u e , le gouvernement fédéral
a décidé de poursuivre sa p o l i t i q u e monétariste.
L'expression
"poursuivre sa p o l i t i q u e monétariste" est trop f o r t e ; en f a i t ,
i l s ' a g i t p l u t ô t pour le gouvernement central de suivre la pol i t i q u e monétariste de Reagan. Cela f u t exprimé clairement par
Monsieur Gérald Bouey, directeur de la Banque du Canada, qui
a f f i r m a i t que les taux d ' i n t é r ê t n'étaient pas trop élevés,
qu'au contraire i l s pourraient encore augmenter et que l ' i n f l a t i o n s e r a i t jugulée si les t r a v a i l l e u r s cessaient de revendiquer
des augmentations de s a l a i r e pouvant atteindre 10%. Quelques
jours plus t a r d , le cabinet fédéral augmentait le s a l a i r e du
citoyen Bouey de $95,000. à $104,500., ce q u i , par un malheureux
hasard, représente une augmentation de 10% exactement!
Ottawa combat l'inflation non le chômage qui ne constitue pas
sa priorité.
Encore plus, le gouvernement central a décidé de laisser tomber
le contingentement sur les chaussures de cuir qui constitue un
secteur qui emploie beaucoup de main-d'oeuvre et qui est concentré au Québec. Le résultat net sera un chômage accru.
Constatant sans doute qu'il y a vraiment beaucoup trop de chômeurs le gouvernement d'Ottawa s'apprête, selon un rapport d'un
comité de travail sur le régime d'assurance-chômage, d'effectuer
une quatrième coupure depuis 1975 qui se traduirait par une baisse
des prestations de l'ordre de $220. millions par année. Ces
bénéficiaires deviendront alors dépendants des prestations sociales que le partage constitutionnel attribue aux provinces.
Le gouvernement Lévesque sous prétexte de réformes omnibus comme
nous l'avons vu à propos de la loi 27, fait adopter des mesures
qui touchent directement la population indistinctement de ses
moyens... hausse du coût de l'électricité par le bill 16...
hausse du coût de l'essence par le "mini" budget... diminution
constante des services.
Conclusion
Nous devons réagir. Nous devons entreprendre les actions syndicales
qui s'imposent. Nous devons établir les conditions nécessaires
pour que réussisse une alternative politique élaborée à partir de
notre propre condition syndicale et sociale.
Si nous savons apporter un grand soin à décrire et comprendre la
crise, si nous savons faire partager nos analyses aux travailleurs
et travailleuses dans nos syndicats, si nous nous assurons de développer la plus grande unité syndicale et populaire, alors nous
tous serons en mesure d'avancer le point de vue des classes populaires et d'infléchir les politiques gouvernementales en fonction
de nos intérêts.
Nous avons tous l'obligation d'amorcer ce projet syndical et populaire!
- 488 -
Intervention de la camarade Alice Tremblay, représentante de
la CEQ.
Marcel Gilbert présente la première partie du document sur la crise
"Trois années dans la vie d'une crise".
Marc Lesage présente le document "Pour le droit à un travail stable,
rémunérateur, conforme à ses aspirations et ses aptitudes dans des
conditions décentes".
Suggestion:
pour permettre les débats dans les syndicats un guide
d'animation devrait être préparé et diffusé dans les
organismes.
COUP D'ETAT MILITAIRE EN TURQUIE (suite)
La situation en Turquie est expliquée par Norbert Rodrigue.
IL EST PROPOSE par Norbert Rodrigue, appuyé à l'unanimité,
que la CSN et ses organismes affiliés demandent au gouvernement canadien (Premier ministre et ministre des affaires
extérieures) d'intervenir auprès des autorités turques,
auprès du comité des libertés syndicales de l'OIT et auprès de
la Commission des droits de l'homme des Nations unies.
Séance du 11 décembre 1981
Intervenants:
Louise Chicoyne du Comité d'appui aux nations autochtones
Jeannine Descoteaux de l'ADDS
Eliana Cielo de l'UTIQ.
Alice Gendron de l'APDS. Un appui unanime du conseil confédéral
est donné à ce groupe pour la lutte qu'il livre (occupation des
bureaux du ministre Charron).
Hubert Brunet de l'AQDR
Hélène Del Veccio de la FACEFS
Monique Simard et Astrid Migneault présente le document "Les conséquences de la crise sur les femmes".
Claude Rioux présente le document "Le tiers-monde en temps de crise
économique".
Intervenants:
Mario Guilbert de la RAEU
Marc Vésina de l'ANEQ
- 489 -
Le document "L'insécurité d'emploi" est présenté,
Marcel Gilbert présente le document "A la recherche des origines".
IL EST PROPOSE par Jean-Claude Martel, appuyé par Marcelin Girard,
que l'on ajourne.-REJETE,
Séance du 12 décembre 1981
Le président Norbert Rodrigue signale la présence de Madeleine Parent
de la Confédération des syndicats canadiens ainsi que Clément Roy du
Regroupement des garderies.
Perspectives et plan d'action
Christophe Auger présente ce document.
IL EST PROPOSE par Jean-Pierre Gélinas, appuyé par Adrien Lemieux,
que la première partie du document (page 1 à 9) "Perspectives et
plan d'action" soit adoptée avec les amendements apportés.-ADOPTE,
Inclure à la page 7, à l'item 2-a), sans que ce soit un amendement,
ce qui suit:
Que le choix de l'investissement fédéral et provincial dans le secteur
énergétique devrait être fait en fonction des besoins sociaux et économiques de la population québécoise.
En amendement:
IL EST PROPOSE par Pierre Rodrigue, appuyé par Nicole Daigle,
de biffer à la page 9, 4e paragraphe, "y compris la négociation".AMENDEMENT EST RETIRE.
Question préalable:
IL EST PROPOSE par Jean-Marc Chateauneuf, appuyé par Pierre Gélinas,
que l'amendement soit mis aux voix immédiatement,-REJETE.
Question préalable:
IL EST PROPOSE par Léon Maurice Dionne, appuyé par Paul Thibeault,
que l'amendement soit mis aux voix immédiatement,-REJETE,
Le conseil confédéral est d'accord pour changer le texte à la page 9,
4è paragraphe, et qui se lirait comme suit:
Ajouter "ponctuelle" après négociation.
- 490
-
Ajouter à la fin du paragraphe:
Nous regarderons au prochain congrès de la CSN si la voie de
la négociation nationale peut être un moyen pour atteindre nos
objectifs.
En amendement:
IL EST PROPOSE par Brigitte Gagné, appuyée par Germaine Poirier,
d'intégrer, à la page 7 "Luttes aux inégalités":
Que la CSN maintienne dans ses priorités les revendications des
femmes, des autochtones, des immigrants(tes), des handicapés, des
retraités, en les intégrant dans les plate-formes de revendications
plus globales.-ADOPTE.
Question de privilège:
IL EST PROPOSE par Sylvie Brassard, appuyée à l'unanimité que
le conseil confédéral dénonce l'orientation sexiste du Journal de
Montréal.-ADOPTE.
IL EST PROPOSE par Pierre Gélinas, appuyé par Jean-Jacques Lamoureux, que la deuxième partie du document (page 10 à la fin) "Plan
de mobilisation et d'action" soit adoptée avec les amendements
apportés.-ADOPTE.
Ginette Galarneau présente l'enquête sur la détérioration de vie
des travailleurs(euses). Une démarche militante à entreprendre.
En amendement:
IL EST PROPOSE par Gérald Larose, appuyé par Roger Deslauriers,
d'ajouter à la page 14, item 4. "et réaliser une action concertée
de toutes les régions" et à l'item 6 "et immédiatement précédé
d'une semaine d'activités intensives, locales, sectorielles, régionales etc. et concerté sur le plan national.-ADOPTE.
Question préalable:
IL EST PROPOSE par Shirley Roy, appuyée par Paul Thibeault, que
l'amendement soit mis aux voix immédiatement.-ADOPTE.
En amendement:
IL EST PROPOSE par Nicole Daigle, appuyée par Germaine Poirier,
que le 8 mars devienne une activité prioritaire pour tous les
militants et militantes pour toutes les régions autour des revendications spécifiques des femmes.-ADOPTE.
En amendement:
IL EST PROPOSE par Donatien Corriveau, appuyé par Daniel le Vivier,
qu'un comité de coordination soit formé de deux représentants
des conseils centraux, deux des fédérations (privé, public) et
deux du comité exécutif de la CSN.-ADOPTE.
En amendement:
IL EST PROPOSE par André Légaré, appuyé par Alain Robillard, que
le conseil confédéral de février étudie la possibilité de tenir
une manifestation nationale à Québec.
Motion de référence:
IL EST PROPOSE par Shirley Roy, appuyée par Jean-Marie Bossé,
que cette résolution soit référée au comité de coordination.-ADOPTE,
IL EST PROPOSE par Léopold Beaulieu, appuyé par Alfred Morel, que
les dépenses additionnelles
au fonctionnement habituel de la
centrale pour la réussite du plan d'action proposé soient affectées
au FDP aux divers postes concernés.-ADOPTE.
Dissidence du conseil central des Laurentides sur la première
partie (page l à 9) du document "Perspectives et plan d'action".
NORBERT RODRIGUE
Président
SYLVIO GAGNON
Secrétaire général
- 492 -
Annexe "A"
STRATEGIE D'ACTION SYNDICALE
EN SANTÉ SÉCURITÉ AU TRAVAIL
RAPPEL DU MANDAT
Le conseil confédéral de juin 1981 a confié à l'exécutif de la CSN le mandat
de prendre "la responsabilité d'élaborer une stratégie globale d'action syndicale en matière de sécurité-santé, en conformité avec les positions adoptées
et en collaboration avec le comité confédéral de sécurité-santé", et de la soumettre aux instances avant la fin de l'année.
L'ACTION SYNDICALE EN SANTÉ-SÉCURITE
II suffit de jeter un coup d'oeil sur les pancartes des grévistes, ceux d'hier
comme ceux d'aujourd'hui, pour constater que les préoccupations de santé
et de sécurité ont toujours été présentes chez les travailleurs et travailleuses.
Mais comme la première condition pour vivre en santé est de pouvoir se
nourrir adéquatement et d'avoir le temps de refaire ses forces, les revendications syndicales ont, bien sûr, d'abord porté sur l'augmentation des salaires
et la réduction de la journée de travail.
Puis vinrent les luttes plus directement reliées à des conditions dangereuses
particulières, comme la poussière et la vitesse des cadences. Dès 1916 lors
de leur première grève, les mineurs de Thetford savaient que la poussière
d'amiante les rendait malades, et ils réclamaient une enquête sur leurs conditions de travail. En 1937, les 9 000 grévistes de la Dominion Textile dénonçaient l'accélération des machines ("speed-up"), cause de surmenage. En
1957, les grévistes de l'Alcan à Arvida dénonçaient le travail à boni, cause
d'accidents.
LES REVENDICATIONS LÉGISLATIVES
Parallèlement à leurs luttes, et devant la difficulté d'obtenir des améliorations sensibles aux
c o n d i t i o n s de t r a v a i l , même au p r i x de longues g r è v e s ,
les syndicats ont toujours réclamé des lois pour garantir des conditions
minimales applicables à tous.
- 493 -
2
Ainsi la première loi des manufactures adoptée au Québec en 1885 fixait-elle
à 10 heures par jour et à 60 heures par semaine la durée maximum du travail
des femmes et des enfants. En 1909, une autre revendication constante du
mouvement ouvrier conduisait à l'adoption d'une première loi des accidents
du travail par le gouvernement québécois, fixant à 50 pour cent du salaire
l'indemnité que l'employeur devait verser en cas d'incapacité totale suite à
un accident. En 1921, le premier congrès CTCC-CSN réclamait que les compensations prévues à cette loi "soient étendues à tous les employés rémunérés". Dans les années qui suivirent, la CTCC-CSN fit front commun avec fes
syndicats "internationaux" pour que les maladies du travail soient compensées au même titre que les accidents, ce qui fut acquis en 1931.
Comme aujourd'hui cependant, les différentes lois qui ont jalonné l'histoire
des luttes en santé-sécurité satisfaisaient rarement le mouvement syndical,
qui continuait d'en réclamer l'amélioration en même temps que l'application.
LA MULTIPLICATION DES LUTTES
Aujourd'hui, la multiplication des conditions dangereuses de travail découlant des nouvelles technologies et nouveaux procédés de fabrication donnent
davantage d'ampleur aux luttes syndicales pour la santé-sécurité. Le nombre
d'agents agresseurs augmente avec une rapidité incroyable dans tous les milieux de travail, même dans ceux qu'on croyait traditionnellement épargnés
comme les bureaux.
En 1973 aux Etats-Unis, on estimait à 12 000 le nombre de produits chimiques utilisés dans l'industrie, et à 500 le nombre de nouveaux produite qui
s'ajoutaient chaque année. A peine cinq pour cent d'entre eux étaient réglementés par des normes d'exposition. (Source: Livre blanc sur la santé et la
sécurité au travail).
Rien n'indique que la situation soit sensiblement différente au Québec, si ce
n'est que les normes sont parfois moins sévères.
L'EFFET
COMBINÉ DE PLUSIEURS CONDITIONS DANGEREUSES
Quand on considère l'effet combiné de plusieurs agents agresseurs, comme le
bruit, la poussière, les produits toxiques, la chaleur, le froid, l'humidité, les
cadences, le stress, etc., on comprend que les accidents du travail ne cessent
d'augmenter, ce que viennent d'ailleurs confirmer les statistiques officielles:
—3
un accident avec perte de temps de plus d'un jour à toutes les 122 secondes
en 1960, un à toutes les 110 secondes en 1970, un à toutes les 43 secondes
en 1978. (Source: Allocution du vice-président de la Commission des accidents du travail, Jean-Marc Jodoin, en décembre 1978).
Quant aux maladies du travail, le phénomène est plus difficile à mesurer
parce qu'elles se développent souvent sur une période de 15 à 20 ans, et que
très peu sont reconnues comme telles et compensées par la Commission de la
santé et de la sécurité au travail. Cependant, les travailleurs et travailleuses
savent d'expérience qu'ils vieillissent et meurent prématurément à cause des
conditions dans lesquelles ils travaillent.
LES OBJECTIFS DES LUTTES SYNDICALES SE PRÉCISENT
Les luttes syndicales pour la santé-sécurité se sont donc multipliées à mesure
que se multipliaient les conditions dangereuses de travail. Elles sont également devenues plus précises dans leurs objectifs, et ont conduit à des clauses
de convention collective permettant aux travailleurs et travailleuses de mieux
défendre leur intégrité. Par exemple, cette clause négociée par le syndicat de
Gaz Métropolitain;
" L'employeur doit utiliser les moyens nécessaires à l'établissement et au maintien des conditions et méthodes de travail assurant la
santé et la sécurité des employés.
Un employé qui croit découvrir une situation dangereuse ou
pouvant s'avérer dangereuse, soit pour sa sécurité, soit pour celle des autres employés, soit pour celle du public doit en aviser son contremaître,
et tant que celui-ci n'aura pas démontré d'une manière satisfaisante à
l'employé l'absence du danger, l'employé peut refuser d'accomplir le travail sans perte de traitement. "
L'objectif syndical recherché par cette clause est clair: amener l'employeur à
éliminer les dangers à la source, et permettre d'arrêter de travailler dans une
situation dangereuse, sans perte de salaire, et tant que le danger n'a pas été
éliminé.
Mais comme les employeurs ont toujours caché les dangers, les syndicats en
sont venus à revendiquer le droit d'enquêter eux-mêmes sur toute matière
relative à la santé-sécurité. L'exemple le plus éloquent de la nécessité du
droit syndical d'enquête est sans doute celui de l'amiante. Dès 1918, les compagnies d'assurance cessaient de vendre des polices individuelles aux travailleurs de l'amiante parce que leurs statistiques indiquaient qu'ils mouraient
- 495 -
- 4 plus jeunes que les autres. Les employeurs ne pouvaient ignorer ce fait, et
bien que par la suite, plusieurs recherches aient démontré le danger de
l'amiante, ils ont toujours tenté d'en nier ou d'en minimiser les effets sur la
santé des travailleurs, comme cela a été largement démontré.
L'insuffisance des compensations ne permettant pas de vivre décemment, les
syndicats ont aussi été amenés à revendiquer la pleine sécurité de revenus
pour les victimes d'accidents et de maladies du travail. Et cela d'autant plus
que dans le cas des maladies, la majorité des demandes d'indemnisation sont
refusées par la GSST: 5 254 demandes refusées sur 6 604 en 1977, soit 79,6
pour cent de refus.
Enfin, puisque les travailleurs et travailleuses ont appris à se méfier dés mettecins patronaux qui selon le Conseil du patronat devant la Commission parlementaire sur la loi 17, sont des gestionnaires comme les autres qui défendent
l'intérêt de l'employeur, les syndicats en sont venus à réclamer que ce soit le
diagnostic du médecin traitant qui détermine le droit à la compensation pour
accident ou maladie du travail.
Voità les problèmes concrets à partir desquels faction syndicale en santésécurité s'est développée depuis quelques années. A la CSN, l'orientation
qu'ont prise les luttes a été consignée dans une clause-type adoptée par le
conseil confédéral d'octobre 1978. Elle est fondée sur le principe général de
l'élimination des dangers à la source, et met de l'avant les quatre revendications suivantes: le droit individuel et syndical d'arrêter de travailler dans des
conditions dangereuses; le droit syndical d'enquête; le droit à la pleine sécurité d'emploi et de salaire en cas d'accident ou de maladie du travail; le droit
aq médecin de son choix et à la
son diagnostic.
compensation sur la base de
- 5 -
La démarche syndicale
en santé-sécurité
1.
Connaître le milieu de travail et ses effets
Comme toute action syndicale, celle qui porte sur la santé-sécurité
doit partir des problèmes concrets tels qu'ils sont ressentis par
les membres du syndicat.
C'est la condition préalable à toute ac-
tion collective, à toute mobilisation nécessaire à l'amélioration
.des conditions de travail.
Certains problèmes de santé-sécurité sont plus faciles à identifier
parce qu'ils sont évidents et que leurs effets sont connus depui.;
plus longtemps. Par exemple, la poussière, le bruit, les cadences. Mais il y a une
foule d'agents agresseurs, souvent nouveaux, dont les effets sont moins connus
ou même ignorés. C'est certainement le cas des nombreux produits chimiques
qui sont introduits chaque année dans les procédés de fabrication. On ne connaft pas la cause exacte du taux plus élevé de cancer chez les travailleurs de
Celanese à Drummondville. Et qui aurait pu penser, il y a seulement un an, que
la mousse d'urée formaldéhyde pouvait avoir sur la santé des effets aussi néfastes? C'est pourtant un isolant largement utilisé dans la fabrication des roulottes,
et qui pollue nombre d'usines et de bureaux.
Ces dangers é t a i e n t
connus
des responsables q u i les ont cachés à l a p o p u l a t i o n , comme dans
le cas de l ' a m i a n t e , dans ia première p a r t i e du s i è c l e .
En outre, l'exposition simultanée à plusieurs agents aqresspurs,
comme c'est le cas dans la plupart des lieux de travail entraîne
des effets qui sont certainement beaucoup plus complexes et beaucoup plus graves que la simple addition de leurs effets particuliers.
Mais on sait encore peu de choses de ce phénomène, si ce
n'est de constater des signes de vieillissement prématuré dans certains milieux de travail.
A la limite, c'est sur l'organisation même du travail qu'il faut
- 497 -
- 6 -
agir, dans la mesure où elle concentre la connaissance cifoez
patrons, et qu'elle oblige les travailleurs et travailleases a
s'adapter aux exigences des machines et des méthodes sasas égard
à leur bien-être e t à leurs aspirations,
2.
Formuler des revendications
La connaissance approfondie du milieu de travail e t de ses effets
est d'autant plus importante qu'il faut, pour agir sysdicsaljesaeo*:
sur des situations-problèmes, contrer coji:tiji.iieltoiBîe©t les thèses
patronales voulant que les accidents e t -maladies «ta travail ne
soient pas reliées à une accumulation de conditions daiacrereœses.
C'est un processus collectif qui permet de prendre ."conscience des
relations qui existent entre un ensemble de causes e t des conditions de travail pénibles, et qui débouche sur une volonté syjadicale de changement.
Cette volonté de changement se manifeste alors par l ' é t a b l i s s e ment de priorités d'action et la formulation de revendications
que l'assemblée générale donne mandat de négocier awec l'employear..
Ces revendications précises, reliées aux pr^iêoses p.articu3iers ée
chaque milieu de travaij, seront ajoutées à la clause-type 4e la CS*I.
Et dans la mesure où l'ensemble des membres du syndicat auront
participé à leur élaboration^ i l s pourront établir le rapport de
force nécessaire pour les obtenir.
3.
Négocier et faire appliquer la convention
Comme l'expérience le démontre, i l est souvent plus difficile <âe
négocier des modifications fondamentales aiasç .eonditioas de santésécurité que d'obtenir une augmentation de s a l a i r e .
C/Jannée de
grève dos travailleurs forestiers pour l'abolition da fcravaj1 à
forfait en est une preuve convaincante.
& plus forte raison doit-
on prendre toutes les précautions possibles pour q«e l'assemblée
générale soit constamment informée du déïoulemeBt <àes
- 498 -
en ce domaine, et qu'elle puisse effectuer les choix qu'elle juge appropriés dans
chaque circonstance.
Poursuivra-t-on la grève pour encore un nombre inconnu de semaines ou de
mois, ou bien fera-t-on tel compromis? En matière d'amélioration des conditions de santé-sécurité comme sur tout autre sujet de négociation, c'est à l'assemblée générale qu'il appartient de répondre à cette difficile question.
Mais comme sur tout autre sujet également, il ne suffit pas d'avoir une clause de
convention collective sur la santé-sécurité, il faut maintenir la mobilisation syndicale pour la faire appliquer. Plusieurs syndicats parviennent à faire régler des
problèmes criants de santé-sécurité en exerçant divers moyens de pression allant
jusqu'à l'arrêt de travail temporaire.
4.
Défendre les membres victimes d'accidents et de maladies du travail
La défense des victimes d'accidents ou de maladies du travail et l'acheminement
de leurs réclamations à la CSST constituent pour les syndicats une tâche importante. C'est d'ailleurs souvent par là, devant la gravité des situations et la difficulté d'obtenir des compensations, que commence la prise de conscience de la
nécessité de connaftre davantage le milieu de travail et ses effets, afin de l'améliorer par la négociation collective.
Plusieurs syndicats organisent des demandes collectives d'indemnisation, par
exemple Atlas Steel et CTCUM pour les cas de surdité. Cette méthode a l'avantage d'accélérer les procédures à la CSST, de faire pression sur l'employeur pour
qu'il règle le problème à la source pour éviter que ses cotisations augmentent, et
bien sûr, de contribuer à la prise de conscience.
5.
Améliorer les lois
Les luttes que les syndicats doivent mener pour défendre leurs membres sur le
plan de la santé-sécurité manifestent quotidiennement les limites des lois en ce
domaine, et la nécessité de les améliorer. C'est la multiplication des gains concrets obtenus par ces luttes dans les divers lieux de travail qui permettent au
mouvement syndical dans son ensemble de développer le rapport de force nécessaire au soutien des revendications législatives qu'il met de l'avant.
- 8 11
L€S MOYENS D'ACTION
Pour accroftre leur capacité d'intervenir dans te champ de la santé et de la sécurité
en fonction des intérêts de leurs membres, tes syndicats doivent se donner des
moyens d'action qui leur appartienfjerrt en propre.
Le comité syndical de santé-sécurité
Un de ces moyens mis de l'avant par la CSH e s t la formation S'im
syndical de santé-sécurité sous la responsabilité d'*in ffiesabre de ^ e x é cutif et formé par l'assemblée générale. Ce comité comprend un nonâare
de membres variable selon les besoins de chaque syndicat. Soa rôle e s t
de soutenir l ' a c t i o n du syndicat pour assainir e t rendre sécuritair* l e
milieu de t r a v a i l , e t pour défendre les membres qui sont victimes d ' a c cidents ou de maladies.
C'est lui qui animera la démarehe de sensibilisation des membres par f^p^opriatijora
collective de la connaissance sur te milieu de travail et ses effets, ce qui «permet au
syndicat de mieux identifier tes problèmes, de formuler tes iSMendieatioas appropriées et de mobi I iser. Le point de départ de cette démaiHïhe peat être de fairse *eraplir le questionnaire préparé par la CSN pour faire le portrait<du milieu de travail.
Le comité de santé-sécurité fera aussi des enquêtes préventives, constituera des dossiers, fera des propositions &e solution et -d'action
aux instances du syndicat, enquêtera sur les accidents, préparera les
réclamations à la CSST et en assurera le suivi.
Pour mieux remplir
leur tâche, les membres du comité de santé-sécurité -devraient suivre les
sessions de formation données par la CSN
La -clause-type
Pour agir efficacement dans le domaine de la santé et de la sécurité.,
il faut aussi avoir une bonne convention collective.
A cette fin la
CSN propose une clause-type visant à garantir le .droit individuel et
syndical de refuser de travailler dans des conditions dangereuses, de
même que le droit syndical d'enquête, le droit à la pleine sécurité
d'emploi et de salaire en cas d'accident ou de maladie, et enfin le
droit à la compensation sur la base du diagnostic da médecin -traitant.
- 500 - 9 -
Les enquêtes et expertises
Dans leurs enquêtes, les syndicats ont souvent besoin d'un support
scientifique pour contrer les affirmations patronales et faire avancer des revendications.
Par exemple, les enquêtes sur l'état
de santé des travailleurs de l'amiante, du fer et titane ou de
Noranda; celle sur les effets des conditions de travail dans les
abattoirs de poulets.
De même, un syndicat peut avoir besoin
d'une expertise sur un point précis pour défendre un grief, compléter un dossier d'accident, connaître les effets de tel produit,
pour sensibiliser et mobiliser.
Mais toujours le contrôle syndical
doit s'exercer sur le contenu, les objectifs, les orientations,
de ces enqgêtes ou expertises.
Pour cela, les syndicats peuvent recourir aux ressources de leur
propre centrale dans les conseils centraux et les fédérations, et
par l'entremise du service de génie industriel.
Enfin, il existe des
ressources publiques que les syndicats peuvent utiliser comme les
CLSC et les départements de santé communautaire (DSC).
Par l'inter-
médiaire de la centrale, ils peuvent aussi avoir accès à des ressources universitaires: protocole UQAM-FTQ-CSN, par exemple.
Les études publiées par l'Institut de recherche appliquée sur le
travail (IRAT) sur différents aspects de la santé et de la sécurité au travail (bruit, salaire au rendement) sont aussi des sources
de référence précieuses pour les syndicats.
501 - 10 -
LA LOI 17 (Chapitre 63 S.R.Q.)
Dans la démarche syndicale pour améliorer les conditions de santé
et de sécurité au travail, la Joi 17 (Chapitre 63 S.R.Q.) est intervenue
comme un mirage.
Comme si désormais, il ne serait plus nécessaire de
se battre contre la poussière, le bruit, les cadences, les produits
toxiques, la chaleur, le froid, l'humidité, les méthodes aliénantes
ou le stress.
Comme si désormais les employeurs accorderaient
volontiers, du seul fait de la loi, les améliorations élémentaires
pour lesquelles, dans le passé, il fallait exercer le rapport de force, incluant la grève.
Alors que la loi aurait dû renforcer les moyens syndicaux d'action
collective, qu'on peut seul opposer avec quelque chance de succès
au pouvoir patronal absolu, la loi 17 (Chapitre 63 S.R.Q.) a fait
de la santé et de la sécurité au travail une question strictement
individuelle.
Et n'eut été les amendements de dernières minutes ar-
rachés par le mouvement syndical pour garantir les acquis des conventions collectives, le gouvernement aurait réussi le tour de force
d'adopter une loi sur la santé-sécurité sans faire la moindre allusion au rôle des syndicats en ce domaine.
Ce n'est pas par méconnaissance de la réalité, c'est au contraire
pour encadrer et freiner l'action syndicale en santé-sécurité, en
sortant cette question du champ de la négociation collective et
de l'exercice du rapport de force.
De quelle façon?
En établissant
des "mécanismes de participation des travailleurs et des employeurs
à l'élimination des causes d'accidents du travail et de maladies
professionnelles".
(Notes explicatives et art. 2)
C'est l'objectif
des comités paritaires, par lequel la loi 17 (Chapitre 63 S.R.Q.)
vise à institutionaliser le partage des responsabilités entre les
employeurs et les travai1leurs-euses, comme s'ils avaient les
mêmes intérêts; comme si du seul fait d'être à la même table, les
employeurs allaient renoncer à pousser la production à tout prix,
et les travai1leurs-euses allaient renoncer à défendre leur intégrité.
- 502 - 11 -
Pourtant le législateur admet lui-même, à l'article 17 de la loi,
que les intérêts sont opposés.
En effet, dans la procédure d'ex-
ercice du droit de refus, l'intervention d'un inspecteur gouvernemental peut être demandée par le représentant à la prévention "s'il
croit que l'exécution du travail expose le travailleur à un danger"
ou bien par l'employeur "s'il croit que l'exécution du travail
n'expose pas le travailleur à un danger".
Or, on sait tous d'expérience que lorsque les travai1leurs-euses
n'ont pas la possibilité d'exercer un rapport de force, et à plus
forte raison encore lorsqu'ils ne sont pas syndiqués, c'est le pouvoir patronal absolu qui s'impose.
Comment en serait-il autrement
au comité paritaire, puisque son objectif est précisément de soustraire les questions de santé-sécurité à l'exercice du rapport de
force?
Si la loi 17 (Chapitre 63 S.R.Q.) devait réussir cet objectif, elle
mettrait fin aux gains dans le domaine de la santé-sécurité, en
étouffant le moteur que sont les luttes syndicales.
C'est essentiel-
lement pour cette raison que la CSN s'est opposée à la loi dans sa
forme actuelle.
C'est également pour cette raison que le congrès de 1979, face
au projet des comités paritaires présenté dans le Livre blanc, a
recommandé de les considérer comme des lieux de dépôt et de négociation des revendications syndicales en matière de santé et de
sécurité.
Cette position, découlant de la pratique qui s'était
développée dans le mouvement face aux comités paritaires existant
depuis 1972 en vertu de la loi des établissements industriels et
commerciaux, a été reconfirmée.
NOTRE PRATIQUE FACE A LA LOI 17 (Chapitre 63 S.R.Q)
Ce que recherche la loi 17 c'est une chose, mais notre pratique syndicale et nos actions c'est autre chose.
Nous avons d'abord reven-
diqué et obtenu que les acquis de la négociation collective en
- 503 - 12 -
matière de santé-sécurité ne soient pas annulés par les dispositions de la loi.
Il nous reste maintenant à négocier.
Comme d'habitude, pour ré-
fler les problèmes concrets qui se posent dans notre lieu de travail, en recherchant l'élimination des dangers à la source et en
s'inspirant des grandes revendications mises de l'avant par la CSN,
lesquelles constituent des moyens pour permettre au syndicat d'agir
efficacement pour améliorer les conditions de travail, comme l'expérience syndicale l'a démontré amplement dans le passé.
Il est bien certain que les employeurs prendront souvent prétexte
de la loi pour refuser nos demandes.
veau là-dedans.
Mais il n'y a rien de nou-
Dans le passé, ils nous renvoyaient au règlement
3787 qui édictait des normes de salubrité et de sécurité dans les
établissements industriels et commerciaux.
Les syndicats répondaient qu'ils aimaient mieux se fier à leur
convention collective qu'au règlement, ils exerçaient leur rapport de force, et les assemblées générales décidaient où et quand
se situait le règlement.
Nous n'agirons pas autrement devant la loi 17.
Et si les em-
ployeurs nous renvoient aux comités paritaires, les assemblées
générales évalueront, en tenant compte de leur situation concrète
et à la lumière de l'expérience de la centrale qui nous conduit à
considérer ces comités comme un lieu de dépôt et de négociation
de nos revendications, donc un lieu d'exercice du rapport de force,
où les représentants du syndicat défendent les mandats de l'assemblée générale.
- 504 - 13 -
III - Le rôle de la CSN comme telle dans une stratégie globale d'intervention
en santé et sécurité du travail
Après avoir rappelé la démarche syndicale au niveau des syndicats locaux, des conseils centraux et des fédérations, il est fondamental de préciser le rôle de la CSN
comme organisme. Ce rôle se situe à deux niveaux: l'orientation et l'intervention
concrète.
1)
L'orientation
Celle-ci a été définie peu à peu, au cours des années, par le congrès et le conseil
confédéral. Comme dans tous les autres domaines qui touchent aux intérêts des
travailleurs, l'orientation en terme de santé et de sécurité au travail n'est pas figée,
fixée une fois pour toutes. Il s'agit d'une dynamique qui doit constamment tenir
compte de la conjoncture, de la pratique syndicale et de l'expérience acquise par
les militants. L'orientation dans le domaine de la santé et de la sécurité au travail
doit se situer à l'intérieur de l'orientation globale de la CSN: il s'agit de développer, dans ce domaine comme dans tous les autres qui confrontent quotidiennement les travailleurs, une démarche syndicale autonome, assumée par les travailleurs eux-mêmes, et conforme à leurs aspirations. Cette démarche implique des
questionnements, des remises en cause parfois, pour toujours mieux adapter nos
actions aux objectifs poursuivis.
e t mentale
L'objectif, dans ce cas-ci, c'est la santé, l'intégrité physique'et le bien-être physique et mental des travailleurs. L'orientation doit définir les meilleurs moyens pour
parvenir à cet objectif, en tenant compte des autres objectifs que poursuivent
aussi les travailleurs et travailleuses et qui en sont parfois une condition préalable,
comme par exemple le droit au travail...
Dans le cadre du mandat du 50e congrès de la CSN concernant la mise à jour des
différentes plate-formes de revendications, nous aurons à examiner l'ensemble des
positions prises par le mouvement, à en éliminer les contradictions s'il y a lieu et à
l'enrichir au fur et à mesure des nouvelles situations.
Nous aurons en particulier à situer nos revendications dans la conjoncture économique difficile que nous traversons. Nous croyons qu'il nous faudra être particulièrement vigilants pour ne pas reculer sur nos acquis et pour continuer d'améliorer nos conditions de travail. Les classes dominantes, en tentant de faire payer la
crise par les travailleurs, pour augmenter leurs profits, tenteront, pour diminuer
leurs coûts, d'empêcher ou de retarder les normes minimales d'assainissement des
milieux de travail.
-505 -
II faut observer attentivement, à cet égard, les effets déjà visibles aux Etats-Unis
des politiques "reaganistes". Le secrétaire au travail, Ray Donovan, a déjà réussi,
entre autres, en quelques mois d'administration, à modifier brutalement toute la
politique de l'administration en matière de santé et sécurité au travail.
Comme le mentionnent Thomas Ferguson et Joël Rogers dans un article paru dans
Le Monde Diplomatique de novembre 1981 :
"... // (M. Donovan) a brutalement modifié la politique de l'administration en
matière de santé et de sécurité dans le travail "(Occupational Safety and
Health Administration, OSHA)", qui, au sein du département du travail, est
responsable de l'application des principales lois américaines sur les conditions
de sécurité dans les entreprises. M. Donovan est intervenu auprès de la Cour
suprême pour réduire les mesures de sécurité en faveur des travailleurs exposés
à la poussière de coton et au plomb; il a retiré de la circulation publique les
documents expliquant les mesures de sécurité à appliquer contre la poussière
du coton (préparés par les fonctionnaires de l'OSHA sous l'administration
Carter}; il a diminué les indemnités destinées aux victimes de la silicose; retardé l'application d'une série de mesures contre le bruit attendues depuis longtemps; anpulé la réglementation existante pour définir les produits dangereux
dans l'entreprise et, ce qui est peut-être plus important, il a révisé les objectifs des missions d'inspection de l'OSHA dans les entreprises. Désormais, les
entreprises se plaçant au-dessus de la moyenne nationale en matière de sécurité du travail seraient dispensées de l'inspection, les employeurs verraient radicalement diminuer les inspections "surprises" et des commissions mixtes
direction-syndicats remplaceraient très largement les inspections sur le terrain
de l'OSHA. "
{Les soulignés sont de nous.)
- 506 - 15 -
2)
Les interventions concrètes
Les interventions concrètes de la CSN, tant au niveau des services
généraux que des militants élus responsables, doivent évidemment se
situer à l'intérieur des orientations définies par les instances décisionnelles.
L'ensemble des moyens dont nous disposons doivent
être coordonnés (c'est le sens même d'une stratégie) afin de parvenir le
plus efficacement possible à nos objectifs.
Dans le cadre d'une stratégie globale, nous proposons un rôle spécifique pour chacun des intervenants de la centrale en santé et sécurité
au travail, en précisant, à l'occasion, des actions à court terme pour
les mois à venir, compte tenu des circonstances particulières du moment:
projets de loi annoncés, ressources disponibles, etc.
Un comité confédéral a été créé par le congrès 1978, avec le mandat
sui vant:
"Que ce comité ait comme mandat:
- d'appliquer les décisions de la CSN
- d'élaborer des programmes de formation sur la santé et
la sécurité
- d'élaborer des stratégies de mobilisation et d'action en
matière de santé et de sécurité
- de faire l'étude du Livre blanc et de formuler des revendications au bureau et au conseil confédéral."
Ce comité devra trouver sa place et son rôle dans la stratégie
globale: on trouvera en annexe une recommandation spéciale à ce .
sujet.
A)
Formation
L'intervention la plus urgente se situe à ce niveau.
mandats précis:
Nous avons trois
1) révision des contenus en ce qui regarde la formation de base et
la formation de formateurs pour participer à cette formation de
base, en y intégrant davantage l'aspect "réparation".
2) préparation de sessions adaptées à des secteurs spécifiques dans
le but de "renforcir notre action syndicale sur la prévention et
la réparation" (voir résolution du conseil confédéral de juin 1981),
3) préparation de sessions de sensibilisation plus restreintes (soirs,
fins de semaine) aptes à inciter les membres à pousser plus avant
leur formation.
507 - 16 Une équipe composée de conseillers syndicaux des services d'éducation,
du génie industriel et de l'action politique (lois sociales) travaille
déjà depuis plusieurs semaines sur ces trois mandats (voir rapport).
Les subventions de la CSST nous permettent actuellement une intervention fort importante dans le domaine de la formation, mais ces subventions ne suffisent pas. Il faut aussi que chacun des organismes:
CSN, conseils centraux, fédérations, syndicats, participe de façon
importante en terme de ressources financières et de disponibilité des
militants.
Nous croyons qu'il faudrait ajouter, à ces priorités, la formation des conseillers
syndicaux: tant des conseils centraux (en ce qui concerne particulièrement les
tâches face aux accidents de travail et maladies professionnelles: CSST, comités de
révision CSST, commission des affaires sociales, etc) que des fédérations (négociation des clauses en santé-sécurité, défense des travailleurs en cas d'utilisation du
droit de refus, retrait préventif, etc).
B)
Analyse des lois, projets de lois, projets de règlement et normes
Deux lois principales interviennent en santé et sécurité du travail:
— la Loi 17 "sur la santé et la sécurité du travail (maintenant chapitre 63 S.R.Q.)
— la Loi des accidents du travail (en voie de revision).
Ces lois donnent lieu à une très importante réglementation, qui exige aussi des interventions de la part de la CSN.
Nos interventions sont de deux types:
1) A l'étape des projets, nous devons les analyser à la lumière de nos orientations et de nos revendications, préparer des mémoires ou autres types de représentations dans le but d'influencer le contenu des lois ou règlements avant
même qu'ils ne soient adoptés,
2)
Une fois les lois ou règlements en vigueur, nous devons en examiner les effets
concrets, soit par la pratique syndicale quotidienne, soit par la jurisprudence,
de façon à aider les membres à profiter au maximum dès droits et avantages
potentiels de ces lois et règlements et à développer les revendications précises
pour les changer, s'il y a lieu.
3)
Nous devons aussi travailler à développer la mobilisation nécessaire pour donner à nos représentations quelque chance d'être entendues.
En ce qui regarde la loi 17, nous avons déployé des moyens très considérables, au
niveau de la centrale, pour l'analyser et aboutir au mémoire présenté à la Commission parlementaire de septembre 1979: Etats généraux, consultations nombreuses,
analyse du projet de loi et rédaction du mémoire, présentation à la Commission
parlementaire, congrès spécial, actions, etc. La loi a été sanctionnée en décembre
1979, mais elle n'est encore, en décembre 1981, que très partiellement en vigueur,
dans l'attente d'un grand nombre de règlements qui doivent être préparés par le
Conseil d'administration de la CSST avant d'être édictés par le gouvernement. Ces
projets de règlements, qui nous sont transmis à la pièce, au compte-goutte, et
après des débats imponants au C A ae la CSST, représentent pour nous un travail
considérable, tant technique que politique: il ne faut rien laisser passer ... et nos
ressources sont fort limitées!
- 508 -
17 -
Sur le plan technique, le service d'action politique (lois sociales), le service juridique et le service de génie industriel doivent continuer de collaborer avec les
responsables élus pour les aider à dégager des positions conformes aux orientations et aux décisions des instances.
En ce qui regarde les articles de la loi qui sont actuellement en vigueur et ceux qui
le deviendront par la suite, le service juridique présente un rapport à ce sujet.
Quant à la Loi des accidents de travail, une revision en profondeur est en cours actuellement sous forme d'un avant-projet que nous avons commencé à analyser en
collaboration avec le comité confédéral de santé et sécurité, nos représentants au
CCTM et la conseillère syndicale aux lois sociales. Les instances devront éventuellement se prononcer sur les positions que devra défendre la CSN en commission parlementaire ou autrement.
C)
Recherche
La recherche est un élément important en terme d'appui au développement de nos
revendications et à la mise en oeuvre de moyens concrets pour atteindre nos objectifs. Comme le souligne la première partie de ce document, la connaissance du
milieu et des situations concrètes est un préalable à toute action, à toute formulation de revendications. A cet égard, nous disposons de moyens internes et de
moyens externes par l'accès à différentes ressources, soit humaines, soit financières.
1)
Recherche interne
—
Documentation
Nous avons accumulé, au cours des années, une somme impressionnante de renseignements concernant la santé et la sécurité au travail, mais cette documentation
est souvent peu accessible parce que non rassemblée de façon cohérente et non
synthétisée. Au cours de l'été 1981, nous avons embauché deux stagiaires au service de génie industriel pour effectuer un travail de déblayage et de mise en ordre
de cette documentation.
Il reste à terminer ce travail de façon à pouvoir rendre facilement utilisables et
accessibles ces documents, sous forme de brochures ou autrement. Nous recommandons que cette tâche soit considérée comme prioritaire par le service de génie
industriel, en collaboration avec le service d'information.
—
Le questionnaire-enquête
Le congrès spécial d'octobre 1979 a adopté une résolution à l'effet de mettre en
marche une vaste enquête à travers tous les syndicats du mouvement sur les conditions de travail, en vue de dégager des priorités d'action. Suite à ce mandat, un
questionnaire a été préparé par le service de génie industriel, en collaboration avec
le comité confédéral de santé et sécurité et le comité inter-fédérations. Ce questionnaire a été envoyé à tous les syndicats par l'intermédiaire des instances fédératives et financé par les fédérations au prorata du nombre de leurs membres.
- 509 - 18 -
Nous en sommes à l'étape de l'analyse des questionnaires reçus à date, c'est-à-dire
des syndicats. Le programme informatique a été autorisé en novembre et devrait être finalisé sous peu. Dans les semaines qui viennent (janvier-février 1982),
nous devrons embaucher une personne pour le traitement et l'informatisation des
questionnaires,
Nous devrions normalement être en mesure de présenter un premier rapport préliminaire au printemps
1982, ce qui permettra aux différents organismes de dégager des cibles prioritaires en terme de revendication et d'action.
—
Enquêtes spécifiques dans les syndicats
Le service de génie industriel reçoit de nombreuses demandes venant des syndicats
pour effectuer des enquêtes, des mesures (bruit, gaz, produits toxiques, etc). Il est
évident que la CSN ne peut donner des services directs à tous les 1 600 syndicats
affiliés ... Nous recommandons que le service de génie industriel en p r i o r i t é , continue
de former les militants élus et salariés des fédérations et des conseils centraux
pour les aider à assumer cette tâche en leur fournissant le support technique nécessaire et en partageant ses connaissances. Une importante opération de démystification nous semble urgente afin que les interventions en santé et sécurité du
travail soient assumées par les militants comme toute auttre action syndicale. Ce
qui n'empêche pas, bien sûr, certaines interventions directes au niveau local dans
certains cas particuliers (enquêtes du coroner, conflits) à la demande des organismes.
2t Zêeto*.
externe
f ^ J Ï t S f ^ f Ï ^ j i e m e n i s u n e explosion spectaculaire (par rapport à un passé
mnlmntâ* S S Ï Ï i V ^ P 1 1 * & n s l e m i l i e u québécois à des fins de recherches
Î 1 K ! L ^ rz ï f J it fl W>) ^ ^r î c i e n t i s a t i o n de p'us en p|us 9rande des tra-
lulï/Lïiïïïi m
T lmï
T Ï mÏ ?m
m
t £S2*L!¥i9Fny
"
i$
? ^ ^ S v e c de plus en plus de vigueur, les luttes
)W
» " « " » » ^ . les universités et autres détenteurs
* ^ " « ^ « ^ p o n d r e aux attentes des victimes
d# moln* en moine flfencituset de la détériorai c o n t i n u e des conditions de traII nom semble Important, dans ce contexte, d'fnteiWWtout où il le faut pour
Inflwtowr rorlwtttlon d « recherche» qui se mettent en ivrche grâce à ces fonds
2 5 * . e " P R E S ? " V * 1 " 1 » ' d e ' ' l n i t l t o t * « • » • * « en santé et sécurit l du twvill (IRS6T), créé en juin dernier et financé par la C K T et le gouvernement»
La C8N tit membre de CIRAT (Imtltut de recherche appliquée sur le travail) qui
compte un Moteur de recherche en tenté et sécurité.
Noui jvons «uni accès a des raisourcw univenitairai par l'intermédiaire de protocole! (protocole UQAM-C8N-FTQ) ou autrement. C'est ainsi que nous pouvons
i * S i f ! ' C M d 8 I<WC||O|O 8 | « 8 Raymond Hétu de l'Université de Montréal
qui Mt libéré de les coun 2 1/2 jours par sameine pour pouvoir travailler avec la
CSN i î la FTQ sur des projets concrets d'examens d'oreilles des travailleurs
exposés au bruit.
- 510 - 19 -
Dans tous ces cas, la CSN insiste pour que les militants des syndicats ne soient pas
de simples cobayes, mais participent activement au processus de recherche et que
celle-ci soit encadrée efficacement par des personnes-ressources de la centrale ou
des organismes impliqués.
Nous insistons aussi pour que le résultat des recherches soient accessibles aux travailleurs et servent à l'amélioration effective des milieux de travail plutôt qu'au
seul avancement des connaissances théoriques.
En ce qui regarde la recherche plus concrète qui touche, par exemple, l'examen en
profondeur de l'état de santé d'un groupe de travailleurs par rapport à un milieu
de travail précis (études épidémiologiques), il nous apparaît urgent de développer
des protocoles d'intervention avec les professionnels de la santé qui sont intéressés
à agir dans ce domaine. L'expérience vécue, par exemple, à Rouyn-Noranda, en ce
qui regarde le rôle respectif du syndicat, des chercheurs et du DSC, nous permettra de préciser de plus en plus les exigences nécessaires pour que les intérêts des
travailleurs soient effectivement mieux servis dans ce genre de démarche.
I l est urgent de mettre de plus en plus d ' e f f o r t s pour la reconnaissance e t les compensations des maladies p r o f e s s i o n n e l l e s ,
plus d i f f i c i l e s à d é t e c t e r et à f a i r e r e c o n n a î t r e que les a c c i dents.
Nous proposons de préparer un protocole-type en guise de recommandation aux
organismes et aux syndicats dans de telles situations.
Nous proposons aussi que le service de génie industriel ait la responsabilité de préparer et présenter des projets concrets d'utilisation des ressources (Raymond Hétu
pour les oreilles, par exemple) auprès des syndicats.
D)
Information
En terme stratégique, l'information aux membres est le problème majeur que nous
avons à résoudre dans l'immédiat: comment rendre accessible et utilisable pour
l'action la masse énorme de connaissances, d'événements, d'actions, de documents
auxquels nous avons théoriquement accès mais sous lesquels nous risquons d'être
enterrés si nous ne développons pas très rapidement une méthode concrète et
efficace pour synthétiser et transmettre l'information utile...
Nouvelles-CSN est l'instrument privilégié quand il s'agit d'événements quotidiens:
positions de la CSN, problèmes concrets vécus par les syndicats, conflits portant
sur la santé et la sécurité, etc. Mais l'espace est limité et ne répond pas à tous les
besoins.
Nous devons aussi produire une certain nombre de brochures portant sur des problèmes techniques particuliers, en guise d'instruments pour l'action syndicale, en
prenant soin de ne pas faire de duplication avec d'autres instruments existant ailleurs et conformes aux orientations de la CSN, par exemple les publications de
l'I RAT.
511 - 20 -
Certains de ces instruments s'adressent plutôt aux responsables
(conseillers syndicaux, militants des comités de santé-sécurité);
d'autres, plus vulgarisés et à grand tirage, touchant des problèmes spécifiques et largement répandus, s'adressent à l'ensemble
des membres touchés par ces problèmes.
E)
Présence à la CSST
Le congrès a décidé, en 1980, que la CSN devait participer au CA de la CSST.
L'exécutif a exécuté ce mandat en recommandant Florent Audette (conseiller
syndical à la FNSBB) et Etienne Giasson (directeur des services à la FTPF) pour
siéger à la Commission. Ceux-ci ont été acceptés par le gouvernement et participent aux délibérations du CA depuis l'automne 1980. Le comité confédéral de
santé et sécurité a formé un sous-comité technique chargé de suivre de près les projets de la CSST et d'aider nos représentants à accomplir
cette tâche le mieux possible.
Nous crovons. cependant, que nous devons
augmenter considérablement l'appui à donner à nos deux représentants pour leur
permettre de remplir leur tâche adéquatement. Nous avons à faire face à une énorme machine bureaucratique: il n'est pas question, pour nous, de créer une
machine parallèle... mais nous nous devons de faire le minimum pour au moins
pouvoir agir sur l'essentiel, afin de pouvoir défendre le mieux possible les intérêts
des travailleurs. Ce besoin est d'ailleurs ressenti par les autres centrales syndicales
représentées à la CSST. Nous avons demandé, en collaboration avec la FTQ et la
CEQ, de recevoir la subvention prévue à l'article 105 de la loi 17 pour "permettre
(... à une association syndicale) ... de participer... aux travaux de la Commission".
Nous avions estimé nos besoins à 100 000 $ par année: à partir de janvier 1982,
nous recevrons 40 000 $ par année, soit 20 000 $ par représentant. Des consultations sont en cours pour voir comment utiliser ce montant ae la manière ia plus
efficace possible.
F) Les comités syndicaux de santé-sécurité
La CSN préconise, depuis plusieurs années, la mise sur pied, dans
chaque syndicat, d'un comité syndical de santé-sécurité. Qu'en
est-il de ces comités?
Combien y en a-t-il?
Quelles sont les difficultés de fonctionnement qu'ils rencontrent?
Sont-ils bien intégrés dans l'action syndicale ou en marge des
autres actions syndicales?
M f a u d r a i t p o u v o i r r é p o n d r e è ces q u e s t i o n s , e t à d ' a u t r e s , a f i n
d ' a m é l i o r e r ou de c o r r i g e r , s ' i l y a l i e u , à l a l u m i è r e de l ' e x p é r i e n c e vécue l ' a p p r o p r i a t i o n p a r l e s t r a v a i l l e u r s de c e t t e q u e s t i o n .
- 512 - 21 -
Nous recommandons que le service de génie industriel, en collaboration avec les conseils centraux et les fédérations, procède
à un bilan de l'expérience des comités syndicaux.
Conclusion
11 nous est apparu essentiel, puisqu'il s'agissait de développer
une stratégie, de mettre l'accent sur les moyens concrets que la
CSN devrait mettre en oeuvre et coordonner au cours des prochains
mois dans le but de parvenir aux objectifs définis dans l'orientation développée au cours des dernières années. Ces moyens ne
peuvent, en aucun cas, remplacer les luttes quotidiennes que les
travailleurs doivent et devront toujours mener sur le terrain,
pour améliorer concrètement leurs conditions de travail.
- 513 -
ANNEXE
Le comité confédéral de santé-sécurité
A l'origine le comité comptait six membres désignés par
le conseil confédéral, dont trois sur recommandation des
conseils centraux et trois sur recommandation des fédérations.
Au congrès de 1980, ce nombre a été porté à douze, désignés
de la même façon.
Il y a un malaise de plus en plus évident au sein du comité.
Les membres s'interrogent sur plusieurs questions:
- rôle du comité (le mandat du congrès est fort vague
et mal adapté à la situation actuelle)
- représentativité des membres: à qui doivent-ils rendre
compte? Quels sont les liens qui devraient exister avec
les conseils centraux et les fédérations? Les membres ne
représentent-ils qu'eux-mêmes?
- fonctionnement du comité: absentéisme, impression de "tourner en rond", etc.
Nous recommandons que toutes ces questions soient évaluées et
qu'un rapport soit présenté au conseil avant le prochain congrès de la CSN.
- 514 -
Annexe "B"
CONSEIL CONFEDERAL
C.S. N.
Décembre 1981
ANALYSE DU PROJET DE LOI 27
Dans le contexte de crise économique que le
conseil confédéral sera appelé à étudier dans les prochains
jours, le projet de loi 27 illustre à point le genre de gestion politique de cette crise que tente de faire le gouvernement du PQ.
En effet, le projet de loi 27 met en cause
sérieusement l'universalité d'accès du régime d'assurancemaladie, soustrait la pratique médicale de tout contrôle
public,accorde aux médecins un pouvoir excessif sur l'utilisation des ressources hospitalières et leur concède des
privilèges et avantages supplémentaires. De plus, ce projet
de loi instaure une gestion administrative de l'austérité
budgétaire par une centralisation poussée des pouvoirs de
décision, et met en cause la liberté qu'ont les patients
de choisir leur médecin et leur établissement.
Des coupures dans l'assurance-maladie
On sait qu'avec la récente augmentation de la
contribution des employeurs au financement de l'assurancemaladie, le gouvernement réussira à récupérer de ces sommes
pour assurer le financement de ses autres dépenses.
Dans le projet de loi 27, le gouvernement se
donne en plus les moyens de réduire les dépenses de la Régie
d'Assurance-maladie en se donnant le pouvoir d'exclure certains bénéficiaires des services assurés, dans les cas conditions ou circonstances qu'il déterminera. (Voir art. 23 le, Loi 27) .
- 515 -
Par exemple, le gouvernement pourrait décider
d'exclure des services assurés les personnes ayant un haut
niveau de revenu, permettant par le fait même à ceux-ci de se
donner un système parallèle de services de santé. Un tel
système pour privilégiés entrerait en concurrence avec le
réseau public, menaçant par conséquent la, qualité des services
de santé accessibles pour la majorité de la population.
Cet amendement pourrait permettre également au
gouvernement de décréter que, par exemple, les jeunes assistés
sociaux n'ont désormais plus le droit de se procurer gratuitement les médicaments qui leur sont prescrits comme c'est présentement le cas.
De plus, ce projet de loi impose des "frais"
pour les médicaments présentement assurés par le régime dans
le cas des personnes âgées et des assistés sociaux (art. 2,
5 et 23, 2e et 3e, L. 27).
En effet, un; pharmacien pourra exiger de ces
bénéficiaires/ qu'ils assument la différence entre le prix du
médicament indiqué à la liste de la RAMQ et le prix effectivement défrayé par celle-ci.
Comme les bénéficiaires n'ont aucune espèce
de contrôle sur le médicament qui leur est prescrit par le
médecin, il est tout à fait inacceptable qu'on leur demande
d'assumer cette différence.
A cet égard,, la CSN a toujours revendiqué que
la couverture des médicaments soit étendue â tous pour que
le gouvernement parvienne a exercer un véritable contrôle
des prix des médicaments. D'autant plus que bon nombre de
travailleurs sont déjà _'Assu_rés_ auprès de régimes privés.
- 516 -
Le contrôle de l'exercice de la médecine
Les intentions du projet de loi 27 à l'égard
du contrôle de l'exercice de la médecine sont les suivantes:
le: assurer la juste répartition des effectifs médicaux sur
le territoire, 2e: contrôler le nombre de médecins exerçant
dans les hôpitaux et 3e: contrôler l'exercice de la médecine
en milieu hospitalier.
Bien que ces objectifs puissent apparaître
louables, les moyens utilisés pour y arriver sont tout à fait
inefficaces. En effet, pour arriver 5 répartir équitablement
les effectifs médicaux sur le territoire, le ministre Johnson
veut pouvoir offrir une rémunération supérieure en prime à
1'éloignement et pénaliser par des baisses de rémunération les
jeunes médecins qui refuseraient de pratiquer en région éloignée.
Comme les médecins bénéficient déjà de privilèges
excessifs, d'un niveau de revenu beaucoup plus élevé que le
travailleur moyen (la rémunération moyenne versée aux médecins
P a r la Régie de l'assurance maladie du Québec était de
$64,845 en 1979), nous ne croyons pas que la sur-primeà l'éloignement soit un incitatif vraiment efficace, d'autant plus que
des hôpitaux éloignés versent déjà de telles primes sans régler
le problème des pénuries régionales (Voir art. 4, L. 27)
Par ailleurs, le fait de réduire le niveau de
rémunération des jeunes médecins constitue une incitation à
exécuter plus d'actes pour maintenir le même niveau de revenu.
D'autre part, le contrôle du nombre de médecins
ayant droit d'exercer en milieu hospitalier (Voir art. 49 et 85,
Loi 27) qui vise à permettre aux administrations hospitalières de
respecter leurs limites budgétaires, constitue un puissant incitatif au développement du réseau privé organisé de pratique de
la médecine (polycliniques), dont on sait qu'il connait une
croissance régulière depuis une dizaine d'années.
- 517 -
4.
Nous croyons que seul le salariat pour les
médecins et leur intégration complète au réseau public de santé
permettront d'exercer un contrôle public véritable sur le coût
des services médicaux et de régler le problême de la distribution régionale des effectifs.
Toujours avec l'objectif de contrôler les coûts
d'opération des établissements hospitaliers, le projet de
loi 27 confierait au Conseil des médecins et dentistes (CMD)
le mandat d'établir "des normes sur la fourniture des soins
requis et l'utilisation des ressources disponibles"; elle confierait également aux chefs de départements cliniques la responsabilité de "l'utilisation des ressources de l'établissement
par les médecins et dentistes de son département et de la gestion
des ressources de son département". C'est le chef de département
qui verrait à l'application des normes et des sanctions établies
par le CMD. (Voir art. 51 et 73, Loi 27).
Ces nouvelles dispositions consolident le pouvoir
médical sur le contrôle de sa propre pratique, elles placent
la définition des normes de pratique à l'abri de tout contrôle
public, et elles confient en plus aux médecins un pouvoir de
gestion sur les ressources, constituant de ce fait une double
structure de pouvoir à l'intérieur des établissements. On
imagine facilement que les travailleurs pourraient devenir
l'objet d'un marchandage soumis aux rivalités des divers départements cliniques.
Nous croyons que 1'élaboration des normes de
pratique médicale et d'utilisation des ressources ne peut
être sous la juridiction exclusive du corps médical et doit
être soumise au contrôle public. De plus, l'élaboration de
telles normes devrait être liée avant tout aux besoins de la
population plutôt qu'à une économie des ressources.
- 518 -
5.
Un tel contrôle ne sera possible, croyons-nous
que si la population a accès à certaines informations, telles
les normes de fournitures de soins et le niveau de rémunération
de chacun des médecins.
La centralisation des pouvoirs
Le projet de loi 27 met un terme définitivement
aux prétentions de la loi 65 qui avait initié la réforme de
santé au début des années '70. En effet, le peu de pouvoir
qui avait pu être accordé aux représentants de la population
au sein des conseils d'administration est dorénavant mis en
cause par la centralisation du pouvoir aux mains du ministre
et des conseils régionaux.
Cette centralisation des pouvoirs aux mains du
ministre et des conseils régionaux prend forme non seulement
par l'octroi de nouveaux pouvoirs à ces deux instances mais
aussi par la dilution de la représentation des usagers.
Dans la loi actuelle, les établissements d'une
région (centres hospitaliers,centres de services sociaux, centres
locaux de services communautaires et centres d'accueil) détiennent la majorité de la représentation au•conseil d'administration du CRSSS (12 sur 22).
Les modifications introduites par le projet de
loi 27 font passer cette représentation à 4 membres sur 14 et
ferment définitivement la porte à toute présence des usagers
au sein de cette instance régionale.
De plus, le projet de loi atténue davantage la
faible représentation des usagers au sein des établissements.
En effet, au sein des CLSC, par exemple, ils n'auront plus
que 4 voix sur 14 alors que la loi actuelle leur en concède 5
sur 13. Dans les centres hospitaliers, ce ne sera plus l'assemblée des usagers quidésignera ses 2 représentants, comme
- 519 -
6.
l'indique la loi actuelle mais plutôt un comité de bénéficiaires, s'il existe, qui élira l'un (1) de ses membres. Il
faut noter qu'un tel comité n'existera que dans les centres
où l'on offre des soins prolongés et que de plus un tel comité
sera mis sur pied par l'administration de l'établissement.
Les bénévoles prennent par ailleurs une place
de plus en plus importante au sein des instances administratives,
Ils sont nommés aux conseils d'administration par les conseils
régionaux dans le cas des CLSC, CSS, CA et CH et peuvent représenter les bénéficiaires sur leurs comités.
Parallèlement, la loi 27 octroie au ministre
et aux CRSSS de nouveaux pouvoirs dont l'exercice sera lourd
de conséquences.
En plus d'obtenir le pouvoir d'établir un système
de répartition des urgences, le CRSSS acquiert entre autres le
pouvoir d'établir des politiques d'admission pour les établissements, ce qui pourrait par exemple amener le zonage du
territoire/imposant ainsi aux usagers l'obligation d'aller à
tel établissement et brimant leur liberté de choix de l'établissement (art. 39, Loi 27).
Il obtient le pouvoir de fixer les normes
d'utilisation et de distribution des lits dans les établissements ainsi que le pouvoir exclusif de regrouper des services
fournis par plusieurs établissements (art. 39, Loi 27) pour
ne citer que ceux-là.
- 520 -
Le ministre, quant à lui, pourra notamment
décréter la fusion d'établissements s'il juge que l'intérêt
public le justifie (art. 79, L. 27) ; il pourra également modifier
la catégorie, la classe, le type ou la capacité d'un établissement
et sa décision sera finale et sans appel (art. 88, L. 2 7 ) ; il
pourra déterminer les directions, services et départements que
le plan d'organisation d'un établissement doit prévoir; il pourra
déterminer les centres hospitaliers qui doivent offrir un
service d'urgence ; il pourra préciser ce qu'est un cas d'urgence
et les soins qu'il comprend (art. 94, L. 2 7 ) .
Comme on peut le constater, les pouvoirs qui
seraient concentrés entre les mains du ministre et des conseils
régionaux, advenant l'adoption de cette loi, sont tels que ces
derniers pourront complètement réorganiser le réseau sans consulter ni les usagers, ni les établissements eux-mêmes et encore
moins les travailleurs qui seront pourtant tous profondément
affectés.
En 1971, durant la commission parlementaire qui
étudiait le projet de loi 65, la CSN, conjointement avec la FTQ
et la CEQ, avait pris position pour une démocratisation et une
décentralisation qui permettait une large représentation de la
population au sein des conseils d'administration des établissements et des conseils régionaux.
A cet effet, les trois centrales revendiquaient
que les usagers détiennent la majorité au sein des conseils
d'administration d'établissements etdes conseils régionaux
institués par la loi.
Nous croyons toujours qu'aucune décentralisation
ne peut se faire sans démocratisation des processus de décision
et qu'une véritable démocratisation passe par l'exercice d'un
pouvoir populaire au sein des établissements ce en quoi le
projet de loi 27 est absolument contradictoire.
1 - De source informée, on apprend que le gouvernement a
l'intention de ne maintenir que 3 salles d'urgence ouvertes
le soir et la nuit dans la région de Québec.
- 521 -
8.
PROJET DE RESOLUTION CONTRE
LA LOI 27
ATTENDU Que le mouvement syndical se bat depuis longtemps
pour l'instauration d'un régime public et universel
de services sociaux et de santé;
ATTENDU Que l'universalité du régime d1assurance-maladie et d1
hospitalisation est un principe essentiel qui garantit
l'accessibilité aux services de santé pour tous;
ATTENDU Que le projet de loi 27 remet en question cet acquis
social que constitue l'universalité du régime d'assurancemaladie du Québec;
ATTENDU Que ce projet de loi subordonne les services de santé
à des considérations budgétaires plutôt qu'aux besoins
de la population;
ATTENDU Que ce projet de loi s'en prend injustement aux
assistés sociaux et aux retraités comme si ceux-ci
étaient responsables du choix et du prix des médicaments prescrits;
ATTENDU Que ce projet de loi soustrait les normes de pratiques
médicales de tout contrôle public et accorde au corps
médical un pouvoir excessif quant à l'utilisation des
ressources hospitalières, et ce au détriment des autres
groupes de travailleurs qui jouent aussi un rôle essentiel au sein du milieu hospitalier;
ATTENDU Que ce projet de loi laisse libre cours au développement de la pratique privée de la médecine, ce qui est
incompatible avec une véritable politique sociale de
la santé publique du Québec;
- 522 -
ATTENDU Que le projet de loi accorde des pouvoirs abusifs
au ministre des affaires sociales et à ses représentants régionaux que sont les CRSSS, niant définitivement le droit pour les usagers et pour les travailleurs du réseau autre que les médecins, de participer
aux décisions concernant l'organisation et la distribution des services de santé;
IL EST RESOLU:
Que la C.S.N. dénonce le caractère anti-social et
anti-démocratique du projet de loi 27 et conséquemment demande le retrait immédiat de ce projet de loi.
Le 8 décembre 1981
/mg
- 523 -
ANNEXE
Les article de la Loi 27, auxquels il est fait référence
dans le texte ont été reproduits dans les pages suivantes. Les articles de la Loi 27 se retrouvent dans la colonne de droite, dans
la colonne de gauche sont indiqués les articles qui sont ainsi amendés.
1- Des coupures dans l'assurance-maladie
Art.2, Loi 27 (amendant la loi de l'assurance-maladie)
p.ii
Art.23,
"
"
"
"
p.ii
Art.5,
"
"
"
'•
p.iii
2- Le contrôle de l'exercice de la médecine
Art.4,Loi 27 (amendant la loi de l'assurance maladie)
p.iv
Art.49, Loi 27 (amendant la loi sur les services de santé et les
services sociaux)
p.v
Art.50,
"
"
"
"
p.v
Art.51,
"
"
"
"
p.v
Art.73,
"
"
"
"
p.vi
Art.74,
"
"
••
"
p.vi
Art. 85,
"
"
"
"
p.vi
3-La centralisation des pouvoirs
Art.88, Loi 27 (amendant la loi sur les services de santé...)..p.vi
Art. 38,
"
••
"
"
p.vii
Art.39,
"
"
"
"
p.vii
Art.41,
"
"
"
"
p.viii
Art.56,
"
"
"
"
p.ix
Art.57,
••
"
"
"
p.x
Art.94,
"
"
"
"
p.xi et xii
- 524 ii
1- DES COUPURES DANS L'ASSURANCE-MALADIE
Lista des médicaments.
4. Le ministre dresse la liste des médicaments
dont la Régie assume le coût en vertu de l'article
3; cette liste indique les dénominations communes, los mnrques de commerce, les noms des
fabricants et le prix de chaque médicament.
Mise à jour périodique.
Cette liste est mise a jour périodiquement après
consultation du Conseil consultatif de pharmacologie institué par l'article 39.
2. L'article 4 de cette loi est modifié par le remplacement du
premier alinéa par le suivant:
«4.Le ministre dresse la liste des médicaments dont la Régie
assume le coût en vertu du troisième alinéa de l'article 3; cette liste
indique notamment los dénominations communes, les marques de
commerce, les noms des fabricants et le prix ou la méthode de fixation du prix de chaque médicament ou du montant maximum, s'il y
a lieu, dont la Regie assume le paiement dans les cas, conditions ou
circonstances qu'il détermine.»
Entrée en vigueur.
Cette liste et chacune de ses mises à jour entrent
en vigueur à la date de leur publication dans la
Gazette officielle du Québec ou à toute date ultérieure qui y est fixée.
1971. c. 47, a. 3; 1974, c. 40, a. 3; 1977, c. A-29.
a. 4; 1979, c. 1, a. 3.
RÈGLEMENTS
Réglementa
additionnels.
69. Le gouvernement peut, après consultation de
la Régie ou sur la recommandation de celle-ci, en
outre des autres pouvoirs de réglementation qui lui
sont conférés par la présente loi, adopter des
règlements pour:
a) prescrire tout ce qui peut être prescrit en vertu
de la présente loi;
b) • déterminer, parmi les services visés à l'article
3, ceux qui ne doivent pas être considérés
comme des services assurés, et la fréquence
à laquelle certains de ceux qui sont visés au
paragraphe c du premier alinéa de l'article 3
peuvent être rendus pour demeurer des services assurés;
c) déterminer les services de chirurgie buccale
qui doivent être considérés comme des services assurés aux fins du paragraphe b du
nrominr alinéa do l'article 3:
déterminer les services que rendent les dentistes et qui doivent être considérés comme
des services assurés aux fins du deuxième
alinéa de l'article 3 à l'égard de chacune des
catégories de bénéficiaires qui y sont visées ;
fixer l'Age où une personne aura droit aux
services assurés en vertu du deuxième alinéa
de l'article 3;
prévoir des frais modérateurs que doit verser
toute personne pour laquelle la Régie assume
le coût de médicaments en vertu de l'article 3.
le montant de ces Irais et les modalités de leur
perception ;
déterminer les services que rendent les optométristes et qui doivent être considérés
comme des services assurés aux fins du paragraphe c du premier alinéa de l'article 3;
déterminer les prothèses, appareils orthopédiques, dispositifs ou autres équipements qui
doivent être considérés comme des services
assurés aux fins du cinquième alinéa de l'article 3. fixer le montant pouvant être remboursé
à un bénéficiaire pour l'achat, l'ajustement, le
remplacement ou la réparation de ces services et prescrire les conditions suivant lesquelles ils peuvent être fournis, ajustés, remplacés
ou réparés;
2 3 . L'article 69 de cette loi est modifié:
1° par l'insertion après le paragraphe b du premier alinéa du
suivant:
«b.1) prescrire les cas, conditions ou circonstances, dans lesquels desservicesvisésàl'article3nesontpasconsidéréscomme
des services assurés pour les hénéficiaires ou ceux d'entre eux qu'il
2° par le remplacement du paragraphe/du premier alinéa par
le suivant:
«f) prévoir, au-delà du montant dont la Régie assume le paie
ment conformément à l'article 4, le montant ou la méthode de fixa
tion des frais qui peuvent être exiges des bénéficiaires par un phar
macien, les modalités de leur perception et les cas d'exonération
totale ou partielle, avec ou sans conditions;»;
3° par le remplacement du paragraphe h par le suivant:
«h) déterminer les prothèses, appareils orthopédiques, dispositifs ou autres équipements qui doivent être considérés comme
des services assurés aux fins du cinquième alinéa de l'article 3.
fixer le montant qui peut être remboursé aux bénéficiaires ou à
ceux d'entre eux qu'il indique pour l'achat, l'ajustement, le remplacement ou la réparation de ces équipements et prescrire les cas
conditions ou circonstances clans lesquels ils peuvent être fournis,
ajustés, remplacés ou réparés;»;
«v) déterminer les conditions requises pour que le coût de
médicaments soit assumé par la Régie.»;
~ 525 émunéraVon.
2. Un professionnel de la santé soumis à l'appliation d'une entente a droit d'être rémunéré par la
légie pour un service assuré qu'il a lui-même
ourni à un bénéficiaire qui a présenté sa carte
j'assurance-maladie ou son carnet de réclamaion, selon le cas, ou d'être rémunéré par un
bénéficiaire pour un service assuré qu'il lui a luimême fourni lorsque ce dernier n'a pas présenté
sa carte d'assurance-maladie ou son carnet de
réclamation, selon le cas, pourvu que ce professionnel de la santé se soit conformé aux dispositions de l'entente.
iii
Services tournis conformas à l'entent».
Toutefois, pourvu qu'il se soit conformé aux dispositions de l'entente, un professionnel de la santé
soumis à l'application dune entente a droit d'être
rémunéré par la Régie pour un service assuré qu'il
a lui-même fourni à un bénéficiaire même si ce
dernier n'a pas présenté sa carte d'assurancemaladie ou son carnet de réclamation, dans les
circonstances et les cas suivants:
a) si le bénéficiaire est âgé de moins d'un an;
b) si le bénéficiaire au moment où il a reçu des
services assurés est dans un état requérant
des soins urgents;
c) si le bénéficiaire est âgé de plus de 14 ans et
de moins de 18 ans et qu'il reçoit des services
assurés, sans autorisation parentale, conformément à l'article 36 de la Loi de la protection
de la santé publique;
•
d) si le bénéficiaire est hébergé dans un centre
d'accueil ou un centre hospitalier de soins
prolongés;
e) dans les autres circonstances et cas prescrits.
Rémunération d'un pharmacien.
Un pharmacien soumis à l'application d'une entente a droit d'être rémunéré suivant les premier ou
deuxième alinéas, même si le service assuré a été
fourni légalement par un de ses employés.
Aucune nutra rémunération exigible.
Un professionnel de la santé soumis à l'application
. <#ur,r> «.fiir-ntr. nr> r>f>ut oyioftr ni mouvoir, pour un
service assuré, que la rémunération prévue à t'entpnte et a laquelle il a droit en vertu des alinéas qui
piécèdertt, toute convention à l'effet contraire est
nulle de plein droit.
5 . I/article 22 de cette loi. modifié par l'article tf> du chapit n>
1 dos lois de li)7î), est de nouveau modifié:
1° par l'addition à la fin du quatrième alinéa de re qui suit:
«Cependant un pharmacien peut exiger la différence entre le prix
du médicament indiqué à la liste et le montant dont la Héj>ie
assume le paiement dans les cas, conditions ou circonstances proscrits. » ;
2- LE CONTROLE DE L'EXERCICE DE LA MEDECINE
SECTION III
PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ
Entente.
19. Le ministre peut, avec l'approbation du gouvernement, conclure avec les organismes représentatifs de toute catégorie de professionnels de
la santé, toute entente aux fins de l'application de
la présente loi.
Détermination de professionnels
territoire.
admissibles dans même
Une telle entente peut, pour assurer une répartition
adéquate des professionnels de la santé sur le
territoire du Québec, établir une procédure ayant
pour effet de déterminer le nombre de professionnels admissibles à participer au régime d'assurance-maladie ou au régime d'assurance-hospitalisation dans un même territoire ou établissement, en
tenant compte de la catégorie ou spécialité à
laquelle ils appartiennent.
Établissements liés.
Toute entente ou partie d'entente peut, s'il y est
pourvu expressément, lier tout établissement. Toutefois, le ministre doit consulter les établissements
ou groupes d'établissements susceptibles d'être
liés par une entente ou partie d'entente et ceux-ci
peuvent transmettre au ministre des recommandations quant aux modalités de leur participation à la
conclusion de cette entente ou partie d'entente.
Régie liée.
Une entente visée au présent article lie la Régie.
1970. c. 37, a. 15; 1973, c. 30, a. 6; 1974, c. 40,
a. 8; 1977. c. A-29, a. 19; 1979, c 1, a. 14.
Effets d'entente continués.
20. Les dispositions d'une entente continuent
d'avoir effet après son expiration; elles subsistent
jusqu'à la conclusion d'une nouvelle entente qui
iv
4. L'article 19 de cette loi est modifié par le remplacement
des premier et deuxième alinéas par les suivants:
<• 19. L.e ministre peut, avec l'approbation du gouvernement,
conclure avec les organismes représentatifs de toute catégorie de
professionnels de1àsànte~ûne entente sur les conditions de travail
de ces professionnels aux fins~<te l'application de la présente loi.
Une entente peut prévoir une rémunération différente pour la
fourniture de services médicaux dans un territoire où le ministre
estime que les effectifs de professionnels de la santé sont insuffisants.
Elle peut également prévoir une rémunération différente pour
les médecins durant les premières années d'exercice de leur profession ou de leur spécialité dans le cadre du régime, selon le territoire où ils exercent.
Le ministre détermine, par arrêté publié à la Gazette officielle
du Québec, après consultation des organismes représentatifs des
professionnels de la santé, les territoires qu'il estime insuffisamment pourvus de professionnels. Cet arrête peut viser l'ensemble
des professionnels d'un territoire ou une partie d'entre eux compte
tenu de leur genre d'activité.
À défaut d'entente pour déterminer la rémunération différente visée dans le troisième alinéa, le gouvernement peut, par
décret publié à la Gazette officielle du Québec qui tient lieu d'une
entente, fixer cette rémunération. Il peut de même déterminer le
nombre d'années d'exercice d'un médecin pendant lesquelles cette
rémunération s'applique; ce nombre ne peut excéder trois ans.
Le ministre peut, à titre expérimental, rendre applicable, par
arrêté qui tient lieu d'une entente, un mode de rémunération prévu
à une entente à l'ensemble des professionnels d'un département ou
à l'ensemble des professionnels qui y exercent le même genre d'activité pourvu qu'il ait l'accord des professionnels concernés dans le
département et celui du conseil d'administration et du conseil des
médecins et dentistes de l'établissement.
S'il estime que dans une région l'absence de services médicaux
adéquats met en péril la santé publique, le ministre peut, afin de
permettre la fourniture de ces services dans un établissement, convenir avec tout professionnel de la santé de conditions de travail
différentes de celles prévues à une entente.».
I
7 0 . .Sous réserve de l'article d'>. le pl:m <!'>>• f.:>m^:ition d'un eenire
' hospitalier allilic à une univcisile iloil p i o n i i , après eonsuliiilion
avec l'université à laquelle il esl allilié. la lui iiuiiioii de départements
cliniques el de services cliniques dans le i v n l i e en l'onction de son
permis et des icssources linauciercs dont d dispose el doit également
picsoir le nombre de médecins el de dcniistcs pouvant CAereer leurs
fonctions dans cliacun de ces dépaiicun-nis cl de ces services
Avant de soumettre le plan d'organisation, pour approbation, au
conseil tic la sanlé el des services sociau.x île sa région, le conseil
d'administration d'un centre hospitalier doit cousiiller lu conseil des
médecins el dentistes.
De plus, le pl;m d'organisation d'un ccntic hospitalier désigné
par le ^oiivcrucmcul doit ptuuvoir ;i l'ot')!aniv.ilion d'un département
tic sanié communautaire.
•I !>. L'article 70 île celle toi. modifie p.ir l',u licle 325 du cli»|iitic 63 îles lois de l'JT'J, est remplacé par le suivant:
• 70. Le plan d'organisation d\in centre hospitalier doit de
plus prévoir la foi-notion de départclnentTcHhîqiJes « de service»
clinique* île même que le nombre lie médecin* et dentistes qui peuvent e.scicer leur profession dans chacun de ce> dcpaitcmenls *l
services «n fonction de son permis eldes ressources financière*
dont il dispose.
Le conseil d'administration d'un centre hospitalier doit, après
consuluUon du cunseil d«ss médecina et dentiiles. iran»»»- •
celte partie du plan d'organisation au ministre pour approbation.
Co dentier doit, avant de l'approuver, consulter le conseil régional
concerné.
De plus, le plan d'organisation d'un centre hospitalier désigne
par le gouvernement doit pourvoir à l'organisation d'un département de santé communautaire.-.
IV74. c. -12. a. 18; 1978. c. 7 2 . a. 12; l«»7«). c. M . a. 325.
50. Cette loi est modifiée par l'insertion, après l'aiticle 70, du
suivant:
• 70.1 Un centre hospitalier ne p«ut offrir de nouveaux servi- '
ces iloul I» nature nécessite îles équipes du professionnels et des
équipements ultraspécialisés déterminés par tellement avant
d'avoir obtenu f-.mtorisaiion écrite du ministre. Avant d'accorder
cette autorisation, le ministre consulte le conseil régional concerné.-.
7 1 . l'oul déparlenieul clinicpic d'im tviilu* hospitalier est dirige
par un chef nommé pour au plus ipialic ans par le conseil
d'administration du ceuirc. api Os consultation des médecins et
dentistes ocuviaul dans le dcparlciiicui, ilu dticcleur des services
piofcssionncls et du conseil îles médecins i-i denlisles. S'il s'agit d'tui
centre hospitalier allilié à une univcrsilo, la uoiiiinalion des chefs de
département doit être l'aile après consultation de l'université selon les
dispositions du contrat il'allUiation.
l')74. c. 42. a. 18.
51. Cette loi est modifiée par l'in.eiiion, après l'article 71. du
suivant:
• 71.1 Le chef de département clinique d'un cenlie hospitalier est resjjonsîtjii. de l'uiiluation des ressources de rétablUsemeiA "pîTlei médecins el dentistet de son département cl de lir
i-gstion dfs. ressources Oc son dénanenient. Il Mireille IJ favon
uont sex?i«TyTn^ï!é7meTMw7ton3?paTt?!fient.
Il veille i l'application des normes sur ta fourniture d«s soins
juiuii> el l'uliltiJlion ilei rosouicei disponibles él;>baiées par It
conseil des médecin! et dentistes con/onnémtnt à l'iiriicle US. 1 <t
il impose les j.nnclions .idminiiU.itivei qui peuvent y et!e prévue»;
'dans ce et*, il t'oit en ::\\^\ h- coiueil des lueileciiii el dentisU1^
I V l l (
^^
Ni
- 528 vi
7 3 . L'article. 112 de cette loi est modifié par l'addition, a la
fin, de l'alinéa suivant:
- L e conseil des médecins et dentistes d'un centre hospitalier
remplit également les autres fonctions déterminées par règlevis-à-vis ment.-.
11 2 . Le conseil des médecirrs et dentistes est responsable
du conseil d'administration:
a) du contrôle et de l'appréciation des actes médicaux et
dentaires posés dans l'établissement:
h) du maintien de la compétence des médecins et dentistes
exerçant dans l'établissement à un nivearr suffisant pour assurer des
servrces de qualité à la population en ce qui a trait aux soins
médicaux et dentaires.
197l. c. 48. a. 76.
110. Un medecin ou dentiste d e v a n t exercer sa profession dans
un centre hospitalier doit adresser au directeur général un formulaire
demande de nomination conformement aux reglements
le comité d'examen des titres du conseil des médecins et dentistes.
m la composition est déterminee par les reglements, étudie la
demande du candidat et fait rapport au conseil des médecins et
dentistes dans les 30 jours de la ieeeption de la demande par le
secteur général.
Le conseil des médecins et dentistes adresse ensuite dans les 30
ms une recommandation au couseil d'administration.
Le conseil d'administration transmet au candidat une décision
^^te dans les 90 jours de la réception de la demande originale par le
secteur général.
S'il s'agit d'un centre hospitalier affilie a une université, le conseil
d'administration prend la décision aprés consultation de l'université
les dispositions du contrat d'affiliation.
Tout refus de candidature doit être motive et se fonder sur des
critères de q u a l i f i c a t i o n , de competence scientifique ou de
^^poitement dn médecin ou du dentiste et tenir compte des effectifs
medicaux et dentaires visés dans le plan d'organisation du centre
hospitalier affilié à l'université.
7-1. Cette lui est modifiée p.ir l'insti tion. apié.* l'aiticle 112.
du suivant:
- 1 1 2 . 1 Le conseil des médecins a d o m i n e * d'un centie hospitalier doit adopter pour chaque dep.u lenient clinique de* normes
sur la fourniture des soins requis cl l'utilisation de.' ressources dispnmliles.
(."es nonnes peuvent prévoir dos sanction» adminisîratives
pour, notamment, limiter ou iiir-penilie le dioil d'un médecin ou
dentiste d'utiliser les ressources disponibles d:tns le cent, e lio>pitnlier. Une disposition de ces normes qui éublit une sanction administrative entre en vigueur sur approbation du conseil d'administration du centre hospitalier.-.
lt.1. L'article- l'JO de cette lui c.-l ir..nlifit par le remplacement
du sixième alinéa pnr les suivants:
• L e conseil d'administration il'un renlir li.r.pil.dii-r arreptr <m
rcfiiii: la candidature d'un médecin DU dentiste en teium compte
du plan d'organisation visé dans l'anicle "O.tdu nombre fie médecins et dentistes prévu à ce plan cl organisatioityet du cuùt engendré
par l'engagement de ce médecin ou dentiste.
Le conseil peut refuser la candidature d'un médecin ou dentiste en se Tondant sur des critères de qualification, de compétence
scientifique ou de comportement du médecin ou dentiste.
Tout refus doit être motivé par écrit.
Le conseil doit, dans les trente jours de l'acceptation d'une candidature, en aviser le conseil régional concerne.
'74. c. 42. a. 48; 1978. c. 72, a. 31.
3 - LA CENTRALISATION DES POUVOIRS
1 3 9 . Tout permis permanent est accorde pour une periode de deux
ans se terminant le 31 mars. l l est renouvelé a cette date pour la
même periode si son détenteur remplit les conditions prescrites par
réglement.
Le ministre peut vérifier un permis temporaire pour toute période
anterieure à deux ans.
1971. c. 48, a. 97: 1978. c. 72. a. 35.
JJ!>. L'article 139 de cette loi es! icmplace par les suivants.
• I : Î ! ) . Un pennii permanent es', accordé pour une péiidrie de
dei:\ M'Xi oc: a '.eitmne le -M mais.
L i i |<~ri:us te.'nporaii e est accorde pour une péi iuile info ieui e
à t!eti\ .'.:is.
- l l i t ) . 1 Un permis permanent est renouvelé pourdeu\ an> si
son détenteur remplit les conditions pi's>cri;es par règlement.
Ceu«:ulant, l-i ministre peut, après consultation du conseil
r«ponai concerné, modifier la catégoiie, la clar.-e. le type ou la
capacité indiqué au permis s'il estime que l'intérêt public le justifie.
La décision du mii\i>tie est finale et sans .ippel: vile n'e.->t p.iî
considérée comme un refus de renoiivcllenieiu -<u\ finsd* la JOUSSiclion 2 de la pivienle ieciion.
Le détenteur d'un p e i m u qui e t muilifie cli'U pivmlre les
mesures r.éce^saiies pour j ' y confoiiiier dan.- le* .-iv moi» «le l.i
réception du nouveau p u m i * . - .
- 529 vii
:IU.
L'article 13 de c<lte loi ejt modifié:
1* par le ivinpl.icïir.ent ilii paugv.iphe e p.ir le .«uivant:
-«) II"JI f.miiei l'cchuni;* île lj:«n» et service*, leur rcpariition
adéquate
d é q e cl l'élimination de leurs dédoublements dans la légion et.
f
d'
d manièreaniè exclusive
e c l i v e 1rs fonction»
fonctio
iiinlc'
à celte fin,
d'exercer de
i) établir et administrer de» programme* d'appiovi.-ioiinement de biens et service* communs nus établissement* de M
région:
lit.
Un conseil lojjional ;i poui loiu'lions pi iiit'ijtatcs:
n) de susciter i:i participation de l:i |>i>|iiil;iiuiii à la déliuilion de
NOS piopics besoins eu matière de \ei\ie>'s de santé cl île services
sociaux ' ainsi tpi'â l'administration IM au l«iuciititiiioiiicnt des
établissements (|iii <iispcusi'iil ces seiviiev
ii) f u ,,rmr ce* bien* el «rvk-e» « . avi-c l;u.;on...u.on M I ne
.lu .,.ini*ire. ••» confier le inaniU i> une vu. p.« ^««.i *"".' >«.t lias nf;
iii) regrouper des Service.* fou.™* P»
menis;-;
V par l'addition, à la fin, du parnp-aphe suivant:
l>) d'assurer tics communications soutenues outre le public, le
ministre cl ces établissements;
«*) de iccevuir cl enleiuiie les plaintes dos personnes auxquelles
un établissement silué dans la région puni la«|nclle le conseil régional
CM institué n'a pas fourni les services di* santé cl les services sociaux
que la piéseulc lot leur donne droit île recevoir, et de faire à
rclalilisseuieni eu cause cl au iiiiuisiic les recommandai ions qu'il
juge appi «priées à ce snjcl;
il) de conseiller et assisler les élalilissoiiionls dans l'élaboration de
ICIIIS pi 0^1 animes de ilévcloppoiiionl ot de roiicliouiteuicnl des
sci vices de saule et îles services sociaux el d'assumer les l'onction*
«|iie le ministre lui conlie pour l'exécution de lois programmes;
•*) de promouvoir rechange, l'élimination des dédoublements cl
une meilleure lépaililion des sci vices dans la lésion ainsi que la mise
ou place de sei vices communs à ces établissements et, suivant les
en constances, d'établir, de maintenu cl d'administrer île tels services
omniums;
J)
d'adresser au ministre, au moins une lois par année, ses
• ccommaiulations aux fins d'assurer une icpaiiiiion adéquate sur son
toniioiie des icsMiurccs cmisaciécs aux soi vues de saule el aux
oiMces sociaux cl la meilleure utilisation pnssilile des ressources
iispimibles;
.c) d'c.xciccr, à r i n l é i i c u r de sou Ici m o n o , louie aulie l'onction
• m d'assumer le coût de tout progiammc iclies a l'administration des
services île santé el îles services sociaux cl qui lui sont couliés par le
rouveinemeul.
•A) d>\ereer. à rinlérieur A: son territoire, toute autre fone-
39. Cette loi est modifiée par l'insertion, après l'article 18,
des suivants:
•-V-10.1 Un conseil régional, 'UsjifTui p^r i-»|»l..™..«.> p».n e.xt-rcer ét;algnie;<t Ig* fonction* suivante*:
1* établir Ici politiques d jdmission. et de trnnsfeit des bcn<nciairei dans l e ; établissements de sa légion, h l'exception des
admissions et de» transferts faits en application de la LaÉBur la
protection de la jeunesse (L.R.Q., chapitre H-3-4.1);
^ H
2* fixer le* normes de fonctionnement dos service» d'urgence
dans ces établissements;
3* fixer los noemes d'utilisation et de distt ibuiion des lits tlanT
ces établiiiementf;
'
—
<l* concevoir ut iinpiantcr un système d'informations icgio.-.iIss (xnne'.tant de connaître, de fa^on r|uotidie(niie, la situation
dans \a ilzbUiîttiimMi publics et dan* ie* ét:ibli>>enienis privé:»
ïn> !Ï.- nvticU* 176 et 177 de «on (ci ritnire en regard de» ir.-p r . i el i l ï i ad.-niisioiiï des bénéfici.urcs el de Ic-.u-s li aiufei : i
t-t tisnspmti en umbiibnce;
5* ineiEre sur pied une centrale de communication* po;u
répartir les c.is d'urgtnce à laquelle tout détenteur d'un peimis
d'e.vploitation d'un service d'ambulance au sens dé la Lui sur la protection de la santé publique (L. H.Q., cliapilre P-35)iloit s'insenre;
G* faire des ! ecommamlationi pour la révision ilu système de
IrniiÂpm* en :imliulauce sur Sun Icirituire.
• 111.2 Un conseil i égiomil designé par i è^lement est la svuie
autorité habilité? à:
1* autoriser le déplacement i!'un l>inéfi;i:tir« vers un autre
élablisa-imenl lorsqu'un i>t.-.bii*>erient vil une »ituutio:i d'cn;oi j e nwnt après avoir applu'iué toutes le* procédures en vipieur.
2* recevoir les appels de la population de son tenitoiie qui
dcm:uwlent des *<-rvice> d'.unb«il;ince .lii.ii que rcuv |ii••venant <Ui
établissements publics ou des établissements privés visés dan* le*
articles 17C et 177 de son territoite et à répartir ces demandes
entre les ilétcnleun d'un permis d'exploitation d'un service d'jmbulance.
-H1.3 Un établissement est lié par une décision
régional prise en vertu du paragraphe e de l'article 13 o
clvs 18.1 ou 18.2 ou en vertu d'une fonction confiée par l ^
ou le i:ouvernemenl conformément aux paragraphes d,'g et
l'article 18.-.
V. '
. (i-
viii
§3.—
Cerne// tl\i<liiiiiii\ii\iiunt
'À t.
Les pouvoirs «l'un couvil reponal
if ';i((<t< UMNf r a i i o n
MMII CNCICCS par un conseil
/'DMIIC d e M i i f i il.-n< iii<-inliit's y c o m p r i s l e
directeur j'.cnétal.
Quatre des membres sont vins poui ilcu.\ ans par les maires tics
muuicipalilcs de la région pour laquelle le conseil régional esl institue
el deux soûl nommes pour vieux ans par le gouvernement après
consultation îles groupes socio-économiques les plus représentatifs
de la région.
l e s autres membres sont nommés pour deux ans par les
H)y,;inf>))ics .suivants de celle icjjion:
a) deux par les universités:
/)) un par les collèges d'enseignement général cl professionnel;
c) dois p;ir les centres locaux de services communautaires;
il) trois par les centres hospitaliers:
c) dois par les centres tic .services M>C>;IUA;
y) dois par les centres d'accueil.
A défaut île l'une de ces citlcitoiics d'oi|;aoismcs dans la légion ou
si l'élection ou la nomination d'un membre n'a pas lieu, le
gouvernement fait la nomination api es consultation du conseil
d'aduûuisdaliou du conseil ic^imuil.
Les membres visés dans les païa^iaplies 11 et h el i\c\m des
iiictiilxcs visés dan.s chacun des païai'iaphcs <• à/du troisième alinéa
ne doivent pas occuper nu emploi, ni a\oir une occupation dans un
établissement sauf celle d'adminislialrui
La piocéilure qui doit être suivie pour l'élection <>" '•' uoiiiiualioii
de ces memhies esl iléleiminée pai ic^lemcul.
l'ouïe pci sonne intéressée IKUI lojîct devant la Commission une
requête en contestation ou annulation de toute élection ou
nomination faite eu vertu i\u picscul aiticlc
La Commission peul continuer ou annuler l'élection ou la
nomination d'un membre, ou dédaui une autre personne dûment
élue.
Quand la Commission annule l'clc-clion d'-.in membre sans
déclaier une autre personne dûment élue ou quand la Commission
annule la nomination d'un uiembie. une nouvelle élection doit cire
tenue ou une nouvelle nomination ellccinee sans délai.
Le membre ainsi élu ou nomme uMr en lom non pour la dm ce non
ci'oulce du mandat du membu- dont iVUvtion ou la nomination a élé
anmdce.
l ' O l . c . -IK. a . 2 1 ; l ' ) 7 . | . c . -12. a 1 2 : l « > 7 7 . c -IX. Î I . 7 ; l » ) 7 K . c . 7 2 . a . 2 .
•II. L'article 21 de cette lot est modifié par le remplacement
des cinq premiers alinéas par les suivants:
• '- I. (.es pouvoirs d'un conseil ic^onal sont e\mcèT jwr un .
conseil d'administration formé de <|i\;ilurie memui es dont le dit celeur général. Ces membres doivent ré-nier ou occuper oidutaireun emploi dans la légion pour laquelle le con.-ed *• •.•• 0.1I est
•nue.
Deux membres sont élus pour trois ans par les « u a t i des
s dé cette •
M.
Trois membres sont nommés puiir trois ans p;>r le ministre
aprè» consultation des (poupes socio-économiques les plus représentatifs de cette région.
Les autre» membre:, sont nommé» pour trois ans pnr les ûi (;•'- !
nismes suivants de cette région:
n) un par les centres liospilaliers;
/••
b) un par les coni-tils île inédeons ri dentisle.< run>tilué> d;ms
le» établissements et choisi parmi leurs meinbi es:
c) un par lus cenlre.-i loc;m\ dv services
</) un par les CCMICJ de survievs sori.mv.
e) un [ini- les ctutt <•-• «l'iicviirii,
'
/) un par li-s nnivcisilés;
g) un pur le» cullc^i-s d'cittci^nviiiont i;éiiér:il i l |iio(essidnuni.
h) un par les organismes bC-névolei de lu région qui oeuvieut
dans le domaine de la. s:inté et des services soebux et qui sont i
reconnu» à celle fin par le conseil i
A défaut de l'une de ce* r.ilcjjoiii'S (foipnnuin iluns b
recion
ou si l'clcctiun ou la noiniiutiou d'un
c
u membre n'n pas lieu, le
ii
fi la
l nomination
i après consultation du conseil d'adminisministre
fait
tration du conseil régional.
k l'esceplion de celui nommé en vertu du pnratp-aphe b du
quatrième alinéa, les membres d'un conseil régional ne doivent pas
occuper un emploi, ni exercer leur profession dans un établissement sauf celui d'administrateur.-.
KO
O
tx
7(1. Un centre local de sei vices conuiiiiuaulaiic"» -.'si administré par
un conseil fui nié îles membres simaniv qui ni l'uni partie au fur el n
mesure île leur élection on nomin:tlinii.
,_,
(/) ciii(| personnes majeures ducs |iour ilcii.v ans par l'assemblée
des usagers du ceniie el choisies |i.uini ces usagers;
__.
/') ilctix personnes nommées, pai n u l . pouf deux ans par le
mmisiie el choisies parmi la po|uil:iiion du territoire desservi par le
centre après consultation des poupes socio-économiques le.s plus
représentatifs du leriitoire dessein pai le centre el du conseil
régional concerné;
c) une pei sonne élue pour deu.x ans par le conseil consultatif du
peisminel clinique cousliliié dans le cculie. el choisie parmi les
tnembies de ce conseil;
</) une personne élue pour deux ans par rensemble îles membres
ilu personnel non clinique â l'emploi du cculie el choisie parmi ces
membres;
i') une personne élue pour deux ans conjointement par les
conseils d'adminislialion des cculi.es hospitaliers auquel le centre
local île services conunuuaulaires est iché par un contrat de services
professionnels vise à l'article 12-1. loisqu'iui tel contrat existe;
J) une pei sonne élue pour drus ans conjointement par les
conseils d'administration des centres di- sei vices sociaux auxquels le
cenlie csl.ielié par un coudai de semees professionnels vise à
l';ulu.le 124, lorsqu'un le) coudai existe,
y.) une pasoune élue pour deux ans pai le conseil des médecins el
denlisles constitué dans le centre cl choisie pal mi les membres de eu
conseil;
h) le directeur gênerai du centre.
1971. c. 48. a. 50; 1974. c. 42. a. 23: I»*7K. e. 72. a. 16.
.".C. l.'atlicic 15 ils t-itlï loi vi\ ivmpi.tcr pur te -n:\ar.:.
-"ïil. U n tfi'.li'1 loc.it il* ivrïi»»» l"<iiiiniiu;u;uii•••> OM ;idi!(il'i-'ii .'
min i i i o ji.ir un cuii^eil il'.i>lir:"!U:
il.i>lir:!
. i::i'
::i;; des
des meml>ie>
me
\;'Mls <|ii;
|ii;en
n foui
f«r V ;i n
n ii v
vm
m ee de
'-leclion ou
ou
\;'.Mls.
foui |>ui:c
|>.ui:c au f<«r
de Iciu
Iciu .'-leclion
ll'illllll.ll'oll
gei s du centre et choisie> pai mi ce» usugL-is; iliius le CM où il evute
un comité de bénéficiaire», une de ces personne» doit être «lue par
ce comité ut choisie parmi les membies de ce comité;
,
b) une personne nommée par éciit par le conseil régional concerné et choisie parmi les ntemln es des organismes bénévoles de la
région qui oeuvrent dans le domaine de la santé et des sei » ices
sociaux et qui sont reconnus â cettefinpar ce conseil régional;
c) deux iiei Sonnes nommée» par écrit par le ministre après
consultation des groupes socio-économiques les plus i epréienutifi
du territoire desservi par le centre:
d) une personne élue par le conseil consultait/ du personnel
cliuiiuie constitué dans le centre el choisie parmi les membres de ce
conseil;
t) une personne élue par l'assemblée des membres du personnel non clinique a l'emploi du centre et choisie parmi ces membres;
/ ) une personne élue par le conseil des médecins et dentistes
et choisie paiini les membres de re cunieil;
g) une personne élue pur le conseil il'ailminiitration du centre
hospitalier situé dans le Ici ntone desservi par le centre un, lorsqu'il en esiite plusieurs, élue conjointement par les conseils d'ailminiilration de CM (entres;
h) une personne élue par le conseil d'administration du centre
d'accueil situé dans le territoire desservi par le centre ou, lor«i|u'il
en existe plusieurs, élue conjointement par les conseils d'administration de cet centres;
i) une personne élue par le conseil d'administration du centre
de s e m e t i sociauN situé dans U territoire desservi par le centre
ou, lorsqu'il en existe plusieurs, élue conjointement pur Ut* conseils
d'administration de tes centres;
j) le directeur général du centre.-.
vn
71).. Un centre hospilalici c l aduiini-.iic |i.u un conseil l'unnc des
membres suivants, tjtii en finit pani< ;iu lui cl à mesure tic leur
élection ou nomination:
(i) ileux personnes majeures élues pour deux ans par l'assemblée
îles usagers du centre cl choisies paimi ces usagers;
h) deux personnes nommées, par écrit. pour deux ans par le
ministre après consultation îles poupes socio-économiques les plus
représentatifs du territoire desservi par le centre cl du conseil
régional concerné;
c) dans le cas d'un centre hospitalier dont les actifs immobiliers
sont la piopiiélé d'une corpoialiou sans but lucratif autre qu'une
coiporaiion constituée en venu de la piéseulc loi, quatre personnes
élues pour deux ans par les mcmhics île la corporation;
il) une peisoune élue pour deux ans par le conseil consultatif du
personnel clinique constitué dans le centre cl choisie parmi les
membres de ce conseil;
(•) une personne élue pour deux ans par le conseil îles médecins el
tlenlisles constitué dans le ceiilie el choisie parmi les membres tle ce
conseil;
/) une peisonne élue pour deux ans par l'ensemble des membres
«lu peisomiel non clinique à lYniplni du cenlie el choisie painu ces
mcmbies;
.s") une pei sonne élue poui deux ans conjointement par les
conseils d ' a d m i n i s t r a t i o n des centres locaux de services
communautaires reliés au cenlie par un contrat de services
professionnels visé à l'article I2'l. loisqu'iin ici contrat existe;
/() dans le cas d'un établissement allilié à une université, un
iiiembie nommé pour deux ans par crue université el un autre élu
pour deux ans par les médecins inleiues el résidents du centre;
() le diieeleur général du cenlie.
l ' ) 7 | . c . 4 K . a . 5 1 ; l l ) 7 « t . c . «12. a . 2 1 . I ( » 7 K . i \ 7 2 . a . 1 7 .
57.
.
L'article 79 de celle loi est remplace par le iuùani.
- 7 0 . Un centre hospitalier e»t administré par un conseil d'adv
ministration formé de» meinbie» tintants, qui un font pu tic au fur
el à meMiio île leur èl-ciion un nomination:
a) il;uir le cas un tl csiflr un coiniie Uc b^ncficiiiic-, iinu pcison ni' «lue par ce comité • ; >hoi>ie p.inni Ici membre- de ce
comité;
b) une personne nmunire par ecot par le conseil l é g u a i concerné et choisie p:uini lei nit>iiibic>ilesoigani>nit:> bentvnle.- de l.i
région qui oeuvrent dans le domaine de la sunté et de* services
sociaux et qui sont reconnu* à cette fin par ce cuiucil lé^uciul;
c) deux pei^ounsi nomnieei pur éciil pur le ministre api es
consultation des ipoupes $ucioéc<jnnini(|ues le> plus ii'piéseuOlils
du territoire de^Svrvi pur le centre;
d) une personne élue par le conseil consultatif du persunnel
clinique constitué ( b n i le centre et choisie pai mi les membres de ce
conseil;
e) une personne élue par l'assemblée des membres du personnel non clinique à l'tinplni du centre et choisie parmi cei ineinln e>;
/ ) une pei^onnc élue par le conseil des médecins et dentistes
vt choisie parmi les na-mbi es de ce cunieil;
y) DUR pei 5,iiiiM^ élue p:ir lu cniibril ICHIIIHIII jlulion iln ceutii*
locul de services sociaux situé d-ins le teniloii e desservi par le centre ou, lorsqu'il en existe plusieurs, élue conjointement par les conseils d'administration de ces centres;
h) une personne élue par le conseil d'^dministration du centre
d'accueil siîué dans le '.erritoii e de??ervi par le centre ou, lorsi|u'il
en existe plusieurs, élue conjointement p:ir Ici conseils d'adminisIralion th.- ces ccnlrei ;
i) i:ns pi:5onne élue par II- cun><-il rl'adininisO'.ilion (In cenlie
de Services >nciaiL\ situé il.uii le l i n i l o n e di:>>ersi paj' le centre
ou, lorsqu'il en existe plusieurs, élue conjointement pur les conseil*
d'udiiiinislrniion de ces centres;
j) c.inî le c.s d'un, centre ho^nulier dont les uctifi immobiliers sont U propriété d'une cor.iorulion sans but lucratif aiiln:
qu'une corporation constituée en vertu de la prc>ente loi, une personne élue par le» membres de lotte curpor^iiun;
k) lidni '.i l o i d'un établissement affilié h une université, une
personne nommée pur celle université;
f) le directeur général du lentre.-.
- 533 xi
Sl-C* ION l \
—
• '
'
Hl'X îi.l'.MKN l S
•>!. L'article l"3 «le cctTe bii est inmlifié:
I* par \e remplacement «les paragraphe* e a p du premij
néa par le* suivants:
.*) déterminer. *•» malii-i v d'Hygiène, de .-alubrite et de sécurité. dan.« un éiabli.-rement ou ime ;ainill« d'accueil:
I 7 : 1 . I j l o u l i e tics pouvoiis de leglenunlalinn qui lui sont conférés
f) | ( ^ cum | lllo ,,5 minimum* qui doivent èutr 1 éjectée*:
par la piesente loi. le gouvernement pcui fane tics leglcmcnls pour: .^ u.iMSelcjIC011i,;,1^K.Ui«»e#mes«iie*tU»ivcMeii-epri*e*:
</) établit des catégories «le lamillcs d'accueil c l . au sein de
...
..
chacune «les catégories d elablisscuii'iii li\«vs pai la picscnle un, des
.
c l a s s e s
«
r
é
t
a
b
l
i
.
.
d ' é t a b l i s s e m e n t
s
s
e
m
e
n
t
s
e
t
d
é
t
e
r
m
i
.
.
.
c l .
n
e
r
.
•
a u
l
e
s
a
s e i n
c
t
i
v
i
t
«le
é
s
«
|
,
c h a c u n » -
u
»
-
c
h
a
c
u
n
e
-
«les
t
i
c
c
e
c l a s s e s ,
s
c
l
a
s
s
•
t
e
s
d e s
l
a
^
a
1
•«)
t y p e s
a
n
t
e
i
e
>
cvs
(«••MIIV*.
.
;
i
o
«
:
»
r
f
u
«
U
t
e
. , . , .
v
i
M
e
<
l
.
:
.
.
l
>
t
l
r
.
,
e
.
v
.
j
t
k
. »t
e
.
V
.
u
i
y
i
.
,
i
a
t
t
1
.
lu-u;
m
. : . - . • .
r
•
s
.
•
•
-
M
•
Ha
n
n
-
.
«
•
:
»
•
•
:
• « • . : : . • .
:
:
.
J
Î
K
:
.
U
«
;
•
:
.
•
• • »
o u types d'éiabiissemcnls peut exercer cl Maiiicr sut les règlements qu'un établissement «loti contracte»;
qu'un conseil légioual ou un établissement ivut ou doil adopter;
-g) déterminer t» foime et fa teneur de la «U-rr.ajide «le «W«iv
i -i.1
. 1 1 1 1
vrance ou «le renouvellement tfwn iieuniUltrs (piaïtle* «eouiie* de
/«) staïuer sur les elcmenls cl les [»tcc«s cssculieK des IIONMCIS des i " ^ ' ^ ^ îottk'U un ptrm» «u son reno«Uctii-f.«niJ les es.lH.*ucltciaiics. la couseï vatiou et la consultation des dossiers ainsi que gencei iiu'elle doit remplir et lus renseignements «il tiocumcnts
sur leur reproduction photographique:
quelte doit fournir.
«) déieiiiiiuer les formalités d'iusciipliou. d'admission et de l i f •*>e exiRer.tl.tnj
le cas d'un étaWiiSement exploite à but lu«ax.».liL- .L-s béiiéiici lires .1 111s un él ibliss.nui.i un .le leur mise en . V l e détenteur du permis f.HUT>i*ie un caiUKinnement. e»
. - , , , .
-,
1 .
• • 1 «letemniittr le montant, la forme, ta umee et tes motUlites île pei•
iiia:ge.par une laiiiille d accueil suivant, s il y a lieu, la catégorie, la ce p t io n> jj e versetnent. tfï«lministrj:ion et d'utitiijttom
classe ou le type de l'établissement ou la catégorie de la famille
.,) ,té:ent»iner Issdiiectioni. sévices et «fépa.tements«»tie le
d'accueil et déterminer les modalités «le création tics comités ,,ij n d'orgam»ationd'un établiisement doit p»e»on. leurs 1 oie* ei
d'.ulnussiou dans les centres «l'accueil cl Us ccnties hospitaliers;
activité* et le* nualifkauon» et fmut.,..» du chef «fr ce, dn jetions.
. . .
,
•
,, , • ,
,
1 1 • -r
Mfrvic*» et départements:
«/) ilelernuner îles ciileies iclaliK a la icsulciicc «les beneliciaiies;
t-) li\ct les conditions minimums «rhvj'.ictu'. «le salubrité el de m u -j)^ détermim-r tes statuts et |>r:vi.'éi;cs ,jtte le conseil tt'.idinèsécuiité que
doivent icspecler les elabhsscmculs el les familles
* aiwn d'im centre hospitalier jx»jt accortlei- i un médecin «xi
1
'
dentiste et leur portée;
«1 accueil;
J) statuer sur le coulcuii cl la foi me de l'assurance tic dentiste* d-u:7c^r*'MMpH^^^^
icspousabililé visée à l'article I2K cl îles assurances contre l'inceiulic conseil doit constituer, leurs l'unctiuni et., s'il y a tie», l*iu-"i
el les explosions ainsi que des assuiaiices «le responsabilité civile que " o n ;
les établissements doivent couliaclci el MM le montant minimum de
' " l's:e!Tn"'"f|'l«*«o:mt*»«p!rkci.ii*ediita«l»nini>ti.ti!i
l
i
*
'
"
.
.
«••'Wi.-ïiinjrr.: doit ccnscr.uei, k'tiîM-uMtpoiition. t'.viif.-iws J
. ) ' " ' ' '• .'** rejjlsi de leur i"onctionii'»(7.c:it, l*s (|u.iliMc_i;io:ii de
.
.i,') déterminer les comlilions «pie don icuiplii toute personne qui ctembre>%iM;><)i:i!<.*modedeiium;i'.iti.)M. irélectmn ou de ro
Milbcile un permis cl les renseignements «|u'citc doit fournir;
ceraer.t r|T ccu\-c:;
/i) di-ieinimei la loniie cl la lemiii «Us peimis cl fixer les
"'") «--«'J-ir «le* normes icUtive* à IÎ com^t:i!>i!::é. au\ fin:»:ih.uioiaucs exigibles pour leur d c l i v . a m c .
,
^ y ^ p r i v i i coiïwtio^né^nÔ'am.^
i) rébboratitxt des prévision»
budget jirei et U date de leur
p
/) établir des normes relatives au «•....tenu obliBa.oire des plans • o u m i i i i ^ Ï<J C 0 ! l S ^ ••'•^
d-«.inan.sal.on et des b«.,leels des établissements, imiammenl. quant
"' l i l ^ i o l ' ; < t t o " <lu ^f» •"•• '*
a..» Plans «rorgamsation. pour ce «pu es, de radminis.rat.on et des leî ^
finances de I élablisseinenl ainsi que. sous léservc. quant aux
méileciiis el dentistes, des eiileulcs conclues eir veilu de la Loi sur
r
1 i- , 1 • . •.,,, , .. •
,,,
I a s s u i a i i c e - n i a l a i i i e (cliapilrc A-2'>). «le I activité p r o l e s s i o n n e N e et,
ti
. . . . . . . .
.
quant iinx butlgets. p«»ur ce qui est «le l\..lm.ss ( b.liw «les dépenses cl
«les c o n n a i s «rappioviMonncmcnl cl imb.p.et les modalités et les
ell'els «le l'approbation p;tr le miiiislie;
U ^ ^ S X ^ L
, " J & Z Z S , f t tJ'ctcont:
tance* dani leîttu«l? L.-I eiabtU.<emvn: a «Iroit. en plus dt; financen!ea clesesd
'
ê|»*:»--**:Mlm»*«u!"S«-"'en«ucm.*eii!ïatp.irl»iBiiu#lr<rtautre* «l«(reî»fe> «iue Je rc-jl«rr:!ïi:; nleni»rie,
,
. .
"
'*') «es modalité» <ie n:iie:r.e:H p.ir le imi.il 1.».:»*.»»..«»• !...;
,i,,,vMt être veiwt» :,ux'ct:.l,l,> Jr^ni•
«) iuiili.-:.ii.»,.i«1.vl.......,..,: r.ui.i, .-„«,;.. ..Ht l t | , . , , . , f c
«•* revenus «»ii doit eli<? retouin-,- ,:u mini.-(ic. tûili.sée aux Ym*
7 ) obliger tout élablisseuicnt a .u .11.1II11 un vérificateur it'oHice 1"« celwi-ci ptévoii, défid^uée de* «lépeiKes ou veinée au conseil
nommé par le ministre ou à «ibumi r.nuoiisaiiou «lu ministre ou du " W 1 1 """*"'*•
,
conseil régional, selon le cas. icbtm-mciil aux empinuls faits par
' " ' déteiminer, à fêgard des établi»»eme«s:
rctablisseincnl. aux fonds de dotal ion, a l'acceplalHUl d'un don
') tes norme» sur les emprunts, les honoraire* ou fiais de fowf-
contlmonnel ou aux projets ,le enstruc...... ou de Iranslorma.iou de S J : * * ! ^ » ^ ^ ^ ^
la manic.e el tlans les circ.ms.anccs ,,„•,! ulcn.ilie;
B) | M ^ ^ ^ | | w ; l | ) p i o v i i i o m t e m e m i ^
*" ' ^ * .
aclut$ „cgm.
k) ilcleiminei p«»ur cbaipic caU-pinc el classe d elaUllssciTieutS rmm et des mandat* donnés .1 cettefin.des coustnictionid'iiHimrv»ainsi que pour les conseils ic):i<>iiau\; les livies, c o m p t e s el blés, de* aliénation* de breni. des contiats relatift à ce»
MnliMU|iic% qu'ils d.ùvvni icini. IcS iap|....ls cl informalious qu'ils e t l l e l a «nser*ation des documems <T"i s'y rappoitei*:
«loivenl (oui nir au ministre, la vérilicaliou «le ces rapports et répoijuc . .'"» l e * " s o u le» circonstance* «Uns lesquels rautomal
. . . . . .
.
ministre ou «lu conseil régional concerne est requise «n oi
a laquelle ils doivent c l i c produits;
f e l | M q , , e p , é v o i t rariicle 72. relativement aux nutiére*l>fes
dans le présent paraifraphe;
- 534 xii
•o) obliger un établissement à nommer un vérificateur de ses
états financiers ou À utiliser les »ei"v ice? d'un v ci ilicaîeur nommé
d'office par le ministre et détcrminvr:
i) le* éléments sur lesquels doit poi ter le rapi>w t de ce vêi il"i
catcur;
n) l'époque ii laquelle eu rappou don êlii! liansini* au cim.-.eil
/) déterminer dans quelles ciicoiisianccs certaines catégories d'.i(l!:*.iiiiiir:v.itin i l au ininisliu,
d'établissements tloivciil meure M I I pied 1111 comité de bcncficiaircs
lii) los modalités de l'acceptai ion ou du lofiisnVci; rappoit p.ir
compose MIII de bénéficiaires, son do boncliciaircs cl de bénévoles, le co:;.-eil d'jdir.inisirruion;
délcimmci sa eitinpnsituiii et décinc NON louchons;
-p) dè'.ciminer, à l°ei;ai'il de- établissements et ih: • . t . c l *
ni) Manier, à l'égard des établissements, sur les enipruiils, les régionaux, les livrer, comptes et ?tati.Hiquci qu'ili doivent tenir,
les i J0001"s et infonnations qu'ils doivent l'ouï nir au ministre et los
coi 11 pi es, honoraires «ni liais de l'ouï iiilurc de services, irét|iiipeinenl délais
liars lesquels ils doivent être produits;
ou d'utilisation d'inMallalioiis ;HIIM «pie les conditions des locations.
-•;) déterminer les centres hospitaliers qui doivent offrir et
îles IKIIIA. îles constructions d'immeubles cl des aliénations de biens; maintenir de fui,on ininterrompue un service d'ui jjence. iletvimi11) dciciuuucr dans quelles ruronsiaiitvs los classes ou types de nei" les mesures qu'un ctablissem:-nt peut ou doit picndie en cas
couiios d'accueil ou de cenlies locaux xW- soi vices connuuiiauiaires d'uigence et préciser ce que p«riit êlie un cas d'urgence et. s'il y a
lieu, les soins qu'il comprend;
q u ' i l désigne doivent iioiiiuioi un diiccieur des services
- i ) établir les règles que (loi-.cm suivre un établissement cl
piolcsMomicIs cl indi(|iicr les loua mus de celui-ci;
. o) déterminer et idciililici les . . m u s hospitaliers qui doivent
olliu et iiiaiiiicnir de laeon iiiiiiirii« impur un service d'urgence;
/>) établir des icgles (pic doivent M I I M C tous les établissements et
tomes peisounes y cxciçaul uiu* <u< ii|>.iii<>n et provoti des sanctions,
poiii évitei les conlliis d'inléiol auxquels peuvent donuei occasion
des connais de service >>u >r.ipi>in\ isiouneiueni entre ces
établissements et nue famille d'aci ucil ou une entreprise dans
laquelle ces personnes détiennent un inicièl direct ou indirect.
les personnes qui y e-.ucoiit une occupation puur pitvenir ou fane
cesser les conflit * d°in>*iè'.> aux>|iiel; peuvent iluiiner lieti l'octioi
de contr.its entre ctr? étali!i.-?eineni.- et w\t famille dV.ccusi! n-.i u w
entre;)! i.-e lians lai;uelle c t i pei--»I:IR** ileticnr.enl \\n ii;U-i 'ri direct
nu iiidiix-ct cl ilélri.'niner les n.erarci que r/'tatili»"-m-::l un l<;
IllîlllStlC |)«'llt )JMMItllL* â CCt t'ti'llll,
-s) préci»:!' à i|iiel:< rlalilis-'-niPiits ou l.ilioi .anin-s duivi-m
t i r e cuiifies les examens diat;uu.-iiqtn;< qu'un etalili.*.-ei:ienl n*.*
|it-iit faiie liii-intiitr c l . en cas d'un;X'--iliililc (!•• ceux i l . I» - i vii>«*i
Kneinent* que l'établissement doit, foui nir au cunsvil n-^'iun.il cuncerné pour obtenir l'.iutoi is.ition de i ccourir a un .uiti e l.tboratoii <;
• 0 désigner les conseils régionaux qui doivent remplir les
fonctions visées dans l'article 18.1 ou 18.2;
-n) déterminer, panni les contrats de services piofessionnels
que peut conclure un établissement public avec un autre établissement ou un organisme, ceux qui doivent être approuvés par le conseil régional concerné;
-c) fixer le montant maximum qui peut être versé par un conseil régional aux membres de son conseil d'adminisira' ion a litre de
rémunération ou de frais de déplacement conformément a l'article
27;
•ii>) déterminer parmi les services que peut offrir un ccntie
hospitalier ceux dont la nature nécessite des équipes de professionnels et des équipements ullraspécialisès aux fins d«: l'amcle 70.1;
• i ) généralement prescrire toute autre mesure utile à l'application i l t la présente loi.-;
PERSPECTIVES
1981
- 535 ET PLAN
Annexe "£'
D'ACTION
Changer le cours des choses
La description faite de la situation économique
actuelle (première partie), l'analyse présentée
de l'origine des difficultés observées {deuxième
partie) le contour tracé des politiques dominantes
actuellement à l'oeuvre dans l'économie {troisième
partie) permettent de prévoir, dans ses grandes lignes, le cours normal des choses- Permettent-ils
d'entrevoir ce qu'il faut faire pour l'infléchir ?
Rappelons d'abord où nous mène le cours des choses si nous ne
mettons rien en oeuvre pour chercher à l'infléchir :
1- risques graves de récession créée de toutes pièces avec accentuation du chômage.
2- accentuation des inégalités par l'effet de l'inflation qui
touche davantage tous ceux, de plus en plus nombreux, qui
vivent de prestations sociales.
3- diminution des revenus de l'Etat et tensions plus fortes sur
tous les programmes sociaux et les services à la population.
4- tension pour relâcher toutes les législations relatives a la
protection de la santé et de l'environnement, à la lutte aux
inégalités: femmes, handicapés, etc.
Nous avons donc la responsabilité avec toutes les forces vives
au Québec, avec tous ceux qui refusent le cours des choses, de
tout mettre en oeuvre pour forcer les gouvernements actuels à
aller aux limites du possible pour faire en sorte que ce ne
soient pas les plus démunis qui paient le prix de la restructuration du capital et pour que soit assuré le droit au travail.
- 536 C'est le mouvement le plus large possible qu'il faut réunir.
Si actuellement les syndiqués arrachent leurs conditions de travail dans un contexte difficile, leur situation n'est pas la
pire. Tous les non-syndiqués, les chômeurs, ceux qui vivent chichement de prestations sociales ou encore les syndiqués des secteur les plus touchés par la crise sont dans une situation plus
grave encore. C'est tous ensemble qu'il faut faire échec aux effets de la crise et indiquer des voies de sorties non capitalistes
de la crise.
Rappelons nos objectifs, identifions les contraintes auxquelles
nous faisons face pour mettre de l'avant un programme de revendication et des moyens pour l'obtenir.
Nos objectifs:
La CSN en 1972 s'est prononcée
"en faveur du socialisme en tant que système réalisant
la démocratie économique, politique, industrielle, culturelle et sociale, dans l'intérêt des travailleurs tout
en décrétant la poursuite d'une étude dans tout le mouvement visant à définir le contenu d'un socialisme québécois et les étapes de sa réalisation (oct. 1972)".
C'était à la suite d'une réflexion dans tout le mouvement sur un
document de travail qui s'intitulait "Ne comptons que sur nos >
propres moyens". Mais cette recherche avait été amorcée au Bureau
confédéral en 1971 à la suite d'une résolution proposée par la
Fédération de la métallurgie aux prises avec un chômage important.
Elle nous a menés, pour la première fois à questionner fondamentalement le système économique, social et politique.
Depuis, nous avons essayé d'articuler des revendications à court
terme et à plus long terme. Nous avons formulé des politiques de
négociation et d'action, fait des luttes nombreuses pour assurer
nos droits, sans cesser de défendre ceux qui sont sans voix dans
la société actuelle: chômeurs, retraités, assistés sociaux; et sans
nous substituer à leurs organisations démocratiques.
-537 3.
On pourrait résumer ainsi les principes fondamentaux qui nau-s
ont guidés :
-
1' égalité des situations économiques à la mesure ide l a
croissance possible et voulue.;
-
la protection des hommes et àes femmes au txavail.,;
-
l a ;pro"tection de J. '«nvirconneisent natureû.;;
-
l'accès pour "tous aux moyens de l'iepanmtissement tmdi*viflu«l
et .collectif.;
-
la "diffusion" du pouvoir: tfôcentrâlisatfcixjn f&t laxftogestïon ou
recherche du contrôle Q-es travailleuris couHiie rprorducteurs, <cDn—
sommateurs, .usagaer^s autant que jzxtioyems...
Ils sont l'exact contiTep:i;ed des -strat^giies de «maintien -des ttaux
de profit qui en 1971 comme maintenant sont resp.ons-àiiles du haut
taux de chômage et de 1'inflation.
Formulés pour répondre aux effets de la crise actuelle,, i l s -supposeraient que soient:
-
relevés substantiellement e* rapidement les bas salaires .et
les prestations sociales à ceux qui :en vivent et qui stsrtt les
plus durement touchés par l'incElation;
-
favorisée la syndicalisataon âe T'ensembîle &&s travaiXl?eurs.;
assurés des services publics adéquats à tous ^en ^^surant une
attention et des moyens spéciaux aux 'plus démunis; en particul i e r élargir l'éventail des services collectifs pour répondre
aux besoins ;
empêchées les fermetures d'entreprises par la na:tionalisation
et la planification et que iies obligations de replacement ïtes
employés soient faites aux entreprises ;
changes substantiellement et appliiquës rigoureusement les l o i s
et règlements r e l a t i f s à la protection de la santé .de^s travail-^
leurs et de l'environnement naturel;
- 538 assurée une prise réelle des usagers sur l'organisation des services publics;
assuré le pouvoir des travailleurs sur leur travail dans l'entreprise ;
assurée l'absence de discrimination (femmes, personnes âgées,
handicapées, etc.. . )
La réalisation de ces mesures ne serait encore qu'une étape dans la
recherche d'une société conforme à nos principes fondamentaux.
Les contraintes actuelles
L'expérience vécue par plusieurs sociétés en transformation, de
même que l'analyse des réactions qu'ont engendrées nos luttes syndicales nous apprennent que les classes possédantes réagissent
avec force lorsque des mesures semblables sont appliquées.
Le pouvoir dans les démocraties occidentales n'est pas seulement
"politique". Il exige comme condition d'exercice de s'étendre également à "l'économique". Toute mesure visant la transformation doit
pouvoir assujettir le pouvoir économique aux objectifs politiques.
Les travailleurs et travailleuses, les classes populaires au Québec sont en situation plus fragile encore puisque les pouvoirs
politiques, administratifs et fiscaux se divisent en deux paliers
de gouvernements mis en concurrence par les entreprises. Lorsque
celles-ci trouvent les contraintes trop fortes dans la province,
les entreprises peuvent se déplacer ailleurs au Canada en conservant l'accès à notre marché.
Une plus grande maîtrise sur les pouvoirs et institutions, sur le
marché, sur le développement, sur les liens économiques est nécessaire pour permettre au Québec tout écart significatif des conditions qui prévalent dans les autres provinces.
Vouloir agir en ignorant ces contraintes c'est prendre le risque
sinon davantage d'accentuer la baisse du taux de profits et son
effet sur les fermetures, la diminution des investissements, la
fuite des capitaux, la hausse des prix et conséquemment provoquer
l'aggravation des difficultés actuelles: chômage, diminution des
services publics, inflation, ignorer ces conditions objectives
5.
c'est donc atteindre le contraire des objectifs recherchés.
L'expérience vécue ici et ailleurs pose les limites et donne des
indications sur les rapports entre ce qui peut être fait dans le
champ de la distribution de la richesse et le pouvoir laissé au
capital de fixer les prix et fixer les épargnes.
En somme, pour atteindre nos objectifs, il ne suffit pas d'infléchir par la pression populaire les choix du gouvernement, il
faut simultanément l'obliger à se donner les moyens pour faire
échec à la récupération capitaliste.
Parmi ces moyens nécessaires nous identifions:
l'utilisation de la fiscalité pour hausser les revenus et
hausser les prestations sociales.
le contrôle des prix, au moins pour les biens et services de
consommation de masse
la production et la distribution publique d'un certain nombre
de ces biens et services
la nationalisation des banques et institutions financières
l'établissement d'un plan de développement axé sur le plein emploi mais non nécessairement sur la croissance maximale et qui
assure
le développement régional
l'égalisation des conditions
le développement du pouvoir des travailleurs impliquant une
modulation de la fiscalité et le contrôle des nouveaux investissements en particulier de l'utilisation de l'épargne des
travailleurs aux fins d'un développement qu'ils ont contribué à définir.
le contrôle de la mobilité du capital par
l'information préalable
les conditions imposées au retrait du capital
la création d'une caisse de stabilisation de l'emploi
les empêchements de licenciements sans replacement
l'intervention publique dans la restructuration des entreprises en faillite
- 540 -
les restrictions à l'implantation des firmes multinationales
enfin, le pouvoir ouvrier à l'intérieur des entreprises doit
dès maintenant pouvoir s'affirmer afin de provoquer les
transformation et afin de contrer les volontés capitalistes
de sabotage ou de sabordage.
Nous ne pouvons dans l'immédiat provoquer tous ces changements.
Mais nos revendications doivent être marquées par la recherche
des conditions réelles d'obtention de nos revendications.
Notre programme
Des revendications
Des politiques
Des moyens d'action.
Dans la conjoncture actuelle, compte tenu des contraintes dans lesquelles nous vivons , comment en tant que centrale syndicale pouvonsnous agir et forcer le gouvernement à s'engager dans des actions à
court et moyen terme qui nous permettent comme travailleurs et comme peuple une plus grande prise sur notre avenir ?
Nous devons mettre de l'avant un programme de revendications, le
confronter et le partager avec les autres centrales et syndicats,
avec les groupes populaires représentatifs. Nous devons réunir le
plus large appui populaire pour forcer le gouvernement à s'engager
dans des mesures d'urgence.
Les revendications proposées sont des priorités et s'adressent là
où est le pouvoir, soit au gouvernement provincial, soit au gouvernement fédéral.
7.
Eléments pour un programme d'urgence
Revendications
Auprès du gouvernement provincial :
Lutte au chômage:
1- Plan de développement
a) Utilisation de l'argent qui appartient déjà aux travailleurs (Caisse de dépôt, fonds
de pension privés nationalisés);
b) logement social (constitution d'un stock)
2- Législation sur les fermetures et les mises
à pied (Caisse de stabilisation)
a) Que le choix de 1'investissement fédéral et
provincial dans le secteur énergétique devrait être fait en fonction des besoins sociaux et économiques de la population québécoise;
b) accroissement des investissements publics
sous contrôle démocratique dans le secteur
manufacturier;
c) augmentation de la demande par l'augmel
tion des salaires;
d) augmentation des dépenses publiques.
Lutte aux inégalités
relèvement du salaire minimum
relèvement des prestations sociales
- maintien des services publics et élargissement des programmes: centres d'accueil, garderies, logement social
accès à la syndicalisation: refonte du Code
du travail, accréditation multipatronale.
que la CSN maintienne dans ses priorités les
revendications des femmes, des autochtonnes,
des immigrants(tes), des handicapés, des
retraités, en les intégrant dans les plateformes de revendications plus globales
que la CSN dénonce toute politique gouvernementale qui vise à freiner la recherchera'êgalité pour les femmes - et à freiner ^ é limination de la discrimination sous toutes
ses formes.
Lutte pour la protection de
la santé et de l'environnement
Moyens : fiscalité - transferts fiscaux du fédéral - législations.
Revendications
Auprès du gouvernement fédéral:
Lutte à l'inflation et au chômage
Baisse des taux d'intérêt
Contrôle des prix
Refonte de la loi de 1'Assurance-chômage
Transferts aux provinces (accroissement des paiement de
péréquation)
Moyens
Diminution du budget militaire
Maintien et élargissement des services publics
- Taxation des compagnies et des hauts salariés
Diminution des investissements dans le secteur énergétique
Augmentation des investissements publics sous contrôle démocratique dans le secteur manufacturier
- Augmentation générale des salaires et augmentation des dépenses publiques
Des politiques
L'analyse de la conjoncture doit amener les syndicats, les secteurs privés et publics et les régions à développer des revendications spécifiques, dans le sens des revendications générales
de la centrale, à introduire dans les conventions collectives,
ainsi que des revendications de portée régionale qui permettront
d'être mieux armés contre les effets de la crise.
Des moyens
Ces revendications, il faut que le mouvement syndical et populaire force les gouvernements à les mettre en oeuvre.
- 543 En ces temps de crise où les syndicats constatent souvent les limites à leur action locale, où le chômage sévit avec sévérité,
les inégalités s'accentuent, c'est la responsabilité de la CSN en
tant que centrale syndicale de s'unir aux autres forces syndicales
et populaires dans une action qui est le prolongement de l'action
syndicale quotidienne.
Contre le chômage, l'inflation, les hauts taux d'intérêts, le spectre de la récession, les actions syndicales isolées sont limitées.
Il faut aller dans chaque syndicat, expliquer les origines de la
crise, demander l'appui concret de tous les travailleurs à l'action
de la centrale auprès des gouvernements afin de les forcer à mettre
en oeuvre les mesures qui s'imposent.
Il faut les forcer à donner suite à nos revendications par tous les
moyens traditionnels du mouvement ouvrier, y compris la négociation
ponctuelle, appuyée par un rapport de force réel, résultat d'une
adhésion et d'une mobilisation unitaire pour les amener à prendre
des engagements.
Nous regarderons au prochain congrès de la CSN si la voie de la négociation nationale peut être un moyen pour atteindre nos objectifs.
Des pas dans la bonne direction
II ne suffit pas d'avoir les yeux rivés sur nos objectifs. Il faut
mettre toutes les ressources de l'analyse, ici et ailleurs, au service des luttes du mouvement ouvrier pour que celles-ci ne soient
pas récupérées à un moment ou à un autre. Il ne suffit pas, pour le
mouvement ouvrier de se battre, ni d'obtenir une ou des victoires
ponctuelles pour préparer des changements fondamentaux,
il faut connaître les moyens du capitalisme
il faut pouvoir préserver les acquis
il faut faire des percées qui rendent irréversible le chemin
parcouru dans la direction de nos objectifs.
- Shk 10.
PLAN DE MOBILISATION ET D'ACTION
Objectif:
Nous devons obtenir satisfaction à nos revendications
formulées au programme d'urgence (page 7), continuer
à préparer les conditions de lutte syndicale et développer une pratique syndicale conséquente inscrite dans
une
démarche à plus long terme pour obtenir satisfaction à toutes nos demandes.
Moyens :
Nos tâches de militants et militantes à l'intérieur
de ce plan de mobilisation et d'action sont différentes
à l'intérieur de notre mouvement selon nos responsabilités spécifiques. Les fédérations doivent développer
des politiques de négociation (protection de l'emploi;
élimination des discriminatoins; salaires décents, etc.)
et des politiques sectorielles de développement (stock
de logement social; politique de la santé; développement
de l'industrie des pêcheries, etc.). Les conseils centraux doivent développer des politiques sociales qui
tiennent compte des intérêts des travailleurs, travailleuses et couches populaires comme citoyens, consomma•teurs, producteurs (revendications régionales pour le
développement de l'emploi; lutte contre la hausse
des coûts de l'habitation, luttes pour l'aménagement de l'équipement social (garderies, transports
en commun...); appuis larges et populaires contre les
fermetures d'usines, pour la protection de l'environnement; créations de syndicats de sans-emplois; etc..)
Si ces tâches à l'intérieur de notre mouvement se distinguent, elles demeurent toutes fondamentalement convergentes .
- 545 11.
Les autres organismes syndicaux et populaires
définiront eux-mêmes leurs choix, a l'intérieur
de leurs propres instances démocratiques. Cependant nous conservons tous la tâche de développer
concrètement la solidarité qu'exige notre plan êe mobilisation et d'action.
Echéancier:
1-
Dès la mi-janvier chacun; des syndicats,, conseils
centraux,, fédérations, ainsi que la Confédération,
devront assumer des tâches spécifiques:
a.) Les exécutifs des syndicats locaux devront se réunir
sur une hase régionale pour prendre connaissance de
l'analyse de la conjoncture et des programmes de revendication et de mobilisation-action,, y apporter
leur contribution et assurer la poursuite de la mobilisation dans leurs propres syndicats. Des textes,
des instruments audio-visuels et des animateurs de(
vront être rendus disponibles afin de réussir cette
opération.
k">
Les fédérations participeront aux assemblées régionales et verront à organiser des assemblées locales
dans tous les syndicats. Elles devront également s'associer par le biais des comités régionaux de coordination aux actions entreprises par les conseils centraux.
Elles auront également la tâche d'élahorer des politiques de négociation qui tiennent compte de l'analyse, de notre programme et de la mobilisation-action,
en informer les conseils centraux et les instances
de regroupement des fédérations, en vue d* entreprendre des actions sectorielles spécifiques (travail à
temps partiel; coupures de postes; organisation du
travail ; retraite.... )
c) Les conseils centraux organiseront les assemblées
régionales et participeront aux assemblées locales des
syndicats. Ils devront, en outre, assurer les liens
avec les-autres groupes syndicaux et populaires; animer un comité régional de coordination; assurer
l'information régionale et entreprendre des actions
régionales spécifiques : cette information et ces
actions devront avoir pour principal effet de sensibiliser la population non-organisée et lui faire
partager nos objectifs et nos moyens: manifestations
régionales par thèmes (droit au travail, garderies,
logement, transport, environnement, condition féminine...) et cela, par alternance coordonnée des régions; actions revendicatives auprès des corps politiques (députés fédéraux, provinciaux, conseils
municipaux...) ou des corps économiques (chambres
de commerce, associations de marchands, d'entrepreneurs et autres lieux du pouvoir économique).
d)
La Confédération aura la tâche de rendre accessible
les documents de travail, constituer les instruments
et l'équipe de travail nécessaires à l'étape de consultation et d'information.
Elle devra préciser, avec le concours de ses services
généraux, les modalités d'application de nos revendications contenues à notre programme d'urgence et de
nos revendications à plus long terme.
Elle devra, à la fois, assurer des tâches de coordination et d'appui aux fonctions des conseils centraux
et des fédérations.
Elle aura comme fonction centrale d'assurer l'information nationale en plus d'assurer les contacts avec
les autres organisations syndicales et les groupes
populaires.
- 5"7 -
13.
2- Au même moment, la centrale entreprendra:
a) l'enquête sur la détérioration des condition de vie des travailleurs. Cette
enquête devra être acheminée auprès des groupes visés ce qui nécessitera la participation de militants et militantes pour sa réalisation. Cette
enquête revêt une grande importance pour mieux connaître et faire connaître les conditions réelles
d'existence des travailleurs et travailleuses
et pour contrer la propagande gouvernementale et
patronale qui cherche à rendre coupables les victimes de la crise.
b) Le manifeste sur le droit au travail qui s'inscrit
dans la démarche décidée par le congrès et qui constitue un important document de sensibilisation sur
la condition des travailleurs et travailleuses victimes de fermetures et de licenciements collectifs.
Ce manifeste comprend un plan d'action qui s'intèg(
à notre plan de mobilisation et d'action.
3-
A la fin février, de nouveau un Conseil confédéral
devrait être convoqué. Nous aimerions qu'il puisse
être tenu simultanément avec les instances décisionnelles des autres organismes syndicaux et populaires,
Le travail fait par chaque organisme affilié nous
permettra au cours de ce Conseil de mesurer la pertinence de notre programme revendicatif et de l'adapter en fonction de la consultation effectuée.
Ensuite nous aurons à mettre à jour ce plan de mobilisation et d'action avant de le soumettre aux
syndiqués.
4-
Au cours du mois de mars, à la veille du dépôt,
d'un nouveau budget, il nous faut dès aujourd'hui,
prévoir la réunion des instances larges des fédérations pour faire le point sur la situation et réaliser une action concertée de toutes les régions.
5-
Que le 8 mars devienne une activité prioritaire pour
tous les militants et militantes pour toutes les ré-i
gions autour des revendications spécifiques des femmes
6-
Le 1er mai devra être soigneusement préparé autour
d'un thème décidé conjointement avec les groupes syndicaux et populaires et immédiatement précédé d'une
semaine d'activités intensives, locales, sectorielles,
régionales, etc. et concerté sur le plan national.
7-
Enfin le congrès de la CSN devra permettre d'évaluer
le travail accompli, les tâches à venir et dégager
des perspectives nouvelles.
8-
Qu'un comité de coordination soit formé de deux représentants des conseils centraux, deux des fédérations
(privé, public) et deux du comité exécutif de la CSN.

Documentos relacionados