2013 arc jurassien

Сomentários

Transcrição

2013 arc jurassien
www.swissknowhowmagazine.ch
Juillet 2013
Sommaire
Introduction :
Commune de Sainte-Croix - « Viendra un jour où la frontière n’existera
plus dans nos têtes »
- Définition géographique de l'Arc jurassien (quatre cantons et communauté de destin avec la Franche-Comté)
- Région reconnue et vivante institutionnellement. Plusieurs acteurs du
développement régional (arcjurassien.ch, RVAJ, CTJ, ADAEV, ADND,
AUD…). Ceci montre l'envie et la capacité que possède la région pour
se dynamiser et prendre sa place géographique et institutionnelle.
04 - 05
arcjurassien.ch - « Au centre du dialogue et des projets »
Interview de Madame Mireille Gasser, secrétaire générale d’arcjurassien.ch
....................................................................................................................................................................................................
17
Interview avec Monsieur Franklin Thévenaz, Syndic de Sainte-Croix.
Vers une société à 2000 watts - « Un projet des villes pour l’Arc
jurassien »
............................................................................................................................................................................................................................................
18
Interview de Monsieur Pierre Brulhart, conseiller communal à Delémont
(directeur du Département de l’énergie et des eaux)
..................................................
L’Arc jurassien, une vue de l’esprit ?
06 - 07
Interview de Monsieur Pierre-Alain Rumley, professeur d’aménagement
du territoire et d’urbanisme à l’Université de Neuchâtel
Les communes, moteur de la coopération transfrontalière
................................................
19
Interview de Monsieur Patrick Genre, Maire de Pontarlier, Président
de la Communauté de communes du Larmont, Président de l'Association
......................................................................................................................
Structure des entretiens avec les personnalités politiques
de la région :
Pays du Haut-Doubs, Conseiller régional de Franche Comté, Co-président
de l’aire de proximité Mont d'Or-Chasseron
Minnovarc en quête d’innovation - « Des microtechniques pour demain »
........
20
Interview avec Monsieur Pierre Rossel, chef de projet de Minnovarc
Innovation franco-suisse dans les microtechniques
L’Arc jurassien étant étalé sur quatre cantons (Berne, Vaud, Neuchâtel et
Jura), les premiers entretiens doivent s’adresser à ceux-ci, notamment au
travers de personnalités politiques étant engagé dans des activités liées à
l’Arc jurassien. La parole pourrait être ensuite donnée aux communes ainsi
qu’à un ou plusieurs acteurs francs-comtois. Éventuellement finir avec le
regard extérieur d'une personne externe à l’Arc jurassien.
Dans le miroir des statistiques - « Un observatoire transfrontalier » 22 - 23
......
Interview de Monsieur Gérard Geiser, chef du Service de statistique du canton
de Neuchâtel, qui coordonne les activités de l’OSTAJ du côté suisse
Un parc transfrontalier pour une communauté de destin
« Les différences sont moins importantes que les ressemblances »
............
08 - 09
Interview de Monsieur Pascal Broulis, président volontariste d’arcjurassien.ch
Neuchâtel, au cœur de l’Arc jurassien - « Trois axes de développement »
........
10
........................................
24 - 25
Interview de Madame Anne Girardet, Chargée de mission transfrontalière
pour le Pays Horloger et le Parc naturel régional du Doubs
Atelier für Direkte Demokratie St Ursanne - “Der Jura - einzigartiges
Interview avec Monsieur Thierry Grosjean, chef du Département de
ländlich industrielles Genie”
l’économie canton de Neuchâtel
Interview mit Herr Andreas Gross, Leiter des Ateliers für Direkte Demokratie
Le canton du Jura dans l’Arc jurassien - « Une fenêtre ouverte sur Bâle »
......................................................................................................................................................
26 - 27
Atelier pour la démocratie directe de Saint-Ursanne - « Le Jura : une
........
11
Interview de Madame Elisabeth Baume-Schneider, Ministre jurassienne
région qui a du génie ! »
..................................................................................................................................................................
28 - 29
Entretien avec Andreas Gross, directeur de l’atelier pour la démocratie directe
de la Formation, de la Culture et des Sports.
Neuchâtel, un pôle de formation - « Mieux orienter les jeunes »
Le canton de Berne, acteur à part entière - « Ce n’est pas la surface
qui compte »
......................................................................................................................................................................................................................................
12
..........................
30
Interview avec Monsieur Philippe Gnaegi, directeur du Département
de l’Éducation, de la Culture et des Sports (DECS)
Interview avec Monsieur Philippe Perrenoud, conseiller d’Etat bernois
Standortförderung Kanton Bern
francophone
............................................................................................................................................
32 - 33
Interview mit Herr Denis Grisel, Leiter der Standortförderung des Kantons
L’Arc jurassien, terre promise ?........................................................ 14 - 15
Bern (SF BE)
Interview avec Monsieur Laurent Kurth, conseiller d’Etat neuchâtelois
La promotion économique neuchâteloise - « L’Arc jurassien en tant que
Bienne, prospère et dynamique - « Au carrefour des langues et des
régions »
....................................................................................................................................................................................................................................................
Interview de Monsieur Erich Fehr, maire de la ville de Bienne
SwiSS Knowhow
16
creuset d'innovation »
..................................................................................................................................................................................................
34
Interview de Monsieur Alain Barbal, directeur de la promotion économique
du canton de Neuchâtel (DEN Sàrl)
1
Sommaire suite...
Stadt Bern - “Politik ist die Kunst, zur richtigen Zeit die richtigen Rahmenbe-
WIRTSCHAFTSRAUM BERN - “Beispielhaftes Zusammenwirken von Stadt
dingungen zu setzen”
und Land”
................................................................................................................................................................................
36 - 37
................................................................................................................................................................................................................................
44 - 45
Interview mit Herr Alexander Tschäppät, Stadtpräsident von Bern
Interview mit Herr Hans-Jürg Gerber, Leiter WIRTSCHAFTSRAUM BERN
Ville de Berne - « La politique est l'art de réunir les bonnes conditions au
WIRTSCHAFTSRAUM BERN “ESPACE ÉCONOMIQUE BERNOIS” - « Une synergie
moment idoine »
38 - 39
Interview avec Monsieur Alexander Tschäppät, maire de Berne
exemplaire entre ruralité et urbanité »
......................................................................................................................................................................................................
Tiefbauamt der Stadt Bern - “Wir bewirtschaften den öffentlichen Raum”
Interview mit Herr Hans-Peter Wyss, Stadtingenieur Bern
..........
40
46 - 47
Entretien avec Monsieur Hans-Jürg Gerber, directeur de l’espace économique bernois
Stadt Biel
Office des ponts et chaussées de la ville de Berne - « Nous gérons l’espace
public »
41
Interview avec Monsieur Hans-Peter Wyss, ingénieur municipal à Berne
................................................................................................................
..................................................................................................................................................................................................................................
48 - 49
Interview mit Herr Thomas Gfeller, Delegierter für Wirtschaft Stadt Biel
..........................................................................................................................................................................................................................................................
Stadt Bern
42
Interview mit Herr Martin Baumann, Stadtbauinspektor der Stadt Bern
La coopération transfrontalière, une évidence
..................................................................................................
50
Interview avec Monsieur Etienne Roy, Préfet du Jura-Nord vaudois
................................................................................................................................................................................................................................................
Wirtschaftskammer Biel-Seeland (WIBS) - “Vernetzen. Beleben. Unterstützen.
Des problématiques et des ambitions communes
43
Interview avec Monsieur Daniel von Siebenthal, Syndic d’Yverdon-les-Bains
In Biel und im Seeland.”
......................................................................................................................................................................
52 - 53
Interview mit Frau Esther Thahabi, Geschäftsführerin WIBS
© Stadt Bern
© Stöh Grünig
© Stöh Grünig
© Stadt Biel
© WIRTSCHAFTSRAUM BERN / Daniel Fuchs
..................................................................................
Editeurs - Partenaires :
COM CONSULTING SA
40, rue Fritz Courvoisier - CH-2300 La Chaux-de-Fonds
Tél. : +41(0)32 967 95 83 - Fax : +41(0)32 967 95 96 - E-mail : [email protected]
Rédaction :
• Carine Cheval • Patrick Gunti • Peter Stöferle • Jean-Bernard Vuillème (Les Mots-Communication)
Coordination :
Color 36 - C.E.
Impression/Printing :
Color 36 - C.E.
Photos 1 Couverture :
© DR
ère
Juillet 2013
2
Toute reproduction, même partielle, des articles publiés dans ce numéro, nécessite explicitement le consentement écrit de l’éditeur.
SwiSS Knowhow
arcjurassien.ch
Au centre du dialogue et des projets
Interview de Madame Mireille Gasser, secrétaire générale d’arcjurassien.ch
© DR
Créée en 2008, l’association arcjurassien.ch regroupe les cantons de Berne, Vaud, Neuchâtel et Jura. Elle a pris le relais
de la Conférence transjurassienne Suisse (CTJ-Suisse) dont la mission essentielle consistait à coordonner les positions
des cantons afin qu’ils parlent d’une seule voix au sein de la CTJ. Outre cette mission historique, arcjurassien.ch est
aujourd’hui un acteur majeur du développement régional, aussi bien en matière de politique transfrontalière que de
relations interjurassiennes du côté suisse. Secrétaire générale d’arcjurassien.ch, Mme Mireille Gasser se trouve au centre
de cette plaque tournante. Elle répond à nos questions.
Quelles sont les missions d’arcjurassien.ch ?
Globalement, nous avons pour mission de défendre les intérêts de
l’Arc jurassien suisse sur les scènes fédérale, intercantonale et
transfrontalière. arcjurassien.ch a en fait trois missions : renforcer
la coopération transfrontalière dans l’Arc jurassien, coordonner la
mise en œuvre du programme Interreg franco-suisse dans son aire
géographique et enfin renforcer la concertation à l’échelle de l’Arc
jurassien suisse. arcjurassien.ch assume de plus le secrétariat du
Réseau des Villes de l’Arc jurassien (RVAJ), actuellement présidé
par le maire de Bienne, M. Erich Fehr.
4
Il n’est pas toujours facile de discerner quelle casquette porte
arcjurassien.ch
Nous sommes en effet actifs sur différents axes. Dans le cadre de notre
mission de renforcement de la concertation intercantonale, nous avons
mis en place une plateforme propre à alimenter le dialogue. Cette
dernière rassemble les principaux acteurs politiques, économiques et
institutionnels de l’Arc jurassien. Lancée en 2009, elle s’est réunie
à trois reprises.
Nous sommes chef de file de certains projets d’Interreg, nous
collaborons avec le Département du Doubs en matière de tourisme
et de culture. arcjurassien.ch est aussi amené à faire du lobbying
à Berne au nom des cantons membres et à prendre des positions
politiques sur des sujets importants comme le maintien des lignes
TGV de l’Arc jurassien.
Comment fonctionne la Conférence TransJurassienne et quel rôle
y tient arcjurassien.ch ?
arcjurassien.ch assure la représentation et la coordination des cantons
membres au sein de la CTJ. Cet organisme de concertation francosuisse rassemble côté français le Conseil régional de Franche-Comté,
la Préfecture de Région Franche-Comté, et, côté suisse, les cantons
de Berne, Vaud, Neuchâtel et Jura.
SwiSS Knowhow
La CTJ a un double rôle : plate-forme d’orientation et de concertation
stratégique d’un côté, instrument de coordination et de réalisation de
projets de l’autre. Ses priorités sont axées autour du développement
économique, des transports, de la formation professionnelle et du
développement durable. Elle est composée d’un Bureau, organe décisionnel, formé de trois co-présidents, soit actuellement M. Stéphane
Fratacci, Préfet de Région, Mme Marie Guite-Dufay, présidente du
Conseil régional de Franche-Comté, ainsi que du président d’arcjurassien.ch, M. Pascal Broulis, Conseiller d’Etat vaudois. Ce dernier
cédera à partir du 1er juiller 2013 sa place à M. Jean-Nathanaël
Karakash, Conseiller d’Etat neuchâtelois en charge de l’économie et
des affaires sociales. La CTJ est encore dotée d’un organe consultatif,
le Conseil, de plusieurs groupes de travail et d’un secrétariat.
La CTJ bénéficie actuellement d’une dynamique positive. Elle génère
des projets (formation, enseignement supérieur-recherche, aménagement
durable, etc.) et ses co-présidents font preuve de volontarisme. Elle a
adopté un Schéma des mobilités transfrontalières, qui n’a certes pas
force de loi, mais auquel les autorités se réfèrent.
Les projets sont nombreux, les cadres institutionnels existent.
Que manque-t-il, à votre avis, pour que l’Arc jurassien s’affirme
davantage en tant que région ?
Il manque sans doute une véritable vision, un discours véritablement
rassembleur. Peut-être les défis à relever n’ont-ils pas atteint un
degré d’urgence telle que dans l’arc lémanique, par exemple, où
les politiques commencent à concevoir, malgré les difficultés, une
région au-delà des frontières actuelles. Par la force des choses, les
responsables politiques assument la gestion de lourds départements,
avec des problèmes centrés sur les cantons, ce qui ne favorise pas
l’émergence de politiques visionnaires au niveau suprarégional.
Au niveau transfrontalier, il est parfois difficile d’avancer rapidement
car les interlocuteurs français changent plus souvent que chez nous
et les collectivités françaises ne disposent pas de pouvoirs aussi
étendus que les cantons suisses. Pour notre part, nous devons nous
coordonner entre quatre cantons, ce qui prend aussi du temps.
Covoiturage, un projet
Pouvez-vous préciser le rôle joué par arcjurassien.ch dans le programme
Interreg France-Suisse ?
Les programmes Interreg s’inscrivent dans le cadre de la politique
de cohésion économique et sociale de l’Union européenne (UE) et
visent à développer la coopération transfrontalière, interrégionale et
transnationale aux frontières internes et externes de l’UE. La Suisse
participe à quatre programmes transfrontaliers : Rhin supérieur, Lac
de Constance – Haut-Rhin, Italie-Suisse et France-Suisse.
Nous avons pour mission d’assurer la mise en œuvre du programme
France-Suisse pour la partie suisse de l’Arc jurassien. Ce programme
couvre les périmètres des cantons de Berne, Jura, Neuchâtel, Vaud,
Genève et Valais ainsi que des départements du Territoire de Belfort,
du Doubs, du Jura, de l’Ain et de la Haute-Savoie. Il est placé sous
l’autorité de gestion de la Région Franche-Comté. Il soutient actuellement une centaine de projets. arcjurassien.ch assure l’instruction et
le suivi des projets Arc jurassien, et joue le rôle de boite aux lettres
pour tous les projets déposés côté suisse.
arcjurassien.ch est également chef de file de deux projets Interreg :
Minnovarc qui a pour objet de renforcer l’innovation dans les microtechniques de l’Arc jurassien franco-suisse, et un projet de promotion
du covoiturage dans l’Arc jurassien.
De quels moyens dispose arcjurassien.ch pour accomplir les
missions qui lui sont confiées ?
Nos recettes proviennent de la cotisation des cantons membres de
l’association, de l’argent versé par la Confédération pour notre travail
dans le cadre d’Interreg et enfin des villes de l’Arc jurassien pour notre
travail de secrétariat du RVAJ.
Nous disposons ainsi d’un budget de quelque 450 000 francs. L’équipe
est formée de trois collaborateurs.
Chaque jour, 39'000 frontaliers quittent la Franche-Comté
pour venir travailler en Suisse dont plus de 19'500 dans la
vallée de Joux, le Nord vaudois, les Montagnes neuchâteloises et le canton du Jura. Nonante-huit pour cent viennent
travailler en voiture et 9 sur 10 sont seuls dans leur véhicule.
arcjurassien.ch coordonne un ambitieux projet de covoiturage
dans l’Arc jurassien franco-suisse, soutenu par Interreg. Ce
projet, en faveur duquel huit partenaires régionaux français
et suisses se sont engagés, entend promouvoir le covoiturage
à l’échelle du massif jurassien.
Des campagnes de sensibilisation « sur mesure » au sein des
entreprises suisses de plus de 50 employés ont été lancées
depuis septembre 2012 dans le Nord vaudois d’abord, puis
dans le canton du Jura et plus récemment dans les Montagnes
neuchâteloises.
Un site Internet a été développé (www.covoiturage-arcjurassien.com) et une centrale téléphonique fonctionnant 5 jours
par semaine, de 6h du matin à 20h (appel gratuit, CH 088 25
26 27 et F +41 800 25 26 27) permet d’assurer un service sur
mesure (maladie, vacances du covoitureur, etc.).
S’il est trop tôt pour tirer un premier bilan de cette action,
susceptible de limiter la gêne provoquée par le trafic à certaines
heures dans les régions frontalières, on peut relever que plus
de 50 entreprises ont participé activement au projet, totalisant
plus de 14 000 collaborateurs.
arcjurassien.ch
Rue de la Paix 13
Passage Léopold-Robert 3 - CH-2300 La Chaux-de-Fonds
Tél. : +41 (0)32 889 76 05 - Fax : +41 (0)32 722 04 81
[email protected] - www.arcjurassien.ch
5
SwiSS Knowhow
L’Arc jurassien,
une vue de l’esprit ?
Pierre-Alain Rumley en toute franchise
© DR
Interview de Monsieur Pierre-Alain Rumley, professeur d’aménagement
du territoire et d’urbanisme à l’Université de Neuchâtel
Pierre-Alain Rumley est professeur d’aménagement du territoire et d’urbanisme à l’Université
de Neuchâtel après une expérience de conseiller communal à Val-de-Travers, nouvelle
commune qu’il a aidée à porter sur les fonts baptismaux de 2009 à 2011. Il a enseigné à l’EPFL
(1997 à 2000) avant de diriger l’Office fédéral du développement territorial (ARE) de 2000 à 2008. Cet homme n’a cessé
de repenser la géographie suisse. Il a promu la vision de l’Arc jurassien en tant que territoire spécifique malgré son
morcellement géographique et politique, mais il estime aujourd’hui que « tout le travail reste à faire ».
Quelles sont les caractéristiques du territoire « Arc jurassien » ?
C’est un territoire de moyenne montagne compartimenté par des
vallées qui se succèdent. Ce territoire se situe au cœur de l’Europe
sur 22 000 km2 et regroupe, autour d’une frontière de 200 km, la
région française de Franche-Comté et les trois cantons suisses du
Jura, de Neuchâtel et de Vaud, ainsi que la partie située au nord du
canton de Berne. De chaque côté de la frontière, les paysages naturels
ont de nombreux points communs, comme les mentalités, mais
ce territoire est aussi très fragmenté par des frontières politiques
nationale, cantonales et géographiques.
Comment voyez-vous l’aspect transfrontalier de ce territoire ?
Le Jura français paraît bien différent du Jura suisse. On voit une
succession de villages du côté suisse, alors qu’il y a beaucoup de
territoire « vide » du côté français, notamment en direction de
Besançon. En dehors du travail des frontaliers français en Suisse
et des achats des consommateurs suisses en France, il y a peu de
collaboration et de contacts, par exemple dans le domaine culturel.
Les tentatives demeurent assez abstraites et générales. A terme, il
n’est bien sûr pas impossible que les régions se rapprochent de part
et d’autre de la frontière, mais on ne voit pas clairement aujourd’hui
une impulsion forte dans ce sens.
En tant que directeur de l’ARE, vous étiez très impliqué dans le
Projet de territoire suisse (PTS). De quoi s’agit-il ?
En additionnant la politique territoriale des 26 cantons et des 2600
communes suisses, on n’arrive pas encore à une stratégie ou une vision
de développement du territoire suisse. L’idée d’articuler une stratégie
à l’échelle suisse est née dans les années 70. On parlait alors de
« conception directrice ». En 1996, un document parlait de « grandes
lignes ». Quand je me suis trouvé à la tête de l’ARE, j’ai voulu le
revoir car il me paraissait trop abstrait et général, même si cette
abstraction est inhérente à une telle démarche. On a alors parlé de
« projet de territoire ».
L’idée était de produire un document qui puisse servir de feuille de
route en matière d’aménagement du territoire pour la Confédération,
les cantons et les communes. En « territorialisant » le plus possible,
autrement dit en dessinant des sous-ensembles appelés « territoires
de projet », car la Suisse est diverse et il n’est pas possible d’avoir
partout les mêmes objectifs. Nous avons ainsi défini des territoires
correspondant en fait à des espaces fonctionnels. Ils sont au nombre
de douze : quatre sur de grands centres urbains (Zurich, Bâle, Bassin
lémanique, Région de la ville fédérale), cinq reposant sur un réseau
de villes moyennes et petites (Lucerne, Tessin, Arc jurassien, Aareland,
Nord-Est de la Suisse), ainsi que trois territoires de l’espace alpin
(Gothard, Alpes occidentales, Alpes orientales). Le Conseil fédéral,
les gouvernements cantonaux et l’Union des villes suisses viennent
d’approuver le PTS comme cadre d’orientation et le prennent en
compte dans leurs activités.
L’Arc jurassien est donc considéré comme un espace fonctionnel ?
Ce n’est pas à proprement parler un territoire fonctionnel. Nous
l’avons introduit dans le PTS comme territoire de projet selon une
autre logique. Il aurait pu, par exemple, constituer une sorte d’arrière
pays de l’espace lémanique, ou être partagé en tranches selon ses
diverses zones d’influence. Nous avons opté pour une autre logique
et celle-ci n’a pas changé depuis que j’ai quitté l’ARE. Cela signifie
qu’il existe dans l’Arc jurassien des enjeux d’aménagement
propres et que ces régions jurassiennes ont quelque chose à faire
ensemble malgré leur morcellement politique et géographique.
Ce choix repose sur l’idée d’une solidarité jurassienne. Des données
paysagères, culturelles et économiques militent en faveur de ce
choix, mais dans le fond il s’agit surtout d’une hypothèse qui reste
à vérifier.
L’hypothèse est-elle selon vous en train de se vérifier ?
C’est aux Jurassiens des diverses régions de développer leur
projet et cela n’a pas été fait, ou alors encore partiellement et timidement. Je ne vois que des actions ponctuelles menées avec des
moyens limités par le Réseau des villes de l’Arc jurassien (RVAJ)
ou Arc.jurassien.ch. Il y a bien eu quelques ateliers et séminaires,
mais ensuite le soufflé est retombé. Le gros du travail reste à faire.
D’autres se sont montrés plus actifs et se trouvent dans des phases
de concrétisation du PTS, par exemple la Métropole zurichoise
qui a développé la Conférence métropolitaine.
6
SwiSS Knowhow
Une Suisse à 9 cantons, dont un canton de l’Arc jurassien. La frontière des cantons actuels apparaît clairement.
L’Arc jurassien, une région périphérique, vraiment ?
Par rapport aux grands centres comme la métropole zurichoise
ou la Métropole lémanique, oui, mais l’Arc jurassien n’en est guère
éloigné et se situe par ailleurs au cœur de l’Europe et pas si lointain
de Paris avec le TGV. Tout dépend du regard. A l’échelle supérieure,
transnationale, son versant français apparaît lui-même périphérique
par rapport à Paris malgré des villes comme Besançon, Belfort ou
Mulhouse.
Vous êtes engagé dans l’Association pour un canton de l’Arc jurassien
qui regrouperait Neuchâtel, Jura et Jura bernois. La panacée ?
Cette idée doit paraître à beaucoup très lointaine. Nous imaginons
un vote possible d’ici dix à quinze ans, pour autant que des initiatives
soient déposées dans chaque canton. Il serait sans doute plus aisé
d’avancer sur ce chemin lorsque le Jura et le Jura bernois auront défini
leur avenir.
Vingt-six cantons, c’est trop. L’échelle des problèmes change et les
multiples accords intercantonaux rendent les choses de plus en plus
Université de Neuchâtel Faculté de drolt
Centre en aménagement du territoire et urbanisme
Avenue du 1er Mars 28 - CH-2000 Neuchâtel
Tél. : +41 (0)32 718 12 83
Courriel : [email protected]
SwiSS Knowhow
compliquées avec un nombre d’accords à la limite du gérable.
Pour moi, l’idée consiste toujours à redessiner les cantons selon
des espaces fonctionnels. Pour l’Arc jurassien, on ne peut certes
parler d’espace fonctionnel entre l’Ajoie et le Val-de-Travers, régions
qui se situeraient aux deux extrémités d’un grand canton de l’Arc
jurassien. Je reconnais que ce n’est pas évident.
En revanche, c’est vrai pour La Chaux-de-Fonds et les FranchesMontagnes, par exemple. De toute manière, le pari est autre, il se fonde
sur l’identité jurassienne, une certaine culture commune, un intérêt pour
tous de changer d’échelle.
Quels pourraient être les avantages d’un tel regroupement ?
On pourrait tabler à terme sur de sérieuses économies dans l’administration du territoire. L’Arc jurassien aurait davantage de poids
politique en Suisse avec un grand canton de 300’000 à 350’000
habitants. Enfin, ce serait un moyen de dépasser des tensions, des
rivalités, voire des conflits internes, par exemple entre Haut et Bas
dans le canton de Neuchâtel et entre les parties nord et sud du Jura.
7
« Les différences sont moins importantes
que les ressemblances »
Interview de Monsieur Pascal Broulis, président volontariste d’arcjurassien.ch
© DR
A la tête du Département des finances et des affaires extérieures depuis 2002, le conseiller d’Etat vaudois Pascal Broulis
préside depuis 2008 l’association arcjurassien.ch, qui groupe les cantons de Berne, Vaud, Neuchâtel et Jura. C’est un
président particulièrement engagé, motivé et très au fait des dossiers souvent complexes de la collaboration
intercantonale et transfrontalière dans l’Arc jurassien. Optimiste, il n’en tire pas la sonnette d’alarme sur le risque de
marginalisation qui guette sans une ferme volonté d’affirmer son existence.
8
Depuis le début de votre présidence, on vous sent très investi et
impliqué dans la région. Peut-on dire que vous êtes un « Arc jurassien »
convaincu ?
Je viens de l’Arc jurassien, précisément de Sainte-Croix, une région à
laquelle je m’identifie pleinement et qui est par essence transfrontalière. La collaboration transfrontalière est l’outil qui permet de vivre
au quotidien cette réalité supranationale. La coopération avec la France
voisine n’est pas évidente pour tout le monde. Je rappelle souvent que
les différences sont moins importantes que les ressemblances, les
intérêts communs plus nombreux que les sujets qui fâchent. La
coopération transfrontalière amène des plus-values incontestables
tels que l’ouverture, les contacts, les échanges d’informations et
surtout la mise en commun de forces et de ressources. Il faut inlassablement développer les contacts et les collaboration et s’interdire de laisser sommeiller la coopération transfrontalière. Dans
l’Arc jurassien, la coopération transfrontalière ne repose pas sur
des réalités territoriales aussi fortes qu’à Genève ou à Bâle. Il y faut
d’autant plus de volontarisme et d’engagement des responsables
politiques. Un saut qualitatif a été effectué ces dernières années dans
cette collaboration franco-suisse. La CTJ soutient désormais des
projets plus structurants, comme le Schéma des mobilités transfrontalières ou l’étude sur le co-développement économique. Ces projets
ont abouti à des démarches comme « Minnovarc », qui ambitionne
de promouvoir l’innovation dans le secteur des microtechniques, ou
encore le projet de covoiturage dans l’Arc jurassien.
De tels projets montrent que l’Arc jurassien existe bel et bien.
Il ne faut pas perdre de vue que l’Arc jurassien n’est pas une région
strictement délimitée géographiquement. En Suisse, le noyau dur
englobe les cantons de Neuchâtel et du Jura, auxquels il faut
ajouter les parties jurassiennes des cantons de Berne et de Vaud.
Des extensions ou des diminutions de territoire peuvent être envisagées selon les projets et les domaines d’activités. Le principe de
base est celui de la géométrie variable, en fonction des thèmes de
collaboration.
Depuis quatre ans la région fait preuve d’un nouveau dynamisme.
Quelles en sont les raisons ?
Plusieurs facteurs expliquent ce développement, notamment le
renforcement du tissu économique et industriel de la région, le
SwiSS Knowhow
dynamisme de l’industrie d’exportation et le développement de
projets ferroviaires et autoroutiers. Depuis quatre ans, la région
bénéficie d’une bonne reconnaissance politique des cantons de
Berne, Vaud, Neuchâtel et Jura, notamment à travers la création
d’arcjurassien.ch. La région jouit également d’une reconnaissance
à l’extérieur de ses frontières, c’est-à-dire sur les plans intercantonal, fédéral et transfrontalier. Dans ce contexte, l’Arc jurassien
a été reconnu comme l’un des douze territoires d’action du projet
« Territoire suisse » publié par la Confédération.
Quel regard porte le canton de Vaud et son gouvernement sur l’Arc
jurassien ?
Comme une partie de son territoire, le Nord vaudois, se situe dans
l’Arc jurassien, le Canton de Vaud s’engage bien sûr dans cette
région, mais il est aussi actif dans d’autres espaces comme le
Chablais et la région franco-valdo-genevoise. Situé au cœur de la
Suisse romande, présent à la fois sur le Bassin lémanique et sur
l’Arc jurassien, le Canton de Vaud mène une politique d’ouverture.
Il utilise toute la marge de manœuvre offerte aux cantons en matière
de politique extérieure. Cette politique s’appuie sur des leviers
comme les programmes Interreg, le Conseil du Léman et la
Conférence Transjurassienne. Ce sont des outils qui permettent de
rapprocher les populations de pays frontaliers pour tenter de régler
des problèmes concrets et discuter d’éventuels points de friction.
Vous avez soutenu avec détermination le Schéma de cohérence des
mobilités de l’Arc jurassien franco-suisse. Ce thème vous tient-il
particulièrement à cœur ?
Le problème de la mobilité est au cœur du dynamisme régional de l’Arc
jurassien franco-suisse. Le Schéma de cohérence des mobilités de l’Arc
jurassien franco-suisse propose une stratégie de développement pour
ce territoire. L’étude explicite la politique de déplacement que les
collectivités publiques souhaitent développer de manière
commune au sein de l’Arc jurassien franco-suisse.
Il importe aussi de renforcer l’identité régionale au niveau politique,
mais surtout au niveau de la population. A cet effet, nous avons conduit
une réflexion sur la marque « Arc jurassien ». De plus, arcjurassien.ch
a mis en place un programme de Politique Régionale qui doit
permettre à cette région de disposer du soutien de la Confédération
pour financer des projets intercantonaux propres à soutenir la dynamique
de coopération entre les cantons.
Un autre défi est de renforcer la coopération transfrontalière avec la
France voisine, puisque l’Arc jurassien est par définition transfrontalier.
Les relations sont particulièrement importantes avec la Région de
Franche-Comté, la Préfecture de région, mais aussi avec les départements français. arcjurassien.ch a par exemple signé un accord de
collaboration avec le Département voisin du Doubs.
Les cantons membres d’arcjurassien.ch se doivent de montrer leur
volonté de travailler à l’émergence d’un Arc jurassien mieux à
même de défendre ses intérêts et d’apparaître comme un interlocuteur
crédible aux niveaux intercantonal, fédéral et transfrontalier. Si
l’Arc jurassien ne s’affirme pas en tant que région fonctionnelle,
ce territoire risque ni plus ni moins d’être écartelé entre les différents
pôles qui l’entourent. Le rôle d’arcjurassien.ch est de travailler à
l’affirmation de l’Arc jurassien par le renforcement des collaborations
intercantonales et transfrontalières et de mettre sur pied des projets
concrets. Malgré la richesse de son histoire et son fort potentiel
de développement, la situation périphérique de l’Arc jurassien implique
le risque d’être marginalisé. Il est donc vital que cette région affirme
sa cohérence et une vision commune de son développement par-delà
les frontières cantonales et nationale.
Quels sont les principaux défis pour l’Arc jurassien ?
Il faut tout d’abord maintenir la dynamique positive
qui existe actuellement dans la région, ce qui passe
notamment par une mise en application du Schéma
des mobilités transfrontalières en développant la
mobilité à l’intérieur de la région et en la connectant
mieux aux régions voisines.
Département des Finances et des Relations extérieures
Office des Affaires extérieures - Rue de la Paix 6 - CH-1014 Lausanne - Tél. 021 316 44 11
[email protected] - www.vd.ch/autorites/departements/dfire/affaires-exterieures/
SwiSS Knowhow
© DR
Porté par la CTJ, ce schéma des mobilités transfrontalières a été l’occasion de mettre en place un processus
de concertation entre les différents cantons, la Région
de Franche-Comté et les autres collectivités concernées.
Les objectifs du Schéma sont partagés par tous et
portent sur la nécessité de mettre en réseau l’ensemble
des centres régionaux de ce territoire.
9
Neuchâtel,
au cœur de l’Arc jurassien
Trois axes de développement
© DEC
Interview avec Monsieur Thierry Grosjean,
chef du Département de l’économie canton de Neuchâtel
Pôle urbain intégralement situé dans l’Arc jurassien, le canton de Neuchâtel doit penser son
développement économique et territorial en intégrant un axe transfrontalier, un axe Arc jurassien
suisse et un axe « Suisse occidentale ». Ce canton tient un rôle central pour le développement de
l’Arc jurassien et le Conseil d’Etat neuchâtelois entend bien être un acteur engagé. Peu avant les élections neuchâteloises,
l’ex-conseiller d’Etat Thierry Grosjean, chef du Département de l’économie, avait répondu à nos questions.
Qu’est-ce qui caractérise l’économie de l’Arc jurassien ?
L’Arc jurassien puise son savoir-faire traditionnel dans le monde de la
précision. Qu’il s’agisse d’horlogerie, de mécanique, de microtechnique,
de nanotechnologie ou encore de technico-médical, on trouve cette
dimension d’infiniment petit à plusieurs échelles. La main d’œuvre est de
grande qualité, hautement formée. Ce potentiel industriel et commercial
est relayé par tout un réseau de sous-traitants et s’appuie sur des hautes
écoles et des centres de formation performants, ainsi que sur des centres
de recherche mondialement reconnus.
L’horlogerie représente une part très importante des emplois, sans
compter les personnes qui en dépendent indirectement. Un tiers des
emplois nationaux dans l’horlogerie sont concentrés dans le canton de
Neuchâtel. Le technico-médical est également très innovant.
De plus, l’Arc jurassien peut compter sur un tissu industriel fort, dynamique, composé de grandes entreprises multinationales et de petits
fournisseurs et sous-traitants extrêmement créatifs, réactifs et innovants.
Les quatre grands secteurs d’exportation sont l’horlogerie, la chimiepharma, les outillages et appareils de précision, les machines et appareils
électroniques.
D’un point de vue économique, qu’appelle-t-on « effet frontière » et
qu’est-ce que cela implique pour la région ?
La frontière joue souvent un rôle de catalyseur et de générateur de flux
en raison de systèmes institutionnels, politiques, juridiques et culturels
différents du côté suisse et du côté français, en raison également de
coûts non identiques.
10
Un programme « Arc jurassien », dans le cadre de la loi sur la politique
régionale, a été mis en place pour la période 2012-2015. Que pouvezvous en dire ?
Ce programme intercantonal Arc jurassien fait suite au programme
BE-JU-NE 2008-2011. La loi sur la politique régionale (LPR) permet de
soutenir des projets à vocation économique, générateurs de valeur ajoutée.
Le canton de Vaud a ainsi été associé au programme intercantonal de mise
en œuvre de la LPR, dont l’échelle est désormais celle de l’Arc jurassien.
Doté de 3,2 millions de francs d’aides à fonds perdus, financé à part égale
par le Secrétariat d’Etat à l’économie (SECO) et les quatre cantons de
l’Arc jurassien, ce programme permet de soutenir des projets dans trois
domaines. En matière économique, il s’agit de renforcer les systèmes
industriels par le biais de projets innovants et/ou permettant le renouvellement des compétences de la main d’œuvre. Dans le domaine touristique,
il s’agit de poursuivre les efforts du premier programme BE-JU-NE en
soutenant la création de nouveaux produits touristiques intercantonaux et
en améliorant les prestations touristiques des différents prestataires.
Enfin, il s’agit de renforcer les processus de coordination et de collaboration, notamment institutionnels, dans l’Arc jurassien. La mise en œuvre
du programme LPR Arc jurassien a été déléguée à Arcjurassien.ch.,
organisme intercantonal déjà actif dans le développement régional et
transfrontalier. Le canton de Neuchâtel s’est engagé en tant que canton
responsable du programme vis-à-vis de la Confédération.
Cet « effet frontière » induit des déséquilibres, mais aussi des opportunités
pour les régions transfrontalières. Des variables comme le salaire, le coût
de la main d’œuvre, le coût de l’immobilier, la fiscalité, le droit du travail,
le droit des entreprises, etc. sont au cœur de l’effet frontière.
En prenant vos fonctions, vous vous déclariez « eurosceptique ». Est-ce
toujours le cas ?
Eurosceptique, cela ne veut pas dire que je me méfie des relations que
nous entretenons avec nos voisins. Bien au contraire, je les encourage
vivement. Il est vrai que je n’ai jamais été convaincu par l’adhésion
de la Suisse à l’UE, à mes yeux la voie bilatérale est la meilleure pour
notre système politique et économique.
La coopération transfrontalière mise en place dans l’Arc jurassien
franco-suisse dès 1985 vise à gérer et limiter ses aspects négatifs dans
le but de renforcer la cohésion économique et sociale. Cette coopération
est une nécessité au vu de l’importance des enjeux politiques, de services
publics et d’équipements publics, notamment dans le domaine des
transports.
Depuis mon arrivée au Conseil d’Etat, mon regard a changé sur l’importance que revêtent les relations transfrontalières. La qualité du
dialogue et des projets qui sont portés des deux côtés de la frontière
démontre que sans adhésion formelle à l’UE, il est possible de bâtir
ensemble dans l’intérêt de la population, qu’elle se trouve d’un côté ou
de l’autre de la frontière.
République et canton de Neuchâtel
Département de l'économie
Secrétariat général
Château - CH-2001 Neuchâtel
Tél.: +41 (0)32 889 68 00 - [email protected]
SwiSS Knowhow
Le canton du Jura dans
l’Arc jurassien
Une fenêtre ouverte sur Bâle
© DR
Interview de Madame Elisabeth Baume-Schneider,
Ministre jurassienne de la Formation, de la Culture et des Sports.
Ministre jurassienne de la Formation, de la Culture et des Sports, Elisabeth Baume-Schneider porte un regard aigu et
lucide sur les relations intercantonales dans l’Arc jurassien, qu’elle tient pour une évidence. Ce qui n’empêche pas le
canton du Jura de soigner ses relations du côté de Bâle. Mme Baume-Schneider répond à nos questions.
Comment le canton du Jura voit-il ses relations avec les autres
cantons de l’Arc jurassien ?
Ce sont des relations naturelles. L’ancrage du canton du Jura en Suisse
romande se fait par l’Arc jurassien. Pour nous, c’est une évidence
historique et institutionnelle. Les collaborations, indispensables,
passent par diverses instances comme la HES-SO, la Haute Ecole Arc
BEJUNE, la Conférence latine intercantonale de l’instruction publique
ou encore Arc jurassien.ch.
Cet ancrage dans l’Arc jurassien n’empêche pas le Jura de développer des relations avec Bâle, notamment dans le domaine de la
formation.
Oui, cette ouverture vers Bâle est plus circonstancielle et stimulée par
une volonté, en priorité celle de promouvoir une approche plus ouverte
de la langue allemande. Pour les jeunes Jurassiens, une meilleure maitrise
de l’allemand peut être une ouverture vers un bassin professionnel
très important et guère éloigné. Il s’agit aussi de favoriser l’accès
à l’université et à la Haute école bâloises. Bâle est à 35 minutes de
Delémont. Il est possible de « penduler », c’est également « jouable »
pour de jeunes Jurassiens en études. L’aspect économique n’est pas
négligeable pour les familles.
C’est un choix politique devenu possible et porteur de sens avec le
temps. La lutte légitime pour la souveraineté jurassienne ne l’aurait
pas permis durant les deux, voire les trois premières décennies de l’Etat
jurassien.
En pratique, comment cette volonté se manifeste-t-elle ?
Le Jura fait des efforts particuliers pour favoriser l’apprentissage de la
langue allemande. Les élèves et leurs parents apprécient la possibilité
d’une 11e année (9e avant Harmos) qui permet de suivre sa scolarité
(dernière année une seconde fois) dans des écoles de Bâle Campagne.
Une telle option peut déboucher par exemple sur la possibilité d’obtenir
des places d’apprentissage chez Novartis, en particulier pour des
laborantins et laborantines, mais aussi dans d’autres secteurs comme
le commercial.
Nous avons également le projet de lycée bilingue par immersion : les
jeunes Jurassiens vont 2 ans à Laufon, puis 2 ans à Porrentruy avec leurs
homologues de Bâle Campagne ou de Soleure. En amont, nous avons
République et canton du Jura
Département de la Formation, de la Culture et des Sports
2, rue du 24-Septembre - CH-2800 Delémont
Tél. : +41 (0)32 420 54 03
[email protected] - Site Internet : www.jura.ch
SwiSS Knowhow
mis sur pied des cours de langue allemande, non pas pour « fabriquer »
des champions, mais pour inciter les jeunes à avoir plus confiance
pour s’exprimer, et ainsi stimuler la compréhension et la conversation.
Nous avons aussi organisé avec succès des cours facultatifs de langue
et de culture allemande, axés sur une approche pragmatique et ludique.
Avec un succès encore modeste, nous avons ouvert une classe bilingue
à Delémont. Ce projet va évoluer. Nous envisageons une offre pour
tout le canton. Nous pourrions par exemple développer une matinée
complète en immersion pour tous les élèves à un certain moment de
la scolarité. Les élèves ne sortiront jamais bilingues de l’école, soyons
réalistes ! Mais il est important qu’ils disposent de compétences assez
fortes pour qu’ils se sentent en confiance, qu’ils osent parler et aller
au-devant de l’autre.
Bâle reste loin d’être le pôle le plus attrayant pour les jeunes Jurassiens.
Bien sûr, et ce n’est pas un but exclusif ou encore une obsession…
Les apprentis sont prioritairement scolarisés dans l’espace BEJUNE.
Les universités de Neuchâtel (350 étudiant-e-s jurassien-ne-s en 2011),
de Lausanne (229), de Fribourg (110) et de Genève (85) demeurent
plus attrayantes que Bâle (38).
Concernant les Hautes écoles spécialisées, la Haute Ecole Spécialisée
de Suisse occidentale accueillait 579 étudiant-e-s jurassien-ne-s en
2011 alors que la Fachhochschule Nordwestschweiz en comptait 19.
Le Jura est impliqué dans un projet « Arc jurassien » de « valorisation
des métiers techniques », où sévit une sérieuse pénurie. Où en est
ce projet ?
Chaque canton mène des activités de promotion. Un inventaire des actions
existantes a été dressé. Dans le Jura, nous avons beaucoup misé sur la
valorisation des métiers techniques auprès des filles, et ceci non pas de
manière ponctuelle, mais dans la durée. Au niveau de l’Arc jurassien,
il a été décidé de mettre l’accent sur des publics cibles. A qui s’adresser,
comment et à quel moment, voilà des questions clés.
Un des publics cibles, très important au moment où les jeunes optent
pour une voie de formation, c’est les parents. Il s’agit par exemple
de les convaincre aussi que les métiers de la micromécanique sont
des métiers d’avenir.
11
Le canton de Berne, acteur à part entière
« Ce n’est pas la surface qui compte »
Interview avec Monsieur Philippe Perrenoud, conseiller d’Etat bernois francophone
Conseiller d’Etat bernois francophone depuis 2006, Philippe Perrenoud, médecin psychiatre qui a dirigé la Clinique
psychiatrique de Bellelay, tient les rênes du Département de la santé publique et de la prévoyance sociale. Très attentif
aux enjeux de l’Arc jurassien, il prône notamment une mise en réseau des hôpitaux et une défense commune des
conditions cadres pour l’économie. Interview.
La question jurassienne est-elle une priorité pour le
gouvernement bernois ?
À mes yeux, il n’y a plus vraiment de conflit jurassien,
mais il subsiste des aspects politiques de la question
jurassienne que les plébiscites des années 1970 n’ont pas
réglés entièrement. Le canton de Berne s’est engagé à
contribuer à leur résolution, en soutenant le processus
de l’Assemblée interjurassienne (AIJ).
Quel regard porte le canton de Berne sur l’Arc jurassien ?
Sauf avec la République et Canton de Genève, Berne
connaît une frontière avec chacun des cantons de
Suisse romande. Cette proximité avec la région
d’expression française de notre pays est pour nous
source d’enrichissement, pas seulement aux niveaux
de la langue et de la culture.
Nous nous efforçons de soigner les relations bilatérales
avec chacun des cantons romands et nous coopérons
étroitement dans de nombreuses enceintes politiques
et économiques, notamment la Conférence des gouvernements de Suisse occidentale et la plateforme
arcjurassien.ch.
© OdA-Gesundheit Bern
À l’interface des deux régions culturelles principales
de notre pays, Berne est ainsi devenu un pont, un
facilitateur de liens, un facteur de cohésion au sein de
la Confédération. Dans cette ligne, mais également
au vu de la dimension transfrontalière avec la France,
le développement de l’Arc jurassien est un enjeu
stratégique pour le canton de Berne.
C’est maintenant aux populations concernées d’exprimer
leur volonté. Le gouvernement bernois est très attaché
au Jura bernois. Il fera tout pour que la consultation
prévue se déroule dans un climat paisible, dans le respect
du droit et de la démocratie. À ce double titre, la question
jurassienne est effectivement une haute priorité.
Le fait que seule une petite partie de son territoire, le Jura bernois, se situe
dans l’Arc jurassien, a-t-il une influence dans les relations avec les trois autres
cantons de la région ?
Ce n’est pas la surface du territoire qui est significative, mais le volume et
l’intensité des échanges. Le Jura bernois ne compte que 52 000 habitants,
mais on y trouve 2500 entreprises pour environ 23 000 emplois. À elle seule,
l’industrie jurassienne bernoise génère 10% des exportations du canton. Par
contre, la faible gravité démographique rend certains processus de décision
plus laborieux à Berne que dans les cantons voisins. Deuxième canton suisse
par la population et le territoire, s’étendant du Jura aux Alpes, bilingue, canton
urbain autant que campagnard, Berne constitue une Suisse en miniature, avec
d’autres régions aux spécificités fortes, telles que l’Oberland ou l’Emmental.
Un processus de consultation doit se mettre en place dans la perspective d’une
votation sur la question jurassienne. Où en est-on ?
Les populations du canton du Jura et du Jura bernois se prononceront lors
d’un vote sur l’avenir institutionnel interjurassien le 24 novembre prochain.
Les deux gouvernements cantonaux se sont mis d’accord sur une procédure.
Dans le canton de Berne, la révision législative nécessaire a été avalisée par
le Grand Conseil en janvier dernier.
Quels sont les thèmes prioritaires pour le canton de Berne
dans l’Arc jurassien ?
Le développement économique, en particulier la
promotion d’emplois d’avenir dans les domaines de
l’horlogerie, de la microtechnique et des techniques
de meilleure efficience énergétique. Regardez ce qui
s’est passé chez Tornos: c’est non seulement la Prévôté, mais aussi La
Chaux-de-Fonds et le Jura qui sont touchés. Il faut renforcer les coopérations :
les conditions cadres favorables à l’économie doivent être définies à l’échelle
d’un espace fonctionnel de l’Arc jurassien et non pas dans chaque canton à
partir d’intérêts sectoriels. Viennent ensuite les infrastructures de transport,
l’éducation et la formation professionnelle.
Vous vous êtes exprimé quelquefois à propos d’un réseau hospitalier dans
l’Arc jurassien. Est-ce toujours d’actualité ?
Je suis convaincu que nous avons besoin d’une mise en réseau des hôpitaux
de l’Arc jurassien. Si nous n’y parvenons pas, le risque est grand que les
hôpitaux existants se transforment en satellites des grands centres de Lausanne,
Berne et Bâle, sous l’effet des concentrations que provoque le nouveau
régime de financement des hôpitaux. Ce serait une perte de substance
économique, de savoir-faire aussi, sans parler de l’attrait de la région.
Nous sommes actuellement dans une phase de transition, la pression
sur les coûts ne cessera pas d’augmenter et, pour exister encore à l’avenir,
il faudra sortir des logiques locales qui prédominent dans la planification
hospitalière. C’est une remise en question difficile, mais je ne vois pas
d’autre issue.
Délégation du Conseil-exécutif pour les affaires jurassiennes
Chancellerie d’État
Postgasse 68 - CH-3000 Berne 8
Tél. : +41 (0)31 633 75 20 - Courriel : [email protected]
12
SwiSS Knowhow
L’Arc jurassien, terre promise ?
Les convictions de Laurent Kurth
Interview avec Monsieur Laurent Kurth, conseiller d’Etat neuchâtelois
© DR
Le conseiller d’Etat Laurent Kurth, chef des Finances et de la Santé, a siégé auparavant au Conseil communal de La
Chaux-de-Fonds de 2004 au 4 décembre 2012. En charge de l’Economie et de l’urbanisme, il a marqué son passage par
la réfection de la Place de la Gare, et, dans sa continuité, de la création du nouveau quartier Le Corbusier. Il a aussi
piloté avec succès le dossier de l’inscription de sa ville au Patrimoine mondial de l’UNESCO. Président du Réseau des
Villes de l’Arc jurassien (RVAJ) de juin 2011 au 4 décembre 2012, Laurent Kurth est l’un des politiciens les plus actifs
et les plus visionnaires en matière de politique régionale dans l’Arc jurassien. Il nous avait accordé cette interview peu
de temps avant d’accéder au Conseil d’Etat neuchâtelois.
Vous avez présidé le RVAJ. Quel regard portez-vous sur ce réseau ?
Le rôle premier du RVAJ, c’est la concertation. Les villes se concertent,
ce n’est pas très spectaculaire, mais c’est important. De surcroît, le
RVAJ peut se targuer de réalisations intéressantes, voire exemplaires
dans le domaine touristique et dans le domaine de l’énergie notamment. Un beau projet est aussi en voie de réalisation dans le domaine
culturel.
Il s’agit de mettre en valeur le réseau très dense des cinémas associatifs
dans l’Arc jurassien. L’idée, c’est de proposer une offre combinée
cinéma plus hôtel, ou musée, ou restaurant, etc. On stimule ainsi des
habitants de Sainte-Croix à se rendre à Tramelan, des habitants de
Porrentruy à se rendre à La Chaux-de-Fonds, etc. Il n’y a rien de tel
que la culture pour valoriser les spécificités de la région et pour inciter
les habitants de l’Arc jurassien à se déplacer à l’intérieur de leur région.
La généralisation du système biennois de location de vélos Velospot à
d’autres villes de l’Arc jurassien, avec possibilité d’un abonnement,
va dans le même sens.
Une région, plusieurs mentalités : l’Arc jurassien ne va pas vraiment
de soi.
Nous ne ferons rien d’intelligent durablement, dans cette région, si
nous ne stimulons pas le sentiment d’appartenance. Les habitants de
l’Arc jurassien ont beaucoup de points communs, mais ils n’ont pas,
ou peu, le sentiment d’appartenir à une même région, de faire partie
d’un même territoire. L’identité se réfère plutôt au canton, à la vallée,
au vallon. Que Sainte-Croix et Saignelégier fassent partie d’une même
région n’est pas une réalité clairement perçue.
Cette identité régionale « Arc jurassien » peu affirmée s’explique
facilement ; c’est une région cloisonnée géographiquement par des
vallées et on se trouve toujours plus vite dans le premier centre urbain
que dans la vallée voisine souvent plus proche à vol d’oiseau.
Mais cela n’enlève rien aux traits caractéristiques communs de cette
région…
Je crois qu’une des causes principales tient à ce que les spécificités
de l’Arc jurassien ne sont pas vécues comme des atouts à valoriser
par les gouvernements cantonaux de l’Arc jurassien, tous installés en
dehors, ou aux confins de ces territoires caractéristiques. Le gouvernement neuchâtelois est installé sur un littoral qui se perçoit comme
une belle petite région à l’extrémité du Plateau suisse plutôt que
comme une composante de l’Arc jurassien. Même si ce phénomène
est un peu amorti par le nom du canton, Delémont est une petite ville
de plaine qui regarde vers Bâle, alors que le massif jurassien, avec
les Franches-Montagnes, est perçu comme périphérique. Quant à
14
SwiSS Knowhow
Berne, au cœur de la Suisse, il est clair que le Jura bernois, au-delà
du différend territorial, ne peut être qu’un arrière-pays. Il n’est pas
nécessaire d’insister pour le canton de Vaud dont la composante « arc
jurassienne » ne saurait être perçue intensément à Lausanne.
Ainsi, plutôt que d’afficher une spécificité « Arc jurassien », de la porter,
de la valoriser, de la développer et de l’incarner, les gouvernements
cantonaux, non par cynisme, ni par indifférence, mais par une sorte
de fatalité géographique, la vivent plutôt comme un complexe, comme
un handicap périphérique.
Que faire pour transcender ces clivages ?
Un effort relativement modeste serait une décentralisation installant
des autorités administratives en dehors des chefs-lieux, car les services
pensent aussi le territoire en fonction du lieu de leurs bureaux. Il pourrait s’agir par exemple d’offices des transports ou d’aménagement du
territoire. A plus long terme, la création d’un canton de l’Arc jurassien
pourrait renforcer le sentiment d’appartenance et abattre des cloisons,
avec un chef-lieu implanté au cœur de l’Arc jurassien. J’y suis favorable.
Dans l’immédiat, nous devons communiquer et collaborer.
En tant que conseiller communal, vous avez doté la ville de La Chauxde-Fonds d’un service des affaires régionales et des relations extérieures.
Crainte de l’isolement ?
Une prise de conscience s’est faite à la suite du transfert de la HES
d’ingénierie des Montagnes neuchâteloises à Neuchâtel, décision
prise par les trois gouvernements de l’Arc jurassien. Le canton de
Neuchâtel proposait de déplacer cette Haute école du Locle à La
Chaux-de-Fonds. Son départ sur le Littoral est dû avant tout, selon
moi, à la méconnaissance de ce que représente la ville de La Chauxde-Fonds, 3e ville de Suisse romande, première ville du massif
jurassien et berceau du savoir-faire horloger et des métiers de la
précision dans l’Arc jurassien.
La création de ce service, il y a quelques années, faisait aussi suite
au constat que l’introduction de la présidence tournante du Conseil
communal entraînait une perte de continuité dans les relations avec nos
partenaires. La Chaux-de-Fonds est une ville relativement isolée du
plateau suisse, assez pour disparaître de la carte mentale des décideurs
de ce pays. Si l’on se réfère aux critères d’éclosion d’une
ville, La Chaux-de-Fonds est une sorte d’anomalie, de
miracle : pas d’eau, pas de matières premières, à l’époque
écartée des voies de communication importantes, un
climat parfois rigoureux à mille mètres d’altitude…
Elle doit toujours se battre pour exister. Fort de deux
collaborateurs, ce service dirigé par Jean-Daniel
Jeanneret, agit au niveau suisse romand et suisse d’une
part, au niveau de nos proches voisins d’autre part,
notamment les Montagnes neuchâteloises, les FranchesMontagnes, le Val-de-Ruz et la France voisine.
Qu’en est-il des relations avec la France voisine. Par exemple, à quoi
sert l’Agglomération urbaine du Doubs constituée des communes de
Morteau, Villers-le-Lac, Les Fins, Les Brenets, Le Locle et La Chauxde-Fonds ?
Des deux côtés de la frontière, les élus locaux doivent interpeler les
autorités de rang supérieur sur des problématiques qu’elles ne perçoivent
pas ou pas assez. Elles doivent discuter et s’entendre pour éviter que
les mouvements transfrontaliers deviennent des sujets conflictuels.
En clair, éviter les réactions xénophobes d’un côté et la fermeture des
frontières de l’autre sous prétexte d’un exode de main d’œuvre. L’AUD
est un lieu qui permet de mettre en évidence ce qui est positif pour
notre région dans ces mouvements transfrontaliers (en particulier
son dynamisme économique et démographique), et, si possible, de
travailler à quelques projets concrets de valorisation de la région, en
particulier la question des voies de communication.
Des rencontres ont lieu toutes les quatre à six semaines dans le cadre
de l’Agglomération urbaine du Doubs, avec des résultats comme les
assises de la formation professionnelle en 2011 ou encore un lobbying
commun relatif à la ligne de chemin de fer La Chaux-de-Fonds –
Besançon ou encore une opération de covoiturage.
L’AUD est vite entravée, selon les thématiques, car les compétences
sont souvent du ressort cantonal, de la Région Franche-Comté et de l’Etat
français. Une structure permettant à l’AUD de devenir formellement
membre du Réseau urbain neuchâtelois (RUN), qui s’enrichira ainsi
d’une composante transfrontalière, est actuellement mise en place.
Elle associera les autorités de rang supérieur, soit la Région et le
département côté français, et l’Etat de Neuchâtel du côté suisse. Le
projet de Parc du Doubs vise aussi clairement à devenir un espace
transfrontalier.
En dehors des mouvements liés au travail et aux achats, avez-vous le
sentiment que la région possède une véritable existence par-dessus la
frontière ?
Deux études montrent que la mobilité résidentielle s’est accrue ces
dernières années, ce qui signifie que des Français qui travaillent en
Suisse s’y établissent et que des Suisses s’installent en France, le plus
souvent à l’heure de la retraite. La mobilité résidentielle s’accroît aussi
avec les couples transfrontaliers.
On constate d’autre part que des Français qui travaillent
en Suisse y viennent aussi pour leurs loisirs le samedi,
au cinéma, au théâtre ou dans des clubs sportifs. Encore
modestement, la seule logique économique des emplois
et des emplettes commence à être dépassée. Je voudrais
aussi signaler que le programme du Théâtre de Morteau
sera bientôt inclus dans le programme d’Arc-en-Scène
à La Chaux-de-Fonds, soit des spectacles qui ne
tournent qu’en France, avec bien sûr la réciproque
pour le programme du Théâtre de Morteau, avec des
spectacles qui ne tournent qu’en Suisse.
Ville de La Chaux-de-Fonds - Service des relations régionales et des affaires extérieures
Passage Léopold-Robert 3 - CH – 2300 La Chaux-de-Fonds - Tél. +41 32 967 64 62
Courriel : [email protected] - Site Internet : www.chaux-de-fonds.ch
15
SwiSS Knowhow
Bienne,
prospère et dynamique
© DR
Au carrefour des langues et des régions
Interview de Monsieur Erich Fehr,
maire de la ville de Bienne
Bienne « ville de l’avenir », Bienne « ville de la communication » et bientôt, assure son maire Erich Fehr, Bienne « ville de
la formation ». Cette cité bilingue (60% d’Alémaniques et 40% de Romands) aux identités multiples affiche sa prospérité
et son dynamisme. Erich Fehr, qui a pris le relais du nouveau conseiller d’Etat neuchâtelois Laurent Kurth à la présidence
du Réseau des villes de l’Arc jurassien (RVAJ), répond à nos questions.
Dans quelle mesure la ville de Bienne se sent-elle liée à l’Arc jurassien ?
Bienne est riche d’identités multiples. Il y a d’abord l’appartenance
cantonale bernoise, qui ne va pas sans une certaine rivalité, Bienne étant
la deuxième ville du canton. Après, il y a « l’axe lacustre » du pied du Jura,
de Soleure à Yverdon, mais également Morat, en passant bien sûr par
Neuchâtel. Bienne essaie de faire le lien entre Berne région capitale suisse
et la Région métropolitaine de Bâle.
L’Arc jurassien est un axe important. En raison du savoir-faire traditionnel
de l’horlogerie et de la micromécanique, Bienne est économiquement
plus proche de l’Arc jurassien que du canton de Berne. La population
francophone s’identifie fortement à l’Arc jurassien, en premier lieu au
Jura bernois, alors que c’est une relation plus rationnelle pour les Suisses
alémaniques, marquée par la réalité économique. Dans la question
jurassienne, Bienne est dans une position de neutralité active. A Bienne,
il y a des Romands qui veulent que leur territoire voisin reste bernois et
des Romands favorables au canton du Jura, mais aucun ne veut quitter
Bienne. Il serait en tout cas difficile pour les Romands de Bienne de
devenir l’unique minorité francophone du canton de Berne.
C’est un combat commun de positionner l’Arc jurassien entre Berne
Région capitale, la Région métropolitaine bâloise et l’Arc lémanique.
Bienne s’y sent pleinement associé.
Bienne affiche une belle santé économique.
Oui, Bienne est économiquement prospère. L’horlogerie y tient une place
de choix, confirmée par la nouvelle manufacture Rolex, le projet
d’une nouvelle manufacture Omega et celui, outre la présence de la
direction du Swatch Group, du nouveau siège principal de la marque
Swatch. A part ces acteurs mondiaux, de nombreux acteurs de niche
s’installent à Bienne dans le domaine horloger ou de compétences
voisines. Les technologies vertes se développent aussi à Bienne. Sputnik
Engineering, qui produit des onduleurs photovoltaïques couplés au
réseau, construit un nouveau site principal pour 300 collaborateurs. Dans
le domaine de la communication, Bienne demeure très bien positionnée,
notamment avec l’Ofcom (Office fédéral de la communication), Orange
et plusieurs calls centers.
Pourquoi Bienne entend-elle s’afficher à l’avenir comme « ville de la
formation » ?
Un campus technique de la HES Bernoise va être construit sur un nouveau
site à l’ouest de la gare. C’est un développement considérable. Il regroupera les départements techniques et informatiques d’une part, le
bois, la construction et l’architecture d’autre part. Nous cherchons des
complémentarités avec la Haute Ecole Arc, dans un esprit de partenariat,
afin d’éviter tout doublon. Ainsi, nous n’aurons pas à Bienne de filières en
français qui existent déjà à Neuchâtel ou à Saint-Imier.
Bienne propose une offre de formation complète en français et en allemand
jusqu’au niveau de la maturité. La ville abrite de plus une partie importante
de l’HEP (Haute école pédagogique) BEJUNE, une Ecole des Arts et Métiers
dans les deux langues également, et le SANU, entreprise de formation créée
il y a environ 20 ans et qui offre toutes sortes de formations (certificats,
diplômes et brevet fédéral) et de prestations de services dans le domaine de
la nature et de l’environnement. Il faut aussi mentionner l’Institut littéraire
suisse, créé en 2006, qui propose un cursus unique en Suisse, le Bachelor of
Arts en écriture littéraire et la HES des arts.
Bienne se positionne ainsi clairement comme un pôle de formation important
dans de multiples domaines de la connaissance.
Velospot
Opérationnel à Bienne depuis fin septembre 2012 (200 vélos et 40
stations sur tout le périmètre urbain), le système automatisé d’emprunt
de vélos pour de courts trajets velospot, le plus dense de Suisse,
sera dans un premier temps étendu à l’agglomération biennoise
(Nidau, etc.). Cette offre va être proposée dans d’autres villes de l’Arc
jurassien, via le Réseau des villes de l’Arc jurassien (RVAJ). La
carte d’abonnement pourrait ainsi être utilisée dans toutes les villes
du RVAJ ayant adopté le système velospot développé par la ville
de Bienne avec l’industrie locale et régionale. Des partenariats
sont engagés avec plusieurs villes de l’Arc jurassien, notamment
Neuchâtel, La Chaux-de-Fonds et Le Locle.
Ville de Bienne - Mairie
Pont-du-Moulin 5 / Case postale - CH-2501 Biel/Bienne - Tél. : +41 32 326 11 01
Email: [email protected] - www.biel-bienne.ch
16
SwiSS Knowhow
Commune de Sainte-Croix
« Viendra un jour où la frontière n’existera plus dans nos têtes »
Interview avec Monsieur Franklin Thévenaz, Syndic de Sainte-Croix,
croit aux vertus des contacts
Petite ville industrielle et touristique de 4700 habitants perchée à 1000 m d’altitude, à mi-chemin entre Yverdon-les-Bains,
Pontarlier et Fleurier, Sainte-Croix est pour ainsi dire, avec La Chaux-de-Fonds, la seule ville suisse vivant véritablement au
cœur de l’Arc jurassien. Helvétique, Vaudoise, elle est très directement impliquée dans les collaborations et les
problématiques transfrontalières. Syndic depuis 2011, Franklin Thévenaz, économiste ayant travaillé dans l’humanitaire
international, est un homme à la fois ancré dans son terroir et d’esprit ouvert sur de vastes horizons. Il répond à nos questions.
© Commune de Sainte-Croix
Privilégiez-vous le chemin d’une collaboration
plus directe entre communes, comme cela est
le cas entre Sainte-Croix et Val-de-Travers ?
Le réseau des liens est naturellement plus
serré avec nos voisins les plus proches.
Prenez par exemple la route Buttes – SainteCroix (une route en mauvais état), la santé,
la mobilité, la culture, tous ces thèmes
concernent directement les communes de
Val-de-Travers et de Sainte-Croix. Avec
Yverdon-les-Bains, Sainte-Croix aborde
des problèmes de train, de scolarité et de
développement économique. Mais, je le
répète, la force d’une commune, c’est de
savoir être présente partout où sont prises des
décisions ayant un impact sur sa vie quotidienne et sur son destin. En tant que Syndic,
La municipalité de Sainte-Croix : de gauche à droite
je veille à ce que Sainte-Croix s’engage dans
MM. José Gonzalez, Cédric Roten, Franklin Thévenaz, Philippe Duvoisin,
Luc Martin et le Secrétaire municipal Michel Staffoni.
des collaborations multiples dans un esprit
de coopération, sachant que la défense et la promotion des intérêts locaux
passent souvent par la défense et la promotion d’intérêts régionaux.
Nous cherchons aussi à rencontrer régulièrement nos députés au Grand
Conseil vaudois et nos conseillers nationaux à Berne, ainsi que l’administration
Malgré d’évidentes similitudes culturelles et identitaires, le sentiment d’apparpublique en charge de nos dossiers tant à Lausanne qu’à Berne.
tenance à une même région Arc jurassien n’est guère éprouvé par la population.
Est-il selon vous souhaitable de le développer ? Et si oui, comment ?
Tous ces contacts sont utiles et complémentaires. Ils font partie d’un maillage
Le sentiment d’une appartenance commune se renforce, avec le temps,
dans lequel une commune doit s’inscrire, exister et évoluer afin de promouvoir
à travers des liens accrus et des intérêts partagés et complémentaires.
et défendre ses valeurs et ses intérêts, de manière à pouvoir les activer lorsque
Les contacts se développent aujourd’hui dans un respect et une estime
c’est nécessaire.
réciproques, des deux côtés de la frontière. La multiplication des liens va
encore raffermir ce sentiment d’appartenance et viendra un jour où la
Tirez-vous un bilan positif de l’appartenance de Sainte-Croix au Réseau des
frontière n’existera plus dans nos têtes.
Villes de l’Arc jurassien ?
Oui, le RVAJ est une plateforme utile pour mettre des connaissances et
En quelques mots, quel regard portez-vous sur l’Arc jurassien en tant que
des réseaux en commun. Plusieurs intelligences valent toujours mieux
région, et sur son avenir ?
qu’une seule. C’est un multiplicateur étoffant les discussions, qui donne
Je suis très optimiste. C’est une région en devenir et « devenante » qui est en
davantage de poids à certains dossiers et permet de mettre en pratique
train de se faire. Je vois un potentiel immense, pour
des idées de collaboration. Une expérience faite
la France comme pour la Suisse, une région dynadans une région peut servir dans une autre région.
mique, innovante et à l’aise économiquement.
Enfin, faire connaissance avec d’autres personnes
Chaque contact transfrontalier, qu’il soit collectif
aux prises avec les mêmes questionnements et
ou individuel, contribue à forger cette identification
les mêmes problématiques permet d’élargir
conjointe à une même région, et ceci dans tous
les perspectives au-delà de l’ancrage local,
les domaines économique, industriel, commercial,
dans une perspective régionale propre à mettre
sportif et culturel. L’Arc jurassien a tout à offrir
en évidence ce qui unit par-dessus les frontières
grâce à ses multiples atouts et talents.
cantonales.
La Commune de Sainte-Croix affirme vouloir
développer ses relations avec ses partenaires
nationaux, cantonaux, régionaux et transfrontaliers. Quels types de collaborations
vous paraissent-ils indispensables ?
D’abord les contacts avec nos voisins
directs, qu’ils soient suisses ou français,
Bullet, Mauborget, Val-de-Travers, Baulmes, Vuiteboeuf, Yverdon-les-Bains, Les
Fourgs, Pontarlier. Sainte-Croix s’implique
ensuite dans les organisations faîtières
existantes, telles l’Association pour le
développement du Nord Vaudois, l’Association des Communes de la Région de
Grandson, le Réseau des Villes de l’Arc
jurassien, la Conférence transjurassienne,
l’Association Jura & Trois Lacs, l’Aire de
proximité Chasseron/Mont d’Or, le Forum
transfrontalier et d’autres encore.
Commune de Sainte-Croix
Rue Neuve 10 - CH-1450 Sainte-Croix - Tél.: +41 (0)24 455 41 41 - [email protected] - www.sainte-croix.ch
SwiSS Knowhow
17
Vers une société à 2000 watts
Un projet des villes pour l’Arc jurassien
© DR
Interview de Monsieur Pierre Brulhart, conseiller communal à Delémont
(directeur du Département de l’énergie et des eaux)
Fondé en 1993, le Réseau des villes de l’Arc jurassien (RVAJ) compte dix-huit communes formant
une région à cheval sur quatre cantons (VD, NE, Jura et Berne). Jusqu’ici, son efficacité s’est surtout
vérifiée dans le domaine du tourisme. Le projet Energie du RVAJ, « Vers une société à 2000 watts »,
suscite lui aussi un vif intérêt. Le point avec M. Pierre Brulhart, conseiller communal à Delémont
(directeur du Département de l’énergie et des eaux), qui pilote la commission politique de ce projet.
En résumé, en quoi consiste le projet Energie du RVAJ ?
Ce projet consiste en une large concertation des communes participantes
pour parvenir à une société à 2000 watts dans l’Arc jurassien à l’horizon
2050. Les communes sont les entités politiques les plus proches des citoyens
et les villes ont un rôle moteur dans les dossiers énergétiques. Nous avons
cherché des actions concrètes compatibles avec toutes les politiques énergétiques communales. La volonté, c’est de travailler en réseau, au niveau
politique d’une part, mais encore au niveau technique, ce qui est plus difficile.
Et ça se passe bien aux deux niveaux. La cellule technique tient des rencontres
cinq à six fois par an. Il y a un véritable partage d’expériences et d’information
bénéfique pour tous, quel que soit le niveau d’expérience dans le domaine
de la politique énergétique.
Quelles actions communes sont-elles mises en œuvre ?
Nous avons cherché à nous mettre en réseau sur des actions concrètes,
avec un objectif commun. Les communes, et les villes en particulier,
possèdent de nombreux bâtiments qui sont de gros consommateurs
d’énergie. Elles doivent donner l’exemple en réduisant leur consommation.
Les douze communes ont décidé de se conformer à des règles identiques
pour gérer leurs bâtiments en termes d’isolation et de consommation d’énergie
renouvelable, en fait sur tous les éléments qui ont une influence sur la
consommation des bâtiments. Les bâtiments sont soumis à une analyse
et une étiquette de bilan énergétique situe leur niveau sur une échelle.
Actuellement, 80% des bâtiments communaux ont subi cette analyse. Le
délégué à l’énergie de la Ville de Neuchâtel a développé un outil qui permet
de déterminer les priorités d’assainissement d’un bâtiment. En priorité, nous
cherchons bien sûr à assainir les bâtiments qui ont une forte consommation
et dont le rapport consommation/surface utile est élevé. Pour les immeubles
privés, les communes font un travail de sensibilisation. Le RVAJ a organisé
en 2010 et 2011 des conférences dans toutes les villes partenaires sur le thème
« Je rénove mon bâtiment ». Elles ont eu un grand succès et les participants
ont posé des questions très pratiques. Nous proposons aussi une exposition
itinérante. Après les bâtiments, notre objectif est maintenant de définir
une approche commune sur les questions qui lient urbanisme et d’énergie.
© DR
Ce projet rassemble onze communes partenaires qui sont Bienne, Moutier
et St-Imier pour le Jura bernois, Orbe et Ste-Croix pour Vaud, La Chauxde-Fonds, Le Locle, Neuchâtel et le Val-de-Travers pour le canton de
Neuchâtel, Delémont et Porrentruy pour le Jura.
Mission possible
Mise sur pied dans le cadre du projet « énergie » du Réseau des Villes de
l'Arc jurassien, l’exposition itinérante « Mission possible, l'habitat de la
société à 2000 watts » explique la vision de société à 2000 watts et les implications d'une telle démarche pour les individus et les collectivités. Initialement créée par la Ville de Zurich, elle a été traduite et adaptée à la
Suisse romande, en particulier aux régions de l’Arc jurassien. Présentée
pour la première fois à Delémont en novembre 2011, puis dans différentes
communes du RVAJ, l’expo n’exige pas une surface supérieure à 50 m2.
Gratuite pour les membres du RVAJ, de l’Association Ecoparc et de l’Association Cité de l’énergie, elle peut être louée par d’autres communes ou
associations pour le coût de 1000 francs.
Association Ecoparc
Faubourg du Lac 3 / CP 2206 - CH-2001 Neuchâtel
[email protected]
Une société à 2000 watts dans la région, est-ce bien réaliste ?
C’est un objectif à long terme. Notre action consiste à poser les jalons
nécessaires et à créer des indicateurs fiables et des outils de suivi de manière
coordonnée. Il n’y a pas d’autre manière d’y parvenir, que nous soyons pile
dans la cible ou non loin de la cible. L’essentiel, c’est d’y aller !
18
Services industriels de Delémont
Route de Bâle 1 - Case postale 2261 - CH-2800 Delémont 2 - Tél. : +41 (0)32 421 92 00 - [email protected]
SwiSS Knowhow
Les communes, moteur de
la coopération transfrontalière
© Ville de Pontarlier
Interview de M. Patrick Genre,
Maire de Pontarlier,
Président de la Communauté de communes du Larmont,
Président de l'Association Pays du Haut-Doubs,
Conseiller régional de Franche Comté,
Co-président de l'aire de proximité Mont d'Or-Chasseron
Quel est le rôle des communes dans la coopération transfrontalière ?
Il est central ! Si l’on veut établir des passerelles à tous points de vue, ce sont
aux élus de créer des liens. Ce sont eux qui donnent un sens à la coopération
transfrontalière. C’est autour des collectivités que peuvent se fédérer les
acteurs économiques, culturels et associatifs. Les collectivités sont donc la
locomotive de ce rapprochement transfrontalier.
Pourriez-vous nous présenter l'aire de proximité
Mont d'Or-Chasseron ?
Mont d'Or-Chasseron occupe une place à part dans
le paysage transfrontalier
puisqu’il s’agit d’une des
seules aires de proximité
qui fonctionnent dans
le cadre de la CTJ. La
montagne du Jura fait le
lien, côté français, entre
le Pays du Haut Doubs
qui rassemble 6 Communautés de communes
et 85 000 habitants et,
côté suisse, une partie du canton de Vaud autour d’Yverdon-les-Bains.
Je copréside cette aire de proximité avec Daniel von Siebenthal, le syndic
d’Yverdon. Ensemble, nous co-animons régulièrement des réunions thématiques sur l’environnement, l’éducation, l’eau, la forêt, le patrimoine
bâti, les écoles, etc. Nous échangeons également des informations sur le
tourisme et le transport ferroviaire (LGV Lyria Berne-Lausanne-Paris). De
même, plusieurs groupes de travail ont été mis sur pied pour parler transport, économie et tourisme. À titre d’exemple, une action de covoiturage
transfrontalier a été lancée en septembre. Mais il reste difficile d’aborder les questions économiques : la concurrence
territoriale n’est jamais loin même si la zone transfrontalière est tirée par le dynamisme économique suisse. Même
difficulté pour la formation : les systèmes éducatifs, administratifs et législatifs divergent par trop.
Dans quelle mesure la Ville de Pontarlier est-elle touchée par
le phénomène frontalier ?
Même s’il n’est pas nouveau, ce phénomène a pris de l’ampleur
en raison de la très forte expansion économique dans les
secteurs horloger et biomédical en Suisse. De toute évidence, les travailleurs
transfrontaliers constituent une vraie richesse puisqu’ils sont indispensables
à l’économie suisse et qu’ils ramènent en France de la richesse financière
qui stimule le développement du commerce en particulier.
D’un autre côté, la proximité de la Suisse crée des tensions sur le foncier
et le marché de l’emploi français puisque la main d’œuvre qualifiée est
attirée par la Suisse. De
plus, le trafic est devenu
très difficile avec des
bouchons incessants au
passage de la frontière
et un encombrement du
réseau routier. Certains
Suisses voient aussi
d’un mauvais œil « ces
frontaliers qui viennent
manger leur pain ».
Malgré tout, le bilan
global reste positif et
nous nous efforçons de
régler les problèmes liés
au transport.
Êtes-vous en contact avec des communes suisses ?
En plus de la collaboration instaurée dans le cadre de l'aire de proximité Mont
d'Or-Chasseron, nous coopérons avec la commune de Val-de-Travers en
organisant 1 à 2 fois par an des réunions générales ou thématiques sur la
culture, le tourisme, etc. Par ailleurs, nous avons décidé de relancer la charte
d’amitié avec Yverdon et échangeons des informations entre élus ; cela passe
notamment par l’intégration de liens sur nos sites Internet respectifs.
Quel regard portez-vous sur l'Arc jurassien suisse ?
À mon avis, il faut d’abord faire vivre ce qui existe avant
d’imaginer autre chose. Je concentre donc mes efforts sur la
consolidation de l'aire de proximité Mont d'Or-Chasseron
afin de régler nos problèmes de transport communs et de
renforcer les liens d’amitié entre les communes membres.
Nous avons tous nos propres difficultés, nos propres contraintes.
Plutôt que de fixer des objectifs inatteignables, redynamisons
ce qui est tombé en désuétude et confortons les coopérations
existantes.
Mairie de Pontarlier - 56, rue de la République - B.P. 259 25304 Pontarlier Cedex
Tél : 03 81 38 81 38 - Fax : 03 81 39 56 64 - Mail : [email protected]
SwiSS Knowhow
19
Minnovarc en quête d’innovation
Des microtechniques pour demain
© Minnovarc
Interview avec Monsieur Pierre Rossel, chef de projet de Minnovarc
Innovation franco-suisse dans les microtechniques
Minnovarc œuvre à renforcer les capacités d’innovation des entreprises microtechniques de
l’Arc jurassien afin de réduire la forte dépendance de ces régions à l’horlogerie. Ce projet Interreg
suscite et stimule une coopération franco-suisse qui se veut à la fois prospective et pratique.
Indépendamment de sa casquette de maître d’enseignement et de recherches dans le domaine de
la prospective technologique à l’EPFL, Pierre Rossel consacre une partie de son temps à Minnovarc
en qualité de chef de projet. Il répond à nos questions.
Qui sont les acteurs de Minnovarc ?
Les porteurs du projet sont, du côté français, la Chambre de Commerce et
d’industrie Territoriale du Doubs, et, du côté suisse, Arc jurassien.ch. Ils sont
entourés de six autres acteurs régionaux représentant les différents milieux
concernés. Minnovarc est un projet de politique régionale européenne dans
le cadre d’Interreg.
Les différences culturelles et organisationnelles sont considérables et il n’est
pas toujours simple de se parler malgré un intérêt évident à collaborer dans
le domaine microtechnique pour mieux profiler cette région sur un marché
mondial très concurrentiel. La haute horlogerie est aujourd’hui dans une
logique d’économie globalisée largement fondée sur le marketing. Il ne
faut pas se laisser aveugler par son succès et trouver d’autres marchés pour
les microtechniques.
En quoi consiste le projet Minnovarc ?
Innovation en réseau avec des partenaires multiples et innovation dans des
domaines de diversification, autrement dit non horlogers, tels sont les objectifs
phares de Minnovarc. Il faut créer des pistes de diversification vers le medtech,
le greentech, le secteur des transports (automobile, ferroviaire, avionique) ou
encore les industries de la sécurité. Nous mettons des PME différentes, souvent
complémentaires, en situation de coopération. Minnovarc vise à passer le plus
vite possible de l’idée à l’action.
Quels instruments avez-vous conçu pour tendre vers ces objectifs ?
Minnovarc s’est doté d’un Think Tank pour réfléchir à l’avenir des microtechniques dans l’Arc jurassien. Il regroupe des industriels d’expérience,
des scientifiques et des institutionnels. Surtout, Minnovarc propose des
Ateliers « Microtechniques & Innovation », qui réunissent régulièrement
quelque 35 entreprises et laboratoires.
l’Arc jurassien présente un déficit de croissance de développement
économique par rapport à d’autres régions voisines comme l’Arc lémanique
ou encore les pôles zurichois et bâlois. Il s’agit de préserver les intérêts
d’une région qui doit trouver sa voie propre et éviter d’être satellisée par
de grands pôles économiques et scientifiques. Dans ce contexte, une alliance
transfrontalière représente une option stimulante. Il ne faut pas idéaliser et
alimenter le mythe d’une « communauté de destin ». Il s’agit plutôt se montrer
actifs et pragmatiques ensemble.
Quelle est la plus-value de l’action de Minnovarc pour le domaine des microtechniques dans l’Arc jurassien ?
Environ cinquante pistes de projets ont émergé jusqu’ici dans le creuset
des Ateliers, et, sur ce nombre, cinq projets très avancés, notamment dans
le domaine des technologies d’assistance aux personnes âgées ou encore
de la réalité augmentée. Une communauté transfrontalière d’une centaine
d’entreprises et laboratoires comprennent l’enjeu stratégique d’innover
dans le domaine microtechnique et montrent le chemin.
Dans le cadre Interreg, le projet Minnovarc va de 2009 à 2013. Comment le
voyez-vous évoluer à cette échéance ?
Nous devons trouver une solution institutionnelle et financière pour l’automne
2013. Je pense que Minnovarc mènera des actions plus ciblées dans des domaines de spécialités stratégiquement importants, élargis thématiquement par
rapport à la seule attention portée aux microtechniques jusqu’ici. Notre site
Internet devrait accueillir un espace « Pistes et projets » et nous intensifierons
nos collaborations avec les organismes suisses et français qui ont une expertise
dans le coaching de projets d’innovation.
www.minnovarc.eu
Ces ateliers fonctionnent comme incubateurs d’idées, comme facilitateurs
pour faire émerger et progresser des innovations concrètes ou comme source
de propositions pour des projets d’innovation en réseau dans des domaines
nouveaux. Ce n’est pas une logique de start up, mais d’entreprises qui existent
et cherchent à s’allier autour d’objectifs communs.
Minnovarc propose aussi un site Internet assez riche.
Pourquoi Minnovarc dans l’Arc jurassien et pas ailleurs ?
Il y a un savoir-faire traditionnel, issu de l’horlogerie, dans la mécanique
fine, et qui a dû évoluer. Raison économique majeure pour nous, Suisses :
20
Minnovarc Suisse
arcjurassien.ch
Alexandre Gabus : Rue de la Paix 13 - CH-2300 La Chaux-de-Fonds
Tél. : +41 (0)32 889 76 76
Courriel : [email protected]
Minnovarc France
CCI – Chambre de commerce et d’Industrie du Doubs
Cécile Mascaro : 46, avenue Villarceau - France - 25042 Besançon
Tél. : +33 (3)81 25 25 76
Courriel : [email protected]
SwiSS Knowhow
www.swissknowhowmagazine.ch
Dans le miroir des statistiques
Un observatoire transfrontalier
© DR
Interview de Monsieur Gérard Geiser, chef du Service de statistique
du canton de Neuchâtel, coordonne les activités de l’OSTAJ du côté suisse
Mis en œuvre en 2005, l’Observatoire Statistique Transfrontalier de l’Arc jurassien (OSTAJ) est
une des expressions les plus concrètes d’un partenariat entre les parties suisse et française de l’Arc
jurassien. Ce projet réunit la Région Franche-Comté, l’Etat et l’INSEE pour la partie française,
arcjurassien.ch et les services statistiques des cantons de Neuchâtel, Jura, Berne et Vaud du côté
suisse. Interview de M. Gérard Geiser, chef du Service de statistique du canton de Neuchâtel,
qui coordonne les activités de l’OSTAJ du côté suisse.
L’OSTAJ contribue-t-il à vos yeux à renforcer la cohésion de l’Arc
jurassien ?
C’est une sérieuse collaboration transfrontalière, un véritable outil
statistique supranational. L’OSTAJ contribue à la cohésion de ce
territoire en lui tendant un miroir statistique lui offrant des points
de référence et des éléments de comparaison. Le système fonctionne
bien malgré le nombre d’entités impliquées dans le projet. D’un
point de vue statistique, les différences de nomenclatures et de
principes de dénombrement entre la Suisse et la France constituent
de réels défis.
L’OSTAJ affiche de belles réalisations, notamment sur l’économie
de la région Arc jurassien, ou sur le travail frontalier. Nous avons
mis en évidence que cette région est un grand marché du travail.
Des points de repère communs précis ont été définis. Une cartographie
très performante est accessible sur notre site Internet, avec des
données constamment mises à jour.
Au début, l’OSTAJ a bénéficié d’un financement européen dans
le cadre des projets Interreg. Depuis 2012, les cantons impliqués
et la France financent seuls l’observatoire statistique. Le service
neuchâtelois de statistique a reçu mandat de coordonner les activités.
22
Que peut-on dire des disparités salariales de chaque côté de la
frontière ?
Il est difficile de comparer les salaires suisses et les salaires français
tant l’aspect protection sociale est différent. Nos enquêtes ont toutefois
mis un certain nombre de faits en évidence. Par exemple, un salarié
frontalier de 25 ans gagne à peu près le même montant qu’un
Suisse du même âge. L’incitation à travailler en Suisse est par contre
évidente : le travailleur frontalier gagne 46% de plus que s’il travaillait
en Franche-Comté.
Que pouvez-vous dire de la démographie dans l’Arc jurassien ?
L’Arc jurassien connaît une croissance démographique annuelle
assez linéaire. De 1999 à 2009, elle s’établit à 0,6% par année. La
crise de 2008-2009 n’a pas eu d’effet sur cette évolution. Cette
croissance s’établit à 0,8% du côté suisse et à 0,4% du côté français.
Elle est un peu dopée côté suisse du fait que le canton de Vaud dans
son entier figure dans la statistique. Du côté suisse, cette croissance
démographique est due au flux migratoire, alors qu’en Franche-Comté
elle est principalement due au solde naturel des naissances et des
décès, et non à une émigration étrangère. Le cliché d’une région qui
se dépeuple est démenti par les chiffres.
Comment l’Arc jurassien a-t-il fait face à la crise ?
Grâce à l’OSTAJ, nous avons une vision assez précise. La crise a
été durement ressentie, surtout dans les régions limitrophes vivant de
l’exportation. En 2008 et 2009, le secteur secondaire a été durement
secoué des deux côtés de la frontière. L’effet sur l’emploi est un peu
différent. L’emploi a diminué côté français dans le secteur secondaire
et peine à se redresser dans toute la Franche-Comté. Par contre, côté
suisse, la croissance de l'emploi a été spectaculaire en 2011 et 2012.
Quels sont les principaux projets de l’OSTAJ pour les prochaines
années ?
Nous voulons réaliser des produits plus légers, synthétiques et faciles
d'accès, par exemple des fiches thématiques d’une dizaine de pages
au plus. D’autre part, nous projetons des analyses locales très ciblées,
des zooms sur des régions constituant un diagnostic socio-économique relatif à l’emploi, à la population, aux déplacements, etc.
Le Parc régional du Doubs et un projet de parc similaire en France
ont par exemple fait l’objet d’une telle étude.
On observe en outre que les emplois de l’horlogerie sont nettement
localisés du côté suisse : 30'500 emplois dans l’Arc jurassien, dont
28'500 en Suisse et seulement 2000 en Franche-Comté. Les chiffres
seront sans doute différents pour la microtechnique, secteur qui fait
actuellement l’objet d’une étude statistique.
Des investigations statistiques sont également lancées dans le domaine
de la formation. Il existe par exemple une formation commune
de part et d’autre de la frontière dans l’horlogerie et nous allons
chercher à déterminer de nouveaux potentiels d’échange dans
d’autres filières.
OSTAJ
Rue du Château 19
CH-2001 Neuchâtel
Tél. : +41 (0)32 889 44 09
[email protected]
OSTAJ
Rue Louis Garnier 8 - BP 1997
F-25010 Besançon Cedex
Tél. : +33 (3)81 41 61 61
[email protected]
SwiSS Knowhow
23
SwiSS Knowhow
Un parc transfrontalier
pour une communauté de destin
© APNRD
Interview de Mme Anne Girardet, Chargée de mission transfrontalière
pour le Pays Horloger et le Parc naturel régional du Doubs
Pourriez-vous nous présenter le projet de parc transfrontalier du Doubs ?
Il s’agit d’un projet politique innovant qui rassemble 16 communes
suisses réparties sur 3 cantons (Jura, Neuchâtel, Berne) et 91 communes
françaises du Pays Horloger, soit représentant environ 110 000 habitants.
Il vise à réunir 2 projets de parcs naturels régionaux (PNR) au sein d’une
région transfrontalière animée par un objectif commun : la préservation
et la mise en valeur de la Vallée du Doubs. Côté suisse, le Parc naturel
régional du Doubs a déjà reçu la labellisation qui est entrée en vigueur
le 1er janvier 2013. Côté français en revanche, le Pays Horloger travaille
à sa candidature au label, qui ne sera pas déposée avant plusieurs années.
Rappelons les missions des PNR : mettre en œuvre sur un territoire
d’exception un projet de développement durable, devant permettre
de concilier préservation des ressources naturelles, valorisation du
patrimoine naturel et culturel, éducation à l’environnement et développement socio-économique.
24
Côté français, il existe une mission supplémentaire d’aménagement du
territoire. Notons aussi le rôle précurseur du Pays Horloger et du Parc du
Doubs, qui collaborent déjà à des projets communs, notamment en matière
environnementale (restauration de la qualité du Doubs) et touristique
(Chemins de la contrebande, programme de formation touristique…).
Comment a évolué l’APNRD ?
L’APNRD a été créée en 1999 grâce à la convergence de 3 facteurs :
l’action du Groupe du Doubs, né au début des années 90 pour préserver
la rivière, l’animation du WWF et la transposition dans la loi fédérale
sur la protection de la nature en 2007 du concept français de PNR.
Au cours des ans, l'association a fait évoluer ses structures stratégiques
et opérationnelles. Les recentrages opérés ont parfois provoqué des
divergences d'opinions provoquant ça et là quelques tensions entre
écologistes, agriculteurs et communes. La sérénité ramenée par les organes
dirigeants depuis 4 ans a permis d’obtenir, pour 10 ans, le label de PNR
d’importance nationale.
De concert avec les 16 communes membres qui détiennent statutairement
un pouvoir de décision prépondérant, le Parc du Doubs s’est lancé dans
la mise en œuvre de 15 projets selon un plan d'actions quadriennal, en
veillant à leur compatibilité transfrontalière garantie par un partenariat
systématique avec le Pays Horloger qui porte en France la même
démarche de création d’un PNR. Parmi ces projets figurent 4 centres
d’interprétation : sur le Doubs, le cheval, les énergies renouvelables
(en partenariat avec le PNR Chasseral en Suisse) et la valorisation des
produits du terroir.
SwiSS Knowhow
© APNRD
Pourriez-vous nous présenter votre poste ?
Forte de mon expérience dans le développement local et ma connaissance des PNR, j’ai été recrutée en mai 2011 pour favoriser l’émergence
d’un parc transfrontalier par 3 biais : soutenir la démarche de création
d'un PNR côté français, mais aussi la mise en œuvre des projets du PNR
suisse, et contribuer enfin à la mise en œuvre des projets du Comité
Stratégique Transfrontalier, qui réunit le Parc du Doubs et le Pays
Horloger. Ma mission consiste enfin plus globalement à sensibiliser les
acteurs locaux au projet PNR. Bien qu'employée administrativement
par le Pays Horloger, je travaille aussi pour l’APNRD, ma vision globale
des 2 démarches me permettant de coordonner les projets communs
aux équipes française et suisse.
Comment vivez-vous la frontière ?
Originaire du Doubs et ayant grandi au sein du Pays Horloger, je suis
tout naturellement attachée à notre région frontalière, bien que je la
vive ainsi depuis peu. Je traverse désormais la frontière chaque semaine
pour mon travail. J’ai ainsi pris conscience des enjeux et des modes de
vie communs de part et d’autre de la frontière, même si les populations
suisse et française interagissent peu. Je suis donc bien placée pour
faire comprendre aux acteurs locaux qu’ils ont affaire à un même bassin
Anne GIRARDET
Chargée de mission transfrontalière - Parc Naturel Régional
PARC DU DOUBS : Tél. : +41 (0)32 420 46 70 - [email protected]
PAYS HORLOGER : Tél. : +33(0) 381 68 53 54 - [email protected]
SwiSS Knowhow
de vie. Le comprenant mieux, je suis moi-même beaucoup plus ouverte
aux opportunités culturelles, touristiques ou de loisirs qu’offre la Suisse et
intéressée à la connaître. Je suis très heureuse de contribuer aujourd'hui,
dans le cadre de ce projet de parc transfrontalier, au développement de
notre territoire et à la dynamique de l'Arc jurassien plus globalement.
Pourriez-vous nous parler du diagnostic de l’OSTAJ ?
Nous avions besoin de statistiques comparables entre les 2 projets de PNR,
afin de mieux comprendre le fonctionnement de ce territoire transfrontalier.
Nous avons donc commandé à l’OSTAJ une analyse socio-économique.
Publiée le 9 novembre dernier, elle met en évidence l’importance du pôle
d’emploi urbain Le Locle-La Chaux-de-Fonds, dont le dynamisme
économique attire de nombreux frontaliers français... avec en conséquence
l’explosion démographique et les pressions foncières côté français,
l’engorgement du trafic qui concerne aussi le côté suisse. En outre, cette
complémentarité économique peut devenir une faiblesse en cas de
retournement conjoncturel en Suisse. Il est donc urgent de rééquilibrer
les 2 marchés de l’emploi et, plus largement, d’élaborer une politique de
développement concertée en matière d'environnement, de transport et
d'infrastructures, d'habitat... qui sont autant d'enjeux partagés, en dépit
d'effets parfois différenciés de part et d'autre de la frontière.
25
Atelier für Direkte Demokratie St Ursanne
“Der Jura – eine geniale Region !”
Interview mit Andreas Gross, Leiter des Ateliers für Direkte Demokratie
in den letzten 30 Jahren gewiss am meisten politische Sitzungen
besucht habe – und den vielen freien günstigen Wohnräumen
St-Ursanne idealerweise an. So kam ich mit vielen neuen Ideen und
Perspektiven gleichsam zurück zu meinen Wurzeln.
© Atelier für Direkte Demokratie
«Für viele Deutschschweizer ist die gefühlte Distanz zum Jura
grösser als die real geografische.»
Andreas Gross, Nationalrat, Europaparlamentarier und Politologe
Herr Gross, als Zürcher Parlamentarier und Europapolitiker verfügen
Sie über starke Wurzeln im Jura. Wie ist das gekommen?
Ich bin nur politisch ein Kind Zürichs; aufgewachsen bin ich einerseits
in Japan und andererseits in Basel und dem Baselbiet mit Blick auf
den Gempen, einem Gipfel des Baselbieter Juras. Das Dreiländereck
– ich fischte mit meiner Grossmutter im Schwarzwald, beobachtete
die Tiere mit meinem Grossvater im Elsass, kaufte per Tram in
Lörrach Teile für meine Eisenbahnanlage und per Velo in Leymen
französische Briefmarken – vermittelt einem in Basel – im Unterschied zu Zürich – einen weiten transnationalen Horizont und eine
Nähe zum Jura, in dem ich mit meinen Eltern und Schwestern
immer wieder wandern und picknicken ging.
Zürich ist übrigens freier als Basel, vermag Vielfalt politisch besser
zu integrieren und zu nutzen als Basel – so dass ich eigentlich ganz
zufrieden bin diesem baslerisch-zürcherischen Humus als besonderen Mix, auf dem schon einige schöne politische Projekte zur Blüte
gebracht werden können.
Als ich nach der Scheidung vor 15 Jahren in ZH eine günstigere
Bleibe für all meine vielen Bücher suchte – der Wohnraum und der
Platz für all meine Bücher sind in Zürich extrem teuer – bot sich
auch dank der guten Verkehrsbindungen – mitten im Herz zwischen
Bern, Zürich, Basel, Strassburg und Paris, den Orten, an denen ich
Sie sind sehr an der Geschichte des Jura und insbesondere an dessen
politischen und wirtschaftlich-industriellen Seite interessiert. Was hebt
die Täler des Jura von der übrigen Schweiz hervor?
Den Jura machen ja nicht nur Täler aus, sondern vor allem auch die
Hochebenen wie die Freiberge oder die weite Ajoie.. Ebenso gibt
es relativ enge Täler wie das vom Doubs geschaffene oder breite
lange Hochtäler wie das Val de Ruz oder das Val de Travers. Es
ist einerseits diese Vielfalt und andererseits die Weite und dünne
Besiedlung der Natur mit ihren vielen einsamen Orten, welche die
Landschaft des Jura so besonders macht, der ja viel grösser ist als
der gleichnamige Kanton. Einzigartig an dieser Landschaft des
Jurabogens ist vor allem das industrielle Know-how, das sich hier
in den letzten 200 Jahren entwickeln und behaupten konnte und
das teilweise auch ein ganz besonders, “libertäres” und solidarisches
politisches Bewusstsein schuf – nicht überall im Jura, aber in wesentlichen Teilen von ihm. Dieses “ländlich industrielle Genie” macht
ihn in Europa einzigartig.
Und etwas persönlicher gefragt: Was macht für Sie der Charme dieser
Gegend aus?
Persönlich kann ich hier die Ruhe finden am Fluss, mitten in einem
sehr alten Städtchen und doch draussen im Grünen, alleine in der
grossen Weite zwischen der einsamen Tannen und den ewigen Wegen
und um sie herum. Dies ist zum Schreiben, Denken, Diskutieren und
Auftanken ideal. Zudem finden sich hier noch bezahlbare Wohn- und
Arbeitsräume – drei Zugstunden von Paris und zwei von Zürich entfernt
Die spezifische Zentralität des Jura hat sich in den Preisen glücklicherweise noch nicht niedergeschlagen. Für viele Deutschschweizer
ist die gefühlte Distanz zum Jura grösser als die real geografische.
Sie sind nicht nur Nationalrat der sozialdemokratischen Fraktion,
sondern Sie vertreten die Schweiz auch im Europarat und sind dort
Fraktionspräsident der SPler. Wo sehen Sie den Jura im europäischen Kontext?
Er ist gewiss neben Basel und Genf der für und nach Europa offenste
Teil der Schweiz. Das gehört zur politischen Identität des Jurabogens
und seiner Bewohnerinnen und Bewohner aus sieben Kantonen, wo
26
SwiSS Knowhow
von drei deutschschweizerische sind! Zweitens hat er wie gesagt
eine in Europa einzigartige ländliche Industriekultur, in der feine
Wunderwerke der Uhren- und Medizin-Branche hergestellt werden,
die in der ganzen Welt berühmt und erstaunlich krisenresistent
sind.
«Ein Atelier ist eine Werkstätte, in der vielfältig und kreativ
gearbeitet wird.»
Seit1998 ist das Atelier für Direkte Demokratie in St. Ursanne
domiziliert. Wofür setzen Sie sich als Leiter dieser Einrichtung ein?
Der Begriff der Institution ist für das schöne Wort des Ateliers
vielleicht etwas zu hoch gegriffen. Ein Atelier ist eher eine Werkstätte,
in der vielfältig und kreativ gearbeitet wird. In meinem Fall gibt es
im Atelier wohl eine der reichhaltigsten Bibliotheken der Schweiz
zur Direkten Demokratie, Utopie und zu Europa. Die wollen wir
auch elektronisch allen Interessierten zugänglich machen. Zweitens
produzieren wir im Atelier die Bücher der «Editions le Doubs» zur
schweizerischen und europäischen Politik, vor allem die schmucke
Reihe «Service Public» und sind in der Schweiz der einzige Verlag,
der ohne öffentliche Subventionen all diese Bücher gleichzeitig in
den zwei wichtigsten Landessprachen herausgibt und so eine Brücke
baut zwischen zwei politischen Öffentlichkeiten, die einander viel
zu schlecht kennen und so viel zu wenig voneinander wissen und
lernen. Im März 2013 sind die beiden neuesten Bücher erschienen
zur kommenden Abstimmung über die Wahlform des Bundesrates
unter dem Titel «Volkswohl statt Volkswahl», im September bringen
wir ein Büchlein zu den jurassischen Utopien heraus..
Zudem wird im Atelier viel gedacht, geschrieben und Handlungsperspektiven werden entwickelt zur Analyse und Demokratisierung
der Direkten Demokratie, ihrer notwendigen Transnationalisierung,
beispielsweise einer Europäischen Verfassung, und der Notwendigkeit der Globalisierung der Demokratie, beziehungsweise der Demokratisierung der Globalisierung. Dazu nehme ich seit 20 Jahren
Lehraufträge an europäischen Unis wahr, was ich auch nach meiner
Zeit in den Parlamenten tun werde. Das Atelier ist die unverzichtbare
Basis für all diese Arbeiten, bei denen mir drei engagierte Menschen
zur Seite stehen.
Und hegen Sie darüber hinaus weitere Pläne im Zusammenhang
mit dem Jura?
Ja, gewiss. Es freut mich, dass ich zusammen mit dem «Arc Jurassien»,
einer Organisation der Kantone und Gemeinden des Jurabogens, in
den vergangenen zwei Jahren ein Projekt entwickeln konnte, das
die geschilderte einzigartige und reiche ländliche Industriekultur
vermehrt ins Bewusstsein trägt und als Humus aufbereiten möchte,
auf dem ein neues gemeinsames Selbstbewusstsein entsteht ebenso
wie entsprechende Kreativität, Projekte und neue Ideen. Wenn meine
Vorschläge zur Visualisierung dieser Geschichte und dieser Kultur
ebenso wie Formen ihrer Umsetzung in Zukunftsperspektiven Ende
2013 bewilligt werden, dann kann ich noch weitere 20 Jahren im
Jura für seine Zukunft kreativ wirken !
Die Jurafrage ist nach wie vor nicht gelöst: Die vom Bund eingesetzte Interjurassische Versammlung hat unter anderem einen Projektvorschlag ausgearbeitet, der die Loslösung des Südjuras vom
Kanton Bern zugunsten einer Vereinigung mit dem jetzigen Kanton
Jura vorsieht. Wie sehen Sie als Bundespolitiker und Bewohner des
Jura diesen Vorschlag?
Mich freut zuerst, dass sich alle Beteiligten gemeinsam und einvernehmlich auf ein mutiges Verfahren zur Konfliktbearbeitung einigen
konnten. Das schafft eine positive Integrations-dynamik, die wertvoll
ist. Wichtig ist, dass wir begreifen, dass es im November um die
Frage geht, ob ein neuer Prozess eröffnet werden soll; es geht um einen
neuen Anfang – wohin dieser neue Weg führt, bleibt völlig offen.
Freilich frage ich mich, ob der Zeitpunkt für die Entscheidung nicht
immer noch zu früh kommt. Manchmal habe ich den Eindruck, dass
die Gräben aus den Abstimmungen der 1970er Jahren immer noch
da sind und die Menschen daran hindern, zusammen zu kommen
und über eine gemeinsame Zukunft nachzudenken.
«Es braucht auch politisch eine Einheit in der Vielfalt, das
heisst Integration ebenso wie Dezentralisierung, ein grösseres
Ganzes wie kleinräumige Selbstbestimmungsmöglichkeiten.»
Die Jurafrage reicht mittlerweile bereits beinahe zwei Jahrhunderte
zurück. Worum geht es eigentlich im Kern?
Die Spannungen, Trennungen und Quellen des Dissens sind viel
älter und haben vor allem mit unterschiedlichen Glaubensfragen zu
tun, die politisch zu oft instrumentalisiert worden sind. Im Grunde
geht es um politisch willkürliche Trennungen in unterschiedliche
Herrschaftsgebiete einer grossen kulturell und landschaftlich vielfältigen, aber doch zusammengehörenden Region. Diese Gemeinsamkeiten hatten seit 500 Jahren keine gemeinsame politische Form
finden können. Und in diesen 500 Jahren sind immer wieder von
regionsfernen Kräften Trennlinien geschaffen worden, welche die
fremden Interessen denjenigen der Bewohnerinnen und Bewohner
der Region voranstellten.
Wie könnte für Sie eine einvernehmliche Lösung der Jurafrage aussehen?
Und wie realistisch schätzen Sie die Möglichkeit dazu ein?
Wie vorher angetönt ist es möglicherweise für eine einvernehmliche
und zukunftsträchtige Möglichkeit noch zu früh. Deshalb macht
es auch keinen Sinn, sie im Detail schon auszumalen. Es geht
erstmals um die Eröffnung eines gemeinsamen Prozesses, der
ergebnisoffen ist und sein muss. Mir scheint es wichtig zu sein
dass wir betonen - und das wird im Jura oft vergessen - es braucht
auch politisch eine Einheit in der Vielfalt, das heisst Integration
ebenso wie Dezentralisierung, ein grösseres Ganzes wie kleinräumige Selbstbestimmungsmöglichkeiten. Wichtig ist, dass die
gemeinsame Lebenswelt mit dem einzigartigen ländlich industriellen
Genie sich auch politisch gemeinsam organisieren und freiheitlich
gestalten und entwickeln kann. Das wird wohl noch einige Jahrzehnte ein politisches Projekt bleiben, an dem wir arbeiten dürfen
und müssen.
Herr Gross, wir danken Ihnen für dieses Interview.
Atelier für Direkte Demokratie
Postfach - CH 2882 St-Ursanne - [email protected] - www.andigross.ch
27
SwiSS Knowhow
Atelier pour la démocratie directe
de Saint-Ursanne
« Le Jura : une région qui a du génie ! »
Entretien avec Andreas Gross, directeur de l'atelier pour la démocratie directe
située entre Berne, Zurich, Bâle, Strasbourg et Paris, tous les endroits où
j’ai passé l’essentiel de mon temps au cours de mes 30 ans de carrière en
politique. C’est ainsi que je suis revenu à mes racines, enrichi de nouvelles
idées et de nouvelles perspectives.
© Atelier für Direkte Demokratie
« De nombreux habitants de la Suisse alémanique surestiment
la distance à laquelle se trouve réellement le Jura »
Andreas Gross, membre du Conseil national, du Parlement
européen, et politologue
M. Gross, en tant que parlementaire zurichois et homme politique
européen, vos racines sont ancrées dans le Jura. Comme cela s’est-il
produit ?
Certes, je suis politiquement attaché à Zurich. Cependant, j’ai grandi
entre le Japon et Bâle, dans une partie de la région bâloise d’où l’on peut
apercevoir le Gempen, un des sommets du Jura bâlois. Le tripoint de la
région de Bâle ouvre des horizons internationaux à ses habitants : j’allais
pêcher avec ma grand-mère dans la Forêt-Noire, j’allais en tramway à
Lörrach acheter des pièces détachées pour mon train électrique, j’allais
à vélo à Leymen acheter des timbres français. En grandissant dans
cette région, on ressent également une proximité avec le Jura, où j’allais
souvent me promener et pique-niquer avec mes parents et mes sœurs.
Toutefois, Zurich offre plus de libertés, de possibilités d’intégration et
d’opportunités politiques que Bâle. Je suis donc comblé d’avoir pu
bénéficier de ces influences bâloises d’un côté, et zurichoise de l’autre :
ce mélange particulier m’a permis de donner vie à plusieurs projets
politiques très intéressants.
28
Après mon divorce il y a 15 ans, j’ai du chercher un endroit à prix
abordable pour emmener mes nombreux livres. Cependant, les logements pouvant accueillir ma bibliothèque sont extrêmement chers
à Zurich. On m’a alors proposé de nombreuses solutions abordables
à Saint-Ursanne, ce qui s’est avéré être la solution idéale : cette ville est
Vous vous intéressez beaucoup à l’histoire du Jura, et plus particulièrement à ses aspects politiques, économiques et industriels. En quoi
les vallées du Jura reflètent-elles l’ensemble de la Suisse ?
Le Jura n’est pas uniquement constitué de vallées, mais également de
hauts plateaux comme les Franches-Montagnes ou le Haut-Ajoie. En
outre, on y trouve des vallées assez étroites, comme celle dessinée par le
Doubs, et des vallées plus larges et plus longues, comme le Val-deRuz ou le Val-de-Travers. C’est d’une part cette diversité, et d’autre part
la grandeur ainsi que le faible aménagement de la nature et de ses nombreux recoins uniques, qui font la particularité du paysage jurassien,
qui est d’ailleurs beaucoup plus étendu que le canton du même nom. La
caractéristique principale de l’arc jurassien, c’est avant tout son savoirfaire industriel, qui s’est développé et affirmé au cours des deux derniers
siècles. En outre, ce savoir-faire a fait naître une conscience politique
particulière, à la fois libertaire et solidaire. Cela ne s’applique pas à
l’ensemble du Jura, mais tout de même à une grande partie de la région.
C’est ce « génie industriel rural » qui rend le Jura unique en Europe.
Et maintenant, une question plus personnelle : qu’est-ce qui, à vos yeux,
fait le charme de cette région ?
À titre personnel, j’aime pouvoir trouver le calme ici sur les rives du
fleuve, me balader dans des petites villes anciennes tout en étant entouré
de verdure, seul dans l’immensité, parmi les quelques sapins et les
chemins ancestraux. J’y trouve les conditions idéales pour écrire, penser,
débattre et me ressourcer. De plus, on peut encore profiter de logements
ou de locaux à un prix abordable, à trois heures de Paris et deux heures
de Zurich en train. Heureusement, la position centrale spécifique du
Jura ne se reflète pas encore dans les prix de l’immobilier. De nombreux
habitants de la Suisse alémanique surestiment la distance à laquelle se
trouve réellement le Jura.
Vous ne siégez pas seulement dans le groupe social-démocrate du Conseil
national, vous représentez également la Suisse au Conseil de l’Europe,
où vous présidez le groupe du Parti socialiste suisse. Selon vous, quelle
place occupe le Jura dans le contexte européen ?
Entre Bâle et Genève, c’est certainement la partie la plus ouverte à
l’Europe de toute la Suisse. Cette ouverture trouve son origine dans
SwiSS Knowhow
l'identité politique de l’arc jurassien et des habitants de ses sept cantons,
dont trois sont germanophones ! Par ailleurs, comme nous l’avons déjà
vu, la région a développé une culture industrielle rurale unique en
Europe, particulièrement dans le domaine de l’horlogerie fine et du
secteur médical : des industries reconnues mondialement et qui résistent
incroyablement bien aux crises.
« Un atelier est un lieu de travail qui favorise la diversité
et la créativité »
Depuis 1998, l’atelier pour la démocratie directe est situé à SaintUrsanne. En tant que directeur de cet établissement, quels sont vos
engagements ?
Le terme d’institution aurait été un peu trop prétentieux pour notre
atelier. Un atelier est un lieu de travail qui favorise la diversité et la
créativité. Dans notre cas, notre atelier héberge une des bibliothèques
les plus fournies de Suisse sur les thèmes de la démocratie directe,
de l’utopie et de l’Europe. Nous souhaitons également mettre ces
ressources à la disposition des personnes intéressées dans un format
numérique. En outre, nous éditons au sein de l’atelier les ouvrages des
« Editions le Doubs » relatifs à la politique suisse et européenne et en
particulier dans notre collection « Service public ». Nous sommes la
seule maison d’édition en Suisse qui propose ces livres dans les deux
principales langues nationales, et cela sans subvention. Nous essayons
ainsi de construire un pont entre deux publics politiques, qui se connaissent trop peu et qui lisent trop peu l’un sur l’autre. Nos deux derniers
livres sont sortis en mars 2013 et portent sur le prochain vote concernant
l’élection du Conseil fédéral par le peuple intitulé « Élections au Conseil
Fédéral : pas un show électoral ! ». Nous projetons également de sortir
un livret sur les utopies jurassiennes en septembre prochain.
En outre, l’atelier favorise l’écriture et la réflexion, ce qui nous permet
de développer des perspectives d’action pour l’analyse et la démocratisation de la démocratie directe, la nécessité de transcender les nations,
la création par exemple d’une constitution européenne, et la nécessité de
mondialiser la démocratie, mais aussi de démocratiser la mondialisation.
Parallèlement à cela, j’enseigne également depuis 20 ans au sein d’universités européennes, lorsque mon activité parlementaire m’en laisse
le temps. L’atelier constitue la base indispensable de toutes ces activités,
menées à bien avec l’assistance de trois personnes très engagées à
mes côtés.
Avez-vous de nouveaux projets concernant le Jura ?
Oui, bien sûr. Au cours des deux dernières années, je me réjouis d’avoir
pu participer à un projet en collaboration avec « Arc Jurassien », une
organisation rassemblant les cantons et les communes de la région. Ce
projet promeut la particularité et la richesse de la culture industrielle rurale
locale et vise à créer un terreau pour favoriser la conscience collective de
la région, ainsi que la créativité, les projets et les nouvelles idées qu’elle
abrite. Si mes propositions pour la visualisation de cette histoire et de
cette culture, ainsi que la façon de mettre en œuvre ces perspectives
d’avenir sont acceptées à la fin de l’année 2013, alors je pourrai continuer
à mettre ma créativité au service du Jura pour les 20 prochaines années !
La question jurassienne n’est pourtant toujours pas réglée : l’Assemblée
interjurassienne mise en place par le gouvernement fédéral a élaboré
une proposition de projet, qui prévoit la séparation des cantons du sud
Jura du canton de Berne, en faveur d’une intégration au canton du Jura.
Que pensez-vous de cette proposition, en tant qu’homme politique fédéral
et habitant du Jura ?
Avant toute chose, je me réjouis de voir que toutes les parties prenantes ont su surmonté leurs conflits via un processus consensuel
et courageux. Cela a permis de créer une dynamique d’intégration
positive très précieuse. L’important c’est de bien saisir la question
qui se posera à nous en novembre : doit-on lancer un nouveau processus? Il s’agit d’un nouveau départ et personne ne sait où ce
nouveau chemin nous mènera. Cependant, je me demande s’il n’est
pas trop tôt pour prendre une décision. J’ai parfois l’impression que
les clivages provoqués par les votes des années 1970 sont encore trop
présents et qu’ils empêchent encore les habitants de se rapprocher
et d’envisager un avenir commun.
« Politiquement, nous avons également besoin d’une unité dans la
diversité, c’est-à-dire d’intégration et de décentralisation,
d’un grand ensemble ainsi que d’espaces de liberté
à plus petite échelle »
La question jurassienne est posée depuis presque deux siècles déjà. Quel
est le cœur de cette problématique ?
Les tensions, les séparations et les sources de discorde sont bien
plus anciennes et s’expliquent surtout par diverses questions religieuses
qui ont souvent été instrumentalisées à des fins politiques. Il s’agit
essentiellement du partage politique et arbitraire en différents territoires
indépendants d’une seule grande région, certes diverse d’un point de
vue culturel et agricole, mais toutefois très homogène. Depuis 500 ans,
cet ensemble n’a jamais pris la forme d’une entité politique commune.
Et au cours de ces cinq siècles, des forces étrangères à la région ont
continué de créer des lignes de divergence qui ont mis en avant des
intérêts étrangers à ceux des habitants et des habitantes de la région.
Qu’est-ce qui constituerait à vos yeux une solution consensuelle à la
question jurassienne ? Pensez-vous que cette possibilité est réaliste ?
Comme je l’expliquais plus tôt, il est sûrement trop tôt pour atteindre
une solution consensuelle et durable. C’est pourquoi il serait absurde
de vouloir en définir les détails dès à présent. Il s’agit d’abord de
lancer un processus commun dont les résultats sont ouverts et doivent
le rester. Il me semble important d’insister sur un point que l’on oublie
souvent dans le Jura : politiquement, nous avons également besoin
d’une unité dans la diversité, c’est-à-dire d’intégration et de décentralisation, d’un grand ensemble ainsi que d’espaces de liberté à plus
petite échelle. Il est important de pouvoir concevoir et développer
ce cadre de vie commun par une action politique commune et libre,
dans l’intérêt du génie industriel rural unique qui définit cette région.
C’est un projet politique qui prendra encore quelques siècles et sur
lequel nous devons continuer à travailler sans relâche.
Monsieur Gross, nous vous remercions pour cet entretien.
Atelier pour la démocratie directe
Case postale - CH 2882 St-Ursanne - [email protected] - www.andigross.ch
SwiSS Knowhow
29
Neuchâtel, un pôle de formation
Mieux orienter les jeunes
© DECS
Interview avec Monsieur Philippe Gnaegi, directeur du
Département de l’Éducation, de la Culture et des Sports (DECS)
Entré au Conseil d’Etat en 2009, Philippe Gnaegi a pris la direction du Département de
l’Éducation, de la Culture et des Sports (DECS) où il a lancé d’importantes réformes visant à
revaloriser les formations duales en adéquation avec les besoins de l’économie. Il n’a pas été
réélu au printemps 2013, mais il est peu probable que les réformes qu’il a initiées soient remises
en question. L’interview a été réalisée peu avant les élections neuchâteloises.
En tant que conseiller d’Etat neuchâtelois, avez-vous une vision stratégique
en matière de formation professionnelle à l’échelle de l’Arc jurassien ?
L’organisation cantonale ne doit pas empêcher une vision plus générale
si l’on entend pérenniser des savoirs et des savoir-faire propres à l’Arc
jurassien. Les collaborations sont nombreuses au travers des hautes
écoles intercantonales, notamment la HE-Arc et HEP-BEJUNE. Berne,
Neuchâtel et Jura travaillent de concert pour développer une offre
cohérente en matière d’Ecoles supérieures (ES). Je voudrais souligner
que L’Arc jurassien offre des formations ES uniques dans le domaine
de la restauration horlogère et dans le design horloger.
On peut ajouter que plusieurs classes inter-cantonales accueillent les
apprentis de filières à petits effectifs pour les cours dispensés dans
les écoles professionnelles des cantons de BE, JU, NE, VD et FR.
La HE Arc tricantonale répond-t-elle aux besoins régionaux en matière
de formation professionnelle ?
Un travail très important a été réalisé ces dernières années dans la
HE-Arc. Les filières du domaine ingénierie ont été remaniées afin
de mieux répondre aux besoins des entreprises régionales, en collaboration avec les partenaires locaux.
D’autre part, une nouvelle filière de Bachelor en Business Law va
ouvrir à la rentrée 2013-2014 à la HEG : elle est vouée à former des
cadres polyvalents initiés aux règles économiques et aux subtilités du
droit des affaires. C’est une formation unique en Suisse romande et les
cours auront lieu dans les cantons de Neuchâtel et du Jura. Elle a été
mise en place avec la collaboration de l’Université de Neuchâtel.
Toutes les hautes écoles cantonales et intercantonales doivent répondre
aux besoins régionaux. L’Université de Neuchâtel tend de plus en plus
à devenir l’université de l’Arc jurassien.
Des collaborations transfrontalières vous paraissent-elles possibles en
matière de formation ?
Cette préoccupation stratégique se traduit parfois dans les faits, notamment avec la formation d’opérateur en horlogerie mise en place depuis
plus de 10 ans avec la Convention patronale de l’industrie horlogère,
le Greta du Haut-Doubs (réseau de formation continue pour adultes
de l’Education nationale) et le CIFOM. Je voudrais mentionner aussi
le projet Interreg IV intitulé « Plateforme transfrontalière de formation
30
professionnelle » dont les travaux, réalisés entre février 2009 et juin
2011, ont été présentés lors d’un forum à Villers-le-Lac. La direction
générale du CIFOM participe à un groupe de travail sur la formation
professionnelle transfrontalière qui réunit la CTJ (Suisse et France), le
Conseil régional de Franche-Comté et les cantons de Berne francophone,
Jura, Neuchâtel et Vaud. Le but de cette démarche est de mieux connaître
les formations de part et d’autre de la frontière afin d’identifier les
synergies potentielles.
Des patrons se plaignent de l’inadéquation entre les places offertes et
le profil des demandeurs d’emploi. Que vous inspire ce constat ?
Il me renforce dans la conviction qu’il faut investir dans la formation.
Plus les gens sont formés, plus ils s’intègrent dans le marché du travail.
Plus de 50% des personnes en chômage de longue durée et à l’aide sociale
n’ont pas de certification du secondaire 2, soit de CFC ou de maturité.
Actuellement, 89% de la population est au bénéfice d’une telle certification : nous voulons faire passer cette proportion à 95%.
Il faut aussi prendre conscience du décalage temporel entre une formation
s’étendant sur 3 ou 4 ans et les besoins immédiats de l’économie, alors que
rien ne garantit que ces besoins existeront toujours, ou dans les mêmes
proportions, lorsque les jeunes nouvellement formés arriveront sur le
marché du travail.
Notre politique est de mieux valoriser la formation professionnelle. Il y
a environ trois fois moins de chômage chez les jeunes sortant d’apprentissage avec un CFC de commerce que d’une Ecole de commerce. On
change en moyenne 3 ou 4 fois d’emploi dans sa vie ; il faut favoriser la
formation continue, et, à la base, une solide formation générale, puis une
bonne formation spécifique. Nous voulons favoriser une bonne insertion
des jeunes sur le marché du travail. Il existe aujourd’hui une bourse des
apprentissages et je souhaite y ajouter une bourse de l’emploi pour les
jeunes qui sortent de formation. Relevons aussi que notre canton fait de
gros efforts pour accompagner les jeunes en difficulté en fin de scolarité
obligatoire afin de les aider à accomplir une formation professionnelle
initiale (AFP ou CFC) dans le cadre du « case management ».
J’insiste enfin sur la valeur du travail, les efforts requis pour trouver un
emploi. Il n’est pas facile pour un jeune d’aujourd’hui de trouver sa voie,
d’opter pour un métier. Il y faut une volonté de se battre et de surmonter
les difficultés. C’est un devoir de la société de les y aider.
République et canton de Neuchâtel
Département de l’Éducation, de la Culture et des Sports (DECS)
Le Château / Case postale - CH-2000 Neuchâtel
Tél. : +41 (0)32 889 69 00
[email protected] - www.ne.ch (lien formation et culture)
SwiSS Knowhow
Standortförderung
Kanton Bern
“Die Regionen Berner Jura und Seeland sind durch eine starke Präsenz der Präzisions- und
Uhrenindustrie gekennzeichnet. Die Region Biel-Seeland ist die exportstärkste Region im
Kanton.”
© SF BE
Interview mit Denis Grisel,
Leiter der Standortförderung des Kantons Bern (SF BE)
Herr Grisel, die Unterstützung von Unternehmen steht im Fokus der
Standortförderung des Kantons Bern. Von welchen Leistungen der
SF BE können Firmen profitieren?
Die Standortförderung Kanton Bern will mit seiner Tätigkeit die nachhaltige
wirtschaftliche Entwicklung des Kantons Bern stärken. Die Anlaufstelle
für die Wirtschaft orientiert sich mit einem breiten Spektrum von Leistungen
an Bedürfnissen der Berner KMU und unterstützt sie durch Beratung,
Kontaktvermittlung und finanzielle Leistungen. Zudem vermarkten wir
den Kanton Bern als Wirtschaftsstandort im Ausland.
32
Der Kanton Bern ist der grösste Industriekanton in der Schweiz. Im
Industriesektor sind 133’300 Personen tätig. Der Kanton Bern hat in
absoluten Zahlen die meisten Beschäftigten in der industriellen Produktion
aller Kantone (ca. 90’000 Personen). Der Dienstleistungssektor beschäftigt
372’300 Personen.
Welche Bedeutung hat das entlang des “Jurabogens” versammelte
Know-how für die Standortförderung?
Die Regionen Berner Jura und Seeland sind durch eine starke Präsenz der
Präzisions- und Uhrenindustrie gekennzeichnet. Die Region Biel-Seeland
ist die exportstärkste Region im Kanton, 34% der kantonalen Exporte,
© Stöh Grünig
Wir bieten Dienstleistungen für neu gegründete, bestehende und
angesiedelte Unternehmen an. Wir vermitteln Kontakte, Bürgschaften,
Immobilien sowie Industrieland. Für KMU und Neugründer bieten
wir Erstberatung in betriebswirtschaftlichen und technologiebezogenen
Fragen. Innovative, exportorientierte Projekte unterstützen wir mit
Finanzierungshilfen und Steuervergünstigungen. Zu den Finanzierungshilfen gehören Investitionskostenbeiträge, Innovationsbeiträge für
KTI-Projekte sowie Messebonus für die erste oder zweite Teilnahme an
einer Fachmesse im Ausland.
Wie präsentiert sich denn das unternehmerische Umfeld im Kanton?
Im Kanton Bern gibt es zirka 35‘000 KMU. Dabei handelt es sich
mehrheitlich um Industrie- und Dienstleistungsunternehmen. In den
wertschöpfungsstarken Branchen wie Medizintechnik, Präzisionsindustrie
(MEM- und Uhrenindustrie), Informations- und Kommunikationstechnologie, Energie- und Umwelttechnik und Wirtschaftsberatung sind
zirka 33% der Beschäftigten tätig.
Die Regionen Berner Jura und Seeland sind durch eine starke Präsenz der Präzisions- und Uhrenindustrie gekennzeichnet.
SwiSS Knowhow
d.h. 4,2 Mrd. Franken, stammen aus dieser Region. Die Region Berner
Jura umfasst gut 5% der Bevölkerung und 4 % der Erwerbstätigen. Diese
Region ist wie keine andere Region vom sekundären Sektor geprägt.
Vor allem die Uhrenindustrie und die Metallindustrie sind deutlich
überdurchschnittlich vertreten. Zusammen mit dem Jura-Südfuss ist der
Berner Jura eine bedeutende Industrieregion.
Wie innovativ zeigt sich die Wirtschaft in der Region?
Wie erwähnt ist die Unternehmenslandschaft des Kantons Bern von vielen
KMU geprägt. Diese KMU sind oft in den Marktnischen tätig und
können sich nur auf dem Markt behaupten, wenn sie innovativ sind.
© Stöh Grünig
Der Kanton Bern hat sein Know-how vor allem in der Präzisionsarbeit.
Heute wird das erworbene Know-how der traditionellen Uhrmacherei auch
in den anderen, wachsenden Bereichen eingesetzt: in der Präzisionsindustrie,
Medizintechnik, Informations- und Kommunikationstechnologie sowie
Energie- und Umwelttechnik.
Das Knowhow der traditionellen Uhrmacherei wird heute auch in anderen wachsenden
Bereichen wie der Medizintechnik eingesetzt.
Die wirtschaftliche Entwicklung im Kanton Bern beruht darauf, dass
die Unternehmen national und international konkurrenzfähig sind.
Dazu benötigen sie gute Rahmenbedingungen wie gut qualifizierte
Mitarbeitende, einen gut funktionierenden Wissens- und Technologietransfer und Innovationsförderung.
Die Universität Bern und die Berner Fachhochschule arbeiten mit
Unternehmen in den Forschungs- und Entwicklungsprojekten zusammen. innoBE AG im Kanton Bern bietet Innovationsberatung an.
Die ersten 24 Beratungsstunden sind für Unternehmen dank der
SF BE kostenlos.
Wie lässt sich der Wirtschaftsstandort Kanton Bern im Ausland vermarkten?
Der Kanton Bern ist ein Mitglied des Netzwerkes Greater Geneva Berne
area. Diese Organisation vermarktet die Westschweiz (Kantone GE, VD,
VS, NE, FR, BE) im Ausland. Sie verfügt über 12 Repräsentanten in
verschiedenen Ländern wie Deutschland, Frankreich, Italien, USA,
China, Russland und Brasilien.
Die SF BE empfängt die am Kanton Bern interessierten Unternehmen
und zeigt ihnen im Rahmen eines Besuches die Vorteile und das Knowhow im Kanton Bern auf.
Zu den weiteren Vorteilen des Kantons Bern gehören die zentrale Lage,
die Mehrsprachigkeit, die Nähe der Politik, hochstehende, weltweit
bekannte Ausbildungs- und Forschungsinstitute sowie eine äusserst
hohe Lebensqualität.
© Stöh Grünig
Der Kanton Bern bietet auch gut funktionierende Unternehmensnetzwerke (Cluster) für Unternehmen. Wir haben einen Precision Cluster,
Medical Cluster, ICT Cluster, Energie Cluster sowie einen Consulting
Cluster. Diese Plattformen sind optimal für den Austausch zwischen
Unternehmen. Zudem bieten sie Weiterbildungs- und Technologietransfermöglichkeiten.
Der Kanton Bern hat sein Know-how vor allem in der Präzisionsarbeit.
Standortförderung Kanton Bern
Münsterplatz 3 - CH-3011 Bern
Tel +41 (0)31 633 41 20 - Fax +41 (0)31 633 40 88
[email protected] - www.berneinvest.com
33
SwiSS Knowhow
La promotion économique
neuchâteloise
L’Arc jurassien en tant que creuset d'innovation
© DR
Interview de Monsieur Alain Barbal, directeur
de la promotion économique du canton de Neuchâtel (DEN Sarl)
Arrivé dans le canton de Neuchâtel en 1986, Alain Barbal, originaire du Sud-Ouest de la France, a rejoint la
promotion économique du canton de Neuchâtel (DEN Sàrl) à fin 2007. Titulaire d’un master of Arts en
management de l’innovation (EPFL) et d’un Master of Sciences en management stratégique (EM Lyon), il a été conquis par la richesse
et la vitalité de la Suisse occidentale. Au cours d’un “pèlerinage professionnel” dans les cantons de Neuchâtel d’abord, Vaud et Genève
ensuite, puis Neuchâtel à nouveau, cet ingénieur-mécanicien aura occupé à peu près toutes les fonctions dirigeantes d’une entreprise.
Dans cette interview, Alain Barbal définit l’action de l’OPEN, Office de promotion économique du canton de Neuchâtel, qu’il
dirige depuis mi-2008, et souligne le riche potentiel de l’Arc jurassien franco-suisse.
Le canton de Neuchâtel est parvenu à recréer son tissu économique
dévasté par la crise horlogère des années 70. Comment l’OPEN entrevoit-il aujourd’hui sa mission en matière de promotion économique
exogène ?
Neuchâtel est un canton pionnier en matière de marketing territorial.
La crise mondiale des années 70 a eu le même effet dévastateur sur le
paysage économique neuchâtelois que la tempête Lothar, fin 1999, sur
nos forêts, entrainant la disparition, pour la première, de nombreuses
entreprises et, pour la seconde, d’arbres par milliers. Trente ans après
l’« ouragan économique », la « reforestation » à base d’espèces indigènes
et exogènes a porté ses fruits : la « forêt économique cantonale » a
retrouvé sa vitalité tout en gagnant en richesse et diversité, même si
cette dernière reste encore insuffisante.
Dans ce nouveau contexte, la promotion économique a revu ses objectifs,
son approche et ses critères d’évaluation des projets qu’elle soutient. Elle
est passée d’une stratégie de repeuplement à base « d’espèces exogènes »
à une stratégie de « conservation et d’amélioration » de la diversité.
Dans un monde où l’industrie comme les services sont globalisés,
l’une des missions principales de la promotion économique consiste
à faire connaître en dehors de nos frontières les savoir-faire, atouts et
compétences pointues du canton dans l’horlogerie, les machines,
l’électronique, les dispositifs médicaux ou, encore, la typicité de ses
produits agroalimentaires. L’objectif de toute action de promotion
consiste à donner envie à un investisseur, un touriste, un curiste ou
un étudiant étrangers de venir explorer une région riche de traditions
et de compétences, imprégnée d’un fort esprit d’innovation et dotée
d’un cadre de vie extrèmement agréable.
Neuchâtel trouve-t-il son compte au sein du réseau de prospection
Greater Geneva area (GGBa) constitué par les cantons de Genève,
Valais, Vaud, Fribourg, Neuchâtel et Berne ?
Oui, le canton de Neuchâtel en retire plusieurs avantages et le bilan après
trois années de fonctionnement est encourageant. Les cantons sont très
clairement en concurrence les uns avec les autres, tout comme ils le sont
34
avec d’autres cantons suisses et régions étrangères. Au sein du GGBa,
cette concurrence est toutefois saine parce que transparente.
Nous sommes donc plus près du jeu de Go, dont l’objectif est de
conquérir des territoires, que du jeu d’échecs, qui finit par la disparition
d’un adversaire. La nouvelle approche du canton de Neuchâtel en matière
de promotion économique consiste à mettre en avant nos propres forces
et qualités mais également celles de nos concurrents locaux.
Quelles sont les autres pièces de votre jeu ?
La Suisse, avec ses nombreuses qualités, forces et potentialités, notamment
la fiabilité, la qualité, le sérieux, la loyauté, la stabilité politique. Et nos
partenaires locaux, anciens et nouveaux, contribuant avec discrétion et talent
au développement économique du canton et à sa promotion, en Suisse
et dans le reste du monde.
Une entité de promotion économique Arc jurassien intercantonale et
transfrontalière ferait-elle sens à vos yeux ?
L’Arc jurassien constitue une région cohérente sur le plan industriel,
puissante sur le plan économique et animée par la même soif d’innover.
Une telle « région monde » serait un pur bonheur pour une agence de
promotion économique car elle offre tout ce qu’une entreprise peut
souhaiter en matière de ressources inventives et productives.
Quel regard portez-vous sur le projet franco-suisse Minnovarc qui vise
à renforcer les capacités d’innovation des entreprises microtechniques
de l’Arc jurassien ?
C’est une initiative très intéressante, pertinente et nécessaire dans un
monde technologique où la coopération transdisciplinaire, transfrontalière et transculturelle finira par l’emporter. Avec la Franche Comté,
tout comme avec l’Allemagne du Sud, l’Autriche de l’Ouest ou l’Italie
du Nord, nous avons un avenir commun à construire via des projets
ambitieux qui additionnent nos forces tout en respectant nos différences.
Mais le morcellement des territoires, notamment politique, rend un tel
projet très ambitieux qui, s’il reste possible, prendra du temps pour se
concrétiser.
République et Canton de Neuchâtel
Département de l’économie
Office de promotion économique
Rue de la Gare 2 - CH-2000 Neuchâtel
Tél. : +41 (0)32 889 68 23
[email protected] - www.neuchateleconomie.ch
SwiSS Knowhow
www.swissknowhowmagazine.ch
Stadt Bern
“Politik ist die Kunst,
zur richtigen Zeit die richtigen
Rahmenbedingungen zu setzen”
© Stadt Bern
Interview mit Alexander Tschäppät,
Stadtpräsident von Bern
Alexander Tschäppät ist im Herbst 2012 zum dritten Mal zum Stadtpräsidenten von Bern gewählt worden. In unserem
Interview erläutert der SP-Politiker und Nationalrat die Themen, auf die sich er und seine Kolleginnen und Kollegen in der
Stadtregierung auch künftig fokussieren werden, damit sich in der Bundesstadt die Dynamik der letzten Jahre weiterhin
entfalten kann.
Herr Tschäppät, 2012 sind Sie erneut mit einem Glanzresultat als
Stadtpräsident für eine weitere Amtsperiode bestätigt worden. Was
machen Sie besser als andere Bürgermeister?
Ich freue mich über das gute Resultat, bin mir aber bewusst: Politik
ist eine Achterbahn. Einmal ist man oben in der Wählergunst – dann
wieder unten. Zu Ihrer Frage: Sicher hat die Stadt Bern in den letzten
Jahren grosse Schritte vorwärts gemacht. Wir konnten den Wohnungsbau massiv ankurbeln und die Bevölkerungszahl um rund
8000 auf 135’000 Einwohnerinnen und Einwohnern erhöhen.
Zudem gelang es, Bern als Wirtschaftsmotor weiter zu stärken.
Als einzige grosse Schweizer Stadt verfügen wir heute über mehr
Arbeitsplätze als Einwohner, nämlich rund 154’000.
Und welches sind Ihre Ziele bis 2016?
Zum einen braucht es Investitionen in die Lebensqualität. Stichworte
dazu sind: der Ausbau des Tramnetzes nach Köniz und Ostermundigen,
die Sanierung des Stadttheaters als Herzstück der regionalen Kultur,
die Realisierung einer neuen Schwimmhalle. Prioritär bleibt zudem
der Wohnungsbau, zumal wir bis 2020 eine Einwohnerzahl von 140’000
erreichen wollen. Zum anderen sind die Weichen für die längerfristige
Zukunft zu stellen: Die Areale im Wankdorf und in Ausserholligen
sind als Wirtschaftsstandorte weiter zu entwickeln und die “Insel”
ist als nationales Medizinal-Zentrum zu stärken.
Während Ihren beiden vorangegangenen Amtsperioden hat sich
Bern zu einer der dynamischsten Regionen der Schweiz entwickelt.
Was gab den Anstoss dazu?
Politik ist die Kunst, zur richtigen Zeit die richtigen Rahmenbedingungen zu setzen. Bern hat dies getan. Wir haben erstens realisiert,
dass unsere Position als Zentrum von Verwaltung und Politik ein wirtschaftliches Kapital ist – erst recht in einer globalisierten Welt. Zweitens haben wir früh gemerkt, dass es einen starken Trend zurück in die
Stadt gibt, der durch die Zuwanderung und die – trotz Finanzkrise –
stabile Konjunktur der letzten Jahre zusätzlich verstärkt wurde. Also
haben wir uns auf zwei Dinge konzentriert: Berns Image als Haupt-
stadt und politisches Zentrum zu stärken sowie die Attraktivität der
Stadt als Wohn- und Wirtschaftsstadt weiter zu fördern.
Wie lässt sich diese Dynamik weiter aufrechterhalten?
Indem wir den eingeschlagenen Kurs beibehalten. Zentral bleiben
Wohnungsbau und Lebensqualität. Sie sind wichtig dafür, dass Bern
als Standort für die grossen Service-Public-Konzerne wie SBB, Post
oder Postfinance interessant bleibt und gleichzeitig attraktiv wird
für den Zuzug von internationalen Unternehmen, insbesondere aus
Asien. Eine wichtige Rolle spielt dabei der Kanton: Leider wird
die Stadt im Grossen Rat immer wieder überstimmt und in ihrer
Entwicklung gebremst. So stimmte das Kantonsparlament etwa
beim Fachhochschul-Entscheid einmal mehr gegen die Stadt. Wenn
das ländliche Bern nicht begreift, dass es sich selbst schadet, wenn
es seinen Wirtschaftsmotor behindert, dann wird es künftig für den
gesamten Kanton Bern schwierig.
Wo ist weiterer Wohnraum im Entstehen begriffen beziehungsweise
geplant?
Potenzial dafür gibt es in Brünnen, im Saali und im Viererfeld. Im Saali
könnten wir schon morgen beginnen, allerdings ist das Land nur für vier
Stockwerke eingezont. Der Westen wiederum bietet sich zur Stadterweiterung an, weil bereits eine moderne öffentliche Infrastruktur vorhanden ist. Brünnen-Süd braucht aber noch Planungsarbeit.
Ein grosser Wurf für Bern wäre das Viererfeld. Die entsprechenden
Verhandlungen mit dem Kanton sind auf gutem Wege.
Wohnen muss aber nicht nur attraktiv, sondern für den Grossteil der
Bevölkerung auch bezahlbar sein. Wo setzt die Stadt Bern hier den
Hebel an?
Es braucht in einer Stadt immer einen Mix von unterschiedlichem
Wohnraum. Nichts ist wichtiger, als eine soziale und gesellschaftliche
Durchmischung. Darum ist für mich klar: In den kommenden Jahren
müssen wir den Fokus auf die Realisierung von bezahlbarem Wohnraum
richten. Die Stadt sieht vor, den genossenschaftlichen Wohnungsbau
36
SwiSS Knowhow
© Stadt Bern
Altstadt Bern.
zu fördern sowie für private Investoren Anreize und Auflagen zu
schaffen, Wohnraum für die Mittelklasse bereitzustellen. Eine weitere
Stossrichtung ist, Augenmass beim Ausbaustandard zu üben und
damit die Mietpreise zu drücken. Ein solches Projekt ist zum Beispiel
an der Mutachstrasse geplant.
Mehr (und verdichteter) Wohnraum stellt gleichzeitig neue Anforderungen an den Öffentlichen Verkehr. Eine der Antworten darauf lautet
“Tram Region Bern”. Welche Erwartungen sind mit diesem Grossprojekt
verbunden?
Moderne Tram-Netze sind Wachstumsbeschleuniger. Sie sind die
Schlagadern für die Entwicklung des urbanen Raums. «Tram Region
Bern» wird den Grossraum Bern als Wohnort und Wirtschaftsstandort
stärken, weil neue Areale und Gebiete erschlossen werden. Wichtig
bei diesem Projekt ist allerdings, dass in der Stadt Bern ein By-Pass
realisiert wird. Es braucht eine zweite Transit-Tramachse durch das
Zentrum, weil sonst mit den noch dichteren Frequenzen die Attraktivität der Innenstadt beeinträchtigt wird.
Nebst der Stadtentwicklung befindet sich mit der Abteilung
Kulturelles ein weiteres wichtiges Dossier bei der Präsidialdirektion. Was heisst Kultur in Bern?
Der Mensch lebt nicht vom Brot allein. Kultur ist ein
Standortfaktor. Sie muss vielfältig sein und breite Bedürfnisse abdecken. Bern verfügt über die ganze Palette: von
der Reithalle und der Dampfzentrale als Kulturzentren der
Jugend bis hin zum Stadttheater oder den Museen wie das
Paul-Klee-Zentrum für die etablierte Kultur. Im Vordergrund steht die Formulierung einer neuen Kulturstrategie.
Dabei geht es nicht zuletzt darum, die urbane Kleinkultur
und das Experimentelle verstärkt zu fördern. Wegen des
dramatischen Sparkurses des Kantons sind unsere Möglichkeiten
allerdings beschränkt.
Die Altstadt Berns gehört zum UNESCO-Welterbe. Dies bringt
einerseits Touristen in die Bundesstadt, andererseits wohl aber auch
Pflichten mit sich. Was bedeutet es für die Stadtbehörden, ein
Welterbe zu verwalten?
Ein Privileg und eine Verpflichtung! Unsere Vorfahren haben uns
etwas sehr Wertvolles hinterlassen. Bern wäre nicht Bern ohne
dieses Welterbe. Es gilt, diese einmalige Altstadt zu bewahren.
Nicht als Museum, sondern als Ort, wo gewohnt und gearbeitet
wird. Hier ist vor allem die Denkmalpflege stark gefordert.
Die Stadt Bern setzt sich für die Förderung der tatsächlichen Gleichstellung von Frau und Mann in allen Lebensbereichen ein. Wie steht es bei
den städtischen Behörden um die in Verfassung und Gesetz vorgeschriebene Gleichstellung der Geschlechter?
In der Frage der Gleichstellung nimmt Bern seit jeher
eine Pionierrolle ein. So hat der Stadtrat Anfang Jahr
beschlossen, dass Frauen im städtischen Kader zu
mindestens 35 Prozent vertreten sein müssen. Es wird
zwar nicht leicht sein, dies umzusetzen, zumal der
Kaderfrauenanteil in den verschiedenen Teilen der
Verwaltung sehr unterschiedlich ist: In der Direktion
für Tiefbau, Verkehr und Stadtgrün liegt er bei 8,7
Prozent, in der Bildungsdirektion bei 48,3 Prozent.
Aber das Anliegen ist berechtigt und ich bin überzeugt,
dass wir eine Regelung finden, die dem Gleichstellungspostulat gerecht wird.
Herr Tschäppät, wir danken Ihnen für dieses Interview!
Stadt Bern - Präsidialdirektion - Junkerngasse 49 - Postfach - CH-3000 Bern 8 - [email protected] - www.bern.ch
37
SwiSS Knowhow
Ville de Berne
« La politique est l'art de réunir
les bonnes conditions au
moment idoine »
© ville de Berne
Entretien avec Alexander Tschäppät,
maire de Berne
À l'automne 2012, Alexander Tschäppät a été élu pour la troisième fois maire de la ville de Berne. Dans notre entretien,
cet élu du PS Suisse et du Conseil national évoque les thèmes sur lesquels lui et ses collègues de l'exécutif de la ville se
concentreront à l'avenir afin de développer le dynamisme de la capitale fédérale.
38
Monsieur Tschäppät, en 2012, vous avez brillamment été réélu comme
maire de la ville de Berne pour un nouveau mandat. Que faites-vous mieux
que vos homologues ?
Je me réjouis du bon résultat, mais je sais également la chose suivante : la
politique est à l’image des montagnes russes. Vous allez avoir une fois la
faveur des électeurs, et le coup d’après, ce sera totalement différent. Pour
répondre à votre question : il est certain que la ville de Berne a réalisé de
grands pas en avant au cours des dernières années. Nous avons pu considérablement impulser la construction de logements et la population a augmenté
d’environ 8 000 personnes, pour s’établir à presque 135 000 concitoyennes
et concitoyens. La ville de Berne a également réussi à se renforcer comme
moteur économique. Nous sommes la seule grande ville Suisse à compter
plus de postes de travail que d’habitants, soit environ 154 000.
Comment maintenir cet élan ?
En poursuivant sur le chemin que nous avons commencé à parcourir,
la construction de logements et la qualité de vie restant les priorités.
Elles sont essentielles pour que Berne reste une ville attractive pour les
grands groupes publics comme les CFF, la Poste ou Postfinance comme
pour les représentations d’entreprises internationales, notamment
asiatiques. Le canton joue ici un rôle majeur : malheureusement, la
ville rencontre systématiquement une opposition au sein du Grand
Conseil et son développement s’en trouve freiné. Ainsi, le parlement
du canton est allé une fois de plus à l’encontre de la ville en matière de
décisions relatives aux écoles spécialisées. S’il ne perçoit pas qu’il se
fait du tort à lui-même et qu’il ralentit son moteur économique, les
temps seront difficiles pour l’ensemble du canton.
Et quels sont vos objectifs à l’horizon 2016 ?
D’une part, des investissements pour la qualité de vie sont nécessaires,
les thèmes essentiels étant notamment l’extension du réseau de tramway
vers Köniz et Ostermundigen, la restauration du théâtre municipal comme
cœur de la culture régionale ainsi que la construction d’un nouvel espace
aquatique. La priorité reste la construction de logements car nous
souhaitons atteindre une population de 140 000 habitants d’ici à 2020.
D’autre part, il nous faut poser certains jalons pour l’avenir : Les quartiers
du Wankdorf et d’Ausserholligen doivent devenir des pôles économiques
et le quartier “Insel” doit se renforcer en tant que centre médical national.
Quelles sont les zones d’extension prévues pour l’habitation ?
Brünnen, Saali et Viererfeld présentent le potentiel requis. Nous
pourrions commencer dès maintenant les travaux dans le secteur de
Saali, mais la zone est conçue de telle manière qu’il est possible de
construire des immeubles de quatre étages seulement. L’ouest se prête
parfaitement à l’extension, une infrastructure publique moderne étant
déjà en place. Des travaux de conception sont toutefois nécessaires
en ce qui concerne Brünnen-Süd. Viererfeld serait une « prise » de
choix pour Berne et des négociations sont actuellement en cours avec
le canton.
Au cours de vos deux mandats précédents, Berne est devenue une
des régions les plus dynamiques du pays. Quel a été le moteur de
cette réussite ?
La politique est l’art de réunir les bonnes conditions au moment idoine et
c’est ce que la ville de Berne a réussi à faire. Tout d’abord, nous avons
réalisé que notre position centrale dans la gestion et la vie politique est un
atout économique capital, en particulier dans un monde interdépendant.
En second lieu, ces dernières années, nous avons remarqué très tôt la forte
tendance de notre ville à maintenir une conjoncture stable et à renforcer
son économie malgré la crise et grâce aux mouvements démographiques.
Nous nous sommes donc concentrés sur deux éléments : renforcer l’image
de Berne comme capitale et centre politique et améliorer l’attractivité de
la ville, pour les habitants comme pour les entreprises.
Les habitations doivent être attractives, mais aussi accessibles pour
la majorité de la population. Comment la ville de Berne gère-t-elle
ce paramètre ?
Dans une ville, il est nécessaire de toujours avoir un mélange d’espaces
de logement. Rien n’est plus important que la mixité sociale et sociétale.
C’est pourquoi il est pour ma part très clair que nous devons orienter
notre action des prochaines années vers la réalisation de logements
accessibles. La ville prévoit de promouvoir la construction coopérative
de logements, de proposer aux investisseurs des incitations et obligations
pour la construction d’espaces d’habitation destinés aux classes moyennes.
Il convient également d’user de mesure dans la norme d’exploitation
des immeubles et ainsi maîtriser l’envolée des loyers. Un projet de ce type
est par exemple prévu dans la Mutachstrasse.
SwiSS Knowhow
© ville de Berne
Logements de Bern-Brünnen
Des logements plus nombreux sont synonymes de nouvelles exigences
quant aux transports publics. Une des réponses a pour nom « Tram Region
Bern ». Quelles sont les attentes liées à ce projet d’envergure ?
Les réseaux de tramway modernes sont de formidables accélérateurs
de croissance. Ils constituent les artères de développement de l’espace
urbain. « Tram Region Bern » vient renforcer l’ensemble de la ville de
Berne comme lieu d’habitation et pôle économique car il réunit de
nouveaux quartiers et connecte de nouvelles zones. Ce qui est toutefois
important dans ce projet, c’est qu’un contournement doive être réalisé.
Un deuxième axe de transit du tram via le centre est nécessaire, sans
quoi l’augmentation de la fréquence des rames aura un impact négatif
sur l’attractivité du centre ville.
Outre le développement de la ville, le bureau de la présidence
est également chargé d’un dossier très important : celui de
la culture. Que signifie la culture à Berne ?
L’homme ne se sustente pas simplement de nourriture
terrestre, la nourriture spirituelle est un facteur décisif pour
une ville. Elle doit être variée et répondre à diverses envies.
Berne dispose de toute cette palette : manège et centre
culturel contemporain Dampfzentrale pour la jeunesse,
théâtre municipal et musées, comme par exemple le centre Paul Klee. La formulation d’une nouvelle stratégie
culturelle est primordiale, dans laquelle il ne s’agit pas
simplement d’exhorter l’expression de la culture urbaine
et expérimentale. L’austérité imposée par le canton réduit
toutefois nos possibilités d’action.
La vieille ville de Berne est classée au patrimoine mondial de l’UNESCO.
Cette prestigieuse distinction attire des touristes dans la capitale fédérale,
mais est également synonyme de certaines obligations. Pour les autorités
d’une ville, qu’est-ce qu’implique la gestion d’un tel statut ?
Un privilège et une obligation ! Nos ancêtres nous ont légué un héritage
exceptionnel sans lequel Berne ne serait pas la ville qu’elle est. Il s’agit
de conserver, au sens premier, cette vieille ville qui est unique, non pas
comme un musée, mais comme un lieu où la vie et le travail s’expriment.
L’entretien des monuments est ici une priorité.
La ville de Berne s’engage pour la promotion et l’égalité réelle de chacun
dans tous les domaines de la vie. Sur la question de la parité prescrite par
la loi et la constitution, où se situent les autorités municipales ?
Depuis toujours, Berne joue un rôle pionnier en la matière.
Le conseil municipal a récemment décidé que les femmes
devaient représenter au moins 35 % des cadres des autorités
de la ville. La mise en place de cette décision ne sera certes
pas facile, la part des cadres femmes dans les différents
secteurs de l’administration étant très différente : dans la
direction du génie civil, du transport et des espaces verts,
elle s’établit à 8,7 %, contre 48,3 % à la direction de la
formation. Mais cette demande est tout à fait légitime et
je suis persuadé que nous trouverons une réglementation
qui permettra de répondre à ce postulat de parité.
Monsieur Tschäppät,
nous vous remercions pour cet entretien !
Ville de Berne - Mairie - Junkerngasse 49 - Case postale - CH-3000 Berne 8 - [email protected] - www.bern.ch
39
SwiSS Knowhow
Tiefbauamt der Stadt Bern
Interview mit Hans-Peter Wyss, Stadtingenieur Bern
Dem Tiefbauamt der Stadt Bern obliegt die Koordination, Projektierung und
Überwachung aller Bauvorhaben im öffentlichen Strassenraum sowie der Betrieb und
Unterhalt der Strassen, Plätze, Brücken, Wege, Wasserbauten und Abwasseranlagen.
Stadtingenieur Hans-Peter Wyss erläutert aktuelle Projekte und schildert, was es
bedeutet, den öffentlichen Raum in der Bundesstadt zu bewirtschaften.
Herr Wyss, Sie stehen dem Tiefbauamt einer der grössten Schweizer Städte vor.
Dürfen wir Sie um einige Zahlen bitten?
Wo soll ich anfangen? Am besten bei den Menschen, die das Tiefbauamt
ausmachen: Wir haben rund 350 Mitarbeitende, sind also grösser als ein KMU.
Wir sind verantwortlich für Bau, Betrieb und Unterhalt der gesamten Basis-Tiefbauinfrastruktur der Stadt Bern. Wir sind zuständig für die Reinigung und den
Winterdienst auf 320 km Strassen und 650 km Trottoirs. Das entspricht einer
Fläche von 4,2 Millionen Quadratmetern oder 870 Fussballfeldern. Wollen Sie
noch mehr Zahlen? 1300 öffentliche Abfalleimer werden von uns regelmässig
geleert, wir betreuen 120 Lichtsignalanlagen, 11’000 Strassensignalstandorte und
rund 300 km Abwasserkanäle.
Als Werkeigentümer und Bauherr/Betreiber ist das Tiefbauamt für sämtliche
Tiefbauanlagen der Stadt Bern verantwortlich. Was alles beinhaltet dieser Aufgabenbereich?
Unser Aufgabengebiet umfasst Grossprojekte wie die gegenwärtige Gesamtsanierung
Marktgasse ebenso wie die täglichen betrieblichen und baulichen Unterhaltsarbeiten
an Strassen, Plätzen, Brücken, Wegen, Signalen, Lichtsignalanlagen sowie am
ganzen Kanalisationsnetz. Wir bewirtschaften den öffentlichen Raum, betreiben
das operative Management des städtischen Verkehrssystems und sind auch für
die generelle Planung der Siedlungsentwässerung zuständig.
Mit der Gesamtsanierung der Marktgasse befindet sich eine Grossbaustelle mitten
im Geschäftszentrum. Was umfassen die Sanierungsarbeiten und auf welche Weise
wird die Intensivbauphase von April bis September 2013 bewerkstelligt?
In kritischem Zustand befanden sich vor allem die Tramgleise, die aus Sicherheitsgründen dringend ersetzt werden müssen. Ferner werden Werkleitungen
ersetzt, und am Schluss wird die ganze Marktgasse neu gepflästert. Während
der Intensivbauphase wird in zwei Schichten gearbeitet, jeweils von 6 Uhr
morgens bis Mitternacht, Montag bis Samstag. Am Sonntag ist – primär aus
Rücksicht auf die Anwohner – arbeitsfrei.
Am 3. März 2013 hat die Berner Stimmbevölkerung den Projektierungskredit zur
Erarbeitung eines Wasserbauplans für den Hochwasserschutz der Quartiere an
der Aare bewilligt. Welche Massnahmen sind konkret geplant?
Es geht darum, die Quartiere entlang der Aare langfristig und nachhaltig vor
Hochwasserereignissen, wie sie 1999 und 2005 vorkamen, zu schützen. Wo nötig
sollen Schutzmauern gebaut werden, wobei wir darauf achten, diese Bauten möglichst diskret ins historische Stadtbild einzufügen. Zum Teil müssen unterirdische
Dichtwände gebaut werden, damit das Aarewasser nicht mehr durch den durchlässigen Untergrund in die Häuser eindringen kann. Drainagen und Pumpwerke
sind weitere geplante Massnahmen. Bis diese Massnahmen umgesetzt werden
können, dauert es freilich noch eine Weile: Voraussichtlich 2016 kann über den
Baukredit abgestimmt werden, so dass 2017 die Realisierung beginnen könnte.
40
© Hansueli Trachsel im Auftrag des Tiefbauamts der Stadt Bern
© Hansueli Trachsel im Auftrag des Tiefbauamts der Stadt Bern
“Wir bewirtschaften den öffentlichen Raum”
Als Teilprojekt 1 zur Gesamtsanierung Marktgasse wurde im Sommer 2011
bereits das Weichendreieck Zytglogge saniert.
“Tram Region Bern” ist derzeit das mit Abstand grösste Projekt in der Agglomeration
Bern. Es umfasst im Wesentlichen die Umstellung der Linie 10 (von Köniz-Schliern
bis Rüti-Ostermundigen) von Bus- auf Trambetrieb sowie die Verlängerung
der Tramlinie 9 nach Kleinwabern. Welche Vorteile ergeben sich daraus für
den Grossraum Bern?
Mit der Umstellung auf Trambetrieb auf der Linie 10 wird das heutige ÖVKapazitätsproblem gelöst und der Wirtschaft und der Wohnbevölkerung ein
attraktives, modernes Verkehrsmittel angeboten. Das Tram bringt auch Verbesserungen für Fussgänger, Velo- und Autofahrer. Tram Region Bern ermöglicht
zahlreiche städtebauliche Aufwertungen und schafft die Voraussetzungen für
sinnvolle Verdichtungen. Das Tram bedeutet eine Stärkung der Agglomeration
Bern als Wirtschaftsstandort und hat somit eine positive Wirkung auf den gesamten
Grossraum Bern.
Mit der Realisierung von «Tram Region Bern» soll noch 2014 begonnen werden.
Wie lautet der aktuelle Stand der Vorbereitungsarbeiten und der notwendigen
Verfahren?
Das Bauprojekt ist auf den Ästen Bern–Ostermundigen und Bern–Köniz-Schliern
weitgehend abgeschlossen. In der Juni-Session wird der Grosse Rat des
Kantons Bern über den ÖV-Investitionsrahmenkredit 2014–2017 befinden.
Im Herbst 2014 finden in Bern, Köniz und Ostermundigen am gleichen
Wochenende die Abstimmungen über die jeweiligen Gemeindekredite statt.
Ziel ist, Ende 2014 / Anfang 2015 mit dem Bau des Asts Bern–Ostermundigen
zu beginnen.
Herr Wyss, wir danken Ihnen für dieses Interview!
Direktion für Tiefbau, Verkehr und Stadtgrün
Tiefbauamt
Bundesgasse 38 - Postfach - CH-3001 Bern
Tel.: +41 (0)31 321 64 75 - Fax: +41 (0)31 321 77 40
[email protected] - www.bern.ch/tiefbauamt
SwiSS Knowhow
Office des ponts et chaussées
de la ville de Berne
« Nous gérons l’espace public »
Entretien avec Hans-Peter Wyss, ingénieur municipal à Berne
Monsieur Wyss, vous êtes à la tête de l’office des ponts et chaussées d’une des villes
les plus importantes de Suisse. Pouvez-vous nous citer quelques chiffres ?
Par où commencer ? Parlons d’abord de la dimension humaine de l’office des ponts
et chaussées : nous comptons environ 350 employés, ce qui fait de nous une structure
plus importante qu’une PME. Nous sommes responsables de la construction, la
maintenance et l’exploitation de l’ensemble des ponts et chaussées de la ville de
Berne. Nous sommes chargés du nettoyage et du déneigement de 320 km de rues
et 650 km de trottoirs, c’est-à-dire une surface de 4,2 millions de mètres carrés ou
870 terrains de football. Vous voulez d’autres chiffres ? Nous vidons régulièrement
1 300 poubelles publiques et nous occupons de la maintenance de 120 feux tricolores,
11 000 panneaux de signalisation et environ 300 km de canalisations d’eau.
Propriétaire d’ouvrage, maître d’ouvrage et entité exploitante, l’office des ponts et
chaussées est responsable de l’ensemble des travaux de la ville de Berne. Qu’est-ce
que cette responsabilité implique ?
Nous sommes en charge de gros projets tels que l’actuelle remise en état de la rue
Marktgasse ou des travaux quotidiens de construction, de maintenance et d’exploitation des rues, places, ponts, chemins, panneaux de signalisation, feux tricolores
et canalisations. Nous gérons l’espace public et le système de transport municipal
et sommes également responsables de la planification de l’évacuation des eaux usées.
La remise en état de la rue Marktgasse a entraîné l’installation d’un chantier
important dans le centre d’affaires. En quoi consistent les travaux d’assainissement
et comment va se dérouler la phase de construction intensive prévue entre avril et
septembre 2013 ?
Les voies de tram sont dans un état particulièrement critique et doivent être
remplacées au plus vite pour des raisons de sécurité. Les travaux de construction
prendront ensuite place, suivis du repavement intégral de la rue Marktgasse.
La phase de construction intensive sera effectuée par deux équipes, de 6h du
matin à minuit, du lundi au samedi. Aucun travail ne sera effectué le dimanche,
par respect pour le voisinage.
Le 3 mars 2013, les citoyens de Berne ont autorisé le déblocage de fonds pour la
construction d’une infrastructure hydraulique permettant de protéger des quartiers
contre les crues de l’Aar. Quelles mesures ont été concrètement planifiées ?
Il s’agit de protéger sur le long terme les quartiers situés le long de l’Aar contre les
inondations, comme celles qui ont eu lieu en 1999 et 2005. Des murs de protection
seront construits là où cela est nécessaire, de manière assez discrète pour pouvoir se
fondre dans le paysage urbain historique. Des murs d’étanchéité souterrains seront
également construits, afin que l’eau de l’Aar ne s’infiltre plus dans les sous-sols
perméables des maisons. Nous avons également prévu d’installer des dispositifs de
drainage et des pompes. Toutefois, il faudra encore un certain temps avant que ces
mesures puissent être mises en œuvre : le vote concernant le prêt de ce projet aura
probablement lieu en 2016, afin que les travaux puissent commencer en 2017.
Direction du génie civil, des transports et des espaces verts
Office des ponts et chaussées
Bundesgasse 38 - Boîte postale - CH-3001 Berne
Tél. : +41 (0)31 321 64 75 - Fax : +41 (0)31 321 77 40
[email protected] - www.bern.ch/tiefbauamt
SwiSS Knowhow
© Hans Ueli Trachsel pour l'office des ponts et chaussées de la ville de Berne
L’office des ponts et chaussées de la ville de Berne est en charge de la planification et de la surveillance des travaux sur l’espace
public, ainsi que de la maintenance et de l’exploitation des rues, places, ponts, chemins, infrastructures hydrauliques et
installations de traitement des eaux usées. L’ingénieur municipal Hans-Peter Wyss nous présente les projets actuels de l’office
et ce que la gestion de l’espace public de Berne implique.
Dans le cadre de la première partie du projet de remise en état de la rue Marktgasse,
la tour de l'horloge Zytglogge a été réhabilitée au cours de l'été 2011.
Le tram pour la région de Berne est actuellement le plus gros projet prévu pour
l’agglomération de Berne. Il s’agit essentiellement de convertir la ligne de bus
10 qui va de Köniz-Schliern à Rüti-Ostermundigen en ligne de tram, ainsi que
de prolonger la ligne de tram 9 jusque Kleinwabern. Quels sont les avantages
pour la région de Berne ?
La conversion de la ligne 10 en ligne de tram va permettre de résoudre les problèmes
actuels de capacité des transports publics et de proposer un moyen de transport
attractif, moderne et économique aux habitants de Berne. Le tram permettra
également d’améliorer l’environnement des piétons, des cyclistes et des automobilistes. Le tram pour la région de Berne ouvrira la voie à de nombreuses
améliorations urbaines et permettra une densification significative. Le tram
renforcera la force économique de l’agglomération de Berne et aura donc un
effet positif sur toute la région de Berne.
Le projet de tram pour la région de Berne devrait démarrer en 2014. Où en sont
les travaux préparatoires et quelles sont les procédures nécessaires ?
Le projet de construction est à quelques détails près achevé sur les branches
Berne–Ostermundigen et Berne–Köniz-Schliern. Le Grand Conseil du canton
de Berne statuera sur les prêts concernant les transports publics de 2014 à
2017 au cours de la session de juin. Les votes sur les prêts pour Berne, Köniz
et Ostermundigen auront lieu le même week-end au cours de l’automne 2014.
Le but est de démarrer la construction de la branche Bern–Ostermundigen
fin 2014, début 2015.
Monsieur Wyss, nous vous remercions pour cet entretien.
41
Stadt Bern
© DR
Interview mit Martin Baumann, Stadtbauinspektor der Stadt Bern
"Grundsätzlich stehe ich zusammen mit meinen Mitarbeitenden den Bauinteressierten gerne mit Rat
und Tat zur Seite, soweit dies unser Rahmen zulässt. Bei grösseren Bauvorhaben empfiehlt es sich,
rechtzeitig mit uns Kontakt aufzunehmen."
Herr Baumann, welche Aufgaben gehören in den Zuständigkeitsbereich des
Bauinspektorats?
Das Bauinspektorat führt das kantonal vorgegebene Baubewilligungsverfahren durch.
Darüber hinaus sind wir Baupolizeibehörde und überwachen die Bauarbeiten und
die Einhaltung der baurechtlichen Vorschriften. Wir stellen im Baubewilligungsverfahren sicher, dass Vorhaben den bau- und umweltrechtlichen Vorschriften und
den nach den anderen Gesetzen im Baubewilligungsverfahren zu prüfenden
Vorschriften entsprechen. Die Baupolizei hat die Aufsicht über die Einhaltung der
Bauvorschriften und der Bedingungen und Auflagen der Baubewilligung.
Ebenfalls ist sie zuständig für die Wiederherstellung des rechtmässigen Zustands
bei widerrechtlicher Bauausführung oder bei Missachtung von Bauvorschriften und
Bedingungen/Auflagen der Baubewilligung. Unsere Baukontrolle/Feuerpolizei
nimmt im Baubewilligungsverfahren im Rahmen ihrer Zuständigkeit die Rolle
als Brandschutz-Fachstelle ein. Wir erstellen die Brandschutzauflagen und
überprüften deren Einhaltung bei der Ausführung von Bauvorhaben. Nur bei
Baugesuchen mit Gastgewerbebetrieben und für Bauvorhaben, die für die Zwecke
der Stadt bestimmt sind, ist das Regierungsstatthalteramt Bern-Mittelland
zuständig für das Verfahren. Auch in diesen Fällen koordinieren wir das Verfahren
innerhalb der Stadt und stellen einen Antrag an das Regierungsstatthalteramt.
Wie unterstützt das Bauinspektorat Unternehmen und Privatpersonen bei ihren Bauvorhaben?
Grundsätzlich stehe ich zusammen mit meinen Mitarbeitenden den Bauinteressierten gerne mit Rat und Tat zur Seite, soweit dies unser Rahmen zulässt. Bei
grösseren Bauvorhaben empfiehlt es sich, rechtzeitig mit uns Kontakt aufzunehmen.
Damit können allfällige Auflagen bereits in die Projektierung einfliessen und
mögliche Konfliktsituationen frühzeitig erkannt werden. Für komplizierte und
komplexe Bauvorhaben oder bei unklarer Rechtslage bieten wir die Möglichkeit,
eine schriftliche Voranfrage mit konkreten Fragen einzureichen. Aufgrund unserer
Beurteilung (unter Einbezug allfällig notwendiger Fachstellen und Fachkommissionen) können Unternehmen oder Privatpersonen die Chancen und Risiken eines
Bauvorhabens besser einschätzen und unnötige Verzögerungen, Leerläufe und
Mehrkosten im Baubewilligungsverfahren vermeiden.
Welche generellen Tipps können Sie hinsichtlich der Baubewilligungspflicht geben?
Wir als Stadt haben in Bezug auf die Frage, was baubewilligungspflichtig und
was baubewilligungsfrei ist, keine Gesetzgebungskompetenz. In Bezug auf
Umfang der Baubewilligungspflicht bzw. –freiheit gilt für den ganzen Kanton
gleiches Recht. Gemäss dem kantonalen Baugesetz braucht es eine Baubewilligung für alle künstlich geschaffenen und auf die Dauer angelegte Bauten,
Anlagen und Einrichtungen (Bauvorhaben), die in fester Beziehung zum
Erdboden stehen und geeignet sind, die Nutzungsordnung zu beeinflussen,
indem sie zum Beispiel den Raum äusserlich erheblich verändern, die Erschliessung
belasten oder die Umwelt beeinträchtigen. Eine Baubewilligung braucht es aber
auch bei einer Zweckänderung, bei einem Abbruch sowie bei wesentlichen Terrainveränderungen. Keine Baubewilligung bedürfen insbesondere der Unterhalt
von Bauten und Anlagen , für eine kurze Dauer erstellte Bauten und Anlagen sowie
andere geringfügige Bauvorhaben. Aber auch hier gibt es Einschränkungen, zum
42
Beispiel für Gebäude die denkmalpflegerisch geschützt sind. Das kantonale Bewilligungsdekret bestimmt grundsätzlich die baubewilligungsfreien Bauvorhaben.
Zwei Beispiele, die immer wieder zu unrechtmässigen Situationen führen:
• Der Einbau von Anlagen zur Gewinnung erneuerbarer Energie (Sonnenkollektoren
oder Photovoltaikanlage) sind nur dann baubewilligungsfrei, wenn sie gemäss den
kantonalen Richtlinien eingebaut werden.
• Das Umstellen von Feuerungsanlagen (z.B. von Öl auf Gas) ist immer baubewilligungspflichtig.
Aus diesen Beispielen ist ersichtlich, dass ein Veränderungswunsch sehr schnell
zu einer Baubewilligungspflicht führt. Wir empfehlen deshalb immer wieder, die
Frage - braucht es ein Baugesuch ja/nein - rechtzeitig mit uns zu klären.
Wie wichtig ist nach erfolgten Bewilligungen die Baukontrolle?
Grundsätzlich erfolgt die Baukontrolle seit dem 1. September 2009 im Kanton
Bern flächendeckend durch Selbstdeklaration. Sie wird mit anderen Worten in
beträchtlichem Umfang in die Eigenverantwortung der Bauherrschaft gestellt.
Die Pflicht zur Selbstdeklaration soll mithelfen, dass die Gemeinden ihre
baupolizeilichen Aufgaben effizienter und effektiver erfüllen können. Wir als Stadt
konzentrieren uns nebst den baupolizeilich unerlässlichen Pflichtkontrollen
und Abnahmen auf die Überprüfung der Einhaltung Bedingungen/Auflagen
bezüglich Personenschutz, Brandsicherheit und umweltrechtlichen Emissionen
(Lärm und Geruch). Gerade in einem dicht besiedelten Baugebiet, wie es die Stadt
ist, ist es unerlässlich, dass die Vorgaben aus Personenschutz und Umweltrecht
vollumfänglich eingehalten werden. Bei einer Leerwohnungsziffer von unter
0.5% ist es auch wichtig, dass die Einhaltung der bewilligten Nutzung streng
kontrolliert wird.
Sie haben es angesprochen, der Wohnraum in der Stadt ist sehr knapp. Wie sichern
Sie den bestehenden Wohnraum und wie und wo kann neuer Wohnraum geschaffen
werden?
Der bestehende Wohnraum in der Stadt wird zum einen durch das kommunale
Baureglement mit einer hohen Wohnanteilsvorschrift geschützt. In den Wohnzonen
muss 90% der verfügbaren Fläche dem Wohnen dienen. Im Juni 2013 wird
die Stimmbevölkerung der Stadt Bern darüber hinaus über die Ergänzung der
Bauordnung mit einer Wohnraumschutzbestimmung, mit welchem die Umnutzung
von bestehendem Wohnraum für Dienstleistungsnutzungen untersagt wird, abstimmen können. In den nächsten Jahren wird an verschiedenen Orten in der Stadt
Bern neuer Wohnraum gebaut: In Schönberg Ost wird die zweite Bebauungsetappe
mit rund 250 Miet- und Eigentumswohnungen realisiert, in Brünnen sind weitere
rund 400 Wohnungen in Planung. Durch die Neunutzung von Arealen wie der alten
Kehrichtverwertungsanlage Warmbächliweg, des Tramdepots Burgernziel oder
der Feuerwehrkaserne Viktoriastrasse werden gegen 400 Wohnungen entstehen.
Durch die Ein- oder Umzonung von Arealen wie beispielsweise des Viererfelds
oder des Gaswerkareals möchte die Stadt Bern dafür sorgen, dass auch längerfristig
neuer Wohnraum geschaffen werden kann. Geprüft wird auch eine Stadterweiterung
im Westen oder Osten der Stadt.
Stadt Bern
Bauinspektorat - Bundesgasse 38
Postfach - CH-3001 Bern
Tel +41 (0)31 321 65 45 - Fax +41 (0)31 321 73 17
[email protected] - www.bern.ch
SwiSS Knowhow
© Ville d’Yverdon-les-Bains
Des problématiques et
des ambitions communes
Interview de M. Daniel von Siebenthal,
Syndic d’Yverdon-les-Bains
Quelle importance donnez-vous au transfrontalier dans l'Arc jurassien ?
Cette perception transfrontalière est longtemps restée faible à Yverdonles-Bains car la ville n’entretient pas des relations aussi étroites avec le
Jura français que les villes suisses frontalières. La donne a changé en 2003
grâce à la signature d’une charte d’amitié avec la ville de Pontarlier, à
l’initiative de son maire. Finalement la frontière n’est pas si éloignée...
même si les différences de systèmes politiques et administratifs doivent
être surmontées. Cela passe par le développement de contacts personnels
et institutionnels (CTJ, arcjurassien.ch, Aire de proximité Mont d’Or-Chasseron) pour envisager des projets communs dans le tourisme, l’économie,
les transports (TGV) et la culture. De toute évidence, ce sont les projets
touristiques qui sont les plus faciles à mettre en œuvre car les professionnels
du secteur collaborent depuis plus longtemps que les politiques. Et les
touristes font le reste. L’été les Français viennent sur les bords du lac
de Neuchâtel à Yverdon-les-Bains et profitent du centre thermal l’hiver.
Et les Suisses apprécient d’aller faire leurs courses en France.
Comment faites-vous vivre la charte d’amitié entre Yverdon-les-Bains
et Pontarlier ?
Mon expérience m’a appris que les chartes et les jumelages étaient
difficiles à faire vivre dans la durée. On alterne souvent les périodes
riches en échanges et celles où il y en a beaucoup moins. Tout dépend de
l’implication des personnes responsables. Nos deux villes ont développé
de nombreux projets dans le sport et souhaitent rebondir pour le dixième
anniversaire de la signature de la charte. Mais les contacts politiques
ne suffisent pas pour déboucher sur des projets concrets. C’est avant
tout une question de ressources humaines et d’opportunités.
Ville d’Yverdon-les-Bains - Hôtel de Ville
Place Pestalozzi
Case postale 355 - CH-1401 Yverdon-les-Bains
Tél. : +41 (0)24 423 62 23 - Fax : +41 (0)24 423 62 04
Email : [email protected]
SwiSS Knowhow
Quel regard portez-vous sur les projets du Réseau des Villes de
l'Arc jurassien ?
Le projet tourisme est le plus abouti : une association s’est créée avec
de nombreux partenaires et a su trouver des financements. Depuis 2002,
on ressent une vraie envie de collaborer avec des objectifs communs, une
destination commune, des produits communs... La ville d’Yverdon-les-Bains
est particulièrement impliquée dans la plate-forme pour la promotion du
Pays des Trois-Lacs et du Jura. Le projet énergie a lui aussi bien marché :
nous avons échangé nos bonnes pratiques pour développer une vision
commune sur les bâtiments publics. Le passeport cinéma, qui vient tout
juste de débuter, a le mérite de mettre en relation les cinémas indépendants
de l’Arc jurassien. Ce projet devrait inciter les gens à aller voir ce qui se
passe dans les autres communes, les autres cantons. Pour aboutir, un tel
projet doit toutefois développer des produits plus complets et plus attractifs
qu’une simple réduction sur les billets d’entrée. Il doit aussi s’inscrire
sur le long terme et mettre en place des collaborations durables. Dans le
domaine culturel en général, il y a lieu de promouvoir la coproduction de
projets communs - un impératif car les projets culturels sont coûteux.
Enfin, le projet sur les lieux de mémoire pourrait renforcer notre identité
régionale. Certains craignent que l’Arc jurassien en ressorte muséifié
mais je ne partage pas cet avis. Nous avons suffisamment de raisons de
regarder vers l’avenir !
© Ville d’Yverdon-les-Bains
Quelle est la place de la ville d’Yverdon-les-Bains dans l’Arc jurassien ?
Géographiquement, la ville se trouve au sud de l’Arc jurassien, dans une
position un peu en marge. D’un autre côté, cette situation en fait une tête
de pont vers le canton de Vaud et l’Arc alémanique. D’un point de vue
institutionnel, Yverdon-les-Bains est membre de la Conférence transjurassienne (CTJ) mais il faut bien reconnaître que les frontières cantonales
ne facilitent pas la coopération. Finalement c’est grâce Expo.02 que les
liens entre les différentes villes de l’Arc jurassien se sont resserrés. Elle
nous a permis de prendre conscience de nos problématiques et de nos
ambitions communes. Depuis nous avons développé de nombreux projets
dans la culture, le tourisme et l’histoire. Reste que la dynamique de ces
projets est avant tout fondée sur les relations interpersonnelles.
43
WIRTSCHAFTSRAUM BERN
“Beispielhaftes Zusammenwirken von Stadt und Land”
Interview mit Hans-Jürg Gerber, Leiter WIRTSCHAFTSRAUM BERN
© WIRTSCHAFTSRAUM BERN
“Der Wirtschaftsraum Bern ist ein attraktiver Wirtschafts-, Bildungs- und Wohnstandort”, bestätigt Hans-Jürg Gerber, Leiter
des WIRTSCHAFTSRAUM BERN in unserem Interview. Schliesslich geniesst die Wirtschaftsregion Bern sämtliche Vorteile
eines schweizerischen Standortes und weist eine wirtschaftliche, politische und finanzielle Stabilität auf.
44
Herr Gerber, der WIRTSCHAFTSRAUM BERN ist als Kompetenzzentrum
für die Wirtschaftsförderung in der Region Bern zuständig. Welche
Dienstleistungen erbringen Sie?
Wir bieten den KMUs und Grossunternehmen eine breite Palette von
Dienstleistungen an, so unter anderem Standortvermittlung, Netzwerkveranstaltungen, Beratung.
Im Weiteren waren wir unzähligen KMUs bei der Suche nach einem
geeigneten Standort behilflich. Doch diese Erfolgsmeldungen findet
man in keinen Zeitungen. Es ist aber eine sehr wichtige, jedoch unspektakuläre Arbeit. Wir führen eine umfassende Datenbank für verfügbare
Grundstücke und Gewerberäumlichkeiten sowie die Unternehmen
der Region.
Den 36 Gemeinden des WIRTSCHAFTSRAUM BERN bieten verschiedene Kommunikationsplattformen, übernehmen eine beratende
Funktion, zeigen Synergien auf und treten an Events und bei Mailings
zusammen und in ihrem Namen auf. Denn nur, wenn wir vom “Gärtlidenken” wegkommen, können wir im immer härter werdenden
Markt erfolgreich auftreten.
Unsere Ziele sind, neue Unternehmen und Institutionen anzusiedeln,
die bestehenden zu erhalten und die Zusammenarbeit unter den
Gemeinden, zwischen Stadt und Land zu verstärken sowie die zahlreichen positiven Punkte der Wirtschaftsregion Bern zu kommunizieren
und so ihr Image zu verbessern.
Der Wirtschaftsraum Bern gilt als beispielhaft. Weshalb?
Im Wirtschaftsraum Bern pulsiert das politische Leben, werden wichtige
nationale und internationale Entscheidungen getroffen. Das Zusammenwirken von Stadt und Land ist hier beispielhaft und zeigt erste
Früchte, kann aber noch verbessert werden.
Sie stehen dem WIRTSCHAFTSRAUM BERN seit März 2011 vor. Durften Sie sich in dieser Zeit über Zuzüge von Firmen in der Region Bern
erfreuen?
Mit Unterstützung der Wirtschaftsförderung des Kantons Bern konnten
wir, unter anderem folgende Grossunternehmen in der Region begrüssen:
Wolgreen, Boots, Longchamps, die Veranstaltung Swiss Energy and
Climate Summit.
2011 haben die Gemeinden einer gemeinsamen, wegweisenden Strategie
zugestimmt.
Bern steht im Ruf über eine herausragende Standortqualität zu verfügen.
Welche Qualitäten machen den Unterschied zu anderen Städten aus?
Ja, das stimmt. Der Wirtschaftsraum Bern ist ein attraktiver Wirtschafts-,
Bildungs- und Wohnstandort. Er bietet hochqualifizierte Arbeitsplätze
und ein ausgezeichnetes Netzwerk. Auch zeichnet sich die Region
durch eine sehr gute, und in Rankings eindrücklich bestätigte Lebensqualität aus. Nicht zu vergessen sind die zuverlässige und engmaschige
Verkehrsinfrastruktur und unseren einzigartigen Standortvorteil: Als
Hauptstadtregion unsere unmittelbare Nähe zur Politik. Wir sind am
Puls des politischen Geschehens.
SwiSS Knowhow
© WIRTSCHAFTSRAUM BERN / Daniel Fuchs
Panoramaaufnahme Bundesplatz Bern.
Welches sind die derzeitigen und künftigen Top-Standorte für Firmenansiedelungen in der Region Bern?
Wir haben verschiedene attraktive Standorte in der Wirtschaftsregion
Bern, die sich durch die ausgezeichnete Lage, die ausgezeichnete
Erreichbarkeit und eine hervorragende Infrastruktur auszeichnen:
• Bern Ausserholligen
• Bern Wankdorf
• Bern Bahnhof Masterplan
• Muri Gümligenfeld
• Ostermundigen Bahnhof
• Worb Worbboden
• Zollikofen/Münchenbuchsee
Die Region Bern verfügt in den Bereichen Consulting, Energie, ICT
und Medical über mehrere Clusters. Welche Funktionen nehmen
diese wahr?
Der Wirtschaftsraum Bern ist der Treffpunkt für Unternehmen, insbesondere aus dem Bereichen Consulting, Informations- und Kommunikationstechnologie, Medizinaltechnik sowie Umwelt- und Energie
technologie. Die bestehenden Cluster bieten Plattformen für die Entwicklung und die Stärkung der Unternehmen, erleichtern den Informationsund Erfahrungsaustausch, fördern die Aus- und Weiterbildung für
Mitglieder und stellen eine wichtige Form des Wissens- und Technologietransfers dar.
Aus welchen Gründen gilt der Wirtschaftsraum Bern als prädestiniert für
Umwelttechnologien, neue Energien, Energieeffizienz und Cleantech?
Die Stadt Bern – Trägerin des Labels Energiestadt Gold – hat in der
Energiepolitik wichtige Pionierarbeit geleistet und mit dem Entscheid
zum Ausstieg aus der Atomenergie 2010 einen wegweisenden Schritt
in die erneuerbare Energiezukunft gemacht. Im Cleantech-Bereich
besteht ein fruchtbares Netzwerk. Zudem finden alljährlich Veranstaltungen mit nationaler und internationaler Ausstrahlung statt.
Oberstes Ziel des WIRTSCHAFTSRAUM BERN ist eine nachhaltige
Entwicklung, in der wirtschaftliche, ökologische und soziale Anliegen
gleichberechtigt Beachtung finden.
WIRTSCHAFTSRAUM BERN
Predigergasse 5
Postfach 669 - CH-3000 Bern 7
Tel.: +41 (0)31 321 77 00 - Fax: +41 (0)31 321 77 80
[email protected] - www.wirtschaftsraum.bern.ch
SwiSS Knowhow
Der WIRTSCHAFTSRAUM BERN ist auch Teil der Regionalkonferenz
Bern-Mittelland (RKBM), der 97 Gemeindepräsidien angehören. Welche
Rolle fällt hierbei Ihrem Kompetenzzentrum zu?
Die Gemeinden werden untereinander vernetzt und sollen weg vom
sogenannten “Gärtlidenken” kommen. Denn nur, wenn wir gemeinsam
am gleichen Strick ziehen und die Standort-Vorteile vermarkten,
können wir im immer härter werdenden Standort-Wettbewerb erfolgreich bestehen.
Und wie ist der WIRTSCHAFTSRAUM BERN auf der internationalen
Bühne vertreten?
Die Standortpromotion und Akquisition von Unternehmen im Ausland
nimmt die kantonale Wirtschaftsförderung wahr. Dies tut sie erfolgreich
im Rahmen der GREATER GENEVA BERNE area mit den weltweit
18 Agenten.
Der WIRTSCHAFTSRAUM BERN kümmert sich um die lokalen
Raumangebote und um die regionale Vernetzung. Selbstverständlich
läuft alles koordiniert mit der kantonalen Wirtschaftsförderung.
Mitte 2012 hat der WIRTSCHAFTSRAUM BERN die Strategie 2020
verabschiedet. Welches sind deren Schwerpunkte?
Die Strategie 2020 beinhaltet drei Hauptziele: Die wirtschaftlichen
Stärken der Region sollen weiterentwickelt werden. Mit den vorhandenen Ressourcen soll verantwortungsvoll umgegangen werden. Die
Gemeinden sollen vom WRB deutlich profitieren können.
Die Strategie 2020 gibt die Stossrichtung für den wirtschaftlichen Erfolg der Region als Ganzes vor. Die wichtigen Ansatzpunkte für die Umsetzung liegen in den Bereichen Regionalentwicklung, im Cleantech- und
Medtech-Bereich, bei Konzernen mit Hauptsitz in der Region, in den
strategischen Partnerschaften und im Politzentrum.
Zur Entwicklung von Massnahmen können die Gemeinden des WRB
in einem konstruktiven Dialog beitragen.
Herr Gerber,
wir danken Ihnen für dieses Interview!
45
WIRTSCHAFTSRAUM BERN
“ESPACE ÉCONOMIQUE BERNOIS”
« Une synergie exemplaire entre ruralité et urbanité »
Entretien avec Hans-Jürg Gerber, directeur de l'espace économique bernois
© WIRTSCHAFTSRAUM BERN
« L'espace économique bernois est un pôle économique, de formation et d'habitation attractif », affirme Hans-Jürg
Gerber, directeur de l'espace économique bernois, au cours de notre entretien. La région bénéficie de l'ensemble des
avantages d'un pôle suisse et fait preuve de stabilité économique, politique et financière.
Monsieur Gerber, la WIRTSCHAFTSRAUM BERN (chambre de commerce
de la ville de Berne) est le centre compétent pour la promotion de l’économie
dans la région de la capitale fédérale. Quelles prestations proposez-vous ?
Nous offrons aux PME ainsi qu’aux grandes entreprises une large palette
de services, parmi lesquels un rôle d’intermédiaire pour trouver un emplacement, mais aussi de d’animateur d’événements, de conseiller et d’agent
de mise en relation et en réseau.
Les 36 communes de l’espace économique bernois offrent différentes
plates-formes de communication, ont une fonction de conseil, démontrent
les synergies et sont présentes en leur propre nom aux événements et dans
les campagnes d’information. Car c’est uniquement en nous éloignant
d’une pensée égocentrique, que nous pourrons réussir dans un marché
de plus en plus complexe.
Nos objectifs sont multiples : aider de nouvelles entreprises et institutions
à s’installer, conserver celles qui sont déjà présentes, renforcer la collaboration des communes urbaines et rurales, communiquer sur les nombreux
atouts de l’espace économique bernois et en améliorer ainsi l’image.
46
Vous êtes à la tête de l’espace économique bernois depuis mars 2011. À
cette époque, avez-vous pu vous réjouir d’un afflux d’entreprises dans
la région de Berne ?
Grâce au soutien et à la promotion économique du canton de Berne, nous
avons pu accueillir les grandes entreprises suivantes : Wolgreen, Boots,
Longchamp ainsi que l’événement Swiss Energy and Climate Summit.
Nous avons également aidé d’innombrables PME à trouver un site pour
s’installer. Cependant, aucun média ne relaie ces réussites. C’est pourtant
un travail très important, même s’il est banal. Nous maintenons à jour une
base de données complète recensant les immeubles et locaux commerciaux
disponibles, ainsi que les entreprises de la région.
L’espace économique bernois a un rôle d’exemplarité. Pour quelle raison ?
Au cœur de cet espace bat la vie politique, avec des décisions importantes,
à portée nationale comme internationale. La synergie entre le rural et l’urbain
est ici exemplaire et commence à porter ses premiers fruits ; l’amélioration
reste encore possible cependant.
En 2011, les communes se sont accordées sur une stratégie révolutionnaire.
Berne est réputée pour offrir des sites de qualité. Quels sont les atouts qui
font la différence par rapport à d’autres villes ?
Oui, c’est vrai. L’espace économique bernois est un pôle économique,
de formation et d’habitation attractif. Il offre des postes de travail
hautement qualifiés et un excellent réseau. La région se distingue
également par une très bonne qualité de vie, que de nombreux classements
estiment impressionnante. Il convient de mentionner également la
fiabilité et la densité de notre infrastructure de transport, ainsi que les
avantages uniques de notre situation : en tant que région capitale, nous
possédons une proximité immédiate avec la vie politique, nous sommes
au cœur de son actualité.
SwiSS Knowhow
© WIRTSCHAFTSRAUM BERN
Représentation du futur WankdorfCity au sein du pôle de développement du Wankdorf à Berne.
Quels sont les sites actuels et futurs les plus en vue pour l’installation
d’entreprises dans la région de Berne ?
Nous possédons différents sites attractifs se distinguant par une situation,
une accessibilité et une infrastructure de premier plan :
• Bern Ausserholligen
• Bern Wankdorf
• Bern Bahnhof Masterplan
• Muri Gümligenfeld
• Ostermundigen Bahnhof
• Worb Worbboden
• Zollikofen/Münchenbuchsee
La région de Berne dispose de plusieurs centres dans les domaines du conseil,
de l’énergie, des TIC et médical. Concrètement, quelles en sont les fonctions ?
L’espace économique bernois est le lieu de rencontre des entreprises,
notamment des domaines du conseil, des technologies de l’information et
de la communication, mais aussi médicales, énergétiques et environnementales. Ces centres offrent des plates-formes pour le développement et
la consolidation des entreprises, ils facilitent l’échange d’informations et
d’expériences, promeuvent la formation des collaborateurs et représentent
une forme essentielle du transfert de technologies et de connaissances.
Pour quelles raisons l’espace économique bernois est-il prédestiné à être un
berceau pour les nouvelles technologies environnementales, les nouvelles
énergies et leur utilisation responsable et efficace ?
La ville de Berne, qui a reçu le label Cité de l’énergie Gold, a déjà réalisé
un travail de pionnier en matière de politique énergétique. Par sa décision
de se passer de l’énergie nucléaire en 2010, elle s’est engagée sur la voie
de l’innovation et de l’avenir en choisissant les énergies renouvelables.
Le domaine des technologies vertes présente une extrême densité. Tout
au long de l’année se déroulent des événements au rayonnement national
comme international.
L’objectif suprême de l’espace économique bernois est le développement
durable, dans lequel les dimensions économique, écologique et sociale
jouissent de la même considération.
WIRTSCHAFTSRAUM BERN
Predigergasse 5
Case postale 669 - CH-3000 Berne 7
Tél. : +41 (0)31 321 77 00 - Fax : +41 (0)31 321 77 80
[email protected] - www.wirtschaftsraum.bern.ch
SwiSS Knowhow
L’espace économique bernois fait également partie de l’espace fonctionnel
Bern-Mittelland (Regionalkonferenz Bern-Mittelland, RKBM), qui compte
97 communes. Quel rôle joue votre centre de compétences ici ?
Les communes sont liées les unes aux autres et doivent ainsi s’éloigner de
cette pensée égocentrique. Ce n’est qu’en tirant tous dans le même sens et
en vantant les mérites de nos sites que nous pourrons réussir dans un marché
extrêmement concurrentiel.
Comment l’espace économique bernois est-il représenté sur la scène
internationale ?
La promotion économique cantonale profite de la publicité faite pour nos
sites d’implantation ainsi que de l’acquisition d’entreprises à l’étranger. Elle
réussit dans cette tâche grâce à la structure de promotion économique exogène GREATER GENEVA BERNE area, regroupant 18 agences mondiales.
L’espace économique bernois est en charge de l’offre de bureaux locale
et de la mise en réseau régionale. Bien entendu, tout se passe en coordination
avec la promotion économique du canton.
Au milieu de l’année 2012, l’espace économique bernois a adopté la
« Stratégie 2020 ». Quels en sont les principaux axes ?
Il y trois objectifs majeurs : premièrement, développer les forces économiques de la région ; deuxièmement, gérer les ressources de manière
responsable ; enfin, les communes doivent pouvoir véritablement bénéficier
des avantages offerts par l’espace économique bernois.
La Stratégie 2020 établit l’orientation stratégique pour la réussite économique de la région dans son ensemble. Les points de départ essentiels
à sa mise en place sont multiples : au niveau régional, ils se trouvent dans
les domaines des technologies vertes et médicales. Pour les groupes ayant
leur siège à Berne, dans les partenariats stratégiques et centres politiques.
Les communes de l’espace économique bernois peuvent contribuer par
un dialogue constructif à l’élaboration de mesures.
Monsieur Gerber,
nous vous remercions de nous avoir accordé cet entretien.
47
Stadt Biel
© Stadt Biel
“Das wichtigste Instrument der Bieler Wirtschaftsförderung ist Bauland im städtischen
Eigentum. So können wir für Projekte von strategischer Bedeutung, das heisst mit hoher
Wertschöpfung, sehr schnell hervorragende Angebote machen.”
Interview mit Thomas Gfeller,
Delegierter für Wirtschaft Stadt Biel
Herr Gfeller, Swatch, Omega, Movado, Rolex – Biel kann als die
Weltmetropole der Uhrenindustrie bezeichnet werden. Was finden
die Unternehmen in Biel, was sie andernorts nicht finden?
Biel und die Region bieten eine grosse Zahl hervorragend ausgebildeter Arbeitskräfte. Das Präzisions-Know-how liegt vielen Menschen am Jurasüdfuss in den Genen. Zudem finden hier Unternehmen
ein dichtes Netz von Hightech-Firmen und von Ausbildungsstätten.
Nicht zuletzt gehört auch die Mehrsprachigkeit und die von der hohen
Exportorientierung herkommende Internationalität der Arbeitskräfte
eine grosse Rolle.
Welches sind neben dem Bözingenfeld die wichtigsten Entwicklungsschwerpunkte?
Das Gebiet Masterplan-Bahnhof mit dem zukünftigen Campus
Technik bietet ideale Voraussetzungen für Dienstleistungsbetriebe.
Im Bereich Esplanade entsteht gegenüber dem Kongresshaus ein
neues städtisches Quartier mit attraktivem öffentlichem Raum und
hervorragenden Potenzialen für urbanes Wohnen und Gewerbe. Ein
weiterer Entwicklungsschwerpunkt ist das Gebiet Gurzelen, wo Omega
und Swatch ihre neuen Hauptsitze sowie die Anlagestiftung Previs
eine Überbauung mit mehreren hundert Wohnungen realisieren. Dazu
kommt ein städtischer Park in Form einer Insel im Stadtfluss “Schüss”.
© Stadt Biel
Die Uhrenindustrie ist der bedeutendste Wirtschaftszweig der
Region. Welche weiteren wichtigen Branchen profitieren heute
vom ausgezeichneten unternehmerischen Umfeld der Stadt Biel?
Präzisionsindustrie im weiteren Sinne – so auch Zulieferer in die
Medizinaltechnik und in die Automobilindustrie. Ein weiterer
wichtiger Zweig sind Dienstleistungs- und KommunikationsUnternehmen, die von der Zweisprachigkeit und der Zentralität
Biels profitieren.
Das Bözingenfeld wird zu einer der besterschlossenen Industriezonen der Schweiz ausgebaut. Welche Firmen haben sich dort bereits
niedergelassen oder beabsichtigen, dies zu tun?
Das jüngste Projekt ist der Neubau der Solarstromfirma Sputnik
Engineering. Nur wenige Wochen zuvor wurde der Neubau der
Manufacture de Montres Rolex eingeweiht. Weitere Projekte sind
in der Pipeline, können aber noch nicht kommuniziert werden.
48
Weltuhrenstadt Biel - Namen wie Swatch, Rolex, Omega, Concorde, Movado oder CK machen Biel zur Uhren-Weltmetropole.
SwiSS Knowhow
© Stadt Biel
Das Bözingenfeld – eine der besterschlossenen Industriezonen der Schweiz.
Was können Sie uns über das Projekt AGGLOlac erzählen?
Eine fantastische und wichtige Vision für die mittel- bis langfristige
Entwicklung. Die Städte Biel und Nidau werden endlich in hoher
Qualität bis zum See hin fertig gebaut.
Wie begleitet die Stadt Investitionsvorhaben und in welchem
Rahmen ist eine finanzielle Unterstützung von Investitionsvorhaben
möglich?
Das wichtigste Instrument der Bieler Wirtschaftsförderung ist
Bauland im städtischen Eigentum. So können wir für Projekte von
strategischer Bedeutung, das heisst mit hoher Wertschöpfung, sehr
schnell hervorragende Angebote machen.
Darüber hinaus ist es unser Ziel, den Immobilienmarkt sehr genau und
komplett zu kennen, um Firmen durch Vermittlung von Räumlichkeiten zu unterstützen. Unter bestimmten Bedingungen können
Darlehen für Investitionsvorhaben mit hoher Arbeitsplatzwirkung
gesprochen werden.
Trotz all der positiven Punkte ist die öffentliche Wahrnehmung Biels
in der Schweiz oft eine andere. Vielfach berichten die Medien nur über
die höhere Arbeitslosigkeit, die höchste Sozialhilfequote oder das hohe
subjektive Unsicherheitsgefühl der Menschen in der Stadt. Was können
Sie tun, um das nationale Image der Stadt zu verbessern?
Informieren, informieren, informieren – und zwar intern und extern
über die vielfältigen Projekte, die am laufen sind und die unsere Stadt
in den nächsten Jahren in allen wichtigen Dimensionen aufwerten
werden. Investoren, die sich professionell mit unserer Stadt auseinandersetzen, haben dies verstanden und schliessen sich mit ihren
Projekten der guten Entwicklung an.
Herr Gfeller, besten Dank für das Interview.
Stadt Biel
Stadtmarketing
Zentralstrasse 49 - CH-2501 Biel
Tel.: +41 (0)32 326 13 21 - Fax: +41 (0)32 326 13 95
[email protected] - www.biel-bienne.ch
49
SwiSS Knowhow
La coopération transfrontalière,
une évidence
Interview de M. Etienne Roy, Préfet du Jura-Nord vaudois
Elle donne envie de créer des voies de communication entre les
deux pays.
© La Région / Michel Duperrex
On vous sait très investi auprès de la jeunesse. Envisagez-vous de
développer dans le Jura-Nord vaudois le passeport-vacances à la
découverte des métiers que vous avez expérimenté dans l’Ouest
lausannois ?
Pour en revenir au passeport-vacances, il s’agit d’un projet de stages
en entreprise porté par la Ville de Lausanne, étendu aux communes
de l’Ouest lausannois avec sa collaboration. Si les communes et les
entreprises ont joué le jeu, les jeunes se sont montrés nettement plus
frileux : seuls 25 ont répondu à l’appel alors qu’on en attendait plus
de 100. Il faudra réfléchir à la manière de rendre plus attractive cette
offre de stages d’une demi-journée à 2 jours qui permet de découvrir
une palette très large de métiers.
Comment voyez-vous la coopération transfrontalière dans l'Arc jurassien
franco-suisse ?
Après 5 ans passés à la tête de l’Ouest lausannois, je suis de retour
dans le Jura-Nord vaudois depuis le 1er janvier dernier. Je dois retisser
un réseau relationnel dans la région. Pour tout vous avouer, je ne suis
pas un spécialiste de la coopération transfrontalière mais je l’applaudis
des deux mains car elle est absolument évidente et vitale pour les deux
côtés. Les gens doivent se rencontrer, partager. C’est primordial.
L’accession du Conseiller d'Etat vaudois Pascal Broulis à la présidence
d'arcjurassien.ch prouve d’ailleurs l’importance de l’enjeu.
Comment la coopération transfrontalière devrait-elle
évoluer selon vous ?
Il est important que cette coopération soit globale. Elle
doit porter sur les aspects économiques mais aussi sur
les transports publics et le covoiturage, notamment
pour les travailleurs transfrontaliers, la culture, le
tourisme, le sport, etc. À cet égard, j’ai découvert avec
intérêt « Nordic Magazine », un trimestriel français
publié dans la région des Rousses. Il aborde des
thèmes aussi divers que le ski nordique, la randonnée, les restaurants d’alpage, la culture... tout en se
jouant allègrement de la frontière.
Cette approche est très intéressante car elle permet aux
lecteurs de s’approprier la frontière, de l’apprivoiser.
50
Transposée au Jura-Nord vaudois, cette expérience pourrait voir le
jour à plusieurs conditions : une collaboration intercommunale
mais aussi avec l’orientation professionnelle, la mobilisation d’une
personne à temps partiel pour animer un site Internet dédié, rechercher
des entreprises, relayer les propositions de stages auprès des jeunes,
les orienter vers des secteurs auxquels ils ne pensent pas forcément
comme l’horlogerie...
Pour ma part, je serais tout à fait prêt à assurer la coordination
de ce projet. Mais les communes devront afficher une volonté
politique claire car il y aura un coût financier à assumer. Cette
initiative aurait en tout cas le mérite de mettre en valeur le tissu
économique local.
Quels sont vos autres projets pour ce vaste district qu’est
le Jura-Nord vaudois ?
Je veillerai à faire avancer les dossiers relatifs à l’aménagement du territoire comme le plan directeur régional.
Il me faudra enfin m’atteler à un dossier sensible : la
fusion des communes dans le Jura-Nord Vaudois –
fusion rendue inévitable par les évolutions de la vie et
les contraintes techniques. J’aurai sans doute un gros
travail d’explication à faire pour vaincre les résistances.
Mais il faut oser en parler même si ça ne plaît pas partout. L’apport de la CTJ pourrait être déterminant dans
ce domaine : les Français sont beaucoup plus avancés dans
l’intercommunalité et leurs retours d’expérience nous
seront très utiles pour mener le processus à bien dans
le Jura-Nord vaudois.
District du Jura-Nord Vaudois - Moulins 10 - CP 1094 - CH-1401 Yverdon-les-Bains
Tél. : +41 (0) 24 557 77 77 - Fax : +41 (0)24 557 77 78 - [email protected]
SwiSS Knowhow
Wirtschaftskammer
Biel-Seeland (WIBS)
“Vernetzen. Beleben. Unterstützen.
In Biel und im Seeland.”
Interview mit Esther Thahabi, Geschäftsführerin WIBS
© Sandra Mumprecht
Mit ihren über 900 Mitgliedern vereint die Wirtschaftskammer Biel-Seeland
(WIBS) Unternehmen, Gewerkschaften, Gemeinden, Einzelpersonen,
Non-Profit Organisationen, Schulen und VIP-Mitglieder. Dieses breite
Netzwerk trägt massgeblich dazu bei, die Region Biel-Seeland nachhaltig
zu stärken und zu fördern.
Esther Thahabi, Geschäftsführerin WIBS
Mit dem Projekt work&home wollen wir Arbeitgebern der Region
aufzeigen, welche Massnahmen in ihrem Betrieb im Bereich Vereinbarkeit von Beruf und Familie möglich sind. Weiter setzen wir uns für
den Austausch zwischen Hochschulen und der Wirtschaft ein und
lobbyieren zum Wohle der Region.
Ein wichtiger Pfeiler unseres Programms ist natürlich auch das
Networking. Wir organisieren zweimal im Jahr zusammen mit dem
HIV, Sektion Biel-Seeland, die Veranstaltung Treffpunkt Wirtschaft,
zudem sind wir Netzwerkpartner des Entrepreneur Forum Seeland
und veranstalten 3-4 fachliche Veranstaltungen, so genannte Input
Veranstaltungen, pro Jahr. Für unseren VIP Club haben wir ein eigenes,
exklusives Veranstaltungsprogramm.
Können Sie uns das Projekt Fokus Technik etwas genauer erläutern?
Im Projekt Fokus Technik organisieren wir während einer Woche
zusammen mit anderen Verbänden Workshops zu unterschiedlichen
technischen Berufsfeldern. In diesen Workshops können Jugendliche
und Lehrpersonen technische Berufsfelder, z.B. die Automobil- oder
die MEM-Welt, entdecken und erleben.
Das heisst, sie arbeiten einen Nachmittag lang an verschiedenen
Posten und können so herausfinden, ob ihnen diese Arbeit zusagt.
Spricht das Berufsfeld die Jugendlichen an, so haben sie im Anschluss
die Möglichkeit, Schnupperhalbtage in Betrieben zu absolvieren, um
so den passenden Beruf und Betrieb zu finden.
© Wirtschaftskammer Biel-Seeland WIBS
Frau Thahabi, mit dem Slogan «Vernetzen. Beleben. Unterstützen.
In Biel und im Seeland.» hat die WIBS die Umsetzung ihrer Strategie
2011-2014 in Angriff genommen. Wohin geht die Reise?
Einer der Hauptpfeiler der Strategie liegt in der Bekämpfung des
Fachkräftemangels, dort sind wir mit dem Projekt Fokus Technik
aktiv. Es soll Jugendlichen die technischen Berufe näher bringen.
Input Veranstaltung mit Bundesrätin Doris Leuthard (v.l. Sibylle Thomke,
Doris Leuthard, Esther Thahabi).
Wie weit ist das Projekt Fokus Technik unter Federführung der WIBS
inzwischen fortgeschritten?
Das Pilotprojekt wurde im 2012 erfolgreich abgeschlossen. Wir hatten
von allen betroffenen Zielgruppen (Lehrpersonen, Jugendlichen,
Eltern, Lehrbetrieben) sehr gute Rückmeldungen. Die Teilnehmenden
waren begeistert, dass man in den Workshops Berufe live erleben
kann. Im 2013 führen wir die Workshops weiter und weiten das
Projekt auf noch mehr technische Berufe aus.
Im März 2012 konnte die Wirtschaftsregion Biel-Seeland einen
Grosserfolg verbuchen mit dem Zuschlag für den Campus mit
Technik, Informatik, Architektur, Holz und Bau am Bieler Bahnhof
durch den Grossen Rat des Kantons Bern. Was bedeutet dies für den
Standort Biel?
Wir vom Campus Komitee sind sehr erfreut über diesen positiven
bildungspolitischen Entscheid des Grossen Rates. Wir sind überzeugt,
dass dadurch die Wettbewerbsfähigkeit der BFH im technischen
52
SwiSS Knowhow
© Wirtschaftskammer Biel-Seeland WIBS
Projekt Fokus Technik: Jugendliche im Workshop
Bereich wesentlich gestärkt wird. Ebenso wird dieser Campus
interdisziplinäres Arbeiten fördern und den Wissens- und Technologietransfer zwischen Hochschule und Wirtschaft stärken. Letzterer
ist in unserer Wirtschaftsregion, die als High-Tech-Eldorado mit
Branchen wie der Uhrenindustrie, Medizinaltechnik, Mikrotechnik
und Kommunikation/IT gelten darf, besonders wichtig. Langfristig
wird der Campus auch dem Fachkräftemangel entgegenwirken und
er ist eine zwingende Basis für einen möglichen Innovationspark.
Und welches war der Beitrag der WIBS an diesem Erfolg?
Das Lobbying fand unter der Federführung der WIBS statt. Es ist
aber nicht alleine der Verdienst der WIBS. Das ganze Lobbying war
nur dank des unermüdlichen Einsatzes der Strategiegruppe Campus
Biel/Bienne, der tatkräftigen Unterstützung
in der Kommunikation durch das Büro
GebelGebel und dem grossen Engagement
der Stadt Biel möglich. Zudem haben uns
der HIV, Sektion Biel-Seeland sowie der
Verein seeland.biel/bienne finanziell unterstützt. Der Wirtschaftskammer Biel-Seeland
ist es ein grosses Anliegen, all diesen engagierten Personen und Institutionen einen
grossen Dank auszusprechen.
Und wie kann sich die WIBS in den Austausch zwischen Hochschulen
und Wirtschaft einbringen?
Wir fungieren schon heute als Verbindung zwischen Hochschulen
und Wirtschaft. So führen wir beispielsweise in Input Veranstaltungen
diese beiden Seiten zusammen. Wir möchten in Zukunft aber noch
verstärkt in diesem Feld aktiv sein und Unternehmen auch bei der
Suche nach den richtigen Partnern an der Hochschule unterstützen.
Wie Sie bereits erwähnt haben, will die WIBS Hilfestellungen auch im
Bereich Vereinbarkeit von Beruf und Familie leisten? Auf welche Weise?
Mit dem Projekt work&home will die WIBS einerseits mit Hilfe
des Kartenelements wibsmaps Aufklärungsarbeit leisten (also z.B.
die Krippen in der Region abbilden), andererseits bieten wir unseren
Mitgliedern so genannte VereinbarkeitsCheck-ups an. In diesen geht es darum, eine
Standortbestimmung bei den Unternehmen
vorzunehmen und ihnen aufzuzeigen, welche
betriebsspezifischen Massnahmen im Bereich
Vereinbarkeit von Beruf und Familie bei
ihnen realisiert werden könnten.
Frau Thahabi,
wir danken Ihnen für dieses Interview!
Wirtschaftskammer Biel-Seeland
Communication Center - Robert-Walser-Platz 7 - Postfach 1340 - CH-2501 Biel-Bienne
Tel.: +41 (0)32 321 94 94 - Fax: +41 (0)32 321 94 95 - [email protected] - www.wibs.ch
53
SwiSS Knowhow
PUBLI R eportage
Adax SA décolletage à forte technicité
Petit, précis, complexe
© Adax SA
Les pièces produites par Adax occupent une petite place dans des produits complexes, mais une place essentielle pour la
sécurité, la fiabilité, la précision des commandes ou simplement le confort d’utilisation d’un appareil. L’ADN d’Adax est
horloger, mais l’entreprise a muté entre 1975 et 1990, lors de la grande crise horlogère, pour faire évoluer son savoir-faire
au service d’autres secteurs industriels. Toujours obsédée de précision, Adax, qui occupe 55 collaborateurs à Bevaix (NE),
est devenue une référence mondiale dans l’aéronautique et le secteur automobile. M. Urs Kamber, le directeur général,
répond à nos questions.
Après sa lente reconversion réussie, Adax revendique ses origines
horlogères.
Oui, cette parenté est importante : Adax produit dans le berceau de la
micromécanique et de l’horlogerie suisses. La qualité sans faille, pièce par
pièce, notre compétence dans le décolletage de pièces très petites, de 0,15
à 20 mm au maximum, ne tombent pas du ciel, même si l’horlogerie
ne représente aujourd’hui que 2 à 3% de notre chiffre d’affaires.
J’ai vu le potentiel de cette entreprise lorsque je l’ai reprise en 2006.
Ce qu’Adax produit ne saurait être facilement externalisé en Chine ou
ailleurs avec de tels critères de précision. Je suis persuadé qu’une industrie
fondée sur une grande exigence de qualité peut survive en Suisse, avec
une main d’œuvre formée sur place. Je peine à imaginer une Suisse ne
vendant plus que des services.
54
Pour quels secteurs économiques Adax est-elle principalement active
aujourd’hui ?
La majorité des pièces que nous produisons est destinée à l’industrie
aéronautique et à l’industrie automobile. Outre ces secteurs forts, nous
sommes actifs dans la production de pièces, essentiellement des axes,
pour des instruments médicaux, et pour micro et mini moteurs. D’autres
secteurs très importants sont des galets pour des roulements de très
haute précision utilisés par exemple dans les tables de microscope.
Pouvez-vous donner quelques exemples de la fonction des pièces que
vous produisez ?
Nous produisons de petites pièces spécifiques et souvent très complexes
à la demande de nos clients, sur la base de dessins qu’ils nous fournissent,
avec des exigences très pointues au niveau des tolérances. A ce stade,
un dialogue s’instaure avec le client afin qu’il soit certain d’obtenir le
meilleur résultat au meilleur prix.
Pour l’aéronautique, nous fournissons essentiellement des galets de
tonneau. Ces pièces doivent résister à d’énormes pressions et leur fiabilité
doit être absolue : elles équipent un roulement d’ouverture des volets d’une
aile d’avion réglant l’altitude. Nous produisons ces pièces pour plusieurs
compagnies aériennes, notamment Airbus. Il n’y a pratiquement plus
un Airbus qui sort du centre de production de Toulouse sans l’une ou
l’autre pièce fabriquée par Adax à Bevaix. Pour l’industrie automobile,
nous produisons diverses pièces comme des roulements, des axes et
diverses pièces spécifiques. Nos produits équipent notamment des
écuries leaders de la Formule 1.
Un petit inventaire des produits d’Adax peut se résumer ainsi : des axes
pour micromoteurs et des axes cylindriques en tous genres, trempés ou
non trempés, des goupilles et des axes de contrôle, des aiguilles de
roulements, des rouleaux de précision de longueur égale ou plus petite
que le diamètre.
SwiSS Knowhow
PUBLI R eportage
Adax SA
Ch. Chapons-des-Prés 1
CH-2022 Bevaix
Tél. : +41 (0)32 847 96 00 - Fax : +41 (0)32 847 96 10
E mail : [email protected] - Site Internet : www.adax.ch
SwiSS Knowhow
© Adax SA
Tout est-il produit en Suisse à Bevaix ?
Oui, notre production se fait entièrement à Bevaix, nous n’avons aucun
centre de production à l’étranger. Comme je l’ai déjà dit, notre force
tient à un savoir-faire traditionnel caractéristique de la Suisse, et plus
spécifiquement de l’Arc jurassien, qui n’est pas facilement exportable
à un certain niveau d’exigence. Je suis attaché à ces valeurs de rigueur, de fiabilité et de précision extrême. Nous disposons en revanche
de représentations commerciales en Allemagne, en France, en GrandeBretagne, en Suède et aux Etats-Unis.
© Adax SA
De quel outil de production dispose Adax ?
Notre parc compte 75 machines de décolletage, dont environ 25
machines à commandes numériques (CNC), les autres étant des machines à cames. Ce parc de machines est constamment entretenu et
régulièrement renouvelé.
Adax produit des séries de 1000 à plusieurs millions de pièces, selon
les commandes et la nature des pièces. Nous usinons les aciers, l’inox,
le cuivre, le titane, pratiquement toutes les matières à l’exception des
matières précieuses.
© Adax SA
Quels sont les points forts d’Adax face à la concurrence ?
La maîtrise du décolletage dans de très petites dimensions est un atout
fondamental, mais ce n’est pas le seul.
Un autre point fort tient au fait qu’Adax fournit un produit fini au
client : toutes les opérations sont regroupées sous le même toit. C’est rare
dans le décolletage de haute précision. Décolletage, roulage et rodage
et enfin polissage sont faits à l’interne. Ces savoir-faire représentent
des métiers différents pour lesquels nous formons nos collaborateurs
à l’interne. Cette addition des savoir-faire offre un bénéfice qualitatif
et des temps de réaction très concurrentiels. Les seules opérations
sous-traitées sont le traitement thermique ou le traitement de surface
(par exemple, le nickelage) des pièces, mais nous les gérons et le client
n’a pas à s’en soucier.
Adax est réputée pour ses rectifications centerless en fin de processus, avant
le polissage. Il s’agit de l’ultime usinage, ou meulage, qui permet d’entrer
avec une extrême précision dans la cible dimensionnelle exigée par
le client et d’améliorer encore l’état de surface. C’est un travail d’orfèvre
de la précision.
55
PUBLI R eportage
ANNAX Schweiz AG
Interview mit Martin Jaeggi, Unternehmensleiter
Herr Jaeggi, die ANNAX Gruppe zählt zu den weltweit führenden Herstellern von mobilen Fahrgast- und Kundeninformationssystemen. Können
Sie uns einige Beispiele nennen, wo wir den ANNAX-Systemen im Alltag
begegnen?
Die Systeme von ANNAX finden Sie heute weltweit, hauptsächlich in
Zügen, aber auch in Metros oder in Strassenbahnen.
Der Fahrgast kann sich kaum vorstellen, was alles erforderlich ist, damit
die Informationen in Zügen oder Strassenbahnen visuell angezeigt, gelesen
oder auch gehört werden können. Was sind die wichtigsten Elemente?
Die Kundeninformationssysteme entwickeln sich immer mehr zu komplexen Informatik-Anwendungen, das heisst, der Schwerpunkt liegt
eindeutig bei den Software-Komponenten. Bei der Hardware geht der
Trend in Richtung Standard-Komponenten, die an die Bedürfnisse der
Bahnindustrie angepasst werden. Weiterhin sehr Kunden- und Projektspezifisch bleiben die sichtbaren Elemente der Fahrgastinformation,
wie zum Beispiel die Anzeigen. Hier wird für jedes Projekt eine spezifische
Mechanik für das Gehäuse entwickelt.
ANNAX deckt den kompletten Zyklus von der Entwicklung über die Produktion,
die Montage, den Service und den Vertrieb selber ab?
Ja, gerade in der Bahnindustrie haben die Produkte einen sehr langen
Lebenszyklus von zum Teil über 20 Jahren und die Stückzahlen sind im
Vergleich zu anderen Industrien doch relativ gering. Damit wir unseren
Kunden über diesen langen Zeitraum Ersatzteile anbieten und Reparaturen
garantieren können, ist es wichtig, einen grossen Teil der Wertschöpfung
in den eigenen Händen zu halten. Mit unserem Werk in China und der
eigenen mechanischen Fertigung in Deutschland haben wir die Garantie,
die Leistungen über eine lange Zeit sicher zu stellen.
56
© ANNAX Schweiz AG
© ANNAX Schweiz AG
© ANNAX Schweiz AG
"Damit wir unseren Kunden über einen Zeitraum von über 20 Jahren Ersatzteile anbieten und Reparaturen garantieren
können, ist es wichtig, einen grossen Teil der Wertschöpfung in der eigenen Hand zu halten."
Die ANNAX Schweiz AG verfügt über langjährige Erfahrung bei der
Vernetzung und Integration von Fahrgast-Informationssystemen. Welches
sind die aktuellsten Innovationen?
In den letzten Jahren haben wir unser System komplett auf eine IP-basierte
Lösung umgestellt. Heute kommen nun vermehrt mobile Anwendungen
zum Einsatz. Die Zugbegleiter können zum Beispiel über ihr Handy direkt
die Fahrgastinformation steuern, Durchsagen machen und einen Notruf
entgegennehmen. Damit sind sie nicht mehr gezwungen, immer wieder in
ihr Abteil zurückzukehren. Die Zugbegleiter können sich also besser um
ihre Fahrgäste kümmern.
Eine weitere Innovation ist die Fahrgastlenkung: Zum Teil sind ja die
Züge nur in einzelnen Wagen überfüllt, während in anderen Wagen noch
ausreichend Platz vorhanden ist. Mit der Fahrgastlenkung wollen wir den
Kunden bereits vor dem Einsteigen zeigen, wo es noch Plätze frei hat.
Wir ersparen den Passagieren somit, dass sie auf der Suche nach einem
Sitzplatz durch den Zug hetzen müssen.
Wo liegen die speziellen Kompetenzen des Unternehmensbereichs ANNAX
Schweiz AG mit Sitz in Bern?
Wir haben uns auf die Fahrgastinformation für Züge, Metros und Strassenbahnen spezialisiert. Gerade bei grossen Projekten sind heute umfangreiche
Normen und Vorgaben von Behörden und Kunden zu erfüllen. Das führt nicht
nur zu einer hohen Anforderung an die Hard- und Software, auch die
Dokumentation und das Projekt-Management müssen äusserst professionell
aufgestellt sein. Ich denke, dass wir in diesen Bereich dank unserer grossen
Erfahrung und einem hoch qualifizierten und internationalen Team gute
Voraussetzungen haben. Der Erfolg auf dem Markt zeigt, dass die Kunden
unsere Kompetenz und die Qualität unserer Produkte schätzen.
ANNAX Schweiz AG
Zentweg 9 - CH-3006 Bern
Tel.: +41 (0)31 950 86 00 - Fax: +41 (0)31 950 86 10
[email protected] - www.annax.com
SwiSS Knowhow
PUBLI R eportage
ANNAX Suisse S.A.
Entretien avec Martin Jaeggi, directeur de l'entreprise
M. Jaeggi, le groupe ANNAX compte parmi les leaders mondiaux de la
fabrication de systèmes mobiles d’information voyageurs. Pouvez-vous nous
citer quelques exemples d’utilisation quotidienne des systèmes ANNAX ?
Aujourd’hui, les systèmes ANNAX sont présents partout dans le monde,
principalement dans les trains, mais aussi dans les métros et tramways.
Il est difficile pour le passager de se représenter tout ce qu’implique la
mise à disposition d’informations graphiques, textuelles ou audibles dans
les trains ou les tramways. Quelles en sont les éléments principaux ?
Les systèmes d’information clients se développent de plus en plus autour
d’applications informatiques complexes, ce qui signifie clairement que
l’aspect logiciel est aujourd’hui prépondérant. Au niveau du matériel,
la tendance est à l’uniformisation des composants, afin de répondre au
mieux aux besoins de l’industrie ferroviaire. De plus, les éléments visibles des systèmes d’information voyageurs demeurent souvent propres
à chaque client ou projet, comme par exemple en matière d’affichages.
Ainsi, nous développons ici une mécanique spécifique pour les supports
de chaque projet.
ANNAX couvre l’intégralité du cycle : la production, le montage, le service
et la distribution, n’est-ce pas ?
Oui, les produits destinés à l’industrie ferroviaire bénéficient d’un cycle
de vie des produits très long, atteignant pour certains plus de 20 ans et,
contrairement aux autres industries, le nombre de pièces est relativement
peu élevé. Afin de pouvoir fournir à nos clients des pièces de rechange sur
une durée de 20 ans et de garantir les réparations, il est important pour nous
de prendre en charge nous-mêmes une grande partie de la chaîne de valeur.
Avec notre site de production en Chine et la partie mécanique traitée en
Allemagne, nous pouvons garantir des performances sur le long terme.
ANNAX Suisse S.A.
Zentweg 9 - CH-3006 Berne
Tél. : +41 (0)31 950 86 00 - Fax : +41 (0)31 950 86 10
[email protected] - www.annax.com
SwiSS Knowhow
© ANNAX Schweiz AG
© ANNAX Schweiz AG
© ANNAX Schweiz AG
« Afin de pouvoir fournir à nos clients des pièces de rechange sur une durée de 20 ans et de garantir les réparations, il
est important pour nous de prendre en charge nous-mêmes une grande partie de la chaîne de valeur. »
ANNAX Suisse S.A. dispose d’une grande expérience dans la mise en réseau et l’intégration de systèmes d’information voyageurs. Quels sont les
domaines d’application les plus récents ?
Au cours des dernières années, nous avons totalement réorganisé notre système autour d’une solution basée sur IP. Aujourd’hui, nous employons davantage d’applications mobiles. Les contrôleurs peuvent par exemple
commander directement les informations voyageurs depuis leur téléphone
portable, communiquer des messages et répondre aux appels d’urgence.
Ainsi, ils ne sont plus obligés de retourner sans cesse dans leur compartiment
pour le faire, et peuvent donc mieux s’occuper de leurs passagers.
Autre innovation dans la gestion des voyageurs : il arrive souvent qu’un seul
wagon soit plein tandis que d’autres disposent de nombreuses places libres.
Avec nos systèmes, nous souhaitons pouvoir indiquer aux voyageurs où se
trouvent les places libres, avant même leur montée dans le train. Cela leur évitera de se presser et de parcourir les wagons à la recherche d’une place assise.
Quelles sont les compétences particulières du groupe bernois ANNAX
Suisse S.A. ?
Nous nous sommes spécialisés dans la provision d’informations voyageurs
pour les trains, métros et tramways. Sur les projets d’envergure, nous devons remplir les normes et objectifs stricts d’aujourd’hui, qui émanent de
l’administration et de nos clients. Cela ne conduit pas seulement à des exigences supérieures en termes de matériel et de logiciels, mais aussi à la
mise en place d’une documentation et d’une gestion de projet irréprochables. Je pense qu’avec notre expérience, notre savoir-faire et notre présence
à l’international, nous sommes en première ligne pour relever ces nouveaux
défis. Notre succès sur le marché montre à quel point nos clients apprécient
nos compétences et la qualité de nos produits.
57
PUBLI R eportage
bawaco ag
Engineering, Automation und komplette Systemlösungen in
der Molkerei- und Früchteverarbeitenden Industrie
2003 in Bern gegründet, ist die bawaco ag heute Branchenführer in der Planung und Konstruktion individueller Anlagen
für die flüssige Lebensmittelverarbeitung. Vor allem die Molkerei- und Früchteverarbeitende Industrie greift auf das
umfassende Know-how des Unternehmens zurück.
Individuelle Umsetzung
© bawaco ag
"Wir erarbeiten mit unseren Kunden aus dem Konzept heraus, über
eine mögliche Ausschreibung, den konkreten Projektumfang bis hin
zur Umsetzung partnerschaftlich eine optimale, auf sie zugeschnittene
Prozessanlage. Wir können unseren Kunden vom Engineering, der
Montage, der Steuerung bis hin zur Generalübernahme des Projektes
alles anbieten", erläutert bawaco-CEO Walter Bartlomé die Philosophie
des Unternehmens. Bartlomé legt Wert auf die Feststellung, dass die
bawaco ag als unabhängiger Anlagenbauer operiert und keine festen
Lieferantenbindungen hat. Eingesetzt wird, was der Kunde wünscht.
So werden Insellösungen vermieden und der Kunde kann mit einheitlichen und ihm vertrauten Visualisierungen und Konzepten arbeiten. Und
nach dem Projektabschluss und der Produktionsaufnahme steht der
Kunde nicht alleine da. Zusammen mit verschiedenen Partnern steht die
bawaco ag mit einem umfangreichen Onlinesupport ihren Kunden zur
Verfügung - 365 Tage im Jahr, 24 Stunden am Tag.
Joghurt-Anlage: Die bawaco ag liefert Gesamtlösungen im Bereich Planung, Engineering
und Anlagenbau in der gesamten Milchverarbeitung.
D
as Joghurt und die Früchtemarmelade auf dem Frühstückstisch
oder ein herrlich erfrischender Fruchtsaft an einem heissen
Sommertag - für die Konsumenten ist das ganz selbstverständlich.
Nur wenige werden sich Gedanken machen, welche komplexen Prozesse
bei der Verarbeitung notwendig sind, bis das Endprodukt in den Regalen
steht.
International aufgestellt
Mit einem Anteil von rund 50 Prozent ist das Geschäft in der Schweiz
für die bawaco ag sehr wichtig. Bereits 2005 eröffnete das Unternehmen
aber ein zweites Büro für den ebenfalls bedeutenden deutschen Markt.
Die grössten Expansionsmöglichkeiten sieht Firmenchef Bartlomé in
den osteuropäischen Ländern. Folgerichtig verfügt bawaco seit einigen
Jahren auch über einen Standort in Moskau.
Weltweites Projektspektrum
Diese Prozesstechnologien im Griff haben die Spezialisten der bawaco
ag. Sie setzen die unterschiedlichsten Projekte in der flüssigen Lebensmittelindustrie um, von der Planung bis zur kompletten Anlage inklusive
Automation, Montage und Inbetriebnahme. Die Berner Firma verfügt
über weit über 50 Jahre Berufserfahrung in der Molkereiindustrie und
das weltweite Projektspektrum reicht von einer einfachen Milchannahme
über komplexe Aseptiklinien oder auch einer Buttermaschine bis hin zum
Bau einer kompletten Molkerei für Joghurtprodukte und Frischmilch.
Im Bereich der Fruchtverarbeitenden Industrie reicht das Aufgabengebiet
vom Bau des Umfeldes eines einfachen Fruchtkochers über Kurzzeiterhitzungs-Anlagen für Fruchtsäfte bis hin zu kompletten aseptischen
Anlagen zur Fruchtzubereitung mit aseptischer Abfüllung in Container,
BIB oder Steriltanks.
58
bawaco ag - Stauffacherstrasse 77 - CH-3014 Bern
Tel +41 (0)31 961 68 61 - Fax +41 (0)31 961 68 60 - [email protected] - www.bawaco.ch
SwiSS Knowhow
PUBLI R eportage
bawaco ag
Ingénierie, automatisation et solutions systèmes complètes pour
les industries laitière et de transformation des fruits
Créée à Berne en 2003, l’entreprise bawaco ag est désormais le leader en matière de planification et de conception
d’installations individuelles pour la transformation des liquides alimentaires. Le savoir-faire très vaste de l’entreprise
est principalement utilisé dans les industries laitière et de transformation des fruits.
Une réalisation personnalisée
© bawaco ag
« En collaboration avec nos clients, nous concevons l'installation de transformation parfaitement adaptées à leurs besoins, en nous basant sur leur concept
et en utilisant éventuellement un appel d'offres, afin de définir l'ampleur du
projet et de sa mise en œuvre pratique. Nous sommes en mesure de proposer
à nos clients tous les services d'ingénierie, d'assemblage, de commande et de
prise en charge complète du projet », explique Walter Bertlomé, PDG de
bawaco, à propos de la philosophie de l’entreprise. Monsieur Bartlomé
attache de l’importance à l'indépendance de l’entreprise bawaco ag en tant
que fabricant d’installations, ainsi qu’à l’absence de fournisseurs attitrés. Nous
exauçons les souhaits de nos clients. Nous évitons ainsi de créer des solutions
isolées et permettons à nos clients de travailler avec des visualisations et des
concepts qui leur sont familiers. Nous restons à la disposition de nos clients après
la clôture du projet et le lancement de la production. La bawaco ag travaille
avec plusieurs partenaires, afin de proposer à ses clients une assistance en
ligne complète, disponible 365 jours par an et 24 heures sur 24.
Appareil de cuisson des matières premières fruitières : la bawaco ag bénéficie de trente ans
d'expérience dans l'industrie de transformation des fruits.
M
anger un yaourt et de la confiture au petit-déjeuner, ou encore
boire un jus de fruits délicieusement rafraîchissant par une chaude
journée d’été, semblent aller de soi pour les consommateurs.
Rares sont ceux qui se demandent quels processus de transformation complexes
sont nécessaires avant qu’un produit fini soit disponible en magasin.
Présence internationale
Le marché suisse est essentiel pour bawaco ag car il représente environ
50 % des transactions réalisées par l’entreprise. En 2005, elle a cependant
ouvert un deuxième bureau consacré au marché allemand, tout aussi important.
Pour M. Bartlomé, le PDG, les principales possibilités de développement
se trouvent dans les pays d’Europe de l’est. C’est pourquoi la bawaco ag
dispose également d’un site à Moscou depuis plusieurs années.
Des projets dans le monde entier
Les spécialistes de la bawaco ag maîtrisent parfaitement toutes ces technologies
de fabrication. Ils réalisent des projets extrêmement divers pour l’industrie des
liquides alimentaires, depuis la conception jusqu’à la fabrication d'installations
complètes, y compris l’automatisation, l’assemblage et la mise en service.
L’entreprise bernoise bénéficie de plus de 50 ans d’expérience dans l'industrie
laitière. Son large éventail de projets, disséminés à travers le monde, s’étend de
la simple réception du lait à la fabrication d'une centrale laitière complète pour la
production de lait frais et de produits à base de yaourt, en passant par des gammes
complexes destinées à l’asepsie ou des barattes. Dans le domaine de l’industrie
de transformation des fruits, les activités de la bawaco ag sont très diverses.
Elles concernent la construction d’un environnement pour un simple appareil
de cuisson des fruits, les installations aseptisées complètes pour la préparation
des fruits, notamment le remplissage aseptisé de conteneurs, de BIB ou de cuves
stériles, ou encore les installations de pasteurisation HTST pour les jus de fruits.
bawaco ag - Stauffacherstrasse 77 - CH-3014 Bern
Tél. : +41 (0)31 961 68 61 - Fax : +41 (0)31 961 68 60 - [email protected] - www.bawaco.ch
SwiSS Knowhow
59
PUBLI R eportage
Cendres+Métaux
Le savoir-faire au cœur de la matière
L
eader dans la fabrication de produits haut de gamme, le groupe
Cendres+Métaux compte quelque 430 collaborateurs, dont
la grande majorité travaille dans la maison mère de Bienne,
fondée en 1885. Une quinzaine de personnes sont actives à La Chauxde-Fonds chez Cendres+Métaux Galétan SA, société acquise en 2008
dans le but de renforcer les activités horlogères.
Dans une période d’incertitudes économiques où toutes les matières
premières ont augmenté, mettant les entreprises sous pression, Cendre+Métaux est un partenaire financièrement solide à long terme, fiable et
discret. Cette solidité repose notamment sur sa stratégie des trois piliers,
trois domaines de compétences très pointues, certes spécifiques, mais
liées par la connaissance et la maîtrise des technologies de l’affinage.
© Cendres+Métaux
© Cendres+Métaux
© Cendres+Métaux
© Cendres+Métaux
Cendres+Métaux transforme avec le plus grand soin des métaux précieux en produits haut de gamme. Solidement
campée sur trois piliers, l’entreprise est active dans les secteurs de l’horlogerie et de la bijouterie, dans le domaine
médical et dentaire, et, bien sûr, dans son métier originel, le refining (affinage et expertise de métaux précieux).
Forte d’une grande expérience métallurgique, l’entreprise présente
régulièrement des alliages d’une très grande homogénéité destinés à
l’industrie horlogère ou joaillère. Un bon exemple de développement
de matériau et de savoir-faire de haut niveau est fourni par l’alliage
Platine 950 amélioré.
Cendres+Métaux entend renforcer ses activités dans le domaine du
luxe, soit de l’horlogerie haut de gamme et de la bijouterie. Cette volonté coïncide avec la nécessité d’agrandir l’entreprise sur son site de
Bienne. Le premier coup de pioche a été donné le 2 novembre 2012 et
des travaux d’agrandissement sont en cours. Ils permettront d’optimiser
les processus de production.
En termes d’activité, le secteur médical représente quelque 35%, le
dentaire 30%, l’horlogerie 25% et la bijouterie 10%.
Horlogerie et joaillerie
Toutes les pièces sortant de Cendres+Métaux sont des alliages en métaux
précieux. Outre son produit phare, les masses oscillantes destinées aux
mouvements mécaniques, la division “Watches” propose une vaste palette
d’alliages disponibles sous forme de composants divers aux niveaux de
finition variables, du produit semi-fini au produit fini.
Cendres+Métaux SA
Rue de Boujean 122 / P.O. Box
CH-2501 Bienne
Tél : +41 (0)58 360 20 00
Fax : +41 (0)58 360 20 10
Email : [email protected]
SwiSS Knowhow
Cendres+Métaux Galétan SA
Boulevard des Eplatures 46d
CH-2300 La Chaux-de-Fonds
Tél. : +41 (0)58 360 21 20
Fax : +41 (0)58 360 21 29
Email : [email protected]
© Cendres+Métaux
Les standards de production élevés de Cendres+Métaux permettent
d’offrir le plus haut niveau de qualité et de fiabilité. « Nous sommes
un vrai soutien pour les porteurs d’image de la qualité suisse, assure
M. Freddy Lei, CEO du groupe. Tous nos produits et services sont
développés et réalisés dans le pays ».
Le renforcement de l’activité horlogère
et de bijouterie s’est notamment traduit
par l’engagement, dès le 1er septembre
2012, de M. le Dr Claudio Penna en qualité
de responsable des divisions Horlogerie
et Bijouterie, ainsi que Refining.
Titulaire d’un doctorat en métallurgie de
l’EPFZ, qui se marie bien avec une activité
horlogère, M. Penna compte une dizaine d’années d’expérience
dans la métallurgie, cœur du métier de Cendres+Métaux. Cet
ingénieur en sciences des matériaux a notamment travaillé
pour de grandes entreprises internationales.
www.cmsa.ch
61
PUBLI R eportage
BOVARD AG
Patent- und Markenanwälte
© BOVARD AG
Im Gespräch mit Tarik Kapic, Mitglied der Geschäftsleitung
“Die Wirtschaft im Arc Jurassien wird stark von der Präzisionsmechanik und vor allem von der
Uhrenindustrie geprägt und wir sind stolz, viele dieser Unternehmen zu unseren Kunden
zählen zu dürfen.”
Herr Kapic, welches Dienstleistungsangebot stellt die BOVARD AG
ihren Klienten im Bereich des Patent- und Markenrechts zur Verfügung?
Wir unterstützen unsere Klienten in allen Bereichen des Immaterialgüterrechts, also z.B. bei der Abklärung, ob etwas geschützt werden
kann oder nicht, oder ob etwas bestehende Schutzrechte Dritter verletzt.
Zudem sind unsere Mitarbeiterinnen und Mitarbeiter die richtigen
Ansprechpersonen, wenn es darum geht, Rechte zu erwirken, durchzusetzen oder diese professionell zu verwalten. Patente und Marken
spielen dabei sicherlich eine zentrale Rolle, aber unsere Anwälte verfügen
auch über spezialisiertes Wissen im Bereich des Designschutzes und
der Urheberrechte, und auch im Bereich der Software.
Auf welche Bereiche sind die Patent- und Markenanwälte der BOVARD AG
spezialisiert?
Unsere Mitarbeiter haben sich auf ganz verschiedene Gebiete spezialisiert.
Allgemein kann man sagen, dass BOVARD Erfahrungen in allen technischen bzw. industriellen Gebieten hat. Allerdings sind viele unserer
Klienten traditionell Maschinenbau-, Uhren-, Elektrotechnik- oder auch
Telekom-Unternehmen, so dass wir fundierte Kenntnisse dieser Branchen
besitzen.
Lässt sich generell festhalten, was geschützt werden kann und was nicht?
Als Marke können grundsätzlich alle Zeichen - zum Beispiel Wörter,
Bilder, dreidimensionale Elemente, etc. - geschützt werden, welche
geeignet sind, Produkte oder Dienstleistungen untereinander zu unterscheiden. Beschreibende Zeichen wie “Apfel” für Äpfel sind hingegen
nicht schützbar. Patente kann man für Erfindungen, welche neu, industriell
bzw. gewerblich anwendbar und erfinderisch sind, bekommen.
Wie lange dauert es, bis eine Erfindung als Patent geschützt werden kann?
Die Prüfung einer Patentanmeldung dauert eine gewisse Zeit, in Abhängigkeit von der momentanen Auslastung im Patentamt. In der Prüfung
können formelle oder materielle Mängel beanstandet werden, wodurch
sich das Verfahren in die Länge ziehen kann. Das spielt aber im Wesentlichen gar keine Rolle, denn der Schutz wird rückwirkend auf das Anmeldedatum erteilt.
Wie ist die Sicherung eines Patents oder eines Markennamens über die
Schweizer Grenzen hinweg geregelt?
Eine Schweizer Marke entfaltet ihre Wirkung nur in der Schweiz. Mit einem
Schweizer Patent hat man zudem auch in Liechtenstein einen Schutz.
62
Im Ausland muss man separate Schutzrechte beantragen. Zum Glück
existieren mittlerweile etablierte internationale Verfahren, um Patente bzw.
Marken in verschiedenen Ländern auf eine relativ einfache Weise zu
erwirken. Dadurch kann sehr viel Zeit - und auch Geld - gespart werden.
Täuscht der Eindruck, oder nehmen Patent- und Markenverletzungen
stark zu?
Die Zahl ist über die letzten Jahre mehr oder weniger stabil geblieben.
Allerdings ist die heutige Wirtschaft globalisiert und deswegen werden auch
viele Konflikte international ausgetragen. Prozesse im Bereich der
Mobiltechnologie wurden zuletzt von den Medien mit grösster Aufmerksamkeit verfolgt. Es stimmt aber, dass Marken- oder Patentverletzungen
heute in der Regel mit viel grösseren Streitwerten ausgetragen werden.
Schützen Unternehmen, gerade auch KMU, ihre Erfindungen und ihr
Eigentum genug?
Bei der Anzahl von Patentanmeldungen im Verhältnis zur Bevölkerungszahl
ist die Schweiz weltweit deutlich die Nummer eins. Man könnte also
durchaus meinen, dass alle Unternehmen die Wichtigkeit des Schutzes
ihres Eigentums erkannt haben. Jedoch zeigt die Statistik bei den KMUs
ein viel “düstereres” Bild, denn nur in jedem zehnten KMU wird auch
tatsächlich patentiert. In Zusammenarbeit mit dem Eidg. Institut für
geistiges Eigentum ist deshalb ein “IP-Beratungsnetzwerk” auf die Beine
gestellt worden, das den KMUs die Gelegenheit bietet, eine erste kostenlose
und unverbindliche Beratung zu erhalten.(www.ige.ch)
2012 hat BOVARD eine Zweigniederlassung in Biel eröffnet. Welche
Branchen sind hier für Sie von besonderem Interesse?
Die Wirtschaft im Arc Jurassien wird stark von der Präzisionsmechanik
und vor allem von der Uhrenindustrie geprägt und wir sind stolz, viele
dieser Unternehmen zu unseren Kunden zählen zu dürfen. Die Wurzeln
von BOVARD liegen im Jura. Mit der Eröffnung der Zweigniederlassung
in Biel möchten wir unseren Kunden näher kommen.
Wie gut ist denn das Unternehmen in der Region des Arc Jurassien
verankert?
Unsere Firma ist 1888 in La Chaux-de-Fonds - damals unter einem anderen
Namen - gegründet worden. Der Hauptsitz wurde erst später nach Bern
verlegt. Wir betreuen also schon seit mehr als 100 Jahren Klienten aus
dem jurassischen Bogen und auch ein nicht unbedeutender Anteil unserer
Mitarbeiterinnen und Mitarbeiter kommt aus dieser Region.
BOVARD AG
Patent- und Markenanwälte
Optingenstrasse 16 - CH-3000 Bern 25
Tel: +41 (0)31 335 20 00 - Fax: +41 (0)31 332 81 59
[email protected] - www.bovard.ch
SwiSS Knowhow
PUBLI R eportage
BOVARD SA
Conseils en brevets et en marques
Entretien avec Tarik Kapic, membre de la direction de l’entreprise.
© BOVARD AG
« L’économie de l’arc jurassien est fortement influencée par la mécanique de précision, avant
tout par l’industrie horlogère, et nous sommes fiers de pouvoir compter beaucoup de ces entreprises
parmi nos clients. »
M. Kapic, quels sont les services offerts par BOVARD SA dans les domaines
du droit des brevets et du droit des marques ?
Nous accompagnons nos clients dans tout ce qui touche à la propriété
intellectuelle, par exemple pour vérifier la possibilité d’une protection
ou l’existence d’une atteinte aux droits d’un tiers. En outre, nous
sommes des interlocuteurs de choix lorsqu’il s’agit d’obtenir gain de
cause, de faire prévaloir ses droits, ou de les exercer. Les marques et les
brevets jouent certes un rôle central, mais l’expertise de nos avocats
s’étend également aux domaines de la protection des dessins, du droit
d’auteur et des logiciels.
Quels sont les domaines d’expertise des conseils en brevets et en marques
de BOVARD SA ?
BOVARD jouit d’une expérience solide dans tous les domaines techniques
et industriels, nos collaborateurs étant spécialisés dans des domaines
très divers. Toutefois, beaucoup de nos clients traditionnels proviennent
d’industries comme la construction de machines, l’horlogerie, l’électrotechnique ou les télécoms, ce qui nous donne de solides connaissances
dans ces secteurs d’activité.
Définissez de manière générale ce qui peut être protégé et ce qui ne peut
pas l’être ?
Tous les signes permettant de différencier les produits et les services
peuvent être protégés comme marques : les mots, les images, les éléments
tridimensionnels, etc. Les signes descriptifs, comme « pomme » pour
décrire une pomme, ne peuvent en revanche pas être protégés. Un brevet
peut être déposé pour des inventions qui sont nouvelles, exploitables
industriellement et donc commercialement, et inventives.
Quelle est la durée de la procédure avant la protection d’une invention
en tant que brevet ?
La durée de l’examen d’une demande de brevet varie selon la charge de
travail de l’office des brevets. Cet examen peut constater des manquements
formels ou matériels, allongeant ainsi la durée du processus. Cependant
cela importe peu, car la protection est accordée rétroactivement depuis
la date de la demande.
Quelle est la protection offerte à l’étranger par un brevet ou une marque ?
Une marque suisse protège en Suisse, tandis qu’un brevet suisse étend
cette protection également au Liechtenstein. Pour une protection à l’étranger,
des extensions de droits doivent être demandées. Heureusement, il
BOVARD SA
Conseils en propriété intellectuelle
rue du Général-Dufour 4 - CH-2502 Biel/Bienne
Tél. : +41 (0)32 322 32 82 - Fax : +41 (0)32 322 34 54
[email protected] - www.bovard.ch
SwiSS Knowhow
existe maintenant des procédures internationales établies pour exercer
les droits relatifs aux brevets et aux marques dans plusieurs pays et de
manière relativement simple. Cela permet d’économiser beaucoup de
temps et d’argent.
Est-ce une impression, ou les infractions aux brevets et aux marques augmentent-elles réellement ?
Au cours des dernières années, ce nombre est resté plus ou moins
stable. Toutefois, du fait de la mondialisation économique, de nombreux
conflits prennent une dimension internationale. Récemment, les procès
liés aux technologies mobiles bénéficient de beaucoup d’attention de
la part des médias. Cependant, il est vrai que les infractions relatives
aux marques ou aux brevets portent aujourd’hui généralement sur des
dédommagements plus élevés.
Est-ce que les entreprises, et plus particulièrement les PME, protègent
suffisamment leurs inventions et leurs droits ?
Si l’on considère le nombre de brevets déposés comparé à la population
totale, la Suisse est numéro un mondial dans ce domaine. On pourrait
facilement croire que toutes les entreprises saisissent l’importance
de la protection de leurs droits. Pourtant, les statistiques décrivent une
situation un peu plus « sombre », car seulement une PME sur dix dépose
un brevet. En collaboration avec l’Institut Fédéral de la Propriété
Intellectuelle, un « réseau de conseil PI » a été mis sur pied pour offrir
aux PME la possibilité de bénéficier d’une première consultation gratuite
et sans engagement (www.ige.ch).
En 2012, BOVARD a ouvert une agence à Bienne. Quels sont les secteurs
d’activité les plus intéressants à vos yeux ?
L’économie de l’arc jurassien est fortement influencée par la mécanique
de précision, avant tout par l’industrie horlogère, et nous sommes fiers de
pouvoir compter beaucoup de ces entreprises parmi nos clients. BOVARD
a ses racines dans le Jura. Avec l’ouverture de cette agence à Bienne, nous
souhaitons nous rapprocher de nos clients.
Quel est l’ancrage de l’entreprise dans la région de l’arc jurassien ?
Notre entreprise a été fondée en 1888 à La Chaux-de-Fonds, sous un
autre nom à l’époque. Ce n’est que plus tard que son siège a été transféré
à Berne. Depuis plus d’un siècle, nous conseillons des clients de l’arc
jurassien et une part significative de nos collaborateurs et collaboratrices
proviennent également de la région.
63
PUBLI R eportage
Neroxis
Neroxis
Pour la préservation de
l’environnement
Protecting
the environment
eroxis est une PME active
dans la réalisation de
nouveaux outils pour la
préservation de l’environnement.
Aujourd’hui, explique Yves de
Coulon, le CEO, il ne suffit plus de
fournir une eau de qualité, mais il
faut également gérer la demande, préserver la ressource et optimiser sa
distribution tout en économisant énergies et produits chimiques. L’eau,
contrairement à l’électricité, n’est pas
transportable et nécessite une gestion
précise locale in-situ. Ceci est aussi
vrai pour le gaz naturel, en particulier le biogaz. Les sondes de mesure permettent de gérer en temps réel la qualité et la sécurité de l’eau ainsi que la qualité
des gaz naturels.
eroxis is a small business
that develops and produces new tools for environmental protection. “Today,”
explains CEO Yves de Coulon, “it
is not enough to supply high-quality drinking water; we must also
manage the demand, preserve the
resource and optimise distribution
while reducing our use of energy
and chemicals.” Water, unlike electricity, is not easily transportable and
requires precise local management
in-situ. This is also true for natural
gas, especially biogas. Sensors can be used to manage water and natural
gas quality and safety in real time.
© Neroxis
N
64
N
Neroxis SA, PME dans le domaine de la sécurité de l’environnement, est une
société du groupe français Veolia Eau Solutions & Technologies, spécialisée
dans l’ingénierie, la conception-construction d’usines clés en main, ainsi que la
création de solutions de traitement d’eau pour les municipalités et les industries.
Neroxis SA is a small business working in the area of environmental safety.
The company belongs to the French group Veolia Water Solutions &
Technologies, which specialises in engineering, designing and building
turnkey plants, and developing water treatment solutions for local authorities and industries.
La renommée technologique de Neroxis SA vient tout droit du Centre Suisse
d’Electronique et de Microtechnique SA (CSEM SA). Il est intéressant de
constater que la microtechnique horlogère s’applique à la gestion des ressources.
Neroxis SA’s reputation in technology comes straight out of the Swiss Centre
for Electronics and Microtechnology (CSEM SA). It is interesting to see how
watchmaking microtechnology can be applied to resource management.
Neroxis développe, produit et distribue une large gamme innovante de capteurs
intégrés en silicium pour la mesure du chlore dissout, ainsi que des capteurs
de gaz pour la mesure du taux de méthane dans le gaz naturel ou le biogaz.
Les domaines d’applications s’étendent de la sécurité et qualité environnementale
aux applications médicales et biotechnologiques. En fait, partout où les mesures
de la qualité de l’eau et du gaz sont nécessaires.
Neroxis develops, produces and distributes a large, innovative range of silicon
integrated sensors for measuring dissolved chlorine, and gas sensors for
measuring the proportion of methane in natural gas or biogas. Possible uses
range from environmental quality and safety to medical and biotechnology
applications - in fact, wherever it is necessary to measure the quality of water
or gas.
La société réalise un système complet de contrôle dans les tuyaux de distribution
de la qualité de l’eau, mesurant in-situ en réseau jusqu’à quatre paramètres clés
de l’eau en temps réel et transmettant automatiquement les valeurs mesurées
ainsi que les alarmes à une centrale éloignée. Ces produits sont de plus réutilisés
en fin de vie (zéro déchet !). C’est un bel exemple de technologie verte, permettant une réduction notable pour l’utilisateur de son empreinte carbone.
The company has developed a complete system for monitoring the quality of
water in distribution networks, measuring up to four key parameters of water
in real time, in the pipes themselves, and automatically forwarding the measured
values and any alarms to a remote monitoring station. Furthermore, these
products are reused at the end of their life (zero waste!). It is a good example of
green technology that enables users to significantly reduce their carbon footprint.
Neroxis constitue une petite équipe dynamique dans un grand groupe expert
dans la réalisation de capteurs clés écologiques au service d’une vie et d’un
environnement de qualité durable pour le futur.
Neroxis is a small, dynamic team which is part of a large group, with expertise
in the production of key ecological sensors working for a sustainable quality
of life and environment for the future.
NEROXIS SA
Rue Jaquet-Droz 7 - CH-2002 Neuchâtel
Tél. : +41 (0)32 720 53 85
E-mail : [email protected]
SwiSS Knowhow
PUBLI R eportage
Manufacture Cartier
Horlogerie La Chaux-de-Fonds
Interview avec Jean-Kley Tullii, Directeur Manufacture Cartier Horlogerie
Située à La Chaux-de-Fonds, au cœur d’une région de grande tradition horlogère, la Manufacture Cartier Horlogerie est
l’une des plus grandes manufactures horlogères à production intégrée de Suisse. Un écrin de verre qui se déploie sur une
superficie de 33 000 m².
© Cartier
de former de nouvelles compétences, garantes de l’avenir du savoir-faire
horloger suisse.
T
ous les savoir-faire de l’horlogerie y sont représentés avec 175 métiers,
organisés en trois pôles majeurs : le développement, la production
et le service client. Une unité de lieu et d’action qui garantit, par la
maîtrise de toutes les étapes de production, la pérennité des montres Cartier.
Subtil équilibre entre technologie de pointe et artisanat, la Manufacture
Cartier Horlogerie s’appuie avant tout sur l’expertise exceptionnelle de
plus de 1000 collaborateurs de 37 nationalités différentes. Une richesse
humaine sans pareille, dépositaire d’un savoir-faire séculaire que Cartier
perpétue avec détermination par le biais d’un dispositif de formation interne
et par l’intégration des métiers. La Manufacture Cartier Horlogerie s’inscrit
parmi les rares manufactures horlogères seules capables de concevoir, de
produire et d’entretenir ses propres montres et mouvements, qu’ils soient
simples ou à complications, qu’ils datent d’hier ou d’aujourd’hui.
Chez Cartier, la qualité est un pacte entre le client et la maison. L’image de
marque est tellement puissante qu’elle oblige à garantir que l’esthétique soit
exceptionnelle et que la technique soit irréprochable pour ne pas décevoir
le rêve, et rester dans le domaine de l’extraordinaire. Dès son origine la
Manufacture Cartier Horlogerie se distingue par une organisation basée sur
un processus d’amélioration continue. Une véritable philosophie qui place la
satisfaction client au cœur de toutes les décisions, que concrétise le projet
« Made in Cartier », apparu en 2005. Par cette démarche de qualité, chaque
collaborateur, quel que soit son métier, s’implique dans une écoute active du
client. Une implication et un engagement communs qui s’inscrivent dans une
démarche de progrès continu, entièrement tournée vers la qualité des produits
et du service Cartier. La Manufacture Cartier Horlogerie fabrique des boîtes,
des bracelets, des aiguilles, des glaces minérales, et achète d’autres composants
auprès de sociétés locales. Nous assemblons des mouvements quartz et
mécaniques ainsi que toutes les montres Cartier, afin de maîtriser la qualité.
Depuis quelques années, la maison Cartier Créateur en Haute Horlogerie, en
effet, développe, fabrique et assemble ses propres mouvements de Haute
Horlogerie. Pour transmettre les valeurs de Cartier, allier tradition et innovation,
Cartier Horlogerie anime un centre de formation à plusieurs vocations. Nous
formons des horlogers dans un cadre officiel (Certificat Fédéral de Capacité)
en relation avec l’école d’horlogerie du Locle. L’institut Horlogerie Cartier
soutient également la polyvalence entre les métiers, donne un bagage aux
nouveaux collaborateurs et initie les forces de ventes à la compréhension du
fonctionnement d’une montre. L’Institut Horlogerie Cartier a pour vocation
Manufacture Cartier Horlogerie
Tél. : +41 (0)32 927 72 77 - Fax : +41 (0)32 927 70 19
SwiSS Knowhow
L’horlogerie est un art délicat, une mécanique sensible qui fait appel à un savoirfaire unique intimement lié à la main de l’homme. C’est donc avec vigueur que
la Manufacture Cartier s’engage au quotidien à défendre la quintessence de cet
artisanat séculaire dont la préservation passe tout d’abord par la transmission et
l’apprentissage. L’intégration au sein même de la Manufacture des métiers d’art
tels que l’émaillage ou encore le sertissage répond elle aussi à une démarche
engagée de la part de la Maison pour protéger ces métiers rares, donc vulnérables.
Plus qu’une montre... un patrimoine. Les montres Cartier sont éternelles et
réparables à vie, comme en témoignent les premières créations Maison qui
ont déjà traversé plus d’un siècle. Anticiper les enjeux de demain, assurer
la pérennité des créations mais aussi des métiers, telle est la vocation de la
Manufacture Cartier. L’Atelier Tradition souscrit à cette exigence ultime
en garantissant la réparation de toute création horlogère Cartier quel que
soit son état ou son âge. Il fait appel aux métiers et aux outils traditionnels de
l’horlogerie. Innover est un état d’esprit auquel la Manufacture Cartier souscrit
sans condition. Une envie d’aller plus loin suscitée par la technologie de pointe
mais surtout par la vitalité créative des hommes et de leurs idées. C’est cet élan
que la Manufacture encourage à travers le projet THINK TANK, né en 2007.
« Une équipe, un lieu », tel est le concept de ce projet qui, sous la forme d’un
bâtiment unique, regroupe les forces de recherche et développement en optimisant l’organisation spatiale et temporelle. Un concept qui permet à la Manufacture
Cartier de favoriser dans le même temps la communication et la circulation des
idées, et de voir les idées se transformer rapidement en réalité produit.
L’innovation par l’organisation temporelle et spatiale des compétences
s’applique à l’ensemble de la Manufacture Cartier. Ainsi, délaissant une conception traditionnelle de la production où les savoir-faire étaient divisés et isolés
les uns des autres, l’espace Production de la Manufacture Cartier, suivant
des méthodes utilisées dans d’autres secteurs industriels, s’organise aujourd’hui
en îlots regroupant tous les savoir-faire nécessaires à la production d’une
montre ou d’un mouvement. Ce travail en équipe favorise le partage des
savoir-faire artisanaux et contribue à améliorer sans cesse la qualité des créations
de la Maison. Un vivier de compétences qui permet à la Manufacture Cartier
de figurer parmi les rares manufactures capables de produire de A à Z la quasi
totalité des composants d’une montre ou d’un mouvement : boîtes, bracelets,
aiguilles, glaces, platines, ponts...
Avec détermination, la manufacture Cartier Horlogerie s’engage en faveur de
l’environnement, appuyant ainsi la politique Corporate Responsability de
Cartier. Ces actions quotidiennes, qu’elles proviennent de l’entreprise ou des
collaborateurs, témoignent de l’implication sincère de la Manufacture Cartier
Horlogerie au profit d’une démarche de progrès continu en matière éthique,
sociale et environnementale.
65
PUBLI R eportage
Corum
© CORUM
Célèbre et revisite deux collections,
piliers de son histoire
50ème anniversaire de l’Admiral’s Cup - 30ème anniversaire de la Golden Bridge
Corum célèbre en 2010 deux monstres sacrés de la haute horlogerie nés en 1960 et en 1980. La sportive Admiral’s Cup, dont la
première interprétation est apparue il y a 50 ans dans cette entreprise chaux-de-fonnière fondée en 1955 qui fête également son
jubilé. Vingt ans plus tard, Corum créait le célèbre modèle de montre Golden Bridge, doté d’un mouvement « baguette » devenu
mythique. Parmi les nouveautés 2010, Antonio Calce, CEO de Corum, dévoile trois modèles qui écrivent une nouvelle page de
son histoire horlogère dans le respect de l’ADN de la marque.
F
ondée en 1955 par René Bannwart à la Chaux-de-Fonds, Corum s’est
illustrée par de nombreuses créations originales qui ont fortement ancré
son ADN. Aux commandes de Corum depuis 2005, Antonio Calce s’est
attaché à revenir aux fondamentaux et à s’appuyer sur les quatre piliers de la
marque que sont Admiral’s Cup, Corum Bridges (Golden Bridge & Ti-Bridge),
Romvlvs et Artisans. On peut parler d’un spectaculaire et brillant retour aux
sources d’une entreprise qui renoue avec le succès.
Pour célébrer le 50e anniversaire de ce modèle de légende, hommage horloger
au monde marin et aux passionnés de la mer, Corum a choisi d’associer un
mouvement exceptionnel à cette montre éminemment sportive. Son mouvement, le calibre CO 010, marie deux des plus prestigieuses complications
horlogères : le tourbillon et la répétition minutes. Il a nécessité deux ans de
développement et de mise au point. Chacun de ses composants a été pensé
et développé dans le seul but d’assurer la précision de la montre et la beauté
de la sonorité. Le fruit de ce travail est un chef d’œuvre de micromécanique
de 32 mm de diamètre et de seulement 5,35 mm d’épaisseur. L’usage d’une
répétition minutes dans une montre à vocation maritime n’est pas chose
courante. Il symbolise et concentre la force de deux univers, sachant que
la vie sur un bateau est nuit et jour régie par des sonneries. Du « branle-bas
du matin » à celui du soir, la journée du marin se trouve rythmée par
ces sonneries réglementaires. Faits d’un alliage dont la composition et le
traitement restent secrets, les timbres ont été ajustés pour sonner les heures
avec la note La et les minutes avec la note Do dièse. L’Admiral’s Cup
Minute Repeater Tourbillon 45 n’est manufacturée qu’en quantité très
limitée. Douze exemplaires seulement sortiront des ateliers.
Golden Bridge au féminin
Lorsque Corum créait en 1980 la montre Golden Bridge, son fondateur René
Bannwart se doutait-il qu’il venait de lancer un modèle qui allait devenir
non seulement un des piliers de son entreprise, mais encore une icône de
l’horlogerie suisse ? Composé de 140 éléments, le mouvement « baguette »
est un chef d’œuvre de micromécanique de 33 mm de longueur, 3 mm de
largeur et moins de 5 mm d’épaisseur. Ce minuscule calibre a l’élégance de
dévoiler tous ses secrets : vu de côté, on peut admirer son train de rouages en
mouvement, comme flottant entre deux lignes d’or... Pour marquer le 30e
anniversaire de ce calibre extraordinaire, Corum en présente une interprétation
originale et inédite, la Miss Golden Bridge. Les femmes en quête d’une Golden
66
© CORUM
L’Admiral’s Cup Minute Repeater Tourbillon 45
Bridge devaient auparavant faire leur choix parmi les modèles masculins.
Mince, élancé, délicatement décoré, le fameux mouvement CO113 est mis en
scène dans une toute nouvelle boîte. La Miss Golden Bridge sera produite dans
des quantités confidentielles, pas plus de 456 pièces par an, toute millésimées.
Un nouveau modèle homme marque aussi les 30 ans de cette célébrité
horlogère. Prenant le contre-pied d’une montre inventée pour la transparence,
le nouveau modèle Golden Bridge 2010 est pourvu d’un cadran disposé
non pas devant le mouvement, comme le veut la tradition, mais derrière ce
dernier. Le fond de la boîte et le cadran disposent tous deux d’une ouverture
afin que le calibre CO113 soit visible aussi depuis le dos de la montre, ouverture
qui reprend bien sûr la forme du mouvement baguette. Les gens très observateurs
remarqueront que cette ouverture a également la forme d’une serrure, clin d’œil
à la clé, emblème de la marque Corum.
Montres Corum Sàrl
Rue du Petit-Château 1
Case postale 374 - CH-2301 La Chaux-de-Fonds
Tél. : +41 (0)32 967 06 70 - Fax : +41 (0)32 967 06 00
E-mail : [email protected] - Site Internet : www.corum.ch
SwiSS Knowhow
PUBLI R eportage
Corum
© CORUM
Celebrates and revisits two symbolic
collections from its history
50th anniversary of the Admiral’s Cup - 30th anniversary of the Golden Bridge
In 2010 Corum is celebrating two legends of precision watchmaking created in 1960 and 1980. The first ever version of the sporty
Admiral’s Cup appeared 50 years ago, made by this company founded in La Chaux-de-Fonds in 1955 and which celebrates its
55th anniversary this year. Twenty years later, Corum created the famous Golden Bridge watch, with a “baguette” movement that
achieved mythical status. Amongst the new models for 2010, Antonio Calce, Corum’s CEO, unveils three models that turn a new
page in the company’s watchmaking history while preserving the brand’s unique DNA.
F
ounded in 1955 by René Bannwart at La Chaux-de-Fonds, Corum
made its mark with numerous original creations that have firmly
embedded its DNA. Antonio Calce, who has been at the helm of Corum
since 2005, has been keen to go back to basics by relying on the company’s
four iconic models, the Admiral’s Cup, Corum Bridges (Golden Bridge and
Ti-Bridge), Romvlvs and Artisans. You could call it a spectacular and brilliant
return to the roots of a business that is renewing its links with success.
To celebrate the 50th anniversary of this legendary model, a watchmaker’s
homage to life on the ocean wave and the seafaring community, Corum has
chosen to add an exceptional movement to this eminently sporty watch.
Its movement, the CO 010 calibre, combines two of the most prestigious
complicated watch movements: the tourbillon and the minute repeater. It has
taken two years to develop and refine. Each component has been designed
and developed with the sole aim of guaranteeing precision of movement and
beauty of tone. The fruit of this labour is a masterpiece of micromechanics
32 mm in diameter and just 5.35 mm thick. The use of a minute repeater
in a watch destined to be used at sea is rather unusual. It symbolises and
concentrates the force of two worlds, reminding us that night and day life
at sea is governed by the ringing of bells. From the call to “action stations”
in the morning to the one in the evening, a sailor’s day is punctuated by these
regular calls. Made of an alloy whose composition and processing remain
a secret, the chimes have been adjusted to sound the hours with the note
A and the minutes with the note C sharp. The Admiral’s Cup Minute Repeater
Tourbillon 45 has been manufactured in strictly limited quantities. Only
twelve will be produced by the workshops.
Golden Bridge for Women
When Corum created the Golden Bridge watch in 1980, could its founder
René Bannwart have imagined that he was launching a model that would
not only become one of the mainstays of his business but an icon of the
Swiss watchmaking industry? Composed of 140 elements, the “baguette”
movement is a masterpiece of micromechanics just 33 mm long, 3 mm
wide and less than 5 mm thick. This minuscule calibre has the elegance to
reveal all its secrets: viewed from the side, you can admire the movement
of its series of cogs, as though floating between two lines of gold... To
mark the 30th anniversary of this extraordinary calibre, Corum is bringing
out an original and unique interpretation of the model – the Miss Golden
Montres Corum Sàrl
Rue du Petit-Château 1
Case postale 374 - CH-2301 La Chaux-de-Fonds
Tel.: +41 (0)32 967 06 70 - Fax: +41 (0)32 967 06 00
E-mail: [email protected] - Website: www.corum.ch
SwiSS Knowhow
© CORUM
The Admiral’s Cup Minute Repeater Tourbillon 45
Bridge. In the past, women who yearned for a Golden Bridge had to choose
between a range of models for men. Slim, slender, and delicately decorated,
the famous CO 113 movement has been set in a totally new casing. The
Miss Golden Bridge will be produced in quantities that are confidential,
but no more than 456 a year, each one dated.
A new model for men is also marking the 30th anniversary of this celebrity
timepiece. Taking the opposite course of a watch invented for its transparency, the new Golden Bridge 2010 has a dial placed not in front of the
movement, in the traditional way, but behind it. The back of the casing and
the dial both have an opening so that the CO 113 calibre is also visible from
the back of the watch, an opening that naturally has the shape of a baguette
movement. The more observant will notice that this opening is also in the
shape of a lock, a nod to the key, Corum’s trademark emblem.
67
PUBLI R eportage
Emch+Berger AG Bern
Kurt E. Wagner, VR-Delegierter und CEO
Emch+Berger AG Bern.
© Emch+Berger AG Bern
© Emch+Berger AG Bern
Gesamtlösungen in den Bereichen
Bau, Umwelt, Mobilität und Energie
Mirko Feller, Stv. CEO, Bereichsleiter
Kunstbauten Emch+Berger AG Bern.
Interview mit Kurt E. Wagner, VR-Delegierter und CEO und Mirko Feller, Stv. CEO,
Bereichsleiter Kunstbauten Emch+Berger AG Bern
Als eines der führenden Ingenieur-, Planungs- und Beratungsunternehmen ist die Emch+Berger Gruppe mit über 500
Mitarbeitenden an über 20 Standorten in der Schweiz vertreten. Kurt E. Wagner und Mirko Feller von Emch+Berger
Bern AG stellen mit dem Berner Wankdorfplatz und dem Umfahrungstunnel Büttenberg bei Biel zwei der jüngsten
Grossprojekte unter federführender Beteiligung der Emch+Berger AG Bern näher vor.
68
Herr Wagner, Herr Feller, Emch+Berger AG Bern ist die grösste
Gesellschaft der Emch+Berger Gruppe und zählt mit ihren rund 200
Mitarbeitenden und Lernenden zu den führenden Beratungs-, Ingenieurund Planungsunternehmen der Schweiz. In welchen Bereichen sind
Sie hauptsächlich tätig?
Wir bieten Gesamtlösungen in den Bereichen Bau, Umwelt, Mobilität
und Energie. Die Emch+Berger AG Bern versteht sich primär als Dienstleister für die Entwicklung und Planung neuer Verkehrs-, Energie- und
Kommunikationsinfrastrukturbauten. Daneben verfügen wir über
Kernkompetenzen im Ingenieurhochbau sowie in Spezialgebieten wie
Bahnsysteme, Sicherheit, Managementberatung und Expertisen.
zu verlegen resp. in einem Dual-System (Verlegung plus Beibehaltung des bestehenden Anschlusses) zu betreiben. Bis zum Auflageprojekt
hat Emch+Berger das interdisziplinäre Gesamtprojekt, welches u.a.
einen Tagbautunnel und eine neue Autobahnbrücke beinhaltete,
geplant. Anschliessend wurden zahlreiche Baulose definiert, von
denen Emch+Berger die wesentlichsten Teilprojekte bis zur Inbetriebnahme betreute.
Sie bieten interdisziplinäre Gesamtlösungen aus einer Hand. Was
bedeutet das in der Praxis?
Dies lässt sich am besten an einem konkreten Projekt wie dem
Wankdorfplatz in Bern erklären. Gefragt war eine ganzheitliche
Lösung, um die Verkehrsdrehscheibe Wankdorfplatz verkehrstechnisch
und städtebaulich neu zu gestalten. Das unter der Federführung
der Emch+Berger AG Bern entwickelte Gesamtkonzept beinhaltete
sämtliche Aspekte und Fragestellungen betreffend Verkehr, Bau,
Gestaltung und Umwelt. Dabei galt es neben städtebaulichen
Gesichtspunkten sämtliche Ingenieurdisziplinen von Verkehrsplanung
über Strassenbau, konstruktiven Ingenieurbau und Umwelt bis hin zur
elektromechanischen Ausrüstung in den Planungsprozess einzubinden
und bis zur Umsetzung zu koordinieren.
Im Bereich des Jurabogens ist die Emch+Berger AG Bern u.a. für
die Gesamtleitung und die Projektierung des Tunnels Büttenberg
entlang der A5 Umfahrung Biel Ostast verantwortlich. Welches
waren die Herausforderungen aus Sicht der Ingenieure?
Tunnelbauten innerhalb des Siedlungsraums erfordern stets besonders
intelligente Lösungen, weil die Platzverhältnisse eng sind, und es zahlreiche Interessen von Anliegern und Nachbarbauwerken zu berücksichtigen gilt. Am Büttenberg gilt dies exemplarisch für den Bereich
des Nordportals im Bözingenfeld, wo die Jurasüdfusslinie der SBB
und der Zubringer zur Autobahn mit minimalem Abstand unterfahren
wurden; Setzungen waren dabei ein absolutes Tabu. Besonders herausfordernd war auch die Baugrube im Bözingenfeld, weil sie im Lockergestein und unterhalb des Grundwasserspiegels liegt.
Emch+Berger AG Bern war nicht nur federführend an der Neugestaltung
des Wankdorfplatzes in Bern beteiligt, sondern auch massgebend mit
der Planung und Ausführung der Verlegung des Autobahnanschlusses
Bern-Wankdorf betraut. Welches waren Ihre Aufgaben?
Für die Sicherstellung einer genügenden Leistungsfähigkeit des
Verkehrsknotens am Wankdorfplatz galt es den Autobahnanschluss
Die Emch+Berger AG Bern hat eine Niederlassung in Kopenhagen.
Welche Dienstleistungen werden konkret in Kopenhagen abgedeckt?
In Dänemark treten wir als Nischenanbieter für Bahnsysteme auf
und bieten in diesem Bereich Projektierung, Investitionsplanung
auf Life Cycle Cost-Basis, Migrationsplanung, Traffic Management
Systeme und allgemeine Managementberatung. Bei unserem
Das Herzstück war der Ersatz einer 10-spurigen Autobahnbrücke
über die SBB Linie Bern-Thun unter Aufrechterhaltung des Bahn- und
Strassenbetriebs.
SwiSS Knowhow
© OIK II
PUBLI R eportage
Der unterirdische Kreisel Wankdorfplatz.
Projekt in Dänemark handelt es sich um das weltweit grösste und
innovativste Projekt zur netzweiten Implementierung der Bahnsicherungstechnik ETCS Level 2 im Netz der Dänischen Eisenbahnen
(sog. Führerstandsignalisierung ohne Rückfallebene). Unsere
Spezialisten haben die Machbarkeit nachgewiesen und verlässliche
Kostenprognosen erstellt. Wir sind als Mitglied eines Joint Ventures
u.a. federführend für die Ausschreibung, die Begleitung der
Ausführungsplanung und der Implementierung der Technologie
bis einschliesslich der Inbetriebnahme im Jahre 2022.
Im September 2013 feiern Sie das 60-jährige Bestehen ihrer Firma.
Lässt sich der Wandel – aber auch das Beständige – in Worte fassen?
Die Anforderungen sind deutlich gestiegen und die Nachfrage nach
schnell erbrachten, interdisziplinären Planungsdienstleistungen in
einem immer schnelllebigeren, komplexen gesellschaftlichen Umfeld
nahm zu. Dabei ist es uns immer wieder gelungen, mit modernen
Produktionshilfsmitteln und substanziellen Investitionen in die
Emch+Berger AG Bern
Schlösslistrasse 23
Postfach 6025 - CH-3001 Bern
Tel. +41 (0)31 385 61 11 - Fax +41 (0)31 385 61 12
[email protected]
SwiSS Knowhow
Ausbildung unserer Mitarbeitenden mit der Komplexität und den
beschleunigten Prozessen mitzuhalten. Wir konnten wachsen und
den Wandel nicht nur mitmachen, sondern auch massgebend
mitgestalten. Darauf sind wir stolz. Beständig ist und bleibt die
Begeisterung für unsere Arbeit, welche in Form von innovativen und
umweltverträglichen Bauwerken über Generationen sichtbar bleibt.
Herr Wagner, Herr Feller,
wir danken Ihnen für dieses Interview!
www.emchberger.ch
69
PUBLI R eportage
Kurt E. Wagner, Délégué du Conseil
d’administration et Directeur Général
d’Emch+Berger AG Bern
Solutions globales dans les domaines
de la construction, de l’environnement,
de la mobilité et de l’énergie
© Emch+Berger
© Emch+Berger
Emch+Berger AG Bern
Mirko Feller, Directeur Général Adjoint,
Chef du département ouvrages d'art,
Emch+Berger AG Bern
Entretien avec Kurt E. Wagner, Délégué du Conseil d’administration et Directeur Général et
Mirko Feller, Directeur Général Adjoint, Chef du département ouvrages d’art, Emch+Berger AG Bern
Le groupe Emch+Berger, l’une des entreprises de conseils, de planification et d’ingénierie leader, est représenté sur
plus de 20 sites en Suisse et comprend plus que 500 collaborateurs. Kurt E. Wagner et Mirko Feller de la société
Emch+Berger AG Bern présentent deux des projets importants les plus récents avec la participation prépondérante
d’Emch+Berger AG Bern : la place Wankdorf de Berne et le tunnel de contournement du Büttenberg à Bienne.
Messieurs Wagner et Feller, Emch+Berger AG Bern est la société la
plus grande du Groupe Emch+Berger et compte parmi les entreprises
de conseils, de planification et d’ingénierie leader de la Suisse avec
environ 200 collaborateurs et apprentis. Dans quels domaines êtes-vous
principalement actifs ?
Nous proposons des solutions globales dans les domaines de la
construction, de l’environnement, de la mobilité et de l’énergie. La
société Emch+Berger AG Bern est avant tout un prestataire de services
pour le développement et la planification de nouvelles constructions
d’infrastructures de communication, de transport et énergétiques. À
côté de cela, nous disposons de compétences clés dans le génie civil
ainsi que dans des spécialités telles que les systèmes ferroviaires, la
sécurité, le conseil stratégique et les expertises.
Vous proposez des solutions globales interdisciplinaires. Qu’est-ce que
cela signifie dans la pratique ?
Pour l’expliquer, le mieux est de prendre un exemple concret tel que le
projet de la place Wankdorf à Berne. Le client souhaitait une solution
globale pour réaménager la place Wankdorf. Le concept global développé
sous la responsabilité de la société Emch+Berger AG Bern a pris en
compte tous les aspects et les questions liés à la circulation, la construction, l’aménagement et l’environnement. Outre les aspects urbanistiques,
il est importait d’intégrer toutes les disciplines du génie dans le processus
de planification depuis l’organisation du trafic, la construction de routes,
le génie civil structural et l’environnement jusqu’aux équipements
électromécaniques et de les coordonner jusqu’à la réalisation.
70
La société Emch+Berger AG Bern n’était pas seulement responsable du
réaménagement de la place Wankdorf à Berne. La société a également joué
un rôle déterminant dans la planification et l’exécution du déplacement de
l’accès par autoroute de Berne-Wankdorf. En quoi consistaient vos tâches ?
Pour garantir le bon fonctionnement du nœud routier de la place
Wankdorf, il nous fallait non seulement déplacer l’accès par autoroute
mais également l’intégrer à un système dual (déplacement et maintien
de l’accès existant). Jusqu’au dépôt du projet, Emch+Berger a planifié
tout le projet interdisciplinaire comprenant entre autres une tranchée
couverte et un nouveau pont autoroutier. De nombreux lots de
construction ont ensuite été définis ; nous nous sommes occupés des
projets partiels les plus importants jusqu’à la mise en service. Le cœur
de ce projet était le remplacement d’un pont autoroutier à 10 voies
au-dessus de la ligne CFF Berne-Thoune tout en maintenant le trafic
ferroviaire et routier.
Dans la zone de l’Arc jurassien, Emch+Berger AG Bern est notamment
responsable de la direction générale et de l’étude de projet du tunnel
Büttenberg de la déviation est de l’A5. Quels défis ont dû relever
les ingénieurs ?
Les constructions de tunnels au sein des zones urbanisées exigent
toujours des solutions particulièrement intelligentes du fait des limites
spatiales et puisqu’il faut prendre en compte les nombreux intérêts des
riverains et des structures voisines. À Büttenberg, la zone du portail
nord de Bözingenfeld où la Ligne du Pied-du-Jura des CFF et la
bretelle d’accès à l’autoroute ont été contournées par le dessous avec
un écart minimal en est un exemple ; les affaissements étaient un
véritable tabou. Les fouilles de Bözingenfeld ont également représenté
un défi particulièrement élevé puisqu’elles sont situées dans la roche
friable et en dessous du niveau de la nappe phréatique.
Emch+Berger AG Bern a une succursale à Copenhague. Quels services
seront concrètement couverts à Copenhague ?
Au Danemark, nous intervenons en tant que prestataire de niches
pour les systèmes ferroviaires et nous proposons dans ce domaine
l’étude de projet, la planification des investissements sur la base du
coût du cycle de vie, la planification de la migration, des systèmes
de gestion du trafic et un conseil de gestion général. En ce qui concerne
notre projet au Danemark, il s’agit du projet le plus important et le
SwiSS Knowhow
© Emch+Berger
PUBLI R eportage
Déplacement de l'accès par autoroute de Wankdorf, pont de remplacement T2.
plus innovant au niveau mondial pour l’implémentation sur tout le
réseau de la technique de sécurité ferroviaire ETCS Level 2 sur le
réseau ferré danois (signalisation en cabine sans solution de repli).
Nos spécialistes ont prouvé la faisabilité de ce projet et ont établi
des prévisions des coûts fiables. En tant que membre d’une joint
venture, nous sommes notamment responsable de l’appel d’offres,
l’accompagnement de la planification d’exécution, l’implémentation
de la technologie et de la mise en service en 2022.
En septembre 2013, vous fêterez les 60 ans de votre entreprise. Pouvezvous nous expliquer ce qui a changé et ce que vous avez conservé ?
Les exigences ont nettement augmenté et la demande de prestations
de planification rapidement réalisées et interdisciplinaires dans un
environnement social toujours plus agité et complexe augmente.
Nous avons toujours réussi à relever les défis liés à la complexité
et aux processus accélérés grâce à des outils de production modernes
Emch+Berger AG Bern
Schlösslistrasse 23
Boîte postale 6025 - CH-3001 Berne
Tél. : +41 (0)31 385 61 11 - Fax : +41 (0)31 385 61 12
[email protected]
SwiSS Knowhow
et des investissements conséquents dans la formation de nos collaborateurs. Nous avons pu croître et participer au changement de manière
déterminante. Nous en sommes fiers. Nous sommes et resterons
toujours aussi enthousiastes pour notre travail qui se matérialise sous
la forme d’ouvrages innovants et respectueux de l’environnement.
Messieurs Wagner et Feller,
nous vous remercions pour cet entretien !
www.emchberger.ch
71
PUBLI R eportage
Energie Service Biel/Bienne (ESB)
© Energie Service Biel/Bienne ESB
Energie für die Stadt Biel und die Region Seeland
Interview mit Heinz Binggeli, Direktor ESB
Der Energie Service Biel/Bienne ist ein selbständiges Gemeinde-Unternehmen mit rund 150 Mitarbeiterinnen
und Mitarbeitern. Als Energiedienstleister stellt er die Versorgung der Stadt Biel und der Region Seeland mit
Elektrizität, Erdgas, Wasser und Telekommunikations-Dienstleistungen Tag für Tag sicher.
Nebst Standard-Strom können ESB-Kundinnen und –kunden auch zertifizierten
Ökostrom aus Wasser-, Sonnen- und Windkraftwerken beziehen. Wir gross ist
mittlerweile der Anteil dieser Energieform am gesamten Stromverbrauch der
Haushalte?
Die Bereitschaft für Ökostrom einen Mehrpreis zu bezahlen, ist nach den
Ereignissen in Fukushima stark angestiegen aber nach ein paar Monaten
auch wieder schnell abgeflacht. Der Mensch vergisst schnell und es ist
immer noch ein kleiner Anteil unserer Kundschaft, die sich für zertifizierten Ökostrom entscheidet, um ihren Haushalt mit Energie zu versorgen.
Der ESB unterhält im Rahmen eines Pilotversuchs eine Energiehotline.
Welche Dienstleistungen bieten Sie damit an?
Für den ESB ist das Thema Energieeffizienz ein wichtiger Pfeiler in der vom
Bund verfolgten Energiestrategie. Seit Jahren unterstützen wir unsere Kunden
darin, mit einfachen aber wirkungsvollen Massnahmen den Energieverbrauch
zu reduzieren. Die Energiehotline ist eine telefonische Anlaufstelle für die
Bielerinnen und Bieler um rasch eine kompetente Antwort auf alltägliche
Energiefragen zu erhalten, Tipps zum Umgang mit Energie oder einen Termin
für eine Wärme- oder Energieberatung vor Ort.
In Zusammenarbeit mit der Energiestadt Biel hat der ESB einen Solarkataster
geschaffen. Über dieses Instrument ist ersichtlich, wie geeignet Hausdächer
für die Sonnenenergie-Nutzung sind. Wie ist das Echo auf dieses Modell
ausgefallen?
Vor allem für Privatpersonen ist der Solarkataster ein hilfreiches Informationsmittel um schnell und einfach eine erste Einschätzung zu erhalten,
72
© Energie Service Biel/Bienne ESB
Herr Binggeli, seit 1. Januar 2012 liefert der ESB Strom aus 100 Prozent
Schweizer Wasserkraft, zum Teil aus regionalen oder lokalen Wasserkraftwerken. Was hat Sie zu diesem Schritt bewogen?
Die langfristige Energiestrategie des Bundesrates sieht vor, bis 2050
nukleare und fossile Energieträger durch erneuerbare Energie zu ersetzen.
Wir unterstützen dieses Vorhaben indem wir unseren Kundinnen und
Kunden in Biel seit 2012 ein neues Stromprodukt «Standard» zur Verfügung
stellen. Die Produktion der Energie erfolgt zu 100 Prozent in Schweizer
Wasserkraftwerken. Wobei wir die Wahl immer noch unseren Kundinnen
und Kunden überlassen, ob sie sich für dieses erneuerbare Produkt
entscheiden möchten oder den günstigeren Mix aus Atomstrom und
erneuerbaren Energien bevorzugen.
Sitz des Energie Service Biel/Bienne an der Gottstattstrasse in Biel.
ob die Installation von Solarmodulen auf dem eigenen Dach Sinn macht
oder nicht. Zugleich erhalten Investoren auf dem Solarkataster schnell
einen Überblick, wo geeignete Objekte für grössere PV-Anlagen vorhanden
sind. Das Echo war bis jetzt nur positiv.
Bauleute in Ihrem Versorgungsgebiet können in den Genuss von ContractingDienstleistungen kommen. Um was handelt es sich hierbei?
Zusammen mit unserem Kunden erarbeiten wir die optimale Wärmeversorgungslösung für grössere Gebäudekomplexe oder Überbauungen. Der
ESB plant, finanziert und betreibt die Heizanlagen. Unser Kunde muss
sich weder um den Brennstoffeinkauf, den Betrieb noch die Wartung
kümmern. Unsere Kernkompetenz sind Anlagen auf Erdgasbasis. Diese
können zum Beispiel mit einer Solaranlage kombiniert und mit einem
Anteil umweltfreundlichem Biogas betrieben werden. Auch mit Wärmekraft-Kopplungen wie Blockheizkraftwerken haben unsere Experten
langjährige Erfahrung. Das oberste Ziel des ESB ist es, eine ökologisch
wertvolle Lösung zu finden.
Herr Binggeli, wir danken Ihnen für dieses Interview!
Energie Service Biel/Bienne
Gottstattstrasse 4
Postfach 4263 - CH-2500 Biel 4
Tel.: +41 (0)32 321 12 11
[email protected] - www.esb.ch
SwiSS Knowhow
PUBLI R eportage
Energie Service Biel/Bienne (ESB)
De l’énergie pour la ville de Bienne et la région du Seeland
Entretien avec Heinz Binggeli, directeur d'ESB.
Energie Service Biel/Bienne est une entreprise communale autonome comptant près de 150 collaborateurs. En tant que
fournisseur de services énergétiques, elle assure au quotidien l’alimentation en électricité, gaz naturel, eau et des prestations
en matière de télécommunications de la ville de Bienne.
de notre clientèle opte pour l’énergie écologique certifiée pour l’alimentation
de leur foyer en énergie.
Pose de conduites.
© Energie Service Biel/Bienne ESB
© Energie Service Biel/Bienne ESB
ESB a mis en place une hotline pour le conseil en énergie dans le cadre d’une
expérience pilote. Quels services offrez-vous en la matière ?
Pour ESB, l’efficacité énergétique est un pilier essentiel de la stratégie énergétique suivie par la Confédération. Depuis des années, nous aidons nos clients
à réduire leur consommation énergétique en prenant des mesures simples
mais efficaces. La hotline pour le conseil en énergie est un centre d’écoute
téléphonique destiné aux habitants de Bienne afin qu’ils puissent obtenir des
réponses aux questions énergétiques quotidiennes, des conseils par rapport à
l’énergie ou encore un rendez-vous avec un conseiller énergétique sur place.
Travaux d'entretien sur un lampadaire de Biel.
M. Binggeli, depuis le 1er janvier 2012, ESB fournit du courant provenant
à 100 % d’énergie hydraulique, en partie de centrales hydroélectriques
régionales ou locales. Qu’est-ce qui vous a incité à prendre cette mesure ?
La stratégie énergétique à long terme du Conseil fédéral prévoit de remplacer
les sources d’énergie nucléaires et fossiles par des énergies renouvelables d’ici
à 2050. Nous soutenons ce projet en mettant à disposition de nos clients à
Bienne depuis 2012 un nouveau produit énergétique « Standard ». L’énergie
est produite à 100 % dans des centrales hydroélectriques suisses. Nous
laissons cependant encore le choix à nos clients de choisir entre ce produit
renouvelable ou une combinaison à un prix plus avantageux d’énergie
nucléaire et d’énergies renouvelables.
Outre l’énergie hydraulique, les clients d’ESB peuvent également recevoir
de l’énergie écologique certifiée provenant de centrales éoliennes, solaires
et hydroélectriques. Quelle est la part actuelle de cette forme d’énergie dans
la consommation électrique totale des foyers ?
Après les événements de Fukushima, de nombreuses personnes étaient prêtes
à payer plus pour utiliser de l’énergie écologique. Après quelques mois, cet
engouement est vite retombé. L’homme oublie vite et seule une petite partie
Energie Service Biel/Bienne
rue de Gottstatt 4
Case postale 4263 - CH-2500 Bienne 4
Tél. : +41 (0)32 321 12 11
[email protected] - www.esb.ch
SwiSS Knowhow
ESB a réalisé un cadastre solaire en collaboration avec Bienne, Cité de
l’énergie. Cet instrument a permis de montrer combien les toits des maisons
sont appropriés à la production de l’énergie solaire. Quels échos avez-vous
sur ce modèle ?
Le cadastre solaire représente un outil d’informations utile, plus particulièrement
pour les particuliers, afin d’obtenir rapidement et facilement une première
estimation pour savoir si l’installation de modules solaires sur son propre
toit serait bénéfique ou non. En même temps, les investisseurs peuvent
rapidement déterminer où sont disponibles les objets appropriés pour
les installations photovoltaïques plus importantes grâce au cadastre solaire.
Jusqu’à présent, nous n’avons que des retours positifs.
Les constructeurs de votre zone géographique desservie peuvent profiter de
contrats de services. De quoi s’agit-il ?
Avec nos clients, nous travaillons à la réalisation d’une solution optimale pour
la production de chaleur pour les ensembles de bâtiments ou les superstructures.
ESB planifie, finance et exploite les installations de chauffage. Notre client
n’a pas à s’occuper de l’achat du combustible, de l’exploitation et de la maintenance. Nous sommes particulièrement compétents en matière d’installations
de gaz naturel. Elles peuvent être par exemple associées à une installation
solaire et être exploitée en partie avec du biogaz respectueux de l’environnement.
Nos spécialistes bénéficient également d’une longue expérience en matière
de cogénération et de couplage chaleur-force. Le but ultime d’ESB est de
trouver une solution écologique de grande valeur.
Monsieur Binggeli, nous vous remercions pour cet entretien !
73
PUBLI R eportage
Ernst & Young AG
Starker lokaler Partner mit hervorragender
internationaler Vernetzung
© Ernst & Young AG
Interview mit Thomas Nösberger, Leiter Ernst & Young Bern
Ernst & Young bietet Dienstleistungen in vier zentralen Bereichen: Wirtschaftsprüfung, Steuern,
Transaktionen und Beratung. Mit rund 280 Mitarbeitenden am Sitz Bern ist Ernst & Young gerade bei
mittelgrossen Unternehmen im Mittelland stark verankert. Diese Stellung als Marktführer will Ernst & Young
noch weiter ausbauen, um den Kunden ein noch stärkerer lokaler Partner mit hervorragender internationaler Vernetzung zu
sein, wie Thomas Nösberger, Leiter von Ernst & Young Bern, bestätigt.
Herr Nösberger, Ernst & Young ist einer der internationalen Marktführer
in Wirtschaftsprüfung, Steuer- und Transaktionsberatung sowie in AdvisoryServices. Welche Ihrer Dienstleistungen sind vor allem im Mittelland gefragt?
Wir sehen im Mittelland keine grundsätzlich andere Nachfrage nach
Dienstleistungen, als in anderen Teilen der Schweiz. Wirtschaftsprüfung und
Steuerberatung sind die Hauptpfeiler unserer Geschäftstätigkeit. Daneben
sind wir auch im Transaktionsgeschäft auf Käufer- und Verkäuferseite aktiv
und unterstützen mit vielseitigen Advisory Dienstleistungen.
Sie zeichnen seit 1. Februar 2012 bei Ernst & Young für den Sitz Bern verantwortlich. Welche Ziele haben Sie sich gesetzt?
Wir sind mit rund 280 Mitarbeitenden am Sitz Bern weitaus grösser als
unsere Konkurrenten. Diese Stellung wollen wir weiter ausbauen, um
unseren Kunden im Mittelland ein noch stärkerer lokaler Partner mit
hervorragender internationaler Vernetzung zu sein. Wir wollen zudem
auch in Zukunft unseren Mitarbeitenden einen attraktiven Arbeitsplatz
mit flexiblen Arbeitszeitmodellen, guten Sozialleistungen und regelmässigen Weiterbildungen bieten können.
“Wir sind mit den mittelgrossen Unternehmen gross geworden in der
Schweiz und in diesem Markt nach wie vor stark verankert.”
Thomas Nösberger, Leiter Ernst & Young Bern
Ernst & Young ist mit einem Marktanteil von 35% die Nummer eins bei
der Prüfung von SMI-Gesellschaften. Gleichzeitig bilden aber vor allem die
KMU-Betriebe das Rückgrat der Schweizer Wirtschaft. Wie stark ist Ernst
& Young auch bei mittelgrossen Unternehmen verankert?
Wir sind mit den mittelgrossen Unternehmen gross geworden in der Schweiz
und in diesem Markt nach wie vor stark verankert. Gerade bei mittelgrossen
Unternehmen sehen wir ein zunehmend wachsendes Bedürfnis nach einem
Partner, der diese Unternehmen in allen Wachstumsphasen – insbesondere
auch bei grenzüberschreitenden Tätigkeiten – begleiten kann und jederzeit
über die nötige Fachkompetenz und das nötige Wissen verfügt. Unsere
Marktführerschaft bei der Prüfung von SMI-Gesellschaften erlaubt uns,
diese Fachkompetenzen auf höchstem Niveau immer aktuell zu halten und
gemachte Erfahrungen für mittelgrosse Unternehmen zugänglich zu machen.
“Ethisches Verhalten bedeutet auch Nein-Sagen!”
Für Ernst & Young ist eine wertorientierte Unternehmensführung mit
hohen ethischen und qualitativen Standards unverzichtbar. Was bedeutet
dies in der Praxis?
Prüfung und Beratung ist Vertrauen. Vertrauen setzt ethisches Verhalten
und fachliche Qualität der Arbeit voraus. In der Praxis heisst ethisches
74
Verhalten, dass wir uns nicht nur an die berufsständischen Vorschriften
halten, sondern beispielsweise bei Interessenkonflikten einen Auftrag im
Zweifelsfall nicht annehmen. Ethisches Verhalten bedeutet auch Nein-Sagen!
Die fachliche Qualität unserer Arbeiten beruht auf fundierter Aus- und
permanenter Weiterbildung unserer Mitarbeitenden und auf einer strikten
internen Qualitätskontrolle.
Wie sieht es bei Ernst & Young in Bern um die Besetzung von Stellen aus?
Lassen sich für die anspruchsvollen Aufgaben noch genügend qualifizierte
Fachkräfte finden?
Wir rekrutieren viele Studienabgänger von Hochschulen (Universitäten
und Fachhochschulen). Unsere Marktführerschaft im Mittelland und
unsere Präsenz an Universitäten und Fachhochschulen – mehrere unserer
Mitarbeitenden unterrichten Teilpensen – erleichtern uns den Zugang
zu den besten Studienabgängern. Wir bilden unsere Mitarbeitenden
fachlich aus, geben ihnen die Möglichkeit, Erfahrungen im Ausland zu
sammeln, wir fördern und fordern sie in der täglichen Kundenarbeit. Durch
diesen laufenden Prozess verfügen wir über genügend und vor allem gut
qualifizierte Fachkräfte für die anspruchsvollen Aufgaben. Sollte einmal
eine Kompetenz lokal fehlen, können wir jederzeit auf Mitarbeitende aus
anderen Regionen und anderen Ländern zurückgreifen. Hier hilft uns die
sehr gute Vernetzung und Integration der verschiedenen Ernst & Young
Standorte.
“Viele Geschäftsführungsmitglieder von Unternehmen im Mittelland
und anderswo haben ihre berufliche Karriere
einmal bei uns begonnen!”
Versteht sich deswegen Ernst & Young explizit auch als Ausbildungsstätte?
In welchen Formen?
Wir sind in verschiedenster Weise eine Ausbildungsstätte. Junge Studienabgänger erhalten bei uns nicht nur eine fundierte fachliche Ausbildung,
sondern sie sehen verschiedenste Betriebe, werden mit anspruchsvollen
Aufgaben konfrontiert, können früh Verantwortung für Projekte und
Mitarbeitende übernehmen und lernen in einem dynamischen Umfeld sich
zu behaupten. Viele Geschäftsführungsmitglieder von Unternehmen im
Mittelland und anderswo haben ihre berufliche Karriere einmal bei uns
begonnen! Dies ist einer unserer Beiträge zum Erfolg des Mittellandes.
Herr Nösberger, wir danken Ihnen für dieses Interview!
www.ey.com/CH
Ernst & Young
Belpstrasse 23 - CH-3001 Bern
Tel.: +41 (0)58 286 6111 - Fax: +41 (0)58 286 6827
SwiSS Knowhow
PUBLI R eportage
Ernst & Young AG
Un partenaire local fort avec
un réseau international d'exception
Entretien avec Thomas Nösberger, Directeur d’Ernst & Young, Berne
Ernst & Young propose des services dans quatre domaines principaux : l’audit financier, la fiscalité, les transactions de fusion et
acquisition et le conseil. Avec près de 280 collaborateurs présents au siège de Berne, Ernst & Young est très ancré dans le paysage
des entreprises de taille moyenne de la région du Mittelland. Ernst & Young souhaite consolider cette position de leader du
marché pour offrir à ses clients un partenaire local encore plus fort possédant un réseau international d’exception. Nous avons
rencontré Thomas Nösberger, le directeur d’Ernst & Young Berne, à ce sujet.
M. Nösberger, Ernst & Young est l’un des leader internationaux en matière
d’audit financier, de conseils fiscaux et transactionnels ainsi que de services
de conseils. Quelles prestations parmi celles que vous proposez sont les plus
demandées dans la région du Mittelland ?
Les demandes de cette région se différencient très peu de celles du reste de la
Suisse. L’audit financier et les conseils fiscaux sont les piliers principaux de notre
activité commerciale. Dans une moindre mesure, nous sommes également actifs
dans le domaine des transactions en soutien du vendeur ou de l’acheteur et nous
aidons les entreprises avec nos prestations de conseils.
Depuis le 1er février 2012, vous êtes responsable du siège de Berne d’Ernst
& Young. Quels objectifs vous êtes-vous fixés ?
Avec près de 280 collaborateurs au siège de Berne, nous sommes bien plus
grands que nos concurrents. Nous souhaitons consolider cette position pour offrir
à nos clients un partenaire local encore plus fort possédant un réseau international
d’exception. Nous voulons également continuer à offrir à nos collaborateurs
un emploi attrayant avec des modèles de temps de travail flexibles, de bonnes
prestations sociales et l’organisation régulière de formations continues.
« Nous avons grandi avec les entreprises de taille moyenne suisses et
nous sommes toujours très ancrés sur ce marché. »
Thomas Nösberger, Directeur d’Ernst & Young, Berne.
Avec une part de marché de 35 %, Ernst & Young est le numéro 1 pour l’audit
des sociétés du SMI. Ce sont avant tout les PME suisses qui constituent la
colonne vertébrale de l’économie suisse. Comment est-ce qu’Ernst & Young
se positionne dans le paysage des entreprises de taille moyenne ?
Nous avons grandi avec les entreprises de taille moyenne suisses et nous
sommes toujours très ancrés sur ce marché. Nous constatons un besoin
croissant d’avoir un partenaire capable d’accompagner les entreprises de
taille moyenne dans toutes les phases de croissance (plus particulièrement
pour les activités internationales) et disposant à tout moment des compétences
professionnelles et des connaissances nécessaires. Notre position de leader
sur les activités d’audit des sociétés SMI nous permet de tenir à jour nos
compétences professionnelles, et ce, au plus au haut niveau, et de partager
nos expériences passées avec les entreprises de taille moyenne.
« Se comporter de manière éthique signifie aussi savoir dire non ! »
Ernst & Young considère qu’il est indispensable d’avoir une direction
d’entreprise ayant des valeurs et agissant selon des standards éthiques et
qualitatifs élevés. Qu’est-ce que cela signifie dans la pratique ?
L’audit et le conseil sont synonymes de confiance. La confiance présuppose
un comportement éthique et une qualité professionnelle du travail. Dans
Ernst & Young
Belpstrasse 23 - CH-3001 Berne
Tél. : +41 (0)58 286 6111 - Fax. : +41 (0)58 286 6827
SwiSS Knowhow
la pratique, un comportement éthique ne signifie pas seulement se conformer aux codes déontologiques, mais aussi notamment refuser un contrat
lorsqu’il y a suspicion de conflits d’intérêts. Se comporter de manière
éthique signifie aussi savoir dire non ! C’est en mettant l’accent sur les
formations initiales et continues approfondies de nos collaborateurs et un
contrôle qualité interne strict que nous pouvons fournir un tel niveau de
qualité.
Qu’en est-il de l’occupation des postes chez Ernst & Young à Berne ? Trouvezvous encore assez de personnel qualifié pour les tâches les plus exigeantes ?
Nous recrutons de nombreux étudiants diplômés des grandes écoles (universités et écoles professionnelles supérieures). Notre leadership dans la
région du Mittelland et notre présence dans les universités et les écoles
professionnelles supérieures, où plusieurs de nos collaborateurs dispensent
leur enseignement, nous permettent de convaincre plus facilement les
meilleurs étudiants. Nous assurons la formation professionnelle de nos
collaborateurs, leur donnons la possibilité d’acquérir de l’expérience à
l’étranger et les aidons et encourageons dans leur travail quotidien avec les
clients. Grâce à ce processus continu, nous disposons d’assez de ressources
qualifiées pour les tâches les plus exigeantes. Lorsque nous ne disposons
pas localement d’un collaborateur possédant les compétences requises, il
nous suffit de faire appel à des collaborateurs d’autres régions ou voire de
l’étranger. Cela ne serait pas possible sans un très bon réseau et une très
bonne intégration des différents sites Ernst & Young.
« Nombreux sont les dirigeants d’entreprises du Mitteland qui
ont débuté leur carrière chez nous ! »
Est-ce pour cela qu’Ernst & Young se considère comme un centre de formation ?
Sous quelles formes ?
Nous sommes un centre de formation pour diverses raisons. Les jeunes
diplômés reçoivent chez nous une formation professionnelle de qualité mais
pas uniquement : ils découvrent les activités les plus diverses, sont confrontés
à des missions exigeantes, ont rapidement la possibilité de prendre la
responsabilité de projets ou de collaborateurs et apprennent à s’affirmer dans
un environnement dynamique. Nombreux sont les dirigeants d’entreprises du
Mittelland ou d’une autres régions qui ont débuté leur carrière chez nous !
C’est l’une de nos contributions au succès de la région du Mittelland.
Monsieur Nösberger, nous vous remercions pour cet entretien !
www.ey.com/CH
75
PUBLI R eportage
Eisspeicher und
Solarheizsysteme
von FAFCO
FAFCO souffle
le chaud et le froid
Pour le bâtiment et l'industrie
Für Gebäudetechnik und Industrie
D
ie 1981 in Biel gegründete FAFCO AG ist auf die Herstellung und
Montage von Eisspeichern spezialisiert und mittlerweile in diesem
Bereich weltweit führend. Die Eisspeicher von FAFCO werden in der
Industrie und in der Gebäudetechnik zur Klimatisierung und Kühlung verwendet
und gelten als äusserst zuverlässig und leistungsfähig. Ursprünglich war FAFCO
ausschliesslich in der Herstellung von Schwimmbad-Solarheizungen tätig.
Das technologische Herzstück der Eisspeicher und Sonnenkollektoren bildet
ein ausgefeiltes Herstellungs- und Montageverfahren für Kunststoffröhren,
das in seiner Feinheit und Präzision einzigartig ist. Dank einer besonderen
Mischung von Zusatzstoffen wandeln die Kunststoffe 95 % der Sonneneinstrahlung in Wärme um und halten sämtlichen chemischen Belastungen stand.
Die geschätzte Lebensdauer beträgt mehr als 30 Jahre.
© FAFCO S.A.
Das Unternehmen beabsichtigt, den Anwendungsbereich für seine Produkte auf
Gebäude- und industrielle Heiz- und Kühlsysteme auszuweiten. Mit seinen
zwei Kernprodukten ist FAFCO in der Lage, sowohl Privatkunden als auch
grossen Industrieunternehmen massgeschneiderte Lösungen anzubieten.
Ein an einer Wärmepumpe angeschlossener Solarkollektor von FAFCO
sorgt beispielsweise für ständig warmes Wasser – auch bei niedrigen Aussentemperaturen und bedecktem Himmel. Die leichten und dünnen Sonnenkollektoren können einfach als Sonnenblenden auf dem Dach oder als
Wandelemente montiert werden.
I
nstallée à Bienne depuis 1981, FAFCO SA est aujourd'hui spécialisée dans
la fabrication et l'installation d’accumulateurs de glace, marché sur lequel
l’entreprise occupe une position dominante au niveau mondial. Utilisé
dans l'industrie et le bâtiment pour stocker le froid de climatisation ou de
réfrigération, l’accumulateur de glace FAFCO est reconnu comme le plus fiable
et le plus performant. A l'origine, FAFCO produisait pourtant uniquement
des capteurs solaires dédiés au chauffage des piscines.
Der neue hybride Eisspeicher von FAFCO wurde speziell auf den Kühlbedarf
industrieller Prozesse ausgelegt. Es können sofort Kühltemperaturen nahe
dem Gefrierpunkt erreicht werden, wobei Unternehmen wie Molkereien oder
Pharmagesellschaften gegen Stromausfälle und Pannen geschützt werden.
Le cœur technologique de ses accumulateurs comme de ses capteurs solaires
repose sur un principe original de fabrication et d'assemblage de tubes en
plastiques d'une finesse et d'une précision uniques. Grâce à des mélanges
spécifiques d'additifs, ses plastiques convertissent 95% du rayonnement solaire en
chaleur et résistent à toute agression chimique. Leur durée de vie est ainsi
estimée à plus de 30 ans.
FAFCO vertreibt seine Produkte auf der ganzen Welt. Eisspeicher von FAFCO
sind unter anderem im Flughafen Genf, in vier Einkaufszentren in Vietnam,
einem Kraftwerk in Südafrika sowie im Werk von Rolex in Biel installiert.
L’entreprise entend généraliser l’application de ses produits pour les systèmes
de chauffage et de rafraîchissement dans le bâtiment et l'industrie. En effet,
avec ses deux produits clés, FAFCO est à même de proposer des solutions
sur mesure, pour le particulier comme pour le gros industriel. Branché à une
pompe à chaleur, un capteur FAFCO peut par exemple fournir de l’eau chaude
en permanence, y compris par temps froid et couvert. Légers et souples, ces
capteurs s'installent facilement en toiture, sous forme de pare-soleil, ou en
élément de façade.
FAFCO vend ses produits dans le monde entier. Ses accumulateurs équipent
notamment l’Aéroport de Genève, quatre grands centres commerciaux au
Vietnam, une centrale électrique en Afrique du Sud, ou encore l’usine Rolex
de Bienne.
76
© FAFCO S.A.
Le nouvel accumulateur de glace hybride FAFCO a été conçu pour les besoins
de réfrigération des processus industriels. Il permet de générer instantanément
de très grandes puissances de froid à des températures proches de 0°C tout
en se garantissant contre les coupures électriques ou les pannes, dans les laiteries
ou l’industrie pharmaceutique par exemple.
FAFCO S.A.
Johann-Renfer 4-6 - CH-2504 Bile/Bienne
Tél. : +41 (0)32 342 33 52 - Fax : +41 (0)32 342 39 47
[email protected] - www.fafco.ch
SwiSS Knowhow
PUBLI R eportage
J. Baertschi SA
Ein umfangreicher
Mehrspindelmaschinenpark
© J. Baertschi SA
© J. Baertschi SA
Un grand parc de machines
multibroches
L’
entreprise de décolletage Jean Baertschi SA abrite une quarantaine
de machines multibroches, soit le plus grand parc de ce type en Suisse.
Hautement performantes, munies de six broches chacune, ces
machines permettent d’assurer une production importante, atout majeur
pour cette entreprise dont les 70% de la production sont destinés à l’industrie
automobile. Cette dernière exige en effet des séries qui se chiffrent en centaines
de milliers, voire en millions de pièces (système de freinage, d’injection ou
autres, sécurité, etc.).
Le fait de disposer d’un autre parc de machines monobroches est un gage
de souplesse, autre force de J.Baertschi SA, liée à la compétence et la
polyvalence de sa quarantaine de collaborateurs. Ce double parc de machines
permet une rapide adaptation aux besoins de la clientèle pour de plus petites
productions.
Outre l’industrie automobile, ce décolletage de haute qualité s’applique à
l’électroménager, la connectique, l’aéronautique et l’armement. L’entreprise
s’étend sur une surface de 2700 m2 et un agrandissement de l’espace dédié
à la production est prévu en 2013 et 2014.
Le savoir-faire de J. Baertschi repose sur une philosophie d’entreprise
familiale. Jean Baertschi a fondé la société en 1968. La relève est assurée par
son fils Alain, fort d’une vingtaine d’années d’expérience en production. Cette
pérennité inspire confiance à la clientèle, essentiellement suisse, mais aussi
largement européenne (Angleterre, Allemagne, Italie, Espagne, etc.).
L’exigence de qualité est une composante
essentielle de cette philosophie d’entreprise. De nombreuses certifications
en témoignent, notamment ISO 9001,
ISOT/TS 16949 (spécifique à l’industrie
automobile, attribuée à J. Baertschi SA
pour la 1ère fois en Suisse romande) et
prochainement ISO 14001, portant sur le
respect de l’environnement, à laquelle la
société se prépare.
SwiSS Knowhow
D
as Metallbauunternehmen Baertschi SA verfügt über rund vierzig
Mehrspindelmaschinen und damit schweizweit über den grössten
Maschinenpark dieser Art. Die äusserst leistungsfähigen, mit jeweils
sechs Spindeln ausgestatteten Maschinen sorgen für einen Grossteil der
Produktion, wovon 70 % für die Automobilindustrie bestimmt sind. Die Unternehmen aus dieser Branche benötigen oftmals Serien von mehreren Hunderttausend oder gar Millionen Teilen (Brems-, Einspritz-, Sicherheitssysteme usw.).
Das Vorhandensein eines weiteren Mehrspindelmaschinenparks ist ein Beweis
für die Flexibilität des Unternehmens, das auf die Kompetenz und Vielseitigkeit
seiner Mitarbeiter zählen kann. Der “doppelte” Maschinenpark erlaubt eine
rasche Umstellung auf kleinere Kundenaufträge.
Die qualitativ hochwertigen Metallbearbeitungsmethoden finden nicht nur in
der Automobilindustrie, sondern auch im Haushaltsgerätesektor, in der
Anschlusstechnik, der Luftfahrt sowie der Rüstungsindustrie Anwendung.
Das Firmenareal erstreckt sich über eine Fläche von 2700 m2; ausserdem ist
für 2013 und 2014 eine Erweiterung der Produktionsfläche geplant.
Das Know-how von J. Baertschi beruht auf einer Familienunternehmensphilosophie. Das Unternehmen wurde 1968 von Jean Baertschi gegründet.
Die Nachfolge ist durch seinen Sohn Alain
gesichert, der rund zwanzig Jahre Produktionserfahrung vorweisen kann. Diese
Langlebigkeit stärkt das Vertrauen der
Kunden, die sich überwiegend in der
Schweiz aber auch in anderen Ländern
Europas (Grossbritannien, Deutschland,
Italien, Spanien usw.) befinden.
Das Qualitätsbedürfnis ist ein wesentlicher
Bestandteil dieser Unternehmensphilosophie. Das Unternehmen verfügt über zahlreiche Zertifizierungen, z. B. ISO 9001 und
ISOT/TS 16949 (speziell für die Automobilindustrie, die J. Baertschi SA als erstes
Unternehmen in der Romandie erhalten
hat) und demnächst auch das Umweltmanagementzertifikat ISO 14001, auf das sich
das Unternehmen derzeit vorbereitet.
77
PUBLI R eportage
© Fondation Bartimée
© Fondation Bartimée
Fondation Bartimée
L
a Fondation Bartimée est une institution résidentielle de
traitement, de réinsertion sociale et professionnelle destinée
aux personnes dépendantes aux substances illégales. 24
places en résidentiel, en Etape Extérieure (dont 8 places en studios
en ville et 9 en appartements communautaires), sont proposées aux
personnes dépendantes, ayant décidé de restructurer leur existence
hors des addictions.
© Fondation Bartimée
Une équipe pluridisciplinaire, composée d’infirmiers, d’éducateurs
spécialisés, de moniteurs socioprofessionnels, d’une assistante sociale
et de psychologues psychothérapeutes assurent la prise en charge.
Elle veille aussi à entretenir une continuité des liens entre le réseau
ambulatoire et le bénéficiaire.
Elle dispose, pour mener sa mission d’insérer les personnes dépendantes,
d’ateliers de réentrainement au travail, diversifiés qui interagissent
directement avec l’économie privée.
Elle met en œuvre, avec le souci constant de satisfaire sa clientèle :
• Un service de « Menuiserie », de rénovation ou de construction
de meubles ou d’autres structures en bois.
• La vente de produits artisanaux comme du miel, du pesto, de
l’huile pimentée, des confitures artisanales.
© Fondation Bartimée
• Un magasin de revalorisation d’objets « La Ressourcerie »,
atelier intégré à Strid SA
• Une laverie industrielle de vaisselles.
© Fondation Bartimée
78
Fondation Bartimée
Corcelettes 11 - CH-1422 Grandson
Tél. : +41 (0)24 447 40 30 - Fax : +41 (0)24 445 14 20
[email protected] - www.fondation-bartimee.ch
© Fondation Bartimée
• Un Service « Traiteur », qui propose des buffets apéritifs sucrés
ou salés et des repas pour toutes les occasions chauds ou froids.
SwiSS Knowhow
SwiSS Knowhow
PUBLI R eportage
GEOTEST AG, Zollikofen
Geschäftsleitung: R. Brinkmann, Dr. Ch. Meyer
Die GEOTEST AG wurde 1962 gegründet und befasst sich seither mit Fragen des Untergrundes und der Umwelt. Sie
beschäftigt zurzeit rund 120 Mitarbeiter und Mitarbeiterinnen
Mitarbeiter/-innen
• Geologen/-innen
• Geotechnik- und Bauingenieure/-innen
• Geographen/-innen, Umweltingenieur/-innen
• Umweltnaturwissenschafter /-innen
• Werkstoffingenieure
• Forstingenieure
• Geophysiker
• Laboranten
• technische Operateure
• administrative Mitarbeiter/-innen
Die GEOTEST AG ist neben ihrem Hauptsitz in Zollikofen in der
ganzen Schweiz mit Filialen in Davos, Zürich, Horw, Fribourg
und Le-Mont-sur-Lausanne vertreten.
Tätigkeitsbereiche
• Baugrunduntersuchung, Bodenmechanik, Grundbau
• Grundwassererkundung und –schutz
• Umweltschutz, Umweltverträglichkeit, Deponien, Altlasten,
Gebäudeschadstoffe (Asbest, PCB)
• Bodenschutz und -kartierung (Pedologie)
• Naturgefahren, Gefahren- und Risikomanagement, Planung von
Schutzmassnahmen
• Felsbau, Felsstabilität, Tunnelbau
• Messtechnik, Instrumentierung
• Bauteninspektion, Rissaufnahmen
• Geophysik (Seismik, Geoelektrik, Bohrloch- und Erschütterungsmessungen)
• Gewinnung von Rohstoffen, Abbauplanung, Materialbewirtschaftung
• Prüfstelle für geotechnische Prüfungen, Baustoffe, Fels und
Naturstein
80
Projekt (H20) Umfahrung Le Locle und
La Chaux-de-Fonds
Geotest AG wurde im Rahmen dieses Projekts vom Brükken- und Strassendienst des Kantons Neuenburg als Geotechnik- und Geologie-Spezialist mit der Ausführung der
folgenden Aufgaben betraut:
• Erfassen der geologischen Abschnitte gemäss SIA 199 der
künftigen Tunnels von Brenets, Le Locle und la Chaux-deFonds.
• Geotechnische Untersuchungen für die Tiefbauarbeiten der
Umfahrung von Le Locle (PS Le Locle West, Viadukt Pied
du Crêt, Brücke RC 1320, Steg EC 1320).
• Zusätzliche geologische Erkundigungen (7 Bohrungen /
650 Meter) für den Tunnel Le Locle.
• Sicherungs- und Schutzkonzept gegen Steinschlag für die
Zone Col de Roches – Westportal Tunnel Le Locle (carrières
des Granges).
Projekt N5 Ostast Biel: Teilsanierung
Deponie Lischenweg
Im Rahmen der Umfahrung Biel wurde die ehemalige Deponie
Lischenweg saniert.
Unsere Leistungen:
• Untersuchung der Altlastsituation
• Sanierungs- und Entsorgungskonzepte, Fachbauleitung
• Beratung der Bauherrschaft zur Optimierung der Entsorgung
Total wurden 150’000 – 200’000 m3 verschmutztes Material
entsorgt. Ausführungszeitraum: 2007 – heute.
Kosten: 20 Mio. Franken
GEOTEST AG
Hauptsitz: Birkenstrasse 15 - CH-3052 Zollikofen
Tel.: +41 (0)31 910 01 01 - Fax: +41 (0)31 910 01 00
[email protected] - www.geotest.ch
SwiSS Knowhow
PROJEKTE GEOTEST
© GEOTEST
© GEOTEST
Projekt (H20) Umfahrung Le Locle und La Chaux-de-Fonds
Westportal Tunnel Le Locle von Süden.
© GEOTEST
© GEOTEST
Portal des Brenet-Tunnels.
Westportal Tunnel Le Locle von Westen.
Steinschlaggefährdete Zone am Col des Roches.
© GEOTEST
© GEOTEST
Projekt N5 Ostast Biel: Teilsanierung Deponie Lischenweg
Abtragen von Altlasten in der Deponie Lischenweg in Biel.
GEOTEST AG
Hauptsitz: Birkenstrasse 15 - CH-3052 Zollikofen
Tel.: +41 (0)31 910 01 01 - Fax: +41 (0)31 910 01 00
[email protected] - www.geotest.ch
SwiSS Knowhow
Erfolgte Altlastensanierung in der Deponie Lischenweg in Biel.
81
PUBLI R eportage
GEOTEST SA, Zollikofen
Direction : R. Brinkmann, Dr. Ch. Meyer
L'entreprise GEOTEST SA a été créée en 1962 et se consacre aux questions liées au sous-sol et à l'environnement.
Elle emploie actuellement quelque 120 personnes.
Collaborateurs
• Géologues
• Ingénieurs en géotechnique et en construction
• Géographes et ingénieurs environnementaux
• Spécialistes en sciences de l'environnement
• Ingénieurs en sciences des matériaux
• Ingénieurs forestiers
• Géophysiciens
• Laborantins
• Opérateurs techniques
• Personnel administratif
Outre son siège principal à Zollikofen, GEOTEST SA possède des
succursales dans toute la Suisse, à Davos, Zurich, Horw, Fribourg
et Le-Mont-sur-Lausanne.
Domaine d’activité
• Examen du terrain à bâtir, mécanique des sols, fondations
• Prospection et protection des nappes phréatiques
• Protection et respect de l'environnement, décharges, sites contaminés, polluants dans les bâtiments (amiante, PCB)
• Protection et cartographie des sols (pédologie)
• Risques naturels, gestion des risques, planification de mesures de
protection
• Terrassement, stabilisation de pente et parois rocheuses, forage de
tunnels
• Techniques de mesure, instrumentation
• Inspections d'ouvrages, contrôle des fissures
• Géophysique (séismologie, sondage électrique, mesures de trous de
forage et de secousses)
• Abattage de matières premières, planification d'extraction, exploitation des matériaux
• Laboratoires d'essais pour tests géotechniques, matériaux de
construction, roche et pierre naturelle
82
Projet (H20) de contournement des villes du Locle et
de La Chaux-de-Fonds
Dans le cadre de ce projet du canton de Neuchâtel, le désengorgement du centre et la construction d'un pont ont été confiées
à Geotest SA en sa qualité de spécialiste en géotechnique et en
géologie. La mission comprend les tâches suivantes :
• Coupes géologiques des sections des futurs tunnels des
Brenets, du Locle et de La Chaux-de-Fonds conformément
à la recommandation SIA 199.
• Études géotechniques pour les travaux de génie civil de
contournement du Locle (PS Le Locle ouest, viaduc Pied
du Crêt, pont RC 1320, estacade EC 1320).
• Campagnes de reconnaissances géologiques supplémentaires
(7 puits / 650 mètres) pour le tunnel du Locle.
• Concept de sécurisation et de protection contre les chutes
de pierres pour la zone du Col de Roches – Tunnel du
Locle, portail ouest (carrières des Granges).
Projet N5 Bienne branche Est : Assainissement partiel
de la décharge de Lischenweg
Dans le cadre du contournement de Bienne, l'ancienne
décharge de Lischenweg a été assainie.
Nos prestations :
• Étude du niveau de contamination
• Concepts d'assainissement et d'évacuation des déchets,
gestion de site
• Conseil au maître d'ouvrage pour l'optimisation de l'évacuation
Ce sont au total entre 150 000 et 200 000 m3 de matériaux pollués
qui ont été évacués. Période d’exécution : 2007 - aujourd’hui.
Coûts : 20 millions de francs
GEOTEST SA
Siège principal : Birkenstrasse 15 - CH-3052 Zollikofen
Tél. : +41 (0)31 910 01 01 - Fax : +41 (0)31 910 01 00
[email protected] - www.geotest.ch
SwiSS Knowhow
PROJETS GEOTEST
© GEOTEST
© GEOTEST
Projet (H20) de contournement des villes du Locle et de La Chaux-de-Fonds
Portail ouest du tunnel du Locle depuis le sud.
© GEOTEST
© GEOTEST
Portail du tunnel des Brenets.
Portail ouest du tunnel du Locle depuis l'ouest.
Zone exposée au risque de chutes de pierres, Col des Roches.
© GEOTEST
© GEOTEST
Projet N5 Bienne branche Est : Assainissement partiel de la décharge de Lischenweg
Évacuation des polluants dans la décharge de Lischenweg à Bienne.
GEOTEST SA
Siège principal : Birkenstrasse 15 - CH-3052 Zollikofen
Tél. : +41 (0)31 910 01 01 - Fax : +41 (0)31 910 01 00
[email protected] - www.geotest.ch
SwiSS Knowhow
Assainissement terminé de la décharge de Lischenweg à Bienne
83
PUBLI R eportage
Hôpital du Jura bernois SA
Proximité et qualité
L’Hôpital du Jura bernois SA (HJB) est un établissement de proximité présent sur deux sites à Moutier et à Saint-Imier.
Il offre une large palette de prestations de qualité correspondant à sa mission de base et aux besoins de la population.
L’augmentation très sensible du nombre des patients au cours des dernières années ainsi que le développement
spectaculaire de l’offre démontrent que l’HJB est un modèle particulièrement bien adapté et qui mérite sa place dans
l’offre cantonale de soins hospitaliers. Parmi les atouts important de l’HJB notons la prise en charge extrêmement rapide
dans les services d’urgences. Les patients bénéficient d’une prise en charge médicale performante dans une
infrastructure fonctionnelle et disposant de moyens techniques de pointe.
L
es sites de Moutier et de Saint-Imier offrent globalement des
prestations médicales similaires qui couvrent les domaines de la
médecine interne, de la chirurgie générale et spécialisée ainsi que
de la gériatrie. Quelques prestations spécifiques sont toutefois liées à l’un
ou l’autre des sites, comme par exemple un centre de dialyse et la chirurgie
de la main sur le site de Moutier ou la gynécologie-obstétrique localisée
sur le site de Saint-Imier.
En août 2012 un centre de dialyse placé sous la responsabilité du Dr PierreAlain Triverio, médecin-chef en médecine interne et spécialiste en néphrologie, a été ouvert sur le site de Moutier. Ce nouveau centre offre une prestation
de proximité de tout premier plan aux patients de la région souffrant d’insuffisance rénale chronique. « Le nombre de patients augmente graduellement,
relève le nouveau directeur général de l’HJB, Dominique Sartori, ce qui
démontre l’utilité de ce centre et la confiance des patients qui, il faut le
rappeler, sont complètement dépendants de ce type de traitement relativement
lourd ». En effet, les patients sont dialysés trois fois par semaine à raison de
4 heures par séance. On comprend bien ici pourquoi l’HJB a misé particulièrement sur la proximité, l’ergonomie et le confort de ce nouveau centre.
Service de sauvetage
Le service de sauvetage peut s’appuyer sur trois bases distinctes (Saint-Imier,
Moutier et Tramelan) à partir desquelles des ambulances sont quotidiennement
engagées. Ces dernières années le service de sauvetage a connu une profonde
mutation dans la structure de son personnel. En effet, on faisait précédemment
appel à du personnel exerçant une double fonction dans l’hôpital pour effectuer
toutes les interventions alors qu’actuellement le service est composé de
professionnels formés au métier d’ambulancier et régulièrement entrainés
pour maintenir à jour les connaissances théoriques et pratiques.
Record du nombre de naissances à Saint-Imier
L’augmentation sensible du nombre de patients, observée depuis quelques
années dans tous les services, ne s’est pas démentie en 2012 et ceci indépendamment de l’introduction de la révision de la LAMal instaurant le
libre choix de l’établissement hospitalier. La maternité du site de Saint-Imier
a notablement contribué à cette magnifique progression puisqu’en 2012,
84
Hôpital du Jura bernois SA
Beausite 49 - CH-2740 Moutier
Tél. : + 41 (0)32 494 39 43
[email protected]
www.hjbe.ch
© Hôpital du Jura bernois SA
Centre de dialyse
elle a enregistré un record avec 300 naissances. Cette croissance réjouissante est le fruit de l’excellent travail de toute l’équipe du service, contribuant
ainsi à la fidélisation des patientes du Jura bernois mais également
des futures mères venues des Montagnes neuchâteloises et des FranchesMontagnes.
Nouveau directeur général
Depuis le 1er octobre 2012, l’HJB a un nouveau directeur général en
la personne de Dominique Sartori. Le nouveau directeur général a
entamé sa carrière à l’hôpital de Moutier en 1984 en qualité de chef
du laboratoire. Il a ensuite exercé différentes fonctions au sein de
l’hôpital, dont celle de sous-directeur. Ce sportif d’endurance également
passionné de philosophie peut se prévaloir, outre sa riche expérience au
sein de l’HJB, d’une formation de haut niveau : un diplôme post-grade
de Quality Manager (HES-SO de Sion), un diplôme en management
des institutions de santé (HEC/Université de Genève), une licence en
économie et gestion (Université de Savoie) ainsi qu’un diplôme MBA
Master in Business Administration (HEC/Université de Genève).
Fontenayes 17
CH-2610 Saint-Imier
Tél. : + 41(0)32 942 24 22
SwiSS Knowhow
PUBLI R eportage
Hôpital du Jura bernois SA
Nähe und Qualität
Das Hôpital du Jura bernois (HJB) ist ein auf Nähe fokussiertes Unternehmen mit zwei Standorten in Moutier und
Saint-Imier. Es bietet eine umfassende Palette qualitativ hochwertiger Dienstleistungen an und trägt damit seiner
Grundmission sowie den Bedürfnissen der Bevölkerung Rechnung. Der spürbare Anstieg der Patientenzahl in den letzten
Jahren und die beeindruckende Entwicklung des Angebots zeigen, dass es sich beim HJB um ein sehr anpassungsfähiges
Modell handelt, das seinen Platz im kantonalen Krankenpflegeangebot verdient. Einer der wichtigsten Pluspunkte
des HJB ist die äusserst schnelle Behandlung in der Notaufnahme. Die Patienten profitieren von einer effizienten
medizinischen Betreuung in einer gut funktionierenden Einrichtung und hochmodernen Behandlungsmethoden.
Rettungsdienst
Der Rettungsdienst verfügt über drei Standorte (Saint-Imier, Moutier und
Tramelan), von wo aus täglich Krankenwagen in den Einsatz entsandt
werden. In den vergangenen Jahren hat der Rettungsdienst in personeller
Hinsicht einige grundlegende strukturelle Veränderungen durchlaufen.
Während früher auf Personal zurückgegriffen wurde, das eine Doppelfunktion
für sämtliche Eingriffe im Krankenhaus ausübte, werden heute Mitarbeiter
zu Krankenwagenfahrern ausgebildet und regelmässig auf Schulungen
geschickt, sodass ihr theoretisches und praktisches Wissen ständig auf dem
neusten Stand bleibt.
© Hôpital du Jura bernois SA
Geburtenrekord in Saint-Imier
D
ie Standorte in Moutier und Saint-Imier bieten beide vergleichbare
medizinische Dienste in der inneren, allgemeinen und spezialisierten
Chirurgie sowie in der Geriatrie an. Dagegen werden einige
Dienste spezifisch von jeweils einem der Standorte angeboten. Hierzu
gehören einerseits das Dialysezentrum und die Handchirurgie in Moutier
und andererseits die Gynäkologie-Geburtshilfe in Saint-Imier.
Der deutliche Anstieg der Patientenzahl in den letzten Jahren innerhalb
sämtlicher Dienste hat sich auch im Jahr 2012 nicht verringert, und dies
unabhängig von der Revision des KVG, die eine freie Wahl der Krankenpflegeeinrichtung vorsieht. Die Geburtshilfe in Saint-Imier hat mit ihrem
Rekord von 300 Geburten im Jahr 2012 einen wesentlichen Beitrag zu dieser
beeindruckenden Entwicklung geleistet. Dieses erfreuliche Wachstum ist
der hervorragenden Arbeit des gesamten Teams zu verdanken, das nicht nur
das Vertrauen der Patienten aus dem Berner Jura sondern auch das der zukünftigen Mütter aus den Neuenburger Bergen und des Bezirks der Freiberge
gewinnen konnte.
Dialysezentrum
Neuer Generaldirektor
Im August 2012 wurde in Moutier ein Dialysezentrum eröffnet, das von
Dr. Pierre-Alain Triverio, Chefarzt für innere Medizin und Spezialist in
der Nephrologie, geleitet wird. Das neue Zentrum bietet den unter
chronischer Niereninsuffizienz leidenden Patienten aus der Region eine
erstklassige Nahbehandlung. “Die Zahl der Patienten steigt stetig”,
erklärt der neue Generaldirektor des HJB, Dominique Sartori. “Dies ist
ein Beweis für den Wert des Zentrums und das Vertrauen der Patienten,
die auf diese recht intensive Behandlung angewiesen sind.” Die Patienten
müssen dreimal wöchentlich zur Dialyse, wobei eine Sitzung jeweils vier
Stunden dauert. Es ist daher leicht nachvollziehbar, weshalb das HJB
bei diesem Zentrum besonderen Wert auf Nähe, Ergonomie und Komfort
gelegt hat.
Seit dem 1. Oktober 2012 hat das HJB mit Dominique Sartori einen
neuen Generaldirektor. Dominique Sartori begann seine Laufbahn im
Jahr 1984 als Laborleiter des Krankenhauses Moutier. Danach übernahm
er verschiedene Funktionen im Krankenhaus, unter anderem die des
Vizedirektors. Der Ausdauersportler und Philosophiebegeisterte kann
neben seiner fundierten Erfahrung beim HJB auch eine erstklassige
akademische Ausbildung vorweisen: ein Nachstudiendiplom in
Qualitätsmanagement von der HES-SO in Sion, ein Diplom “Management im Gesundheitswesen” von der HEC/Universität Genf, einen
Abschluss in Wirtschaft und Management von der Université de
Savoie sowie ein MBA-Diplom von der HEC/Universität Genf.
Hôpital du Jura bernois SA
Beausite 49 - CH-2740 Moutier
Tel.: + 41 (0)32 494 39 43
[email protected]
www.hjbe.ch
SwiSS Knowhow
Fontenayes 17
CH-2610 Saint-Imier
Tel.: + 41 (0)32 942 24 22
85
PUBLI R eportage
HRS Real Estate AG
Im Gespräch mit Martin Kull, VR-Delegierter, CEO und Inhaber
© HRS
© HRS
“Unsere langjährige Erfahrung, besonders im Bau von Sportstadien und Einkaufszentren,
ermöglicht es uns, die Herausforderungen im Zusammenhang mit den Stades de Bienne erfolgreich
zu meistern.”
Die Stades de Bienne sollen ihren Betrieb im Sommer 2015 aufnehmen.
Herr Kull, im Dezember 2012 ist der Spatenstich für die Stades de
Bienne erfolgt. Wie präsentiert sich der Leistungsumfang von der HRS
Real Estate AG?
HRS hat das Projekt entwickelt und ist als Totalunternehmerin für die
Realisierung des gesamten Bauvorhabens verantwortlich. Die Stades de
Bienne umfassen nebst zwei Sportstadien, nämlich einem Fussball- und
einem Eishockeystadion, eine überdachte Curling-Eisfläche, drei
Aussensportfelder mit den dazugehörigen Nebenräumen, sowie Verkaufsflächen und ein Parking.
86
Die HRS Real Estate AG hat sich nicht zuletzt mit dem Sportstättenbau
einen Namen gemacht. Welche Bedeutung haben die Stades de Bienne
für HRS?
Jedes Projekt ist für HRS wichtig. Bereits in der Anfangsphase zeigte
sich die Bedeutung des Projekts auch für die Region. Das Bewilligungsverfahren war anspruchsvoll und langwierig. Mehrere Volksabstimmungen waren nötig, damit im Dezember 2012 der Spatenstich
erfolgen konnte.
Zum ersten Mal werden ein Eishockeystadion mit 7000 Plätzen und ein
Fussballstadion mit 6000 Plätzen sowie eine Curlinghalle als Gesamtanlage erstellt. Wie herausfordernd ist dieses Projekt?
Es handelt sich bei den Stades de Bienne um eine in der Schweiz erste
und einzigartige Kombination von zwei Sportstadien und weiteren
Anlagen. Die Komplexität des Projekts stellt grosse Anforderungen
an die Planung und Realisierung, aber auch an die Sicherheit im Betrieb
der Anlagen.
Unsere langjährige Erfahrung, besonders im Bau von Sportstadien und
Einkaufszentren, ermöglicht es uns, diese Herausforderungen erfolgreich
zu meistern.
Wann werden die Fussballer des FC- und die Eishockey-Cracks des
EHC Biel die Stadien nutzen können?
Der Zeitplan sieht vor, dass ab Sommer 2015 beide Stadien in Betrieb
genommen werden können. Die Verkaufsflächen werden voraussichtlich
im Frühling 2015 bezugsbereit sein.
SwiSS Knowhow
Postfinance-Arena in Bern: Die HRS Real Estate AG verfügt über langjährige Erfahrung
im Bau oder Umbau von Sportstadien.
Ist die Wahrnehmung richtig, dass HRS mit Projekten wie den Stades de
Bienne die Städtebauentwicklung in der Schweiz stark mitprägen will?
Gestützt auf die aktuellen Grossprojekte wie zum Beispiel die Messe
Basel, der Hauptsitz der PostFinance in Bern, das Dock B des Zürcher
Flughafens, das Swiss Tech Convention Center der École Polytechnique
Fédérale in Ecublens oder das Fussballstadion Maladière in Neuenburg,
trägt die HRS Real Estate AG zwangsläufig zur Städteentwicklung bei.
Dabei arbeiten wir eng mit der jeweiligen privaten oder öffentlichen
Bauherrschaft zusammen. Mit solchen markanten Gebäuden wird immer
das Erscheinungsbild einer Stadt oder Gemeinde geprägt. Es ist daher
unser Ziel, unsere Projekte sorgfältig im Gesamtbild einzubetten. Bei der
Analyse der Rahmenbedingungen eines Projekts beziehen wir jeweils die
städtebaulichen, wirtschaftlichen und gesellschaftlichen Gegebenheiten
ein. Dies ist besonders unter dem Aspekt von Bedeutung, dass wir auch
für künftige Generationen bauen.
© HRS
© HRS
PUBLI R eportage
Ein weiteres Grossprojekt von HRS: Das Forschungszentrum für Philippe Morris in Neuenburg.
Rechnung tragen. Es gilt jedoch Qualität vor Quantität. Raum ist nach
wie vor vorhanden, er muss jedoch intelligent genutzt werden. Wichtig
ist dabei auch hier ein guter Mix: die Balance zwischen Wohnen, Arbeiten
und Freizeit muss gewahrt werden.
Herr Kull, besten Dank für das Interview.
Viel wird vom verdichteten Bauen gesprochen, um die Zersiedelung zu
stoppen. Wie stellen Sie sich dieser Diskussion?
Das Wohnverhalten der Bevölkerung hat sich in den letzten Jahrzehnten
erheblich geändert. Vor 30 Jahren lebte eine grosse Mehrheit auf dem
Land, heute lebt rund dreiviertel der Bevölkerung in Städten und
Agglomerationen. Dieser Entwicklung müssen wir in unserer Planung
© HRS
HRS verfolgt zwar viele öffentlichkeitswirksame Projekte, Sie sind aber
auch im Wohnbau sehr aktiv. Wo sehen Sie entlang des “Arc Jurassien”
in den nächsten Jahren das grösste Potenzial?
So lange wie der Siedlungsdruck anhält, wird auch der “Arc Jurassien”
davon profitieren. Interessant sind Gebiete an gut erschlossenen
ÖV-Linien und Individualverkehrsachsen. Wichtig ist jeweils ein guter
Mix, zum Beispiel der Anteil Miet- gegenüber Eigentumswohnungen
oder die Anzahl Wohnungstypen. Es gilt auch die Einkommensstärke
der potentiellen Mieter oder Käufer zu berücksichtigen. Wohnraum muss
für alle erschwinglich sein.
Mit Grossprojekten wie der Messe Basel trägt HRS
auch zur jeweiligen Städtebauentwicklung bei.
HRS Real Estate AG
Walzmühlestrasse 48 - CH-8501 Frauenfeld
Tel: +41 (0)52 728 80 80 - Fax: +41 (0)52 728 80 90
[email protected] - www.hrs.ch
87
SwiSS Knowhow
PUBLI R eportage
HRS Real Estate AG
« Grâce à notre longue expérience dans la construction de stades et de centres commerciaux,
nous sommes en mesure de relever avec succès les défis posés par le projet Stades de Bienne. »
© HRS
© HRS
Entretien avec Martin Kull,
délégué du conseil d’administration, CEO et propriétaire
L'ouverture des Stades de Bienne est prévue pour l'été 2015
88
M. Kull, le premier coup de pioche des Stades de Bienne a été donné
en décembre 2012. Quelles prestations sont réalisées par la société
HRS Real Estate AG sur ce projet ?
Le projet a été développé par notre société et nous prenons en charge
la totalité du projet de construction. Les Stades de Bienne, soit deux
stades sportifs, comprennent un stade de football, un stade de hockey
sur glace, une halle de curling couverte, trois terrains extérieurs ainsi
que des infrastructures annexes telles que des surfaces de vente et un
parking.
C'est la première fois qu'un stade de hockey sur glace de 7 000 places
et un stade de football de 6 000 places ainsi qu'une halle de curling
sont regroupés au sein d'un même complexe. Quels sont les défis posés
par ce projet ?
C’est la première fois que deux stades sportifs et d’autres infrastructures
sont regroupés au sein d’un même complexe en Suisse. Il s’agit d’un projet
unique en son genre. Ce projet est complexe et présente donc de grands
défis relatifs à la planification et à la réalisation mais également à la
sécurité lors de l’utilisation des infrastructures.
Votre société a acquis sa renommée en grande partie grâce à la
construction d’infrastructures sportives. Quelle importance revêt ce
projet pour HRS ?
Chaque projet nous tient à cœur. Dès le départ, l’importance de ce projet
s’est fait sentir, même au niveau régional. Le processus d’approbation
a représenté un travail de longue haleine. Plusieurs référendums ont
été nécessaires avant que le premier coup de pioche ne soit donné en
décembre 2012.
Grâce à notre longue expérience dans la construction de stades et de
centres commerciaux, nous sommes en mesure de relever avec succès
les défis posés par ce projet.
Quand les footballeurs du FC Bienne et les joueurs de hockey sur glace
de l’EHC Bienne pourront-ils utiliser les stades ?
L’inauguration des deux stades est prévue à l’été 2015. Les surfaces
de vente seront probablement prêtes au printemps 2015.
SwiSS Knowhow
La PostFinance-Arena à Berne : la société HRS Real Estate AG dispose d’une longue expérience
dans la construction ou la transformation de complexes sportifs.
HRS donne l’impression de vouloir marquer le développement urbanistique
suisse en réalisant des projets tels que les Stades de Bienne. Est-ce le cas ?
La société HRS Real Estate AG contribue inévitablement au développement urbanistique avec ses grands projets actuels tels que la halle « Messe
Basel », le siège de la PostFinance à Berne, le dock B de l’aéroport de
Zürich, le Swiss Tech Convention Center de l’École Polytechnique
Fédérale d’Écublens ou encore le stade de football Maladière de
Neuchâtel. Nous travaillons à cet effet en étroite collaboration avec des
maîtres d’ouvrage privés et publics. De tels bâtiments marquent sans
conteste l’identité visuelle d’une ville ou d’une commune. Nous apportons
donc du soin à l’intégration de nos projets à l’environnement. Lors de
l’analyse des conditions générales d’un projet, nous associons les données
urbanistiques, économiques et sociales. C’est particulièrement important
puisque nous construisons également pour les générations futures.
© HRS
© HRS
PUBLI R eportage
Un autre grand projet de la société HRS : le centre de recherche Philippe Morris à Neuchâtel.
dans des villes et agglomérations. Nous devons tenir compte de ce
développement. La qualité prime cependant sur la quantité. L’espace
est toujours présent mais il doit être utilisé avec intelligence. Ici aussi, il
importe de trouver les bonnes proportions : l’équilibre entre habitat, travail
et temps libre doit être conservé.
M. Kull, nous vous remercions vivement pour cet entretien.
Il est beaucoup question de la densité de construction pour stopper
le mitage. Comment vous positionnez-vous par rapport à ce débat ?
Les pratiques de la population en matière d’habitat ont été profondément
bouleversées ces dernières décennies. Il y a 30 ans, la grande majorité
vivait à la campagne. Aujourd’hui, les trois quarts de la population vivent
© HRS
HRS réalise de nombreux projets ayant un impact médiatique mais
vous êtes également présent sur le secteur de la construction d’habitations.
Où voyez-vous le plus grand potentiel le long de l’« Arc Jurassien » dans
les prochaines années ?
Tant que la pression immobilière perdure, l’« Arc Jurassien » en profitera également. Les zones bien desservies par les transports en commun
et les axes routiers sont intéressantes. Il est toujours important de
conserver un bon mélange, par exemple la proportion de locations et
de propriétés ou le nombre de types d’habitations. Il est également
capital de prendre en compte les niveaux de revenu des locataires ou
acheteurs potentiels. Le parc de logements doit être accessible à tous.
HRS contribue également au développement urbanistique avec de grands projets
tels que la nouvelle halle « Messe Basel » de Bâle.
HRS Real Estate AG
Walzmühlestrasse 48 - CH-8501 Frauenfeld
Tél. : +41 (0)52 728 80 80 - Fax : +41 (0)52 728 80 90
[email protected] - www.hrs.ch
89
SwiSS Knowhow
PUBLI R eportage
Itten+Brechbühl AG
Fragen an Herrn Christoph Arpagaus, Dipl. Architekt HTL,
Betriebswirtschaftsingenieur FH/NDS, Vorsitzender der Geschäftsleitung
Herr Arpagaus, IttenBrechbühl hat 2012 das 90. Jahr seines Bestehens gefeiert.
Was zeichnet die Tätigkeit des Unternehmens damals wie heute aus?
Unsere Unternehmenskultur hat sich über fünf Architektengenerationen
erhalten und weiterentwickelt. Unsere Stärke liegt insbesondere in unserer
Fähigkeit, als Architekten und Generalplaner Kooperationen einzugehen
und ein Netzwerk für jedes einzelne Projekt zu bilden. Der Gründer Otto
Rudolf Salvisberg (1882-1940) hat das virtuelle Architekturbüro bereits
vor 90 Jahren aufgebaut. Dieses ermöglichte ihm schon damals, gleichzeitig
in Berlin, Basel, Bern und Zürich zu bauen. Dieser Spirit, feste und projektbezogene Netzwerke zu schaffen, durchdringt unser Denken und Handeln
also bereits seit Generationen.
Gleichzeitig mit dem Jubiläum hat sich IttenBrechbühl 2012 neu aufgestellt. Sie
haben zusammen mit fünf anderen langjährigen Kadermitarbeitern das Aktionariat
übernommen. Mit welcher Zielsetzung haben Sie diesen Schritt gemacht?
Der bisherige Mehrheitsaktionär Nick Gartenmann hat sich 2012 dazu
entschlossen, seine Nachfolge frühzeitig und umsichtig zu regeln. Ihm ist
es gelungen, IttenBrechbühl in den 18 Jahren seines Wirkens von einem
Architekturbüro mit 50 Mitarbeitenden zu einem der grössten europaweit
tätigen Schweizer Architektur- und Generalplanungsunternehmen zu entwickeln und erfolgreich zu positionieren. Wir möchten das Unternehmen mit
Tatkraft und Wertschätzung für das Erbe in die Zukunft führen und weiter
entwickeln und sehen uns weiterhin als kompetenten Partner in der Schweiz
und im Ausland.
Sie haben es erwähnt, mit 250 Mitarbeitenden und einem Jahresumsatz von
70 Millionen Franken gehört IttenBrechbühl zu einem der grössten europaweit
tätigen Schweizer Architektur- und Generalplanungsunternehmen. Wie sehen
Sie die weitere Entwicklung?
Wir wollen unsere Stärken im Bereich der Architektur und Generalplanung
nutzen und ausbauen. Eine hohe gestalterische und architektonische Qualität
unserer Bauten ist uns ebenso wichtig wie Funktionalität, Wirtschaftlichkeit
und Nachhaltigkeit. Diese Stärken wollen wir pflegen und weiterentwickeln.
90
Welches Leistungsspektrum umfasst die Tätigkeit von IttenBrechbühl und
wie muss sich ein Bauherr einen umfassenden Prozess vorstellen?
IttenBrechbühl deckt das gesamte Spektrum eines modernen Architektur- und
Generalplanungsunternehmens ab. Das Projektmanagement umfasst die
Planung, Überwachung und Steuerung des gesamten Prozesses von der
Planung über den Bau bis zur Inbetriebsetzung. Im Entwurf entwickeln wir
aus den Vorstellungen und Vorgaben der Auftraggeber konkrete Entwürfe, die
wir dann in der Planung in Ausführungsunterlagen umsetzen. Hierbei bringen
wir unser umfassendes Know-how über Planungsprozesse, Behördenabstimmungen und Koordination ein. Damit wird die Grundlage für die Umsetzung
gelegt. Schliesslich setzt unser Baumanagement diese Planungsresultate in ein
reales Bauwerk um. Wir organisieren, koordinieren und leiten den gesamten
Bauprozess. Im Bereich Bautreuhand übernehmen wir Projektleitungs- und
weitere Aufgaben auf der Bauherrenseite.
IttenBrechbühl steht für eine klare Architektursprache. Wo liegen für Sie die
Gemeinsamkeiten von Projekten wie beispielsweise dem Dienstleistungszentrum Lyssbachpark in Lyss, dem Neubau des Kantonsspitals Olten und
einem Terminal am Flughafen Wien?
Die Gemeinsamkeiten liegen in einer sehr sorgfältigen Analyse, Entwicklung
und Planung der Gebäude, bei der wir auf das Design (Materialisierung
und Farbgestaltung) besonderes Augenmerk legen. Die Orientierung an
den Kundenbedürfnissen, ein hoher gestalterischer Anspruch, optimale
betriebliche Abläufe, Wirtschaftlichkeit und Nachhaltigkeit prägen unsere
Architektur.
Kommen wir auf einige Projekte von IttenBrechbühl entlang des Jurabogens zu
sprechen: Als spezialisierter und erfahrener Planer und Realisierer von Bauten
für das Gesundheitswesen haben Sie auch das neue Intensivbehandlungs-,
Notfall- und Operationszentrum INO des Inselspitals Bern gebaut. Dieses ist
als erstes Gebäude der Schweiz nach dem Prinzip der Systemtrennung geplant
und ausgeführt worden. Können Sie uns dieses Prinzip etwas näher erläutern?
Dieses System berücksichtigt die unterschiedliche Lebensdauer der verschiedenen Gebäudeteile und schafft Flexibilität. Ohne dass das ganze Gebäude
betroffen sein wird, sind so in der Zukunft Eingriffe oder Umbauten möglich.
Die Tragstruktur und die Gebäudehülle bilden das langfristig angelegte
Primärsystem, das unabhängig vom Sekundärsystem geplant und ausgeführt
wurde. Das Sekundärsystem, das 15 bis 30 Jahre halten soll, umfasst den Ausbau
innerhalb der gegebenen Primärstruktur. Es ist als geschossunabhängiges
Raumlayout gestaltet, welches die Basis für das Tertiärsystem, die Möblierung
und medizintechnische Ausrüstung, bildet.
© by Stampfli Fotografie
© Itten+Brechbühl AG
Architekten und Generalplaner
Intensivbehandlungs-, Notfall- und Operationszentrum INO, Inselspital Bern
SwiSS Knowhow
Beim Behandlungszentrum Bahnhof des Kantonsspitals Aarau (KSA) wurde
bewusst der Mensch ins Zentrum gestellt. Mit welchen architektonischen
Mitteln?
Bei diesem Pionierprojekt standen wir vor der Herausforderung, sowohl
nach aussen – das Gebäude hat eine vollverglaste Hülle – als auch im
Inneren das Spannungsverhältnis von Transparenz (Aus- und Durchblicke)
und Schutz der Privatsphäre ins richtige Verhältnis zu rücken. Diese
Balance ist ein wichtiges Mittel bei der Orientierungshilfe und betrifft
sowohl den Umgang mit den räumlichen Ordnungs- und Orientierungsprinzipien als auch die Wahl der Materialien und Farben. Ein wichtiges
Thema ist auch das Tageslicht, welches durch die eindeutig geführten
Blickachsen als Orientierungshilfe dient. Das natürliche Licht und der Blick
ins Freie sind auch wichtig für das allgemeine psychische Wohlbefinden
von Patienten und Personal.
© Shigeru Ban Architects
PUBLI R eportage
Neues Hauptquartier für Swatch und neue Gebäude für Omega in Biel
© Dominique Marc Wehrli, Regensdorf
Fern des Arc Jurassien ist der Neubau Terminalerweiterung Nordost-Skylink
am Wiener Flughafen ein Grossprojekt von IttenBrechbühl. Mit welcher Konzeption lässt sich die rekordtiefe Umsteigezeit von nur 25 Minuten erreichen?
Mit 25 Minuten ist die Umsteigezeit in Wien tatsächlich die kürzeste Europas.
Bei aller Hektik aber, die auf dem Flughafen notwendigerweise herrscht: Die
Passagierflüsse wurden klar strukturiert, definiert und entsprechend werden
die Reisenden geleitet. Das leistet die architektonische Struktur durch eine
systematische räumliche Anordnung, durch die Ausprägung der Räume und
durch einleuchtende Durchblicke. Eine Signaletik nach dem neuesten Stand
der Erkenntnis ist dabei selbstverständlich.
Herr Arpagaus, die Swatch Group wählte IttenBrechbühl als lokalen Partner
für die Planung und Realisierung ihrer neuen Gebäude in Biel. Damit sind
Sie Partner des renommierten japanischen Architekten Shigeru Ban, der den
Architekturwettbewerb 2010 für sich entschieden hat. Was genau umfasst
das Projekt und wie lautet ihr Auftrag?
Das Projekt umfasst im Wesentlichen den neuen Hauptsitz für Swatch,
ein neues Produktionsgebäude, ein Museum und Konferenzzentrum für
Omega sowie die Neugestaltung der Firmenareale in Biel. IttenBrechbühl
übernimmt bei diesem Grossprojekt die Gesamt- und Planungsleitung,
die Ausschreibungs- und Ausführungsplanung sowie das gesamte Baumanagement inkl. Qualitätskontrolle. Uns gelingt damit eine Weiterführung unserer
Tradition, verlässlicher Partner von sehr renommierten internationalen
Architekten zu sein.
Bei der Umsetzung und Realisierung herausragender Projekte bilden
wir so eine wichtige Ergänzung im Team von Bauherrschaft und Design
Architekt. Dies durften wir beim The Dolder Grand in Zürich mit Foster
and Partners Ltd. oder beim Flughafenkopf Zürich mit Sir Nikolas Grimshaw
unter Beweis stellen, um zwei Beispiele zu nennen.
© Roman Boensch, Wien
Multiklinik KSA am Bahnhof Aarau
Terminal Skylink Wien - Terminal Skylink Vienne
Wenn Sie einen Projektwunsch frei hätten - was möchten Sie gerne eines Tages
noch realisieren?
Betrachtet man unsere unglaubliche Vielfalt an Projekten, dann kommt Stolz
auf, dieser befriedigenden und erfüllenden Tätigkeit bei IttenBrechbühl
nachgehen zu dürfen. Der Wunsch besteht deshalb darin, weiterhin neue,
vielschichtige und komplexe Herausforderungen anzunehmen, die Hochs und
Tiefs im Projektgeschäft zu durchleben und später dann auf das Vollbrachte
zurückblicken zu können.
Itten+Brechbühl AG
Nordring 4A
Postfach 608 - CH-3000 Bern 25
Tel.: +41 (0)31 340 81 11 - Fax: +41 (0)31 340 81 12
[email protected] - www.ittenbrechbuehl.ch
91
SwiSS Knowhow
PUBLI R eportage
Itten+Brechbühl SA
Entretien avec M. Christoph Arpagaus, architecte HTL diplômé,
ingénieur commercial FH/NDS, Président de la direction
M. Arpagaus, IttenBrechbühl a fêté en 2012 ses 90 ans d'existence. Quelles sont
les caractéristiques de l'activité de l'entreprise, aujourd'hui comme autrefois ?
Notre culture d'entreprise a été préservée et développée sur cinq générations
d'architectes. Notre force réside dans notre capacité à coopérer en tant
qu'architectes et planificateurs généraux, et à tisser un réseau pour chaque
projet. Le fondateur, Otto Rudolf Salvisberg (1882-1940), a virtuellement
créé le cabinet d'architecte il y a 90 ans. Déjà à l'époque, cela lui a permis de
construire simultanément à Berlin, Bâle, Berne et Zurich. Cet esprit, la
création de réseaux stables et liés aux projets, imprègne notre façon de penser
et d'agir depuis plusieurs générations déjà.
Parallèlement au jubilé, IttenBrechbühl s'est réorganisée en 2012. Vous avez
repris l'actionnariat avec cinq autres cadres expérimentés. Quel est l'objectif
de cette démarche ?
L'actionnaire majoritaire précédent, Nick Gartenmann, a décidé en 2012 de régler
sa succession avec prudence et prévoyance. Pendant ses 18 années à la tête
d'IttenBrechbühl, il a réussi à faire d'un cabinet d'architecte de 50 employés
l'une des entreprises suisses d'architecture et de planification générale les
plus grandes et les plus prospères d'Europe. Nous souhaitons continuer à
diriger et à développer l'entreprise avec dynamisme et respect pour notre
histoire, tout en maintenant notre position de partenaire compétent pour
l'ébauche, la planification et la réalisation de projets de construction
passionnants, en Suisse et à l'étranger.
Comme vous l'avez évoqué, avec 250 employés et son chiffre d'affaires de
70 millions de francs, IttenBrechbühl est l'une des plus grandes entreprises
suisses d'architecture et de planification générale en Europe. Comment voyezvous les prochains développements ?
Nous souhaitons mettre en pratique et développer nos atouts dans les
domaines de l'architecture et de la planification générale. La qualité architecturale et conceptionnelle de nos constructions est aussi importante à nos
yeux que la fonctionnalité, la rentabilité et la durabilité. Nous souhaitons
entretenir et continuer à développer ces atouts.
92
Quelle est la gamme de services couverte par l'activité de IttenBrechbühl et
comment un maître d'ouvrage conçoit-il un projet important ?
IttenBrechbühl offre l'ensemble des services attendus d'une entreprise
d'architecture et de planification générale moderne. La gestion de projet comprend la planification, la surveillance et le pilotage de l'ensemble du processus,
de la planification à la mise en service en passant par la construction. Lors
de la période de conception, nous développons des ébauches concrètes à
partir des idées et des objectifs du donneur d'ordre, que nous traduisons
ensuite lors de la planification en documents de mise en œuvre. Pendant ce
processus, nous apportons notre savoir-faire complet en termes de processus
de planification, de procédures administratives et de coordination. Cette phase
permet de poser les bases de la mise en œuvre. Enfin, notre service de gestion
de construction applique les résultats de la planification pour bâtir un ouvrage.
Nous organisons, coordonnons et dirigeons l'ensemble du processus de
construction. Dans le domaine des fiducies immobilières, nous prenons en
charge la direction de projet et d'autres tâches en tant que maître d'ouvrage.
Le nom d'IttenBrechbühl est synonyme de langage architectural clair. Quels
sont à vos yeux les points communs entre, par exemple, le centre de services
Lyssbachpark à Lyss, la reconstruction de l'hôpital cantonal d'Olten ou d'un
terminal de l'aéroport de Vienne ?
La similitude porte sur l'analyse, la planification et le développement rigoureux des bâtiments, et l'attention particulière portée au design (matérialisation
et choix des couleurs). L'importance donnée aux attentes du client, le désir
de créativité, l'optimisation des processus opérationnels, la rentabilité et la
durabilité caractérisent nos travaux architecturaux.
Ce qui nous amène à un projet en particulier mené par IttenBrechbühl au
sein de l'arc jurassien : en tant que planificateur et constructeur spécialisé
et qualifié de bâtiments pour le secteur de la santé, vous avez également
construit le nouveau centre INO (soins intensifs, urgences et opérations) de
l'hôpital de l'île à Berne. Il s'agit du premier bâtiment en Suisse planifié et
réalisé selon le principe de la séparation systémique. Pourriez-vous nous
décrire plus précisément ce principe ?
Ce système tient compte des différences dans la durée de vie des diverses parties
du bâtiment et favorise la flexibilité. Ainsi, les interventions et restructurations
futures pourront être menées sans que l'ensemble du bâtiment ne soit concerné.
La structure porteuse et l'enveloppe du bâtiment constituent le système primaire,
conçu pour le long terme, et planifié et réalisé indépendamment du système
secondaire. Le système secondaire, qui devrait tenir entre 15 et 30 ans, comprend
les aménagements au sein de la structure primaire. La configuration des pièces
est conçue indépendamment de l'étage, ce qui constitue la base du système
tertiaire, l'ameublement et les équipements médicaux techniques.
© par Stampfli Fotografie
© Itten+Brechbühl AG
Architectes et planification générale
INO (soins intensifs, urgences et opérations) de l’Inselspital à Berne
SwiSS Knowhow
PUBLI R eportage
© Shigeru Ban Architects
Pour le centre de soins de l'hôpital cantonal d'Aarau (KSA) situé près de la
gare, l'humain a été volontairement placé au centre du projet. Avec quels
moyens architecturaux ?
Lors de ce projet novateur, nous avons dû relever un défi particulier, celui
de l'équilibre entre la transparence (vue de l'extérieur et de l'intérieur) et la
protection de la sphère privée, aussi bien à l'extérieur du bâtiment (dont
l'enveloppe est en verre) qu'à l'intérieur. Cet équilibre constitue un outil
important pour l'orientation et concerne aussi bien la manière de gérer
les principes d'agencement et d'orientation pour les pièces, que le choix
des matériaux et des couleurs. La lumière du jour est également un point
important, car elle permet de s'orienter grâce aux axes de perspective
univoques. La lumière naturelle et la vue dégagée sont également importantes
pour le bien-être psychique général des patients et du personnel.
Nouveau siège pour Swatch et nouveaux bâtiments pour Omega à Bienne
© Dominique Marc Wehrli, Regensdorf
Loin de l'arc jurassien, la construction du nouvel agrandissement du
terminal nord-est Skylink de l'aéroport de Vienne constitue un gros projet
pour IttenBrechbühl. Quelle conception permet de parvenir au temps de
transit record de 25 minutes ?
À Vienne, le temps de transit est le plus court d'Europe : 25 minutes.
Malgré l'agitation qui règne nécessairement dans un aéroport, les flux de
passagers sont bien structurés, définis, ce qui permet de bien guider les
voyageurs. Cela est à mettre au crédit de la structure architecturale via
un agencement topographique systématique, une typologie nette des espaces
et des échappées de lumière. Le recours à une signalétique de pointe
va de soi.
M. Arpagaus, le groupe Swatch a choisi IttenBrechbühl comme partenaire
local pour la planification et la réalisation de son nouveau bâtiment à Bienne.
Vous êtes ainsi partenaire du célèbre architecte japonais Shigeru Ban, qui a
remporté le concours d'architecture en 2010. Sur quoi porte ce projet exactement
et quelle est votre mission ?
Le projet porte essentiellement sur le nouveau siège social de Swatch, un
nouveau bâtiment de production, un musée et un centre de conférence
pour Omega, ainsi que le réaménagement des bâtiments de l'entreprise
à Bienne. Sur ce projet conséquent, IttenBrechbühl prend en charge la
direction générale et la planification générale, la planification des appels
d'offre et de la réalisation, ainsi que l'ensemble de la gestion de la
construction, y compris le contrôle qualité. Nous sommes ainsi fidèles à
notre longue tradition d'établissement de partenariats avec des architectes
de renommée mondiale.
Pour la mise en œuvre et la réalisation de défis de ce type, nous accueillons
de nouveaux éléments dans notre équipe de maîtres d'ouvrage et de
designers. C'est ce que nous avons fait dans le cas du Dolder Grand à Zurich
avec Foster and Partners Ltd., ou dans le cas de la zone de Flughafenkopf
de Zurich avec Sir Nikolas Grimshaw, pour citer deux exemples.
Itten+Brechbühl SA
Nordring 4A
Case postale 608 - CH-3000 Berne 25
Tél. : +41 (0)31 340 81 11 - Fax : +41 (0)31 340 81 12
[email protected] - www.ittenbrechbuehl.ch
SwiSS Knowhow
© Roman Boensch,Vienne
Hôpital cantonal d’Aarau, Centre de soins Gare
Terminal Skylink Vienne - Terminal Skylink Wien
Quel projet souhaiteriez-vous encore réaliser un jour ?
Lorsque l'on observe la diversité incroyable de nos projets, on est très fier
d'avoir pu participer à ces missions au sein d'IttenBrechbühl et on ressent
un mélange de satisfaction et d'accomplissement. Si j'avais un vœu, ce serait
de pouvoir continuer à relever des défis aussi variés et complexes, à vivre
les hauts et les bas de la gestion de projets, et de pouvoir ensuite jeter un
regard sur tout le travail accompli.
93
© Itten+Brechbühl AG
© Dominique Uldry. Berne
Feuerwehrstützpunkt Forsthaus Bern-West
Nouveau centre de renfort des sapeurs-pompiers Forsthaus, Berne Ouest
Bundeshaus West Bern - Aile ouest du Palais fédéral, Berne
Lyssbachpark Lyss, Neubau Siedlungs- und Dienstleistungszentrum
Centre de services, nouveaux lotissements, Lyssbachpark, Lyss
Fussballstadion Thun-Süd - Stade de football, Thoune-sud
The Dolder Grand Zürich
© René Dürr, Zurich
© Philipp Zinniker, Berne
© Yves André, St. Aubin
© Rudolf Steiner, Berne
Robert Walser-Zentrum Bern - Centre Robert Walser Berne
Itten+Brechbühl SA - Nordring 4A - Case postale 608 - CH-3000 Berne 25
Tel.: +41 (0)31 340 81 11 - Fax: +41 (0)31 340 81 12 - [email protected] - www.ittenbrechbuehl.ch
SwiSS Knowhow
PUBLI R eportage
Die Voser Treuhand AG
« Petite mais efficace »
Christian Voser, Gründer und Geschäftsführer
Christian Voser, fondateur et directeur général
“Die Mitarbeitenden der Voser Treuhand AG passen sich rasch
den neuen Gegebenheiten an. Flexibles Handeln ist für uns eine
Selbstverständlichkeit. Wir sehen neuen Herausforderungen
mit Interesse entgegen.”
« Les collaborateurs de la société Voser Treuhand AG sont capables
de s'adapter rapidement aux nouvelles conditions. La flexibilité
va de soi. Nous relevons les nouveaux défis avec grand intérêt. »
I
C
Das sieben Mitarbeitende umfassende, kompetente und spezialisierte Team
besticht mit umfangreichem Fachwissen und handelt und denkt voll und ganz
im Sinne der Kunden. Die Voser Treuhand AG setzt auf Teamwork, lässt den
Mitarbeitenden jedoch gleichzeitig genügend Raum für selbständiges Handeln
und Denken. Diese Unternehmenskultur garantiert eine hochwertige Betreuung
der Kunden und höchste Qualität der Arbeit. “Unsere Firmenphilosophie ist
ganz darauf ausgerichtet, unsere Geschäfts- und Privatkunden optimal zu betreuen”,
erläutert Christian Voser. “Wir wollen unseren Kunden einen seriösen, sorgfältigen
und individuellen Service bieten. Gleichzeitig sind uns Vertrauen, Kundennähe,
Bereitschaft und die menschliche Beziehung sehr wichtig.”
Les sept collaborateurs forment une équipe compétente, spécialisée et complémentaire capable de convaincre grâce à son savoir technique riche. Elle s'engage
pleinement pour le bien du client. La société mise sur le travail d'équipe tout
en laissant assez de marge de manœuvre à ses collaborateurs pour agir et
penser de manière autonome. Cette culture d'entreprise garantit une prise en
charge des clients de grande qualité et un travail précieux. « Notre philosophie
d'entreprise est complètement tournée vers la prise en charge optimale de nos
clients professionnels et particuliers », explique Christian Voser. « Nous voulons
offrir à nos clients des services sérieux, soignés et individuels. La confiance,
la proximité avec le client, la bonne volonté et les relations humaines nous sont
tout aussi importantes. »
© Die Voser Treuhand AG
© Die Voser Treuhand AG
“Klein aber fein”
m malerischen Nidau hat Christian Voser 1994 die Voser Treuhand AG
gegründet. In den letzten knapp 20 Jahren hat sich das Unternehmen zu
einem kleinen und sehr flexiblen Betrieb entwickelt, der die Anliegen
und Anforderungen von Geschäftskunden ebenso bestens versteht wie die von
Privatkunden.
Kompetenter Ansprechpartner in Sanierungsfragen
Die Voser Treuhand AG betreut KMU im finanz- und betriebswirtschaftlichen
Bereich. Christian Voser bringt seine langjährige Erfahrung im Treuhandwesen
und sein fundiertes Wissen als Bankkaufmann sowie als Treuhandexperte ein.
Zu den grossen Stärken des Unternehmens zählt das Know-how im Umgang mit
Behörden und Gerichten. Dies macht die Voser Treuhand AG vor allem auch im
Bereich des Sanierungsrechts zu einem kompetenten Ansprechpartner. Bereits
mehrere Firmen konnten nachhaltig saniert werden.
hristian Voser a fondé la société Voser Treuhand AG en 1994 dans la ville
pittoresque de Nidau. En presque 20 ans, cette entreprise a su se transformer en une petite activité très flexible capable de comprendre au mieux
les demandes et les exigences des professionnels comme des particuliers.
Un interlocuteur compétent pour les questions touchant
au redressement financier
La société Voser Treuhand AG prend en charge les PME pour les questions
relatives aux finances et à la gestion. Christian Voser apporte sa longue expérience
dans le domaine fiduciaire et son riche savoir en tant qu'employé de banque et
expert fiduciaire. Son grand savoir-faire avec les autorités et les tribunaux
représente l'une des plus grandes forces de l'entreprise. Elle est ainsi un partenaire
compétent, particulièrement pour le droit de l'assainissement. La société Voser
Treuhand AG a déjà redressé plusieurs entreprises de manière durable.
Ein komplettes Dienstleistungsangebot
Une offre de prestations complète
Das umfassende Angebot des Unternehmens beinhaltet auch alle buchhalterischen Dienstleistungen wie Buchführung, Lohnbuchhaltung und Abrechnungen
von Sozialversicherungen oder der MWSt. Wer sich mit einer Firmengründung,
dem Kauf oder Verkauf von Unternehmen, Nachfolgeregelungen oder Finanzierungen beschäftigt, findet bei den Spezialisten im Bereich Treuhand die richtigen
Ansprechpartner. Ein umfangreicher Service im Steuerbereich komplettiert das
Dienstleistungsangebot der Voser Treuhand AG.
VOSER TREUHAND AG
Mittelstrasse 24 - CH-2560 Nidau
Tel. 032 331 29 55 - Fax 032 331 27 32
[email protected] - www.voser-treuhand.ch
SwiSS Knowhow
L'offre complète de l'entreprise comprend également toutes les prestations
comptables telles que la comptabilité, la comptabilité des salaires et les comptes
des assurances sociales ou de la TVA. Pour la création, l'achat ou la vente
d'entreprise, la succession ou les financements, les spécialistes du domaine
fiduciaire représentent les bons interlocuteurs. Des services complets en matière
de fiscalité viennent compléter l'offre de prestations de la société.
95
PUBLI R eportage
L. Klein AG, Biel
Edelstähle und Metalle für Kunden in der ganzen Welt
Interview mit Olivier und Philippe Schiess, Geschäftsleiter L. Klein AG
© L. Klein AG
© L. Klein AG
Das 1946 gegründete Familienunternehmen L. Klein AG in Biel ist Lagerhalter und Händler von Edelstählen und
Metallen. In den letzten Jahrzehnten hat sich die L. Klein AG von einem regionalen Zulieferbetrieb zu einem
international tätigen Unternehmen entwickelt und beliefert seither die ganze Welt, wie die Geschäftsleiter Olivier und
Philippe Schiess in unserem Interview ausführen.
Olivier und Philippe Schiess, Geschäftsleiter L. Klein AG.
96
Rudolf Schiess., Verwaltungsratspräsident der Schiess
Holding AG, der Muttergesellschaft der L. Klein AG.
Herr Oliver und Herr Philippe Schiess, die L. Klein AG ist im Bereich
Edelstähle und Metalle als Lagerhalter und Händler tätig. Welche Art
Produkte umfasst Ihr Lieferprogramm?
Wir liefern rostfreie Spezialstähle, Kohlenstoffstähle, härtbare
Chromstähle, Titanlegierungen, Kobalt-Chrome Legierungen sowie
pulvermetallurgisch hergestellte Stähle.
40 Prozent Ihres Umsatzes erzielen Sie weltweit im Ausland. In
welche Länder exportieren Sie?
Im EU-Raum beliefern wir hauptsächlich Länder wie Deutschland,
Frankreich, Italien, Spanien, Portugal, Österreich und Schweden.
Ausserhalb Europas verfügen wir auch über Kunden in Ländern
wie Singapur, Malaysia, Taiwan, Indien, Israel, USA oder Mexiko.
In welcher Form werden bei Ihnen Edelstähle und Metalle gehandelt?
Handelsübliche Formen sind Rundstähle als Vollmaterial in
3m-Stäben und als 4- und 6-Kant sowie als Ringmaterial für die
Escomatenverarbeitung im Abmessungsbereich von 0.20 – 30
mm, je nach Qualität.
L. Klein AG fokussiert sich seit längerer Zeit auf dental- und medizinaltechnische Güter sowie auf hochpräzise Produkte für die Uhren- Medizin
und Automobilindustrie. Mit welchen Angeboten?
Unsere Kunden sind Verarbeiter von Präzisionsdrehteilen (Décolletage) zur Herstellung von Uhrwerkteilen im Mittel- und Hochpreissegment. In der Medizinaltechnik beliefern wir Hersteller von
chirurgischen und Dentalinstrumenten und auch von Implantaten.
Und welche Industriezweige beliefern Sie damit hauptsächlich?
Unsere Hauptabnehmer stammen aus der Uhren-, der Medizinal- und
der Automobilindustrie sowie aus den Branchen Fiberoptik,
Messtechnik, Antriebstechnik, Mikromotoren, allgemeine Mikro
und Feinmechanik.
In der Automobilindustrie wiederum zählen Drehbetriebe zu unseren
Kunden, die z.B. Einspritzsystem-Magnetventile oder Mikromotorenteile herstellen.
SwiSS Knowhow
PUBLI R eportage
Können Sie uns das pulvermetallurgische Verfahren, wie es bei den
Automatenstählen LAW 100 X und CHRONIFER® M-15X Verwendung
findet, kurz erläutern?
Jedes Pulverkorn enthält die von uns vorgegebene Analyse. Das
Korn wird anschliessend durch eine Düse in einen “Canister” eingespritzt, sodann unter Druck eingeschmolzen und als Strangguss
weiterverarbeitet um zu guter Letzt kalt zu Stäben oder Ringen
weitergezogen und geschliffen zu werden.
Rundstähle in Stäben der Qualität CHRONIFER M 17C bei L. Klein AG.
© L. Klein AG
Nicht nur für die Uhren- und Medizinal-Industrie ist eine gleichbleibend
höchste Qualität bei Edelstählen und weiteren Metallen unabdingbar.
Wie wird L. Klein AG diesen Qualitätsansprüchen stets gerecht?
Vor rund fünf Jahren haben wir mit unserem erfahrenen Metallurgen
Pierre Marechal (vormals u.a. bei Straumann tätig) eine neue Generation
von Stahl ins Leben gerufen, sogenannte pulvermetallurgisch
hergestellte Stähle: LAW 100 X wird für Uhrwerkteile von höchster
Präzision verwendet und der härtbare Chromstahl CHRONIFER
M-15 X erfüllt höchste Ansprüche an Korrosionsbeständigkeit,
Duktilität sowie an Polierbarkeit. Für den Implantate-Bereich haben
wir neu – neben den Titanlegierungen – mit CCM-Micromelt und
PHYNOX zwei Cobalt-Chrom Legierungen im Lagerprogram.
Bei L. Klein AG sind Umweltschutz und Erneuerbare Energien kein
leeres Versprechen. Dürfen wir Sie zum Schluss um einige Beispiele
bitten?
Aber gerne: Eine 23-kW-Photovoltaik-Anlage auf dem Dach dient
zur Stromerzeugung über ein Batteriemanagment. Der Überschuss
wird ins lokale EW-Netz abgegeben. Die Wärmeerzeugung für
Heizung und Warmwasser erfolgt mit einer Holzkesselfeuerung
plus Gaswärmekraftkoppelung, die Wärme und Strom erzeugt und
die in zwei grosse Jenni-Speicher eingespiesen werden. Zusätzlich
dazu haben wir – ebenfalls auf dem Dach – noch ca. 30 m2 Warmwasserkollektoren installiert.
Ein Teil des Lagers an Stählen in Rundstäben und Ringen.
© L. Klein AG
Und welche Produktvorteile ergeben sich aus dieser Herstellungstechnik?
CHRONFER M-15 X zeichnet sich durch ein homogeneres und viel
feineres Gefüge aus, was eine regelmässigere Verarbeitbarkeit,
weniger Verzug nach der Wärmebehandlung (Härten), eine höhere
Korrosionsbeständigkeit und ermüdungsärmere Teile erlaubt. Gleichzeitig ist CHRONFER M-15 X besser polierbar und der Ausschuss
der Fertigteile ist geringer. “Last but not least” profitieren unsere
Kunden durch diese Vorteile von einem geringeren Materialbedarf.
Herr Oliver und Herr Philippe Schiess,
wir danken Ihnen für dieses Interview.
L. Klein AG
Chemin du Long-Champ 110
Postfach 8358 - CH-2500 Biel/Bienne 8
Tel.: +41 (0)32 341 73 73 - Fax: +41 (0)32 341 97 20
[email protected] - www.kleinmetals.ch
97
SwiSS Knowhow
PUBLI R eportage
L. Klein AG, Bienne
Aciers fins et métaux pour nos clients du monde entier
Entretien avec Olivier et Philippe Schiess, Directeurs généraux de L. Klein AG
Aciers ronds en barres de qualité CHRONIFER M 17C chez L. Klein SA.
98
© L. Klein AG
© L. Klein AG
L’entreprise familiale L. Klein SA, fondée en 1946 à Bienne, est stockiste et commerçant d’aciers fins et métaux. Ces
dernières décennies, cette entreprise régionale sous-traitante est devenue active au niveau international et fournit
maintenant le monde entier. Nous avons rencontré Olivier et Philippe Schiess, les directeurs généraux.
Une partie du stock d'aciers en barres rondes et anneaux.
Messieurs Olivier et Philippe Schiess, L. Klein SA est stockiste et
commerçant des aciers fins et des métaux. Quels types de produits
comprend votre programme de livraison ?
Nous fournissons des aciers inoxydables spéciaux, des aciers Inoxydable trempable, des alliages de titane, des alliages chrome-cobalt ainsi
que des aciers élaborés par métallurgie des poudres.
Vous réalisez 40 % de votre chiffre d’affaires à l’étranger dans le
monde entier. Dans quels pays exportez-vous ?
Au sein de l’Union Européenne, nous fournissons essentiellement l’Allemagne, la France, l’Italie, l’Espagne, le Portugal, l’Autriche et la Suède.
En dehors de l’Europe, nous avons des clients notamment à Singapour,
en Malaisie, à Taïwan, en Inde, en Israël, aux USA et au Mexique.
Sous quelle forme sont traités les métaux fins et les métaux dans
votre entreprise ?
Nous commercialisons généralement des aciers ronds pleins en
barres de 3 m, des hexagones ou carrés ainsi que des torches pour
des machines Esco dans une gamme de taille allant de 0,20 à 30 mm
selon la qualité.
L. Klein SA se concentre depuis longtemps dans le domain dentaires
et médicales ainsi que les produits de haute précision pour les
industries horlogères, médicale et automobile. Quelles sont les
offres en la matière ?
Nos clients travaillent des pièces tournées de précision (Décolletage) pour
la fabrication de pièces d’horlogerie pour les segments de prix moyens
et de luxe. Au sein du secteur de la technique médicale, nous fournissons
les fabricants d’instruments dentaires et chirurgicales et d’implants.
Quelles branches industrielles fournissez-vous en particulier ?
Nos principaux clients proviennent des industries horlogère, médicale
et automobile ainsi que des branches telles que la fibre optique, la
métrologie, la technologie de transmission, les micromoteurs, la
micromécanique générale et la mécanique de précision.
Pour ce qui est de l’industrie automobile, nous comptons également
parmi nos clients des entreprises fabriquant par exemple des électrovannes pour systèmes d’injection ou des pièces pour micromoteurs.
SwiSS Knowhow
PUBLI R eportage
Il n’y a pas que pour les industries horlogère et médicale que cette haute
qualité constante des aciers fins et métaux est indispensable. Comment
réussit L. Klein SA à satisfaire à ces exigences qualitatives ?
Il y a environ cinq ans, nous avons élaboré avec Pierre Marechal,
notre métallurgiste expérimenté (il a notamment travaillé pour
Straumann), une nouvelle génération d’aciers : les aciers élaborés
par métallurgie des poudres. LAW 100 X est utilisé pour les pièces
d’horlogerie nécessitant la plus grande précision. L’acier CHRONIFER M-15 X est un inox trempable à très haut teneur à la corrosion,
avec une bonne ductilité, et exéllente à polir. Pour le domaine des implants, nous avons maintenant deux nouveaux alliages chrome-cobalt CCM-Micromelt et PHYNOX en plus des alliages de titane.
Chez L. Klein SA, la protection de l’environnement et les énergies
renouvelables ne sont pas de vaines promesses. Pouvez-vous nous citer
quelques exemples pour la fin de cet entretien ?
Mais bien volontiers : une installation photovoltaïque de 23 kW sur
le toit nous permet de produire de l’électricité à travers un système
de gestion de batterie. L’excédent est injecté dans le réseau EW
local. La chaleur pour le chauffage et l’eau chaude est générée par
une chaudière à bois et un couplage chaleur-force à gaz, qui produit
à la fois de la chaleur et de l’électricité injectées dans deux grands
accumulateurs Jenni. Nous avons également installé des collecteurs
d’eau chaude sur environ 30 m² du toit.
Olivier et Philippe Schiess, Directeurs généraux de L. Klein AG
Rudolf Schiess, président du Conseil d'administration de Schiess Holding AG,
la maison-mère de L. Klein AG.
© L. Klein AG
Quels avantages présente le produit grâce à cette technique de
fabrication ?
CHRONFER M-15 X se distingue par une structure plus homogène
et beaucoup plus fine permettant ainsi une usinabilité plus régulière,
moins de déformation après le traitement thermique (durcissements),
une haute résistance à la corrosion et d’obtenir des pièces s’usant
moins vite. CHRONFER M-15 X est polissable plus facilement et le
rebut des pièces finies est moins important. Enfin, nos clients ont
donc besoin de moins de matières premières.
© L. Klein AG
Pouvez-vous nous expliquer rapidement le processus de métallurgie des
poudres utilisé pour les aciers automates LAW 100 X et CHRONIFER®
M-15X ?
Chaque grain de poudre contient l’analyse que nous avons fixée. La
poudre est ensuite injectée par une buse dans un « bidon », puis fondue
sous pression et transformée en coulée continue pour être enfin étirée
à froid en barres ou torches.
Messieurs Olivier et Philippe Schiess,
nous vous remercions pour cet entretien.
L. Klein AG
Chemin du Long-Champ 110
Boîte postale 8358 - CH-2500 Biel/Bienne 8
Tél. : +41 (0)32 341 73 73 - Fax : +41 (0)32 341 97 20
[email protected] - www.kleinmetals.ch
99
SwiSS Knowhow
PUBLI R eportage
Meyer Sintermetall AG, Studen
Wenn bei Formteilen Qualität,
Präzision und Wirtschaftlichkeit zählt
Interview mit Christoph Meyer, Direktor Meyer Sintermetall AG
Seit über 60 Jahren produziert Meyer Sintermetall AG hochwertige Sintermetall-Formteile. Dieses grosse Know-how
ermöglicht massgeschneiderte Lösungen für Produkte, die genau die gewünschten Eigenschaften aufweisen. Und dies
bei einem optimalen Preis-Leistungsverhältnis, wie Christoph Meyer, der dem Unternehmen in der dritten Generation
vorsteht, in unserem Interview unterstreicht.
Herr Meyer, Meyer Sintermetall AG stellt Formstücke mittels
Sintertechnik, also pulvermetallurgisch her. Um was für ein Verfahren
handelt es sich dabei?
Unsere Formteile werden als Pulver mit einer Zugabe von Gleitwachs
gemischt und unter hohem Druck in Stahlformen kalt gepresst und
anschliessend gesintert. So erhält das Teil direkt seine Endform und
Endeigenschaft. Sintern bedeutet, dass die Formteile in speziellen
Öfen in einer kontrollierten Schutzgasatmosphäre oder im Vakuum
soweit erhitzt werden, bis die einzelnen Pulverteilchen an den
Oberflächen verschmelzen. Durch diesen Prozess entsteht aus dem
zerbrechlichen Grünling ein hochfestes Sinterformteil.
Welche Arten von Produkten können auf diese Weise gefertigt werden?
Unter Berücksichtigung bestimmter Konstruktionsspielregeln lassen
sich mit unserem Verfahren Teile mit sehr komplexen Geometrien
herstellen. So fabrizieren wir auf der Basis von Eisen, Chromnickelstahl,
Wolfram oder auch Speziallegierungen beispielsweise Zahnräder,
Zahnstangen und Zahnplatten sowie Ritzel, Rotoren und Kreisel,
aber auch Schwungmassen für mechanische Uhren oder Formteile
mit Gleiteigenschaften etc. Zudem produzieren wir poröse Filterelemente aus Bronze und Chromnickelstahl. Nicht zuletzt auch
mit unseren bekannten PorSilent-Schalldämpfern haben wir einen
Qualitätsbegriff geschaffen.
Und welches sind Ihre wichtigsten Absatzmärkte?
Dank unserem grossen Maschinenpark, unserer sehr hohen Flexibilität
und der langjährigen Erfahrung unserer Fachleute liefern wir Formteile
oder Filterelemente in die unterschiedlichsten Branchen. Unsere
Kunden stammen unter anderem aus der Maschinen-, Uhren-, Elektronik-, Automobil- und der Rüstungsindustrie.
100
Was alles umfasst denn Ihr Maschinenpark?
Ein umfangreicher Maschinenpark ist unerlässlich zur zuverlässigen
Umsetzung der Vorgaben in fertige Produkte. Wir verfügen daher über
3 Pulvermischautomaten, 28 Pulverpress- und Kalibriermaschinen
(von 3 bis 150 Tonnen), 6 Sinteröfen (Band-,Vakuum- und Retortenöfen), moderne Teilereinigungsanlagen und Trovalisierungsautomaten
sowie diverse CNC-Bohr- und Drehautomaten.
Das Sinterverfahren ersetzt gleich mehrere herkömmlich Herstellungsverfahren. Zum Beispiel?
Anstelle der üblichen Formgebungen wie das Giessen, Schmieden,
Drehen, Spritzen etc. ist es dank der Sintertechnik möglich, Teile in ihrer
endgültigen Form massgerecht direkt aus Metallpulvern zu erzeugen.
Und wie schneiden Sintermetalle im Vergleich zu anderen Herstellungsarten in qualitativer Hinsicht ab?
Das Direktverfahren mit gesinterten Werkstücken bietet nicht
nur eine herausragende Qualität, sondern auch Sicherheit: Die
Mikrostruktur der Teile ist feiner und einheitlicher als bei anderen
Verfahren und es können sehr enge Masstoleranzen eingehalten
werden. Eine hohe Wiederholgenauigkeit im Produktionsprozess
und nicht zuletzt die hohe Lebensdauer sprechen zusätzlich für
Teile aus Sintermetall.
Gleichzeitig gilt die Pulvermetallurgie gegenüber traditionellen
Verfahren als ökonomische und ökologische Alternative. Weshalb?
Die Sintertechnik garantiert ein optimales Preis-Leistungsverhältnis.
Im Vergleich zu herkömmlichen Verfahren ist die Wirtschaftlichkeit
bereits bei kleinen Serien gegeben, während der Kostenverlauf bei
steigender Menge stark degressiv ausfällt. Hinzu kommt, dass die
Materialausnützung beinahe 100% beträgt und somit kaum Abfall
anfällt. Auch der im Vergleich zu gängigen Methoden geringe
Energieverbrauch wirkt sich nicht nur auf die Herstellungskosten,
sondern auch positiv auf die Umwelt aus. Zudem brauchen keine
Hilfsflüssigkeiten wie Schneideöle etc. entsorgt zu werden. Im
Vergleich zu einer Giesserei oder Schmiede zum Beispiel entsteht
bei Sintern auch keine Lärm- und Geruchsbelästigung.
SwiSS Knowhow
PUBLI R eportage
Meyer Sintermetall AG fertigt nicht nur Teile, sondern bietet als
Partner ganze Lösungen. Was kann man sich darunter vorstellen?
Für viele unserer Kunden kann es durchaus lohnend sein, ein bestimmtes
Werkstück durch leichte Konstruktionsänderungen anzupassen, um
die Vorteile der Sintertechnik nutzen zu können. Dafür brauchen
sie einen Partner, der mit Ihnen zusammenarbeitet, Alternativen
analysiert und weiss, wie man die Prozesse optimiert. Durch ein
gemeinsames Vorgehen mit unseren Spezialisten, aber auch dank
der schnellen und unkomplizierten Herstellung von Probemustern,
gelangen sie direkt zur richtigen Lösung.
Herr Meyer, wir danken Ihnen für dieses Interview!
Meyer Sintermetall AG - Worbenstrasse 20 - CH-2557 Studen
Tel. : +41 (0)32 373 11 11 - Fax : +41 (0)32 373 40 28 - www.sintermetall.ch
SwiSS Knowhow
101
PUBLI R eportage
Meyer Sintermetall SA, Studen
L’importance de la qualité, de la précision et
de la rentabilité dans le domaine des pièces moulées
Entretien avec Christoph Meyer, directeur de Meyer Sintermetall SA
Depuis plus de 60 ans, Meyer Sintermetall SA produit des pièces frittées en métal de haute qualité. Son solide savoirfaire lui permet de concevoir des solutions sur mesure pour des produits qui offrent exactement les propriétés
souhaitées. Tout cela avec un rapport qualité-prix optimal, comme nous l’explique au cours de cet entretien Christoph
Meyer, qui fait partie de la troisième génération de dirigeants de l’entreprise.
M. Meyer, Meyer Sintermetall SA produit des pièces moulées à l’aide
de techniques de frittage, c’est-à-dire de poudres de métaux. Quel
est ce procédé ?
Nos pièces moulées sont constituées de poudre mélangées à un
agent lubrifiant puis comprimées à haute pression et à froid jusqu’à
obtenir des formes d’acier, pour enfin procéder au frittage. C’est
ainsi que la pièce atteint sa forme définitive et ses propriétés finales.
Le frittage signifie que les pièces compactées sont chauffées dans
un four spécial, sous vide ou sous gaz protecteur, jusqu’à ce que les
particules de poussières à la surface finissent par se fondre avec la
pièce. Grâce à ce processus, les pièces fragiles initiales deviennent
des pièces frittées à haute résistance.
Quels types de produits peuvent être fabriqués de cette manière ?
En prenant en compte des règles de construction précises, notre
procédé permet de produire des pièces avec des formes très complexes.
À partir de fer, d’acier au chrome-nickel, de tungstène ou d’alliages
spéciaux, nous fabriquons par exemple des roues, des arbres et des
plaques dentés, ainsi que des pignons, des rotors et des gyroscopes,
mais aussi des volants d’inertie pour les horloges mécaniques ou des
pièces frittées avec des propriétés de glisse, etc. Nous produisons
également des éléments de filtrage poreux en bronze ou en chromenickel. Enfin, nos silencieux ProSilent sont reconnus pour leur haut
niveau de qualité.
Quels sont vos principaux débouchés ?
Grâce à la taille de notre parc de machines, à notre grande flexibilité
et aux longues années d’expérience de nos spécialistes, nous fournissons
des pièces frittées sur plusieurs marchés. Nos clients viennent entre
autres de la construction de machines, de l’horlogerie, de l’électronique,
de l’automobile ou de l’industrie militaire.
102
Quelle est la composition de votre parc de machines ?
Un parc de machines varié est indispensable pour répondre aux
demandes de produits finis. Nous disposons ainsi de 3 mélangeurs
de poudre, 28 presses et machines à calibrer (de 3 à 150 tonnes), 6
fours de frittage (à convoyeur, sous vide et à alambic), des machines
de nettoyage et de trovalisation modernes, ainsi que plusieurs automates CNC à percer et à décolleter.
Le frittage remplace plusieurs procédés de fabrication traditionnels.
Pouvez-vous nous donner quelques exemples ?
Contrairement aux techniques de façonnages habituelles comme
le coulage, la forge, le tournage, l’arrosage, etc., le frittage permet
d’obtenir la forme et les dimensions souhaitées directement à partir
de poudres de métaux.
Quelles sont les différences entre le frittage et les autres types de
façonnage d’un point de vue qualitatif ?
Le traitement direct à l’aide de pièces à façonner frittées offre non
seulement une qualité exceptionnelle, mais aussi un haut niveau de
sécurité : la microstructure des pièces est plus fine et plus homogène
par rapport aux autres techniques, et les tolérances dimensionnelles
supportées sont très étroites. La précision de répétition élevée dans
le processus de production ainsi que la durabilité sont des atouts
supplémentaires offerts par les pièces en métal fritté.
En outre, la métallurgie des poudres est une alternative plus économique
et plus écologique aux procédés traditionnels. Pour quelle raison ?
Le frittage garantit un rapport qualité-prix optimal. Comparée aux
procédés traditionnels, cette technique est rentable même pour la
production de petites séries, alors que les coûts baissent rapidement
avec l’augmentation des quantités produites. De plus, presque 100 %
des matériaux sont utilisés, ce qui limite grandement la quantité de
débris. Toujours en comparaison avec les méthodes habituelles, la
faible consommation d’énergie est bénéfique d’un point de vue
économique, mais aussi pour l’environnement. De plus, l’utilisation
et donc le traitement de fluides comme les liquides de coupe ne sont
plus nécessaires. Si on compare par exemple avec une fonderie ou une
forge, le frittage ne produit ni nuisances sonores, ni mauvaises odeurs.
SwiSS Knowhow
PUBLI R eportage
Meyer Sintermetall SA ne produit pas uniquement des pièces, mais
propose également des solutions complètes dans le cadre de partenariats.
Pouvez-vous nous en dire plus ?
Pour beaucoup de nos clients, il est souvent judicieux d’adapter une pièce
à façonner en particulier via de petites modifications dans la construction,
afin de bénéficier des avantages de la technique de frittage. Il leur faut
pour cela un partenaire, qui collabore avec eux, analyse les choix possibles et sait comment optimiser le processus. En coopérant avec nos
spécialistes et grâce à la fabrication simple et rapide d’échantillons,
nos partenaires peuvent directement choisir la meilleure des solutions.
Monsieur Meyer, nous vous remercions pour cet entretien !
Meyer Sintermetall SA
Worbenstrasse 20 - CH-2557 Studen - Tel : +41 (0)32 373 11 11 - Fax : +41 (0)32 373 40 28 - www.sintermetall.ch
SwiSS Knowhow
103
PUBLI R eportage
NMS Bern
“Bei uns stehen die Lernenden im Zentrum”
© NMS Bern
Interview mit Annette Geissbühler, Direktorin NMS
© NMS Bern
Die NMS Bern profiliert sich mit einem umfassenden Angebot als Ergänzung zu den staatlichen Bildungsinstitutionen.
In einem motivierenden und positiven Lernklima werden die Kinder und Jugendlichen schon sehr früh zum selbständigen
Lernen geführt. Auf diese Weise werden die Schülerinnen und Schüler in ihrer persönlichen Entwicklung und in ihren
Stärken gefördert, damit sie ihr Leistungspotential nicht nur zu erkennen, sondern auch voll ausschöpfen können.
Unterricht an der Fachmittelschule der NMS Bern.
Frau Geissbühler, die NMS Bern ist als private Bildungsinstitution
hohen ethischen und pädagogischen Grundsätzen verpflichtet. Was
heisst das für die Lernenden, aber auch für die Lehrenden?
Für uns stehen die Lernenden als Individuen im Zentrum. Wir tun alles,
damit sie an der NMS ein optimales Arbeits- und Lernumfeld haben;
wir begleiten und beraten sie auf ihrem Weg der Ausbildung.
Die Lehrpersonen arbeiten mit unterschiedlichen Unterrichtsmethoden
und leiten die Lernenden zu eigenverantwortlichem Lernen an.
104
Neben der Werteorientierung und der praktischen Anwendung von
solidarischem Handeln, z.B. in Projektarbeiten, erhalten die Lernenden
die Grundlagen, um sich im Anschluss an ihre Ausbildung an der
NMS auf ihrem weiteren Lebens- und Ausbildungsweg behaupten
zu können.
Über welche Stufen und in welchen Formen erstreckt sich Ihr Ausbildungsangebot?
Wir bieten Ausbildungen auf allen Bildungsstufen an: Beginnend mit der
Volksschule erstreckt sich unser Angebot über diverse 10. Schuljahre sowohl
für Sekundar- wie Realschülerinnen und -schüler, die Fachmittelschule
mit Fachmaturität, das Gymnasium mit Matur bis hin zur Lehrerinnen- und
Lehrerbildung für Kindergarten und Primarstufe. Dabei ist der Neueintritt
oder auch der Quereinstieg auf allen Stufen möglich. Unsere Abschlüsse
sind kantonal und schweizerisch sowie international (Bachelor of Arts
PHBern in Pre-Primary and Primary Education) anerkannt.
Die NMS Bern entwickelt innovative Arbeits- und Bildungskonzepte.
Dürfen wir Sie um Beispiele bitten?
Es ist ein Merkmal der privaten Bildungsinstitution, dass sie einen
Mehrwert gegenüber den staatlichen Schulen bieten muss. Wir tun
SwiSS Knowhow
© NMS Bern
© NMS Bern
PUBLI R eportage
NMS Bern: Förderung der Kinder und Jugendlichen in einem positiven Lernklima.
dies auf verschiedene Arten; die Anwendung innovativer Bildungskonzepte ist eine davon. Solche gibt es auf jeder Stufe an der NMS,
wie z.B. Frühfremdsprachen ab 1. Klasse oder unser Oberstufenmodell
an der Volksschule, welches wir in Form eines begleiteten Lernateliers
umsetzen.
Am Gymnasium haben wir mit dem fächerintegrierten Religionsunterricht, bei dem der Ethik- und Religionslehrer im übrigen Fachunterricht
bei angezeigten Themenbereichen ethische und/oder religiöse Fragen
im Teamteaching in den Unterricht einbringt.
An der Fachmittelschule nehmen wir im “Modell Weissenstein” mit
zeitlich vom Fachunterricht getrennten Prüfungen das System “tertiäre
Bildung” auf, um die Schülerinnen und Schüler bereits auf der Sekundarstufe II mit dem Vorlesungs- und Prüfungsstil der Hochschule
vertraut zu machen.
Bei der Lehrerinnen- und Lehrerbildung arbeiten wir u.a.
mit dem Studienmodell 30+ an einer berufsbegleitenden
Ausbildung für über 30-Jährige, welche bereits ab 2.
Studienjahr studienbegleitend unterrichten. Dieses
Modell startet im kommenden Herbst zum ersten Mal.
Der Erfolg einer Bildungsinstitution ist selbstredend an
deren Qualität geknüpft. Welchen qualitativen Grundsätzen
folgt die NMS?
Wir arbeiten mit dem Modell QuES (Qualitätsentwicklung Schulen) der Berner Fachstelle für Schulentwicklung, Evaluation und Beratung BeFaSEB. Zwei
Abteilungen der NMS sind bereits nach diesem Modell
zertifiziert worden. Unser Institut für die Lehrerinnen- und
Lehrerbildung ist derweil der PHBern angegliedert und
orientiert sich für die Qualitätsentwicklung deshalb am
Modell EFQM.
Schulgebäude der NMS für Gymnasium und Fachmittelschule am Waisenhausplatz in Bern.
Und auf welche Weise wird die Qualität Ihres Bildungsangebots
laufend sichergestellt?
Wir evaluieren den Unterricht regelmässig und leiten, falls nötig, entsprechende Massnahmen wie z.B. individuelle, situative Weiterbildungen oder
thematische Inputs für das Kollegium ein. Ausserdem befragen wir periodisch die Eltern sowie die AbnehmerInnen unserer Schülerinnen und Schüler. Das Qualitätsentwicklungsmodell QuES bringt es zudem mit sich, dass
die Lehrpersonen alle in einem Tandem eingebunden sind, in dem sich die
Lehrpersonen zu gegenseitigem Unterrichtsbesuch und entsprechender
Rückmeldung verpflichten.
Auch die Zufriedenheit der Mitarbeitenden an der NMS lassen wir durch ein
Institut der Universität Bern erheben. Gleichzeitig übt der Kanton, welcher
für die Anerkennung unserer Ausbildungen verantwortlich ist, seine Aufsichtspflicht in jährlichen Reporting- und Controlling-Gesprächen aus.
Die NMS bekennt sich zu den Grundsätzen der nachhaltigen
Entwicklung. Welche Handlungsfelder werden dadurch
beeinflusst?
Es sind alle Lehrpersonen angehalten, Elemente der
Bildung für nachhaltige Entwicklung (BNE) in ihren
Unterricht einfliessen zu lassen. Das bedeutet, dass
Themen ganzheitlich im Dreieck “Ökonomie-ÖkologieSoziales” beleuchtet werden. Bei der Lehrerinnen- und
Lehrerbildung haben wir BNE als festen Bestandteil im
Studienplan verankert. Auf betrieblicher Ebene geht
es zum Beispiel um einen bewussten Umgang mit Reinigungsmaterialien, der Wahl von umweltfreundlichem
Kopierpapier, der Abfalltrennung in jedem Schulzimmer
oder dem sorgfältigen Einsatz von Energie. Last but not
least wurden bei unserem letzten Bauprojekt an der
Volksschule Minergie-Standards umgesetzt.
Frau Geissbühler,
wir danken Ihnen für dieses Interview!
NMS Bern - Waisenhausplatz 29 - CH-3011 Bern
Tel.: +41 (0)31 310 85 85 - Fax: +41 (0)31 310 85 68 - [email protected] - www.nmsbern.ch
105
SwiSS Knowhow
PUBLI R eportage
NMS Bern
« L’élève est au centre de nos préoccupations »
© NMS Bern
Entretien avec Annette Geissbühler, directrice de NMS
© NMS Bern
L’école NMS Bern se démarque grâce à son offre complète et se pose comme un complément aux institutions de
formation publiques. Dans ce climat motivant et positif, les enfants et les jeunes sont rapidement initiés à l’apprentissage
autonome. Grâce à cette méthode, les étudiants et les étudiantes sont soutenus dans leur développement personnel,
ce qui leur permet non seulement de reconnaître, mais aussi d’exploiter pleinement leur potentiel.
NMS Bern : soutien des enfants et des jeunes dans une atmosphère positive
Mme Geissbühler, la NMS Bern est une institution de formation privée
avec des principes éthiques et pédagogiques solides. Qu’est-ce que cela
signifie pour les étudiants, mais aussi pour les enseignants ?
L’élève est au centre de nos préoccupations. Nous faisons tout pour
créer un environnement de travail et d’apprentissage optimal au sein
de la NMS : nous accompagnons et conseillons les élèves tout au long
de leur formation.
106
Le personnel enseignant travaille avec différentes méthodes d’enseignement
et guide les élèves vers l’apprentissage autonome et responsable.
À quels niveaux d’études et sous quelles formes proposez-vous votre offre
de formation ?
Nous offrons des formations à tous les niveaux d’étude : à partir de l’école
obligatoire, notre offre comporte plusieurs dixièmes années pour des élèves
du secondaire I, une école de culture générale avec maturité spécialisée,
un gymnase avec maturité gymnasiale, et la formation à l’enseignement
pour les degrés préscolaire et primaire. De ce fait, l’inscription initiale ou
en cours de route est possible à tous les niveaux. Nos diplômes sont reconnus
aux niveaux cantonal et national même international (Bachelor of Arts
PHBern in Pre-Primary and Primary Education).
Parallèlement aux valeurs et à la mise en œuvre pratique des principes
de l’action solidaire, par exemple lors des projets, les élèves reçoivent
également les outils nécessaires pour pouvoir s’épanouir dans leur
vie personnelle et professionnelle au terme de leur formation au sein
de la NMS.
La NMS Bern développe des concepts innovants de travail et de formation.
Pouvez-vous nous citer quelques exemples ?
L’une des caractéristiques de l’enseignement privé, c’est de fournir une plusvalue par rapport aux écoles publiques. Nous remplissons cette mission de
plusieurs manières, la mise en pratique de concepts de formation innovants
SwiSS Knowhow
© NMS Bern
© NMS Bern
PUBLI R eportage
L'apprentissage autonome démarre dès l'école obligatoire à la NMS.
en est l’un des aspects. De tels concepts sont offerts à tous les niveaux au
sein de la NMS, comme l’enseignement précoce des langues étrangères à
partir de la première classe ou notre modèle de l’école secondaire I, que
nous mettons en œuvre sous la forme d’un atelier d’apprentissage guidé.
Au gymnase, nous proposons un enseignement religieux conçu dans une
approche interdisciplinaire, au cours duquel le professeur d’éthique et de
religion discute ces thèmes pendant les cours restants (par exp. biologie
ou économie) en tandem avec un autre professeur.
Au sein de l’école de culture générale, nous avons mis en place dans le
« modèle Weissenstein » le système de « formation tertiaire » qui sépare
chronologiquement les examens des matières spécialisées, afin de préparer
les élèves dès le second cycle aux cours magistraux et aux examens que
l’on rencontre à la haute école spécialisée HES et de les mettre ainsi en
confiance.
Pour les formations à l’enseignement, nous travaillons,
entre autres, avec le modèle d’étude 30+ sur une formation
en emploi pour les plus de 30 ans, qui est dispensée en
alternance avec un engagement dans une école dès la
deuxième année d’étude. Ce modèle sera lancé pour la première fois l’automne prochain.
Le succès d’une institution de formation est évidemment lié
à sa qualité. Quels sont les impératifs de qualité de la NMS ?
Nous travaillons avec le modèle QuES (nom d’un modèle
de développement qualitatif à l’ école) du bureau technique
bernois pour le développement scolaire, l’évaluation et
le conseil (Berner Fachstelle für Schulentwicklung,
Evaluation und Beratung, BeFaSEB). Deux sections
de la NMS ont déjà été certifiées selon ce modèle QuES.
Notre institut pour la formation à l’enseignement également annexé à la HEP Berne s’oriente vers le développement qualitatif selon le modèle EFQM.
Chorale dans le cadre de la formation à l'enseignement.
Quelles mesures prenez-vous pour garantir durablement la qualité de
votre offre de formation ?
Nous évaluons régulièrement les cours et prenons le cas échéant les
mesures nécessaires, par exemple, des formations continues individuelles,
des mises en situation ou des apports thématiques pour le corps enseignant.
En outre, nous interrogeons périodiquement les parents ainsi que les
professionnels accueillant nos élèves. En outre, le modèle de développement
qualitatif QuES organise le personnel enseignant en tandems, qui oblige
les enseignants à s’évaluer et à échanger leurs réflexions sur leurs cours
respectifs.
La satisfaction des collaborateurs de la NMS est également contrôlée
par un institut de l’université de Berne. De la même façon, le canton
responsable de la reconnaissance de nos formations exerce son devoir
de surveillance via des entretiens annuels de contrôle et de rapport.
La NMS adhère aux principes du développement durable. Quels sont les
champs d’action influencés par ces principes ?
Il est demandé à l’ensemble du corps enseignant d’intégrer aux cours des éléments de l’éducation en vue d’un
développement durable (Bildung für nachhaltige Entwicklung, BNE). Cela signifie que les thèmes situés dans le
triangle « économie, écologie, social » bénéficient d’un
éclairage particulier. Dans le cadre de la formation à
l’enseignement, nous avons définitivement intégré les
exigences BNE au programme d’étude. D’un point de
vue fonctionnel, on peut citer par exemple une utilisation
consciente du matériel de nettoyage, le choix du papier
écologique, le tri des déchets dans chaque salle de classe
ou la consommation raisonnable de l’énergie. Dernier
point mais non des moindres, le dernier bâtiment construit
dans notre école obligatoire l’a été selon les standards
de « Minergie ».
Mme Geissbühler,
nous vous remercions pour cet entretien !
NMS Bern - Waisenhausplatz 29 - CH-3011 Berne
Tel : +41 (0)31 310 85 85 - Fax : +41 (0)31 310 85 68 - [email protected] - www.nmsbern.ch
107
SwiSS Knowhow
108
Notz Plastics AG
Livraisons rapides conseil expert
Rasche Lieferung fachkundige Beratung
© NMS Bern
Notz Plastics SA
© NMS Bern
© NMS Bern
PUBLI R eportage
ort de plus de 60 ans d’expérience, Notz Plastics SA, propriété du
géant allemand de l’acier ThyssenKrupp, est l’unique fournisseur
qui offre sur le marché suisse du plastique d’une part sous forme
de produits semi-finis, et, d’autre part, sous forme de granulés. L’entreprise
importe de grandes quantités de plastique du monde entier. Elle est en
mesure d’offrir tous les qualités possibles et imaginables, aussi bien pour
les produits semi-finis que pour les granulés.
F
D
L’entreprise dispose d’une capacité de stockage suffisante pour répondre
très rapidement à la demande. Outre sa vaste gamme de produits semiouvrés, Notz Plastics SA offre un conseil et une expertise. Deux spécialistes
de l’injection assistent au besoin la clientèle pour le réglage de machines,
le choix des matières ou encore les tests de production avant le lancement
de grandes séries d’articles en plastique.
Die Lagerkapazitäten reichen aus, um sämtliche Anfragen umgehend
abzudecken. Neben einer umfangreichen Palette von Halbfabrikaten
bietet die Notz Plastics AG Beratung und Know-how. Drei Spritzgussspezialisten unterstützen Kunden bei der Regulierung von Maschinen,
der Wahl der Materialien sowie bei den Produktionstests vor der Einleitung
der Serienfertigung von Kunststoffartikeln.
Le « service Notz » se caractérise par sa rapidité, d’une part, et sa compétence d’autre part. Directeur de Notz Plastics SA, M. Jean-Pierre Besançon
résume en une formule : « Commande de matière le matin, livraison le
lendemain. Commande de matière exigeant un conditionnement, comme un
découpage, livraison après-demain ! ». Notz Plastics SA est un fournisseur
capable d’offrir du sur-mesure, aussi bien dans les matières vendues
que dans le conseil technique.
Der «Notz-Service» zeichnet sich durch Geschwindigkeit und Kompetenz
aus. Jean-Pierre Besançon, Direktor der Notz Plastics AG fasst es in einer
kurzen Formel zusammen: “Materialbestellung am Morgen, Lieferung am
nächsten Tag. Bestellung von Material, das eine anspruchsvollere Behandlung wie Zuschnitt auf Mass erfordert, Lieferung übermorgen!”. Die Notz
Plastics AG ist in der Lage, sowohl in puncto angebotene Materialien als
auch in technischer Hinsicht Beratungen nach Mass anzubieten.
Les produits semi-finis vendus par Notz Plastics sont utilisés dans
l’industrie, la construction, la décoration et le design. Ils peuvent revêtir
diverses formes. Plaques massives, plaques alvéolaires, tubes, joncs, joncs
creux, pièces de forme et profils sont disponibles chez Notz Plastics.
Die von Notz Plastics vertriebenen Halbfabrikate finden Anwendung
in der Industrie, im Bau- sowie im Designbereich. Folgende Produktarten
werden von Notz Plastics angeboten: Massivplatten, Hohlkammerplatten,
Rohre, Vollstäbe, Hohlstäbe, Formteile und Profile.
Notz Plastics SA importe les granulés par sacs de 25 kilos (environ 6000
tonnes par an). Ces granulés sont destinés à sa clientèle d’injecteurs
suisses qui produisent, à partir de moules en acier, les objets en plastique
les plus divers. Dans le courant de 2013, l’entreprise va déménager à
Brügg, non loin de son berceau historique de Bienne. Elle y disposera
d’une capacité de stockage de près de 5000 m2 (3300 m2 à Bienne), de
quoi améliorer encore une logistique déjà très performante au service
de sa clientèle.
Die Notz Plastics AG importiert die Formmassen in Säcken zu 25 kg
(rund 6000 Tonnen jährlich). Das Granulat geht an Schweizer Spritzgussunternehmen, die mit Hilfe von Stahlformen verschiedenste Kunststoffteile herstellen. Im Jahr 2013 wechselt Notz Plastics seinen Standort
nach Brügg, unweit der Geburtsstätte des Unternehmens. Hier wird eine
Lagerfläche von rund 5000 m2 (3300 m2 in Biel), zur Verfügung stehen,
wodurch sich die schon jetzt hervorragende Logistikleistung zum Wohle
der Kunden weiter verbessert.
ie im Besitz des deutschen Stahlriesen ThyssenKrupp befindliche
Notz Plastics AG kann auf eine über 60-jährige Geschichte
zurückblicken. Notz Plastics ist der einzige Lieferant in der
Schweiz, der Kunststoff-Halbzeug und -Formmassen gleichzeitig
anbietet. Das Unternehmen importiert grosse Mengen von Kunststoff
aus der ganzen Welt und stellt diesen in jeder erdenklichen Qualität bereit,
sowohl für die Herstellung von Halbzeug als auch für Formmassen.
Notz Plastics SA
20b, rue de Gottstatt - CH-2504 Bienne
Tél. : +41 (0)32 366 74 00 - Fax : +41 (0)32 366 74 25
[email protected] - www.notz-plastics.ch
SwiSS Knowhow
PUBLI R eportage
Pärli AG, chauffage et sanitaire
Le partenaire pour tous les temps
© Pärli AG
Entreprise au riche passé, forte de 120 ans d’expérience, Pärli SA est à la pointe en matière d’énergies renouvelables.
Elle offre des prestations très performantes dans ses deux domaines d’activité, le chauffage et le sanitaire. Pärli SA
propose de plus un service de dépannage 24 heures sur 24 tous les jours de l’année. Son directeur administratif,
M. Michel Pasche, répond à nos questions.
Comment caractériser les prestations de Pärli ?
Les collaborateurs de Pärli AG, au nombre de 65, font tout ce qui est
en leur pouvoir pour satisfaire les clients et les alléger de tout souci lié
à nos domaines de compétence. Cela signifie que nous proposons des
solutions clé en main.
Vous proposez des contrats de maintenance très appréciés.
Une équipe de dépannage de neuf personnes est opérationnelle 24 heures
sur 24 tous les jours de l’année. Nous proposons aussi des contrats de
maintenance pour toute nouvelle installation. C’est assez inédit dans
la branche. Un lien de confiance s’établit ainsi avec le client.
C’est un service individuel complet et innovant qui comprend le
conseil, la planification des travaux et bien sûr la réalisation.
Ce contrat implique une visite annuelle chez le client afin de vérifier
le bon fonctionnement, de prévenir tout dysfonctionnement et de remédier
à tout problème éventuel. L’efficacité de ce service est encore renforcée
par le fait que c’est généralement le même monteur qui s’acquitte
chaque année de ce service de maintenance. Nous privilégions un
rapport de confiance et de proximité avec notre clientèle.
Pouvez-vous en donner quelques exemples ?
Pour le remplacement d’une chaudière à mazout par une pompe à chaleur,
par exemple, opération nécessitant une planification, Pärli prend tout
en mains : l’enlèvement de la vieille citerne, de la chaudière, l’installation
de la pompe à chaleur, y compris l’élimination de l’ancienne installation
et son recyclage.
Nous examinons avec le client les meilleures solutions possibles en
fonction de son investissement et des charges à moyen et long terme.
A la pointe en matière d’énergies renouvelables comme les pompes
à chaleur, les installations solaires et photovoltaïques ou encore les
chaudières à pellets, nous ne négligeons pas pour autant les chaudières
à gaz, ni les chaudières à mazout.
Comment est constituée votre clientèle et comment se répartit-elle entre
le chauffage et le sanitaire ?
La clientèle de Pärli est constituée à parts égales de clients privés et de
clients industriels ou institutionnels comme la Ville de Bienne. Pärli
fait partie des plus grandes entreprises de technique du bâtiment du
Seeland. Nos activités débordent assez largement la région biennoise
avec des chantiers à Soleure et Granges, ainsi qu’à Neuchâtel et dans
une moindre mesure dans le Jura bernois et le Jura.
Une même philosophie de prise en charge globale prévaut pour le
chauffage et le sanitaire. Nous rénovons beaucoup de salles de bains,
par exemple dans des immeubles locatifs, avec un minimum d’inconvénients pour les locataires. De manière générale, nous nous assurons
que la solution retenue corresponde exactement aux besoins du client.
Des fuites de robinet aux installations de chauffage les plus complexes,
Pärli AG est un partenaire fiable et réactif.
Pärli AG - Renferstrasse 4 - CH-2500 Bienne 8
Tél : +41 (0)32 344 05 05 - Fax : +41 (0)32 344 05 06 - Email : [email protected] - Site Internet : www.paerli.ch
SwiSS Knowhow
109
PUBLI R eportage
Posalux AG, Biel/Bienne
«Hightech alleine genügt nicht»
© Posalux AG, Biel/Bienne
Interview mit René Stössel, CEO Posalux
Innovation, Erfahrung und Perfektion zeichnen Posalux als einen der führenden Hersteller von
industriellen Hochleistungs-Maschinen aus. Unter anderem liefert Posalux automatische
Werkzeugmaschinen für das Bohren und Fräsen von gedruckten Schaltungen und NichteisenWerkstoffen oder für die Feinbearbeitung von Formen und das Erodieren von Einspritzdüsen.
Wie viele Mitarbeiter beschäftigt POSLAUX in Biel/Bienne und aus welchen
Berufen rekrutieren sie sich?
In Biel sind wird zurzeit 140 Mitarbeiter und zusammen mit unseren Tochtergesellschaften für Service und Vertrieb und Deutschland, Taiwan und
Korea erreichen wir 180. Wir sind ein Technologieunternehmen, deshalb
beschäftigen wir viele Ingenieure, Softwarespezialisten, Konstrukteure und
Zeichner. Unsere Fertigungstiefe ist nicht sehr hoch, deshalb arbeiten in der
Montage nur ca. 30% aller Mitarbeiter. Daneben haben wir Mitarbeiter für
den Einkauf, Lager, Vertrieb, Spedition und weitere Dienste. Unsere Mitarbeiter
kommen aus der Gegend und hier profitieren wir davon, dass Biel zweisprachig
ist. Da wir bei Posalux französisch sprechen, haben wir sowohl Mitarbeiter
aus der deutschen wie auch aus der französischen Schweiz.
99 Prozent Ihrer Produkte werden exportiert. In welchen Ländern befinden
sich Ihre hauptsächlichsten Abnehmer?
Unsere Hauptmärkte sind Europa und Asien. In Europa waren es in den
letzten 12 Monaten Rumänien, Deutschland, Italien und Frankreich und in
Asien China, Korea, Taiwan und Japan. Ein wichtiger Markt für uns ist
auch Russland. Leider sind unsere Umsätze in Amerika nicht sehr hoch;
die Investitionen im Automobilsektor sind noch tief und im Leiterplattensektor haben die USA vor Jahren die gesamte Fertigung – ausser dem
Militärsektor – nach Asien verlagert. Wir spüren leider noch nichts von der
Reshoring-Initiative.
“Hightech made in Switzerland” heisst traditionell nicht Massenproduktion,
sondern Innovation. Dürfen wir Sie um Beispiele bitten, was Innovation bei
Posalux bedeutet?
Wir konzentrieren uns auf Nischenmärkte, wo wir mit standardisierten
Maschinen in der Mikrobearbeitung für Kunden Produkte anbieten, die
110
© Posalux AG, Biel/Bienne
Herr Stössel, Posalux stellt Präzisionsmaschinen für das Bohren von
Diesel- und Benzineinspritzdüsen sowie für das Bohren und Fräsen von
Leiterplatten her. Können Sie uns die beiden Verfahren kurz erläutern?
Einspritzdüsen für Dieselmotoren werden heute in der Automobilindustrie
nicht mehr gebohrt, sondern mit Senkerodier-Maschinen wird Material
abgetragen. So können konische Löcher ohne Brauen (franz. Bavure)
gemacht werden. Für Benzineinspritzdüsen für die Direkteinspritzung
haben wir eine Lasermaschine konstruiert und der Markt dafür entwickelt
sich vielversprechend. In der Leiterplattenindustrie müssen die Ebenen
der sogenannten Multilayer miteinander verbunden werden, damit der
Strom zwischen den Ebenen fliessen kann. Für die Kontaktierung braucht
es heute Löcher bis 75 µm Durchmesser. Diese werden mit unseren
Maschinen mechanisch gebohrt.
selber in der Massenfertigung sind. Hightech alleine genügt nicht, sondern
daneben braucht es einen hervorragenden After-Sales Service und ein
Know-how in der Anwendung der Maschine für den Kunden, um ihm einen
echten Mehrwert liefern zu können. Innovation ist für Posalux, dass wir
dieses Jahr an der EMO vier neue Technologien präsentieren werden; dies
für Märkte, wo wir bereits tätig sind, aber auch für neue Segmente.
Und was dürfen Ihre Kunden in nächster Zeit von Posalux erwarten?
Für unsere Weiterentwicklung hören wir unseren Kunden gut zu, aber es
braucht auch den Mut, Dinge in die Hand zu nehmen, wofür es noch keinen
Markt gibt. Wenn wir eine Neuentwicklung starten, dauert es im Normalfall
drei Jahre, bis das Produkt fertig industrialisiert im Markt vertrieben werden
kann. Weiterentwicklungen voranzutreiben, basierend auf Kundenwünschen,
führt in der Regel nicht zu grossen Innovationsschritten. Dafür braucht es
die richtigen Mitarbeiter und Partner, die über ein gutes Netzwerk verfügen
und dann die Mittel und Ressourcen im Unternehmen, um Ideen in Angriff
und umsetzen zu können.
Herr Stössel, wir danken Ihnen für dieses Interview!
Posalux AG
Rue Fritz-Oppliger 18 - CH-2500 Biel/Bienne 6
Tel.: +41 (0)32 344 75 00 - Fax: +41 (0)32 344 77 01
[email protected] .net - http://www.posalux .net
SwiSS Knowhow
PUBLI R eportage
Posalux AG, Biel/Bienne
« Le high-tech ne se suffit pas à lui-même »
Entretien avec René Stössel, PDG de Posalux
L'innovation, l'expérience et la perfection distinguent Posalux comme l'un des fabricants leader de machines
industrielles de haute puissance. Posalux fournit notamment des machines-outils automatiques pour le perçage et le
fraisage de cartes de circuits imprimés et de matériaux non-ferreux ou pour la finition de moules et le perçage par
l’électroérosion d'injecteurs.
© Posalux AG, Biel/Bienne
services. Ils sont originaires de la région et nous profitons du fait que Bienne
soit bilingue. Étant donné que nous parlons français chez Posalux, nos collaborateurs sont originaires de la Suisse alémanique comme de la Suisse romande.
Monsieur Stössel, Posalux fabrique des machines de précision pour le perçage
d'injecteurs essence et diesel ainsi que le perçage et le fraisage de circuits imprimés. Pouvez-vous nous expliquer rapidement le principe de ces deux procédés ?
Aujourd'hui, dans l’industrie automobile, les injecteurs pour moteur diesel
ne sont plus simplement percés. Au contraire, le matériel est enlevé à l'aide de
machines à électroérosion par enfonçage. Des trous coniques peuvent ainsi être
réalisés sans bavure. Nous avons également fabriqué une machine laser pour le
perçage des injecteurs essence pour l'injection directe et le marché est de plus en
plus prometteur. Dans l'industrie des circuits imprimés, les couches des circuits
multicouches doivent être reliées entre elles afin que le courant puisse circuler
entre les couches. L'établissement du contact électrique nécessite aujourd'hui
des trous d'un diamètre allant jusqu'à 75µm. Ceux-ci sont percés mécaniquement
avec nos machines.
Combien de collaborateurs emploie aujourd’hui POSALUX à Bienne et quels
métiers exercent-ils ?
Nous sommes actuellement 140 à Bienne et si l’on inclut nos filiales pour les
ventes et service en Allemagne, à Taiwan et en Corée, nous atteignons les 180.
Nous sommes une entreprise technologique et nous employons donc de nombreux
ingénieurs, des spécialistes en informatique, des constructeurs et des dessinateurs.
Notre degré d’intégration verticale n’est pas très élevé. Seuls environ 30 % de
nos collaborateurs travaillent donc à l’assemblage. À côté de cela, nous avons
des collaborateurs pour l’achat, le stockage, la distribution, l’expédition et d’autres
Posalux AG
Rue Fritz-Oppliger 18 - CH-2500 Biel/Bienne 6
Tél. : +41 (0)32 344 75 00 - Fax : +41 (0)32 344 77 01
[email protected] .net - www.posalux .net
SwiSS Knowhow
99 % de vos produits sont exportés. Dans quels pays se trouvent vos principaux
acheteurs ?
Nos marchés principaux sont en Europe et en Asie. Ces 12 derniers mois, il
s'agissait en Europe de la Roumanie, de l'Allemagne, de l'Italie et de la France
et en Asie, de la Chine, de la Corée, de Taiwan et du Japon. La Russie représente
également un marché important pour nous. Notre chiffre d'affaires n’est
malheureusement pas très haut en Amérique. Les investissements dans le
secteur automobile sont encore très bas et pour ce qui est du secteur des circuits
imprimés, les USA ont délocalisé depuis des années l'ensemble de la production
(mis à part le secteur militaire) en Asie. Nous ne ressentons malheureusement
pas encore les répercussions de la “Reshoring Initiative”.
“High-tech made in Switzerland” n'est traditionnellement pas synonyme de
production de masse mais d'innovation. Pouvez-vous nous citer quelques
exemples de ce que signifie l'innovation chez Posalux ?
Nous nous concentrons sur les marchés de niche sur lesquels nous proposons des
produits avec des machines standardisées dans le micro-usinage pour des clients
qui produisent eux-mêmes en masse. Le high-tech ne suffit pas à lui-même.
Au contraire, il faut un service après-vente exemplaire et posséder un savoir-faire
dans l'utilisation de la machine de notre client pour être en mesure lui apporter
de la vraie valeur ajoutée. Cette année, nous présenterons au salon EMO de
Hannovre quatre nouvelles technologies innovantes s'adressant aux marchés
sur lesquels nous sommes déjà actifs mais aussi à de nouveaux segments.
Que doivent attendre vos clients de Posalux pour la période à venir ?
Nous sommes à l’écoute de nos clients pour notre développement mais il faut
aussi avoir le courage de prendre les choses en main lorsque le marché n’existe
pas encore. Le développement d’un nouveau produit dure normalement trois ans
jusqu’à ce que le produit industrialisé soit commercialisé. Développer les produits
existants en fonction des souhaits des clients ne permet pas en général aux grandes
innovations de voir le jour. Nous avons donc besoin de nous entourer des bons
collaborateurs et partenaires disposant d’un bon réseau et des moyens et ressources
au sein de l’entreprise pour trouver des idées et les mettre en application.
Monsieur Stössel, nous vous remercions pour cet entretien !
111
© SWIP SAPHIRWERK INDUSTRIEPRODUKTE AG
PUBLI R eportage
SWIP SAPHIRWERK
INDUSTRIEPRODUKTE AG, Brügg
“The Swiss Spirit of Precision”
Interview mit Thomas Jordi, Geschäftsleiter Saphirwerk
Die Leidenschaft zur perfekten Bearbeitung der härtesten Werkstoffe hat Saphirwerk erfolgreich gemacht. Der Begriff
«Swiss Spirit» bedeutet bei Saphirwerk aber nicht nur Präzision, sondern beinhaltet auch Erfahrung, Innovation,
Zuverlässigkeit und Qualität. Und dies an den Grenzen der physikalischen Möglichkeiten, wie Geschäftsleiter Thomas
Jordi in unserem Interview erklärt.
Was zeichnet diese Materialien besonders aus?
Diese Materialien sind sehr hart und zeichnen sich durch eine grosse Festigkeit,
Zähigkeit, Belastbarkeit und Stabilität aus. Sie sind resistent gegenüber
Wärme und aggressiven Chemikalien. Aufgrund dieser interessanten Eigenschaften werden sie in verschiedensten Anwendungsgebieten eingesetzt.
Die Bearbeitung dieser Materialien ist schwierig und braucht technische
Kenntnisse und viel Erfahrung. Ein typischer Fall für Spezialisten, wie wir!
Diese Spezialisierung, zusammen mit einer Leidenschaft für Perfektion, haben
wir uns auf unsere Fahne geschrieben.
Und für welche Verwendungszwecke werden Ihre Produkte hergestellt?
Die Verwendungszwecke sind sehr vielseitig. Eine besondere Spezialität in
unserer Produktepalette ist die Herstellung von hochpräzisen Kugeln.
Anwendungen hiervon sind nicht nur Kugellager, sondern auch zum Beispiel
Tastspitzen oder Referenzkugeln für Messgeräte. Im Laufe der Zeit haben wir
uns zu einem bedeutenden Lieferanten für die namhaftesten Hersteller von
Messgeräten emporgearbeitet.
Ein weiteres Anwendungsbeispiel unter vielen ist der Einsatz in Präzisionsgeräten zur Dosierung von Flüssigkeiten. Dafür werden z.B. Ventile oder
Kolben/Zylinderpaarungen verwendet.
Seit Jahren beliefern wir Medizintechnikunternehmen mit keramischen
Hüftköpfen. Besonders im medizinischen Sektor sind die hochwertigen
Eigenschaften von Keramik immer mehr gefragt.
Wie Sie bereits erwähnt haben, sind Kolben/Zylinder- und Kugel/VentilPaarungen eine SWIP-Spezialität. In welchen Bereichen bewegt sich die
Messgenauigkeit Ihrer Dosierpumpe mdp+?
Durch den engen Kontakt mit den Kunden kennen wir auch ihre spezifischen Bedürfnisse. Mit der Unterstützung unseres Engineerings können
112
© SWIP SAPHIRWERK INDUSTRIEPRODUKTE AG
Herr Jordi, die SWIP Saphirwerk Industrieprodukte AG bearbeitet die
härtesten Materialien zur Perfektion. Um was für Materialien handelt es sich
dabei?
Es handelt sich hier in erster Linie um keramische Materialien. Wir denken
da zum Beispiel an transparente Materialien wie Saphir und Rubin. Des
Weiteren gibt es eine ganze Reihe von verschiedenen keramischen Materialien, von weiss bis schwarz. Die am häufigsten verwendeten Keramiken sind
Oxide aus Zirkon oder Aluminium, oder Nitride aus Silizium.
“The Swiss Spirit of Precision”: Das SWIP-Produktesortiment.
wir optimierte Lösungen anbieten und Kundenwünsche zufriedenstellen.
Die Microdosierpumpe ist ein Produkt, das seit Jahren gefragt ist. Eine
exakte Dosierung von Kleinstmengen, wie 0.5 Mikroliter, sucht weltweit
Nachahmer.
SWIP-Produkte werden nach dem “Swiss spirit of precision” gefertigt. Was
bedeutet dieser Begriff in Ihrem Unternehmen?
Dieses Suchen nach Präzision hat uns einen guten Ruf und ein hohes Ansehen
eingebracht. Wir sind in der Lage, die präzisesten Kugeln an der Grenze
der Messbarkeit herzustellen. Weil wir bekannt dafür sind, höchste Präzision
zu fertigen, prägt uns ein Sinn für Genauigkeit und Zuverlässigkeit. Dafür
wurden wir auch schon ausgezeichnet.
Und lassen sich diese Höchstansprüche an Präzision jeden Tag aufs Neue
umsetzen?
Unsere Fertigungsabläufe sind darauf ausgerichtet, Produkte so genau wie
möglich herzustellen. Selbstverständlich achten wir darauf, die hohen Ansprüche
an die Präzision dort anzusetzen, wo sie verlangt werden. Diese Ansprüche
erfordern eine strikte Einhaltung der festgelegten Prozessschritte, Sauberkeit
und Qualität. Mit regelmässigen Kontrollen während den Bearbeitungsschritten
vermeiden wir Abweichungen oder Ausschuss. Schliesslich zählt am Schluss
das Resultat. Das nennen wir “Spirit of precision”!
Herr Jordi, wir danken Ihnen für dieses Interview!
SWIP SAPHIRWERK INDUSTRIEPRODUKTE AG
Erlenstrasse 36 - CH-2555 Brügg
Tel.: +41 (0)32 374 25 85
SwiSS Knowhow
PUBLI R eportage
SWIP SAPHIRWERK
INDUSTRIEPRODUKTE AG, Brügg
« L'esprit suisse de la précision »
Entretien avec Thomas Jordi, Directeur général de Saphirwerk
Composants de précision pour l’orthopédie :
calotte/tête fémorale en céramique
© SWIP SAPHIRWERK INDUSTRIEPRODUKTE AG
© SWIP SAPHIRWERK INDUSTRIEPRODUKTE AG
La passion de l’usinage parfait des matériaux les plus durs a fait le succès de Saphirwerk. Le terme « Swiss Spirit » n’est
pas seulement synonyme de précision chez Saphirwerk. Il comprend également l’expérience, l’innovation, la confiance
et la qualité. Et tout cela en allant au bout des limites des possibilités physiques, comme nous l’explique Thomas Jordi,
le directeur général, dans cet entretien.
Précision jusqu'au microlitre :
piston/cylindre pour une pompe doseuse
M. Jordi, la société SWIP Saphirwerk Industrieprodukte AG travaille les
matériaux les plus durs à la perfection. De quels matériaux s’agit-il ?
Il s’agit avant tout de matériaux céramiques : des matériaux transparents
comme le saphir ou le rubis par exemple. En outre, il y a tout une série de
matériaux céramiques divers, du blanc au noir. Les céramiques utilisées le
plus souvent sont les oxydes à base de zircon ou d’aluminium ou les nitrures
à base de silicium.
Qu’est-ce qui distingue particulièrement ces matériaux ?
Ces matériaux sont très durs et se caractérisent par une grande rigidité, ductilité,
résistance et stabilité. Ils sont résistants à la chaleur et aux produits chimiques
agressifs. Du fait de leurs propriétés intéressantes, ils sont utilisés dans les
domaines d’application les plus divers.
Le traitement de ces matériaux est difficile et a besoin de connaissances
techniques et d’une grande expérience. Un cas typique pour des spécialistes
tels que nous ! Cette spécialisation associée à notre passion pour la perfection
est notre objectif.
Dans quels buts sont fabriqués vos produits ?
Ils sont variés. La fabrication de billes de haute précision représente une
spécialité particulière de notre gamme de produits. Elles sont utilisées
pour les roulements à billes, aussi pour les palpeurs ou des billes d’étalonage
utilisés dans les appareils de mesure. Dû à notre engagement, nous sommes
SWIP SAPHIRWERK INDUSTRIEPRODUKTE AG
Erlenstrasse 36 - CH-2555 Brügg
Tél. : +41 (0)32 374 25 85
SwiSS Knowhow
devenus l’un des fournisseurs pour les plus importants fabricants d’instruments
de mesure.
Les billes sont également utilisées dans les appareils de précision pour le
dosage de liquides. Pour cela, nous utilisons par exemple des vannes ou
des appariements de pistons/cylindres.
Nous sommes fournisseurs de têtes fémorales en céramique pour les entreprises
médicales depuis des années. Les propriétés de grande qualité de la céramique
sont de plus en plus demandées, notamment dans le secteur médical.
Vous l’avez déjà évoqué, les appariements pistons/cylindres et sphères/vannes
sont une spécialité de SWIP. Dans quels domaines est active la précision de
mesure de votre pompe doseuse mdp+ ?
Nous connaissons bien les besoins spécifiques de nos clients en entretenant
un contact étroit avec eux. Grâce au travail de nos ingénieurs, nous sommes
souvent en mesure de proposer une solution encore meilleure au client et
de satisfaire ses exigences. La pompe à microdosage est un produit demandé
depuis des années. Il faut chercher loin pour trouver un dosage aussi exact de
petites quantités telle que 0,5 microlitres.
Les produits SWIP sont fabriqués selon « l’esprit suisse de la précision ». Que
signifie ce terme dans votre entreprise ?
Cette recherche de la précision nous a permis de nous forger une bonne
réputation. Nous sommes en mesure de fabriquer les billes les plus précises
en touchant aux limites des possibilités mesures. Nous sommes connus
pour réaliser la plus grande précision, nous avons donc le sens de l’exactitude
et de la fiabilité et nous avons déjà été récompensés pour cela.
Réussissez-vous à créer des nouveautés chaque jour en fonction de ces hautes
exigences de précision ?
Nos processus de fabrication sont organisés de façon à pouvoir fabriquer
un produit aussi précisément que possible. Nous faisons bien entendu
attention à appliquer ces grandes exigences en matière de précision là où
elles sont requises. Ces exigences nécessitent l’observation stricte des
étapes du processus, de la propreté et de la qualité fixé. Les contrôles
réguliers lors des étapes de traitement nous permettent d’éviter les écarts
et les déchets. C’est bien le résultat qui importe à la fin. C’est ce que nous
appelons « l’esprit de précision » !
Monsieur Jordi, nous vous remercions pour cet entretien !
113
PUBLI R eportage
Vigier Beton Seeland Jura
© Vigier Beton Seeland Jura
Im Gespräch mit Erich Wälti, Unternehmensleiter Vigier Beton Seeland Jura
“Lösungen aus einer Hand - das ist Vigier Beton. Wir bieten umfassende Logistiklösungen, eine
komplette Produktpalette und Transportleistungen. Ausserdem profitieren unsere Kunden von einer
kompetenten technischen Beratung.”
© Vigier Beton
Herr Wälti, Vigier Beton Seeland Jura ist der führende Baustoffproduzent in der
Region. Wie präsentiert sich das Produkte- und Dienstleistungssortiment über das
Kerngeschäft Beton hinaus?
Wir können unseren Kunden einen umfassenden Leistungskatalog offerieren. Wir
bauen Kies- und Felsmaterialien ab und produzieren und liefern Sand, Kies, Schotter,
die vorwiegend in der Beton- und Asphaltbelagsproduktion verwendet werden, sowie
Jurakies und Jurasteine, die vor allem im Strassen-, Garten- und Bachbau Verwendung finden. Die Vigier Beton entsorgt mittels eines umfangreichen Angebots an
Mulden und Transportfahrzeugen Aushub- und Abruchmaterialien und veredelt diese
grösstmöglichst zu wertvollen Recyclingprodukten für die Verwendung im Strassenbau und in der Betonherstellung. Der Stoffkreislauf ist uns ein grosses Anliegen,
damit die natürlichen Ressourcen möglichst geschont werden. In unserem Kerngeschäft Beton bieten wir nebst unserem umfassenden Angebot an Betonsorten,
Mauermörtel, Mörtel für Unterlagsböden, diverse Spezialbetone und Recyclingbeton
an. Mit unserer Fahrmischerflotte, den Betonpumpen und dem Spritzbetonmobil
bieten wir zudem einen kompletten Dienstleistungsservice an.
Wo baut Vigier Beton die wertvollen Rohstoffe ab?
Vigier Beton ist regional stark verankert. So haben die Kunden den Vorteil eines
lokalen Ansprechpartners und vor allem kurze Wege für alle unsere qualitativ
hochstehenden Produkte und Dienstleistungen. Unsere Standorte in der Region
Seeland Jura sind Safnern, Lyss, Vorberg Biel, Grenchen, Finsterhennen, Bettlach,
Loveresse, Sorvilier, Belprahon und Péry.
Sie legen grossen Wert darauf, den Kunden Gesamtlösungen anbieten zu können.
Unbedingt! Lösungen aus einer Hand - das ist Vigier Beton. Und bei der Lösungsfindung zeigen wir uns sehr innovativ. Wir bieten umfassende Logistiklösungen,
eine komplette Produktpalette und sämtliche Transportleistungen. Unsere Kunden
profitieren weiter von einer kompetenten technischen Beratung bezüglich Qualität
und Einbautechnik. Wir arbeiten eng mit Bauunternehmen, der öffentlichen Hand,
Gartenbauern und Unterlagsbodenfirmen zusammen. Die umfassende Beratung
während eines Projekts und der Service vor Ort sind für uns genauso selbstverständlich wie regelmässige Verfahrensanalysen und Baustoffprüfungen.
Wie zeigt sich die zuvor angesprochene ökologische Verantwortung, die Vigier
Beton beim Abbau von Kies oder Sand wahrnimmt, konkret?
Bei der ökologischen Begleitplanung der Stiftung Landschaft und Kies. Durch
den Abbau schaffen wir stetig neue, ökologisch wertvolle Naturflächen. Sandige
Steilwände, nackte Kiesflächen und verschiedene Feuchtgebiete bieten vielen
Tieren und Pflanzen einmalige Lebensräume. Um diese idealen Lebensbedingungen
für diese einzigartige Tier- und Pflanzenwelt erhalten zu können, führen wir zweimal
jährlich ökologische Begleitplanungen durch. Darauf sind wir sehr stolz.
Wie wichtig ist der Bereich F&E für Vigier Beton, gerade hinsichtlich neuer Anwendungsmöglichkeiten und oder neuer Aufbereitungstechniken?
Der Bereich ist sehr wichtig. Wir prüfen laufend neue Anwendungsmöglichkeiten
oder entwickeln neue und optimieren bestehende Aufbereitungstechniken und
Produkte. Neben innovativem Denken ist auch nachhaltiges Handeln ein wichtiger
Teil unserer Geschäftsphilosophie.
So ist uns zum Beispiel ein möglichst tiefer CO2-Ausstoss ein grosses Anliegen.
Und gerade bei der Wiederaufbereitung von Baustoffen und der Verwendung
von Cleantech-Produkten gehören wir zu den führenden Unternehmen.
Zum Beispiel in Lyss.
Alle unsere Abbaugebiete zeigen, wie sich Mensch und Tier einen Lebensraum
teilen können, wie z.B. gefährdete Amphibien (Kreuzkröte, Gelbbauchunke
etc.). Lyss ist da ein gutes Beispiel. Im Kieswerk Chrützwald sind rund
85'000 Quadratmeter ökologisch wertvolle Flächen wie Gewässer, Schüttungen,
Kiesflächen, Magerwiesen, Kleingehölzflächen und Steilwände zu finden. Im
Gelände wurden in den letzten Jahren eine grosse Anzahl an Holzbeigen, Sand,
Stein- und Holzhaufen geschaffen. Diese Anstrengungen haben sich gelohnt,
da in diesen Kleinstrukturen viele gefährdete Tierarten gesichtet wurden. Wer
die speziellen Vegetationsflächen genau betrachtet, kann das Fortschreiten der
Vegetation von der öden Kiesfläche zum Wald bestens erkennen.
© Vigier Beton
© Vigier Beton Seeland Jura
Herr Wälti, wir bedanken uns für das Interview.
Vigier Beton bietet alles aus einer Hand: Produkte, Dienstleistungen und Logistik.
114
Vigier Beton Seeland Jura - Werkstrasse 12 - CH-2553 Safnern - Tel : +41 (0)32 355 25 25 - Fax: +41 (0)32 355 26 18
[email protected] - www.vigier-beton-seeland-jura.ch
SwiSS Knowhow
PUBLI R eportage
Vigier Beton Seeland Jura
Entretien avec Erich Wälti, dirigeant de Vigier Beton Seeland Jura.
M. Wälti, Vigier Beton Seeland Jura est le fabricant de matériaux de construction
leader dans la région. Comment se présente votre gamme de produits et de
prestations pour ce qui est du béton, votre activité principale ?
Nous proposons à nos clients un catalogue d'offres étendu. Nous exploitons des
matériaux graveleux et rocheux. Nous produisons et livrons du sable, des graviers,
des gravats utilisés principalement pour la production de béton et de revêtement
d'asphalte, ainsi que du gravier et pierres du Jura utilisés principalement pour
la réalisation de chemins, jardins et cours d'eau. L'entreprise Vigier Beton
s'occupe des matériaux venant de chantiers de démolition et de fouilles avec ses
nombreux véhicules de transport et bennes et les transforment en des produits
recyclés précieux pour la construction de routes et la fabrication de béton.
Nous accordons une grande place au cycle de retraitement afin que les ressources
naturelles soient épargnées autant que faire se peut. En ce qui concerne notre
activité principale, le béton, nous proposons, outre notre offre complète de
différents types de béton, mortiers, mortiers pour chapes, divers bétons spéciaux
et bétons recyclés. Grâce à nos nombreux camions malaxeurs, pompes à
béton et machines à béton projeté, nous sommes en mesure de proposer des
prestations complètes.
Vous attachez beaucoup d'importance à livrer à vos clients des solutions
complètes.
Absolument ! Les solutions complètes : c'est ce qui fait la force de Vigier Beton.
De plus, nous nous montrons très innovants lorsque nous recherchons des
solutions. Nous proposons des solutions logistiques et une gamme de produits
complètes ainsi que des prestations de transport. Nos clients peuvent également
bénéficier de nos conseils techniques d'experts relatifs à la qualité et aux
techniques de construction. Nous travaillons en étroite collaboration avec des
entreprise de construction, les pouvoirs publics, des horticulteurs et des entreprises
de terrassement. Nous proposons bien entendu des conseils complets pendant
les projets, nous nous déplaçons sur le site, réalisons des analyses régulières du
processus et testons les matériaux de construction.
Quelle place accorde Vigier Beton à la recherche et au développement, plus
particulièrement en ce qui concerne de nouvelles possibilités d'application
ou techniques de traitement ?
Ce domaine occupe une place très importante : nous testons constamment
de nouvelles possibilités d'application, développons de nouveaux produits
et techniques de traitement et optimisons les solutions existantes.
Outre notre volonté d'innover, agir de manière durable revêt une importance
capitale dans notre philosophie d'entreprise. Ainsi, nous avons à cœur de
réduire au maximum nos rejets de CO2. En retraitant les matériaux de
construction et en utilisant les produits Cleantech, nous faisons partie des
entreprises leader.
© Vigier Beton
« Des solutions complètes : c'est ce qui fait la force de Vigier Beton. Nous proposons des solutions logistiques et une
gamme de produits complètes ainsi que des prestations de transport. Nos clients peuvent également bénéficier de nos
conseils techniques d'experts. »
Vigier Beton baut Kiesmaterialien ab und produziert und liefert Sand,
Kies, Schotter sowie Steinbruchartikel.
Comment se concrétise la responsabilité écologique dont nous avons parlé
plus haut que Vigier Beton prend en compte lors de l'exploitation de gravier
ou de sable ?
Par le plan d'accompagnement écologique de la fondation « Stiftung Landschaft
und Kies ». Grâce à l'exploitation, nous créons constamment de nouvelles surfaces
naturelles, écologiques et précieuses. Les versants à-pic sableux, les surfaces de
graviers nues et les différentes zones humides offrent à de nombreux animaux et
plantes des habitats uniques. Afin de conserver ces conditions de vie idéales pour
cette flore et cette faune extraordinaires, nous réalisons deux fois par an des plans
d'accompagnement. Nous en sommes très fiers.
Par exemple à Lyss.
Toutes nos zones d'exploitation montrent que l'homme et l'animal sont
capables de se partager un espace vital, par exemple les amphibiens menacés
(crapaud calamite, crapaud sonneur à ventre jaune, etc.). Lyss est là un bon
exemple. À Kieswerk Chrützwald, il y a près de 85 000 m² de surfaces
écologiques de grande valeur telles que des plans d'eau, des remblais, des
surfaces de graviers, des prairies maigres, des petites surfaces boisées et des
versants à-pic. Sur nos terrains, un grand nombre de tas de bois, sable et
cailloux ont vu le jour ces dernières années. Nos efforts en valaient la peine
puisque de nombreuses espèces menacées ont été aperçues dans ces petites
structures. En observant attentivement certaines surfaces végétales, on voit
nettement la progression de la végétation de la surface de graviers désertes
jusqu'à la forêt.
Monsieur Wälti, nous vous remercions pour cet entretien.
Où exploite Vigier Beton les matières premières de grande valeur ?
Vigier Beton est très ancré dans la région. Les clients bénéficient donc d'un
interlocuteur local et surtout de chemins courts pour tous nos produits et nos
prestations haut-de-gamme. Nos sites dans la région Seeland Jura se trouvent
à Safnern, Lyss, Vorberg Biel, Grenchen, Finsterhennen, Bettlach, Loveresse,
Sorvilier, Belprahon et Péry.
Vigier Beton Seeland Jura - Werkstrasse 12 - CH-2553 Safnern - Tél. : +41 (0)32 355 25 25 - Fax : +41 (0)32 355 26 18
[email protected] - www.vigier-beton-seeland-jura.ch
SwiSS Knowhow
115
Index
A
M
ADAX SA ........................................................................................................................................ 54 - 55
MEYER SINTERMETALL AG ................................................................ 100 à 103
ANNAX SCHWEIZ AG .............................................................................................. 56 - 57
NMS BERN ........................................................................................................................ 104 à 107
B
N
BAWACO AG .......................................................................................................................... 58 - 59
NEROXIS ...................................................................................................................................................... 64
BESANÇON ÉLECTRICITE .............................................................................................. 60
NOTZ PLASTICS SA .............................................................................................................. 108
BOVARD AG ............................................................................................................................ 62 - 63
P
C
PÄRLI AG ................................................................................................................................................ 109
CARTIER ........................................................................................................................................................ 65
POSALUX AG ................................................................................................................ 110 - 111
CENDRES+MÉTAUX SA ...................................................................................................... 61
CORUM ............................................................................................ 66 - 67 • 4ème de Couv.
R
REVE IMMOB SARL .................................................................................................................. 60
E
EMCH+BERGER AG BERN............................................................................ 68 à 71
S
ENERGIE SERVICE BIEL/BIENNE (ESB) ................................ 72 - 73
SWIP SAPHIRWERK AG ............................................................................ 112 - 113
ERNST & YOUNG AG................................................................................................ 74 - 75
V
F
VIGIER BETON SEELAND JURA .................................................. 114 - 115
FAFCO SA.................................................................................................................................................... 76
VILLE DE SAINTE-CROIX .................................................. 79 • 3ème de Couv
FONDATION BARTIMÉE ...................................................................................................... 78
VOSER TREUHAND AG ...................................................................................................... 95
G
GEOTEST AG .......................................................................................................................... 80 à 83
H
HÔPITAL DU JURA BERNOIS SA ...................................................... 84 - 85
HRS REAL ESTATE AG .......................................................................................... 86 à 89
I
ITTEN+BRECHBÜHL AG.................................................................................... 90 à 94
J
J. BAERTSCHI SA ........................................................................................................................ 77
L
L. KLEIN AG ............................................................................................................................ 96 à 99
6Yb^gVaºh8jecVbZVeegdkZYWni]ZGdnVaDXZVcGVX^c\8ajW!AdcYdc#
6Yb^gVaºh8je8]gdcd\gVe])-I^iVc^jb#BdjkZbZci|Xdbea^XVi^dch
ZmXajh^[8D,*(YZ8dgjbYdi‚YºjcX]gdcd\gVe]ZVjidbVi^fjZXZgi^[^‚#lll#Xdgjb#X]

Documentos relacionados