DU 6 AU 12 Avril 2013 - Trois C-L

Сomentários

Transcrição

DU 6 AU 12 Avril 2013 - Trois C-L
3 ème é d i t i o n
d’une l angue à l’autre
à Thionville
DU 6 AU 12 avril 2013
© p h oto Fr an k Co sta
expositions
Cafés frontières
cinéma
t h é ât r e
musique
danse
at e l i e r s
l i t t é r at u r e
Plus d’informations sur
w w w . f e s t i v a l f r o n t i e r e s . f r1
maire
sommaire
3
Editorial du Président du festival
4
Le mot de la responsable du festival
5
Le mot du Président du conseil scientifique
6
Les mots des membres du conseil scientifique
7Expositions
12
Films Frontières
16
En Préambule
17
Samedi 6 avril
30Agenda
35
Dimanche 7 avril
44
Lundi 8 avril
47
Mardi 9 avril
49
Mercredi 10 avril
52
Jeudi 11 avril
54
Vendredi 12 avril
57
Aux marges du Festival
58
Plan de situation
60
Frontières, ce n’est pas qu’un festival…
61
Informations pratiques
editorial du président du festival
bertrand mertz
Maire de Thionville
Conseiller Général de la Moselle
La Ville de Thionville est heureuse de proposer cette 3 e édition du
festival Frontières. Riche de l’expérience des deux premières éditions,
nous nous sommes aventurés cette année sur le chemin des langues,
chemin certes souvent parsemé d’embûches mais qui peut nous
conduire à l’autre.
Car c’est bien cela qui se trouve au cœur du festival Frontières : une impérieuse envie de découvrir l’autre, qu’il soit proche ou lointain, comme
nous aimons à le répéter à Thionville.
Une nouvelle fois, la programmation se joue des frontières disciplinaires pour nous donner à voir, à entendre et à ressentir ce qui fait la
richesse de l’humanité, nos différences.
Ce festival est à l’image de notre ville, dynamique et diversifié. Il se
veut un rendez-vous autour des arts et des savoirs, pour petits et
grands. La notion de « frontières » est toujours son point de repère tant
celles-ci demeurent présentes de par le monde en dépit des barrières
douanières qui tombent. Ils seront nombreux, géographes, linguistes,
artistes, traducteurs, sociologues, philosophes ou interprètes à nous
dire combien les frontières tant géographiques que symboliques sont
vivaces et changeantes mais aussi quelles sont les voies à emprunter
pour les contourner ou même s’en affranchir.
Comme les années précédentes, le festival nous parlera de ce qui se
passe à nos frontières régionales et nous invitera aussi à regarder plus
loin pour comprendre les soubresauts du monde.
Je vous invite à venir (re)découvrir des langues d’ici et d’ailleurs, à expérimenter différents langages, à venir rencontrer artistes et experts,
avec pour ultime enjeu, s’informer et se cultiver afin d’ être un citoyen
du monde.
63Partenaires
2
3
le Mot de la responsable du Festival
Le Mot du président du Conseil scientifique
Sandrine Devaux- Guivarch
Michel Foucher
L’être humain a cette faculté de pouvoir exprimer son rapport au
monde. Mais la manière de le dire est étroitement liée à la langue dans
laquelle s’inscrit la pensée. Tour à tour filtre et miroir, cette langue a à
voir avec l’esprit et les sens. La langue maternelle n’est-elle pas celle
qu’on entend d’abord par le corps ? Qu’advient-il alors lorsque plusieurs
langues se rencontrent ? Comment leurs univers de sens et de représentations s’entendent-ils ? A quel dépaysement est-on soumis chaque
fois que l’on est confronté à une autre langue ? Et que faire de ces
choses que l’on a le sentiment de ne pas pouvoir dire ? D’autres langages
peuvent-ils les transmettre ?
Pour l’équipe du festival, les langues sont autant un moyen de communication qu’une fenêtre ouverte sur d’autres cultures. Grâce à elles,
on découvre une part du monde jusque là insoupçonnée. Dire pour se
saluer, « bonjour » en français, « que la paix soit avec toi » [shalom en
hébreu ou salam en arabe] ou bien encore « réjouis-toi » [hÈrè en grec
ancien] ne renvoie pas à la même réalité. Dès lors, parler revient à traduire et interpréter sans cesse, y compris au sein d’une même langue.
Traducteurs, interprètes, mais aussi romanciers, artistes et intellectuels
seront à l’honneur du festival pour éveiller la curiosité ; dépayser et
susciter le débat et le partage d’émotions. C’est aussi l’occasion d’inviter le CDN-NEST à présenter son volet théâtral.
« D’une langue à l’autre », c’est le titre d’une 3 e édition qui tend à révéler la beauté, l’énergie, la musicalité et la poésie des langues et à faire
reculer les barrières qui entourent certaines d’entre elles. Parfois une
langue est imposée par un Etat ; ailleurs, elle vit sans Etat ou par delà
les frontières étatiques. Toutes circulent. Les valises des migrants emportent beaucoup de mots et d’expression du pays abandonné tandis
que les nouvelles technologies favorisent l’invention linguistique.
Pendant une semaine Thionville va vivre au rythme des langues, d’ici ou
d’ailleurs (japonaise, grecque, yiddich, espagnole, allemande, kurde, hongroise, mosellane, luxembourgeoise, tămăšyet, anglaise, néerlandaise,
tchèque, portugaise, la langue des signes et des langues de fiction…).
Pour mieux comprendre l’autre et les chuchotements du monde, c’est
à un voyage que le festival invite son public : divertissant et enrichissant
à travers les mots, les sons, les images, le mouvement des corps et les
regards croisés des experts, des politiques et des artistes.
4
Géographe,
Professeur à l’Ecole Normale Supérieure - Paris,
Diplomate, essayiste
Lorsque deux chefs d’Etat et de gouvernement se rencontrent, à
Bruxelles, Paris, Berlin ou New York, les chaînes de télévision les filment en train de tenir une conversation animée, ce qui suffit à rassurer
les citoyens spectateurs sur l’issue, présumée favorable, de ce nouveau sommet qui va dénouer une crise inquiétante ou déboucher sur
des décisions engageant leur avenir.
Et pourtant il est rare que l’un comprenne la langue de l’autre et il est
habituel de recourir à un truchement, interprète discret placé hors
cadre mais essentiel. La vie européenne et internationale comporte une
conversation permanente entre les Etats. Cette conversation s’appelle
la diplomatie. On peut tricher, jouer sur le sens des mots dans chacune
des langues mais pas tout le temps car il faut surtout comprendre et se
faire comprendre. Alors que les directives européennes incitent à parler
la langue du voisin, on est loin du compte pour les dirigeants.
Il reste le recours à une langue de service, un anglo-américain standard
qui est devenu la clé des négociations et des colloques internationaux.
Mais même dans ce cadre linguistique uniformisé émergent de temps
à autre des notions issues d’autres langues, intraduisibles, qui émaillent
textes et discours en langue de service. On connaît à Bruxelles les
« acquis communautaires » à préserver et la « subsidiarité » à respecter, la « force majeure » au moment de conclure et la « raison d’Etat »
invoquée par un Etat membre lorsqu’il juge que ses intérêts essentiels
seront affectés par les projets des autres : s’il obtient un compromis ou
une dérogation, ce sera un « fait accompli ».
Ainsi, au-delà des illusions mises en scène du dialogue direct et de la
tendance à l’uniformisation des échanges linguistiques, il demeure, c’est
rassurant, que les langues vivent car leurs mots eux-mêmes voyagent et
se transforment. Et ceci depuis des siècles. Dans un double mouvement,
les langues empruntent des mots à d’autres langues et en lèguent.
Pour qu’une langue vive et diffuse ses mots dans d’autres langues, elle
doit rester elle-même créative. Le français fut longtemps la langue à
qui historiquement il fut le plus emprunté. C’est le cas aujourd’hui de
l’anglais d’emploi universel (O.K., best-seller, hobby, gadget, joint-venture, gangster, kidnapping, stock, marketing, thriller, stress, establishment, sandwich, week-end e-mail et bug, pour ne citer que les plus
fréquents) et en troisième lieu du latin (d’a priori à a posteriori en passant par le status quo, l’alibi, le ad hoc, l’imprimatur et l’in extremis).
L’allemand est moins emprunté : Realpolitik, aspirine, blitz, Bauhaus,
bunker, diesel, diktat, krach, leitmotiv, putsch, paranoïa, et Zeppelin.
Au lecteur de poursuivre et d’explorer les innombrables emprunts issus de l’italien (pizza), de l’espagnol (boléro), du russe (apparatchik),
d’autres langues européennes (yaourt, kermesse, catastrophe), du
sanskrit (avatar) et de celles du vaste monde (Amériques : cacahuète,
anorak, caoutchouc ; Afrique : commando, rasta, couscous ; Asie et
Océanie : boomerang, tsunami, sherpa, caravane, tabou).
5
les mots dES membres du conseil scientifique
Centre Jacques Brel, Thionville entrée libre
ON SE CROIRAIT DANS LE MONDE Frank costa
photographies-textes-installations
Avec les voix des dénicheurs
Michel Volkovitch
Traducteur de grec moderne
« Je suis un auteur et un traducteur.
Chaque activité me repose de l’autre »
du
06
au
27
avril
« Qu’il fume sur son balcon, qu’il attende le dernier vapur pour l’autre
rive ou le prochain tram à la dérive, l’ailleurs toujours l’invite. Parce EXPOSITIONS
EXPOSITIONS
que l’ailleurs, c’est chez lui. Ce frère de la côte porte en lui le voyage.
Ses mots et ses images transpirent le Sud, ont le goût du EXPOSITIONS
vin partagé
dans ces coins mythiques où s’est concentrée un temps toute
l’aventure humaine. Mais il ressent trop leur improbable atmosphère
et l’importance du pas suspendu pour préférer à la profusion, le détail
infirme, la simplicité de l’instant, le commun du lieu. Au détour d’un
sourire, d’un geste, d’un mot à demi compris se révèle la fragile beauté
de la rencontre.
Dans le portulan intime de Frank Costa flotte l’immense envie d’Orient,
là où naissent le soleil et nos rêves. Baigné d’une douce mélancolie
qu’effleure parfois l’inquiétude du mot ultime, son livre de bord est à
l’image du vent dans les rideaux, à l’heure de la sieste ».
Denis Damblé
Barbara Cassin
Philosophe et hélléniste, chercheuse au CNRS.
« La langue de l’Europe, c’est la traduction ».
Patrick Deville
Romancier et directeur artistique
de la Maison des Écivains Étrangers et des Traducteurs
© FRANK COSTA
« Tous les écrivains sont des navigateurs
ahuris dans la brume »
6
7
du
06
au
12
avril
beffroi 1er étage, entrée libre
espace d’art de l’adagio, entrée libre
Border Bistro
Dedans, dehors
Laurent Maffre, Daniel Blancou
La frontière linguistique belge à travers
les cafés frontaliers
Atelier Limo
Planches de bandes dessinées
du
06
au
27
avril
Exposition multimédia
Exposition, rencontre et visite déambulatoire avec Laurent Maffre et
Daniel Blancou. Auteur de Retour à Saint-Laurent des Arabes, Daniel
Blancou explore le passé d’un camp de harkis du sud de la France, lieu EXPOSITIONS
de vie mais aussi de lutte contre l’indifférence de la France enversEXPOSITIONS
ces
EXPOSITIONS
familles qui l’avaient pourtant rejointe. Avec Demain, demain,
Laurent
Maffre reconstitue la dureté des conditions de vie des Algériens du
bidonville de Nanterre dans les années 1960. Deux thèmes en affinité,
autour de destins pourtant différents, marqués par la multiplication des
frontières avec le monde environnant : physiques avec les limites du
camp ou du bidonville ; culturelles avec la difficulté d’accéder à la langue
française ; politiques avec les statuts (post)coloniaux des protagonistes.
EXPOSITIONS
Le web-documentaire Border Bistro propose de revivre le déroulé de
POSITIONS
9 journées passées dans 9 cafés le long de la frontière linguistique qui
OSITIONS divise administrativement la Belgique.
« Comment vit-on la frontière ? Quel rapport entretient-on avec la
langue de l’autre ? Comment appréhende-t-on la question récurrente
de la séparation ? Quel est le rôle de la politique ? Que signifie être Belge
aujourd’hui ? Comment envisage-t-on le futur ?
La Belgique est par essence un pays multilingue. Depuis sa création en
1830, plusieurs langues y sont parlées. Le tracé définitif de la partition
du pays en zones linguistiques distinctes ne date cependant que de
1963. Au cours de ces 50 dernières années, cette ligne de partage n’a
cessé d’alimenter les polémiques et les tensions au sein de la classe
politique et de la société belges.
Une visite guidée en présence des artistes est prévue le samedi 6 avril
à 14h30 et le dimanche 7 avril à 15h.
Pour traiter ce sujet sensible et tenter de mieux le comprendre, nous
avons choisi de nous attarder dans les cafés, lieux particulièrement
populaires en Belgique, lieux où s’échange la parole et où les
personnes d’horizons très différents se rencontrent ; francophones,
néerlandophones ou germanophones, jeunes, anciens et retraités,
ouvriers, universitaires ou politiciens.
Entrez dans l’atmosphère de ces lieux de rencontre et d’échange
à travers des photos, des textes et des ambiances sonores puis
reconstituez des discussions de comptoir en croisant les points de vue
des habitués que nous avons interviewés sur les questions que soulève
cette frontière au-delà de l’enjeu purement linguistique. »
Atelier Limo
Le projet Border Bistro sera présenté lors de deux ateliers en présence
des auteurs le samedi 6 avril à 17h30 à 18h15 et le dimanche 7 avril
de 10h45 à 11h30.
(c) Atelier limo
Retrouver le projet Border Bistro à partir du 6 avril 2013 sur le site
www.borderbistro.eu.
8
9
06
avril
au
19
mai
Musée de la Tour aux puces, entrée libre
Espace In Vitro, entrée libre
Témoignages linguistiques
Les langues ont-elles des ailes ?
« L’histoire du Pays Thionvillois est
riche, riche d’installations humaines,
de vies, de langues et ce dès les périodes antédiluviennes. De la Préhistoire à nos jours, des peuples ont
abondé vers notre bassin de vie : les
Danubiens y apportèrent la connaissance de l’élevage, de l’agriculture et
des premières civilisations suivis ensuite par les Celtes, Romains et Germains lors des grandes migrations de peuples.
Ces passages, ces échanges ont laissé des traces inégales, du moins
celles qui ont pu nous parvenir. Des vestiges de campements,
d’inhumation, des stèles, des objets de la vie quotidienne. Au-delà des
découvertes archéologiques persistent les traces linguistiques.
Les racines indo-européennes tout d’abord, puis quelques pans du
lexique gaulois, un latin quelque peu dénaturé influencé par des idiomes
germaniques. Toutes ces composantes forment bientôt de nouvelles
langues, le français et l’allemand.
Cette exposition présentée au Musée de la Tour-aux-Puces, composée
de onze panneaux, détaille au travers l’histoire de notre région, les
influences linguistiques d’une zone d’échanges culturels, commerciaux
et humains depuis la nuit des temps. »
Bruno Touveron
14
au
14
mars
avril
Foyer du théâtre, entrée libre
Au-delà des mots
l’Institut Médico-Educatif les Primevères de Knutange
Sculpture-structure
Marie Labarelle, Bernard Baumgarten
et julie barthélemy
Exposition-Performance
du
06
au
12
avril
« (...) j’ai un billet de train. Mais il n’est pas ordinaire. C’est une sorte de
EXPOSITIONS
talisman. Avec ça vous pourrez rester dans le train pour toujours.
EXPOSITIONS
- Pour toujours c’est jusqu’à quand ?
EXPOSITIONS
- Dès que vous aurez fini ce voyage, le train suivant arrivera.
Et ce
voyage fini, le suivant commencera aussitôt. Et c’est ainsi que les
voyages dureront toujours. Et cette nuit-là, en vous offrant le billet à validité éternelle, je me suis payé
l’insolence de me considérer comme moi-même. je suis ainsi devenu
« je ». Quant à vous, vous ne dites plus « je », vous demeurerez à jamais
« vous ». Depuis ce jour, vous n’êtes plus qu’un objet de description, vous
ne pouvez plus que prendre le train à la deuxième personne. »
Yôko Tawada
(traduction Ryoko Sekiguchi et Bernard Banoun)
« Les langues ont-elles des ailes ? » est née de la rencontre entre un
chorégraphe, Bernard Baumgarten et une créatrice de vêtements,
Marie Labarelle, autour de la littérature de Yôko Tawada, auteure
japonaise invitée du festival, et notamment d’un recueil de nouvelles,
Train de nuit avec suspects [Yôgisha na yakôressha]. Entre eux des fils
se sont tissés, des mots ont résonné, se sont amplifiés au contact de
l’art de l’autre.
De Paris à Bombay, en passant par Zagreb et Irkoutsk, « Les langues
ont-elles des ailes ? » est une invitation au voyage, à jouer à saute
mouton avec les frontières et à se laisser emporter vers une destination
inconnue, au gré des soubresauts du train et des battements d’ailes.
À deux reprises, (voir pages 23 et 26), le public pourra embarquer vers
certaines de ces destinations. En dehors de ces performances, l’exposition
sera ouverte et propice à la rêverie et au jeu avec les vêtements objets.
Cette oeuvre créée par des jeunes adolescents de l’Institut Médico-Educatif les Primevères de Knutange (Sarah Azdia, Juliette DesEXPOSITIONS
saint, Lucie Jung, Cassandra Jacob, Brandon Cartiny, Alexandre SilvePOSITIONS
rio, Emmanuel Gumare, Miloud Yousfi, Gaëtan Rosso), accompagnée
OSITIONS d’une bande sonore, rappelle que les arts plastiques sont un moyen
d’expression, permettant au-delà de la communication verbale de formaliser un regard sur le monde.
(c) Armelle Bouret
« structure sculpture » en cours de réalisation
10
11
NTIERES 2013
Le temps dure longtemps
(Gelecek Uzun Sürer)
Patt Garett et
Billy the Kid
D’Ozcan Alper (Allemagne, Turquie) avec Gaye Gürsel,
Durukan Ordu, Sarkis Seropyan
drame VOST 1h49 (2012)
de Sam Peckinpah (Etats-Unis) avec James Coburn,
Kris Kristofferson, Richard Jaeckel
western VOST 2h (1973)
Sumru, une étudiante, s’installe dans la métropole kurde de
Diyarbakir au sud-est de la Turquie. Elle essaie de sauver de
l’oubli les élégies anatoliennes. Comme les langues qui les
portent, ces poèmes lyriques risquent de disparaître. Dans
les rues chargées d’histoire de la ville de Sur, la jeune femme
rencontre Ahmet. Alors qu’un nouvel amour est en train
de naître, le souvenir d’un jeune Kurde, mystérieusement
disparu, la hante. Dans le contexte tragique d’une guerre
qui ne dit pas son nom, elle va devoir affronter son passé et
assumer son futur et se faisant l’histoire plurielle de son pays.
Un film bouleversant qui évoque avec une extrême sensibilité
les traumatismes des peuples qui composent la Turquie.
1890, la conquête de l’Ouest s’achève, signifiant la fin de la
frontière. L’ordre ancien disparaît progressivement pour faire
place à un monde nouveau. Certains acceptent, d’autres non.
Jadis complices, Patt Garett passe du côté de la loi et devient
shérif, le Kid choisit de rester hors la loi. La confrontation
devient alors inévitable. « Knockin’on heaven’s door » , sur
la célèbre bande originale composée par Bob Dylan, Sam
Peckinpah nous offre avec ce western crépusculaire sa
vision subversive, violente et poétique de la fin de l’épopée du
mythique far west américain.
Dimanche 7 avril, 17h30 – Lundi 8 avril, 18h45 –
Mercredi 10 avril, 13h30, 18h15 – Vendredi 12 avril, 16h
L’autre rive (Gagma napiri)
de Giorgio Ovashvili (Georgie) avec Tedo Bekhauri,
Galoba Gambaria, Nika Alajajev drame VOST 1h33 (2010)
Prix du Jury à Paris Cinéma 2009
Dimanche 7 avril, 14h00 – Lundi 8 avril, 14h30
Mardi 9 avril, 14h15 – Mercredi 10 avril, 16h
Jeudi 11 avril, 13h45 - Vendredi 12 avril, 18h15
Norteado
de Rigoberto Perezcano (Espagne, Mexique)
avec Harold Torres, Sonia Couoh, Alicia Laguna
drame VOST 1h34 (2010)
Réfugié à Tbilissi, Tedo un enfant géorgien tente, seul, le retour
vers son Abkazie natale. Commence une odyssée, tissée
de rencontres souvent cruelles, parfois aussi lumineuses
d’humanité, dessinant peu à peu la carte d’une contrée
ravagée. Ne parlant que géorgien, il reçoit comme conseil
de jouer le sourd et muet afin de se protéger de sa marque
d’appartenance. Dans la beauté stupéfiante des paysages
caucasiens, ce petit Ulysse encaisse les coups en portant
un regard décalé, plein de douceur sur la tragique réalité. Et
quand celle-ci devient trop insupportable, il ferme les yeux et
se réinvente un monde.
Andres arrive à la frontière mexicaine afin de la traverser pour
se rendre aux Etats-Unis. Entre chacune de ses tentatives, il
découvre la ville de Tijuana et ses nombreux démons. Comme
il y passe la plupart de son temps à attendre, Andres se met à
penser à ceux qu’il a laissés derrière lui, mais aussi à ceux qu’il
vient de rencontrer. Tijuana, ville emblématique de la frontière
nord-sud et obsession humiliante de tout un pays.
Le film raconte une drôle de fable, aussi délicate que la
musique de Debussy qui l’accompagne, sans pour autant
masquer la dramatique ineptie de la situation. Qu’importe le
prix à payer, si l’espoir, le rêve ou la survie se trouve en face, les
femmes et les hommes partent, tentent la traversée.
Samedi 6 avril, 21h – Dimanche 7 avril, 20h45
Lundi 8 avril, 20h45 – Mardi 9 avril, 13h30
Mercredi 10 avril, 20h45 – Vendredi 12 avril, 20h30
Samedi 6 avril, 14h15 et 20h45 – Dimanche 7 avril, 18h45
Mardi 9 avril, 15h15 – Jeudi 11 avril, 18h15 et 21h
Vendredi 12 avril, 20h45
Le banquet des fraudeurs
La soif du mal (Touch of Evil)
d’Henri Storck (Belgique) avec Francoise Rosay,
Paul Francoeur, Jean-Pierre Kerien
comédie policière VF 1h40 (1952)
d’Orson Welles (Etats-Unis) avec Charlton Heston,
Janet Leigh, Orson Welles / thriller VOST 1h36 (1958)
Fin des années cinquante, à la croisée des frontières
allemande, belge et néerlandaise, un village est partagé entre
trois petits mondes : celui des travailleurs, des douaniers et
des fraudeurs. Siska, la fille du douanier belge est amoureuse
de Pierre le contrebandier. L’ouverture de la frontière
néerlandaise pose problème. Pierre passera des chaussures
en fraude, en Allemagne. Ainsi le travail reprendra à l’usine où
travaille Siska. Il traite avec humour des embarras du passage
des frontières et plaide de manière plaisante en faveur de
l’Union européenne encore embryonnaire.
Samedi 6 avril, 16h30 - Suivi d’un débat (voir page 28)
12
FILMS FRONT
FILMS
FILMS FRONTIERES
FRONTIERES 2013
2013
Une bombe explose à Los Robles, petite ville à la frontière des
Etats-Unis et du Mexique. Deux policiers, un mexicain intègre
et un flic véreux américain vont s’affronter sur leur conception
de la justice. D’un pays à un autre, du mensonge à la vérité, de
la vie à la mort, tout n’est que passage dans ce film qui joue
magistralement sur les plongées et contre-plongées. Une
œuvre noire sur cette frontière mythique où se focalisent tous
les fantasmes de la très respectable Amérique.
« C’est un film d’un homme qui nous jette à la figure une
image merveilleuse alors que nous sommes encore sous
l’éblouissement de la précédente ». Truffaut
Samedi 6 avril, 16h45- Lundi 8 avril, 19h – Mardi 9 avril, 20h30
Mercredi 10 avril, 14h – Jeudi 11 avril, 16h – Vendredi 12 avril, 14h
13
NTIERES 2013
FILMS
FILMS FRONTIERES
FRONTIERES 2013
2013
FILMS FRONT
Un prophète
Lost in translation
de Jacques Audiard (France) avec Tahar Rahim,
Niels Arestrup, Adel Bencherif
policier/drame VF 2h35 (2009)
Grand Prix du Jury à Cannes 2009 / César du meilleur
film, du meilleur réalisateur, du meilleur acteur en 2010
de Sofia Coppola (Etats-Unis) avec Bill Murray,
Scarlett Johansson
comédie dramatique VOST 1h42 (2003)
César du meilleur film étranger en 2005,
Oscar du meilleur scénario original en 2004
Derrière les barreaux à 19 ans, Malik El Djebena ne se sait ni
lire, ni écrire. Il devient le larbin du caïd corse qui fait la loi dans
la prison. Mais Malik apprend tout très vite : l’alphabet, le corse,
le business, bien décidé à inverser les rôles. Une plongée dans
l’univers carcéral, dedans et hors les murs, digne de Scorsese.
Le film parle aussi des langues et de l’art subtil d’en jouer. Les
dialogues sont ici un véritable maelström linguistique mêlant
français, arabe et corse. Et même égaré dans ce no man’s
land particulier qu’est la prison, Malik nous renvoie à la réalité
métisse des cultures. Le temps serait donc aux passeurs et
aux interprètes et comme le prophétise Jacques Audiard,
l’avenir appartiendrait aux polyglottes.
« Poetry is what gets lost in translation, la poésie est ce qui se perd
dans une traduction » selon le poète américain Robert Frost.
Une star de cinéma sur le déclin, va à Tokyo pour vanter les
mérites d’un whisky nippon. Il rencontre une jeune Américaine,
esseulée, qui loge dans le même hôtel. Ces deux solitudes,
incapables de dormir pour cause de décalage horaire, vont se
rencontrer et errer ensemble dans la nuit tokyoïte. Perdus dans
leur palace international, perdus dans un monde dont ils ne
comprennent ni la langue ni les codes, perdus, ils le sont aussi
dans leur vie. Alors, la plus petite connivence devient rassurante.
Une histoire drôlement belle de deux poissons rouges se
cherchant dans leur petit bocal.
Samedi 6 avril, 13h45- Dimanche 7 avril, 16h
Mardi 9 avril, 16h45, 19h45 - Mercredi 10 avril, 18h15
Dimanche 7 avril, 13h45 – Lundi 8 avril, 20h45
Mercredi 10 avril, 18h30 – jeudi 11 avril, 16h15
Morgen
L éternité et un jour (Μια
αιωνιότητα και μια μέρα /
Mia eoniotita kai mia mera)
de Marian Crisan (Roumanie, Hongrie)
avec Andras Hathazi, Yılmaz Yalçin,
conte VOST 1h40 (2011)
prix spécial du jury à Locarno 2010
Entre Roumanie et Hongrie, quelque part où, sans papier,
même les poissons ne passent pas la frontière, une improbable
amitié va se nouer entre Nelu, un vigile roumain et Behran un
migrant turc clandestin ; aucun ne parlant la langue de l’autre.
En choisissant de ne pas sous-titrer le babil incompréhensible
de Behran, le réalisateur nous place dans la même situation
que le Roumain. Et tout comme lui, nous allons le comprendre.
Le dialogue se situant ici au-delà des mots, il se retrouve dans
l’immense soif d’amitié. Ces deux-là, quand ils épluchent des
patates ensemble, c’est comme s’ils trinquaient.
Samedi 6 avril, 18h45 – Lundi 8 avril 16h45
Jeudi 11 avril, 20h30- vendredi 12 avril, 13h45
Orphée
de Jean Cocteau (France) avec Jean Marais, María
Casares, Marie Déa, François Périer, Juliette Gréco
drame VF 1h36 (1949)
de Theo Angelopoulos (Grèce, Italie) avec Bruno Ganz,
Isabelle Renaud, Fabrizio Bentivoglio drame VOST 2h12
(1998) Palme d’or à Cannes 1998
Un dimanche de pluie à Thessalonique, Alexandre, s’apprête
à quitter définitivement la maison sur la mer où il a toujours
vécu. Il retrouve une lettre de sa femme décédée, Anna. Elle
lui parle d’un dimanche d’été, il y a trente ans. C’est avec les
mots, les sons, les couleurs et la lumière de cet instant perdu
qu’il commence un étrange et dernier voyage entre rêve et
réalité, souvenir et présent.
La rencontre avec un enfant albanais clandestin lui permettra
enfin de mettre ses sentiments en paroles. À l’instar de ce
poète grec qui avait perdu sa langue maternelle et achetait
des mots pour continuer à écrire.
Angelopoulos présentait son film comme une réflexion sur
l’ultime frontière. Cette frontière qu’il a franchie, fauché par
un motard de la police, l’année dernière dans le port du Pirée.
Jamais ses films ne sont terminés sur le mot fin…
Dimanche 7 avril, 20h45 - Mercredi 10 avril, 15h45
Jeudi 11 avril 18h30 - Vendredi 12 avril, 16h
À la recherche de son épouse Eurydice, Orphée descend aux
enfers où il tombe amoureux de la Mort. Une relecture du
mythe antique par un poète qui avait autant le sens de l’image
que des mots.
« Il ne faut pas chercher à comprendre, il faut croire » pour
traverser le miroir et accepter le voyage proposé, l’inquiétant
va-et-vient entre la vie et la mort. Jouant avec nos rêves, nos
peurs, nos fantasmes, Cocteau crée là un film d’une sublime
beauté, du générique à la dernière image.
Lundi 8 avril, 17h – Mardi 9 avril, 17h - Mercredi, 10 avril, 21h Jeudi 11 avril, 14h – Vendredi 12 avril, 18h45
14
15
20
06
CNA, Dudelange, Luxembourg, 19h30-21h00, ENTRÉE LIBRE
centre ville, 10h45-11h30
soirée « Hei Elei, Kuck Elei »
Déambulation de la fanfare
Sainte Cécile
en préambuleOUVERTURE
mbuleOUVERTURE officielle
mars
Soirée conférence autour de la mythique émission de RTL en luxembourgeois, « Hei Elei, kuck Elei », regardée également en Lorraine. Des
extraits des différences rubriques de l’émission seront diffusés et
commentés par l’historien des médias, Paul Lesch, qui expliquera le
en préambule
contexte dans lequel est née cette émission et le phénomène qu’elle a
n préambule
représenté de par et d’autre de la frontière. Viviane Thill, responsable
ambule du département audiovisuel au CNA, abordera quant à elle la question
de l’archivage, de la conservation et de la diffusion de cette partie du
patrimoine audiovisuel luxembourgeois. En effet se pose la
question de savoir quelles émissions sont parvenues au CNA,
pourquoi beaucoup ont disparu,
comment on les archive, comment on les traite et comment
peut s’organiser la recherche
universitaire sur ces émissions.
Soirée en luxembourgeois.
avril
Une petite fanfare sonore et trébuchante de la Compagnie Azimuts.
« Quatre musiciens échappés d’une fanfare musicale. Personnages
haut en couleur et quelque peu décalés, ils portent l’uniforme et OUVERTURE
OUVERTURE
profitent d’être sans leur chef, pour sortir des sentiers battus ».
Il
OUVERTURE
offi
s’agit de dérapages musicaux qui s’emparent des sons de la
rue et qui
s’improvisent en réaction à la vie qui s’y déroule. OUVERTURE officiell
(c) Compagnie Azimuts
OUVERTURE officielle
Beffroi, 11h30-13h00
03
avril
Trois C-L, Bananenfabrik, Luxembourg,
19h00-21h00, ENTRÉE LIBRE
Ouverture officielle en présence de
tous les intervenants festivaliers
Apéro-buffet offert
par les restaurants partenaires
Les langues ont-elles des ailes ?
Dans le cadre du « 3 du Trois »
extrait de la performance chorégraphiée
par bernard Baumgarten
restaurants partenairES,
13h30-14h30, sur réservation
SPECTACLE
Julie Barthélémy, danseuse au
ECTACLETrois C-L, donnera chair à l’écriCLES ture de l’auteure japonaise Yôko
16
avril
Déjeuner à la table de…
Tawada qui vient jusqu’à nous par
le français. Son corps va aussi exprimer le mouvement qui anime
les vêtements de Marie Labarelle
et traduire l’âme qu’elle leur insuffle. Enfin, son énergie donnera
vie à la chorégraphie que Train
de nuit avec suspects a inspiré à
Bernard Baumgarten.
(voir page 11)
Marielle Rispail, linguiste ; Patrick Deville, ÉCRIVAIN ;
Nicolas Pannetier et Simon Brunel, auteurs de
« Border bistro ».
littér
Un moment pour prolonger les échanges avec les auteurs et artistes,
littératur
autour d’une découverte gustative gâce à une formule « littérature
Frontières ».
(Voir page 61)
(c) Armelle Bouret
En partenariat avec le Trois C-L.
06
Sur réservation
[email protected], 03 82 82 25 05
Ou en ligne sur www.festivalfrontieres.fr
17
06
avril
beffroi - RDC, 14h30 - 18h30,
Et dimanche, 10h00 - 18h00
ENTRÉE LIBRE
LA LISIÈRE - LA LIBRAIRIE DU FESTIVAL
Un lieu pour découvrir des livres
et rencontrer des auteurs
littérature
En partenariat avec la Bibliothèque municipale de Thionville, les librairies
térature
ture Plein Ciel et Hisler BD Bis (Thionville), Géronimo et Le Préau (Metz).
14h30-15h00 : « Murs et frontières » de la Revue Hermes
Par Michel Lussault, professeur de géographie à l’Université de Lyon
En rappelant la polysémie du terme de « frontières » et appelant « au
franchissement des limites », les auteurs abordent par mille et une
portes d’entrée la contradiction entre la disparition de certaines
frontières politiques et l’émergence de barrières sociales et culturelles.
De la sécurisation des frontières numériques de l’Europe à la frontière
linguistique belge en passant par les frontières de la connaissance et
intergénérationnelles, ce dernier volume de la revue Hermès nous
donne à voir la complexité de nos sociétés.
Animé par Gregory Hamez, géographe, Université de Lorraine.
15h30 - 16h00 : Comment écrire une littérature dans une
langue parfois étrangère dans son propre pays ?
Claudine Muno est auteure et musicienne (notamment au sein du
groupe Monophona). Elle a écrit plusieurs romans en différentes langues
(la Mammouth, 2011). En 2004, elle a reçu le Prix Servais pour son roman
Frigo. Elle est chargée d’éducation au Lycée Ermesinde (Luxembourg).
Animé par Hugo Pradelle, La Quinzaine Littéraire.
Claudine Muno
16h30-17h00 : Traduire au-delà du rideau de fer Ioana Popa est sociologue à l’Institut des sciences sociales du politiqueCNRS. Elle est l’auteur de Traduire sous contraintes. Littérature et
communisme (1947-1989), Paris, CNRS Editions, 2010. Etude empirique
centrée sur le texte traduit, il s’agit d’une impressionnante analyse
comparative des transferts littéraires vers la France en provenance de
quatre pays, la Pologne, la Hongrie, la Tchécoslovaquie et la Roumanie,
alors marqués par une forte politisation du champ littéraire. Ioana Popa
nous parle des effets qu’a eu le « rideau de fer » sur la circulation des
œuvres et sur leur réception à l’Ouest.
Animé par Hugo Pradelle, La Quinzaine Littéraire.
16h30-17h00 : Séance de dédicaces
Daniel Blancou ( Retour à Saint Laurent des Arabes) et Laurent Maffre
( Demain, demain ).
17h00-17h30 : Le Platt lorrain pour les nuls
Marie-Anne Haas, ancienne professeure des écoles, et Marielle Rispail,
linguiste présentent cet outil pour communiquer avec les Lorrains
« de souche ». Le français est pluriel et riche des langues de France
dont le Platt lorrain, que ce manuel « pour les nuls » permet d’acquérir
facilement. L’idée est bel et bien de pouvoir échanger en apprenant des
choses simples, telles les salutations, les particularités de prononciation,
les règles de grammaire essentielles. Il s’agit d’un premier pas vers
l’autre mais aussi vers son voisin luxembourgeois.
Animé par Hugo Pradelle, La Quinzaine Littéraire.
beffroi - RDC, 15 :00 - 18 :00, ENRÉE LIBRE
CHRONIQUES FRONTIÈRES :
06
avril
des rendez-vous pour parler de frontières
Animés par Pascal Orcier
15h00-15h30 : Comment dit-on « frontières » en anglais ?
Le monde ne se dit pas de la même manière selon les langues. Des
confé
élèves de Terminales L du cours de « littérature étrangère » du Lycée
conférenc
Hélène Boucher présentent les différents termes utilisés en anglais
conférences
pour décrire la notion de frontière.
débat
16h00-16h30 : Les frontières urbaines
débats
et linguistiques au sein des métropoles Michel Lussault, professeur de géographie à l’Université de Lyon,
aborde le paradoxe du monde urbain mobile et connecté mais toujours
fragmenté.
18
19
06
avril
beffroi 1er étage, 14h30 – 18h30, entrée libre
Espace ateliers
un lieu pour oser et expérimenter
14h30-18h30 : Vidéomathon self portrait = partage des
langues
Créé pour l’édition 2011 du festival par l’équipe multimédia du Centre
ateliers
eliers Le Lierre, le vidéomathon invite les visiteurs du festival Frontières à se
prêter au jeu du dispositif self portrait = partage des langues.
Suivi de paroles d’élèves du collège de Guénange ayant participé au
programme Schuman en Allemagne.
À partir de trois questions récurrentes, ce dispositif cherche à dévoiler
ce qui nous différencie, pour mieux nous rassembler. La diversité des
portraits réalisés fera apparaître la richesse des langues, qui nous
relient ou nous séparent.
Découvrez toutes les vidéos sur www.wikithionville.fr
17h30-18h00 : Border Bistro
Découverte de l’objet multimédia sur la frontière linguistique belge,
Border bistro, en présence des auteurs de l’Atelier Limo.
(voir page 8)
14h30-15h15 : initiation à la langue des signes française
Pour certains d’entre nous, le langage ne passe pas par la parole. Les
gestes n’accompagnent pas la pensée, ils la disent. Ce sont des signes
qui constituent la langue du même nom. Certains nous amusent,
d’autres nous paraissent aisés à comprendre. Le plus souvent, la langue
des signes nous semble étrangère. Pas de souci, comme les autres
langues elle s’apprend ! L’atelier propose au public de s’initier à cette
langue et d’acquérir quelques bases de conversation.
Bibliothèque municipale, 14h30-17h30, entrée libre
Atelier proposé par l’Association Urapedia.
15h15-16h00 : Venez découvrir et parler le na’vi Amateurs de langues de fiction inventées, venez discuter avec le
fondateur de Dothraki.org, la communauté des fans de la langue de
la saga littéraire de fantaisie médiévale, Game of Thrones, et locuteur
du Na’vi, la langue inventée par Paul Frommer pour le film Avatar
de James Cameron. Richard Littauer, qui a été en relation avec lui,
est un passionné de science fiction, de nouvelles technologies et de
linguistique. Il vous dira tout, en anglais, sur la manière de créer des
langues. Vous pourrez également vous essayer à pratiquer avec lui ces
langues imaginaires.
Tout public
Pour tous les ateliers, inscription souhaitée (voir page 61)
20
16h00-16h45 : Amicallemand vôtre
Olivia Berthaud enseignante du secondaire propose de découvrir
l’allemand sous un autre jour. Qui sait que « aspirine » ou la « colle
U » viennent de l’allemand ? Les mots franchissent les frontières et
pourtant l’allemand reste bien souvent perçu comme une langue
retranchée derrière une barrière culturelle. Cet atelier visuel et sonore
est l’occasion de découvrir la richesse et la poésie de cette langue
voisine et parfois amie.
La bibliothèque vivante
06
avril
Un événement CONTREBANDE du Nest
En partenariat avec la Médiathèque de Thionville,
la Médiathèque de Nilvange, pôle départemental
de lecture publique, Médiathèque de Florange
et la Médiathèque de Cattenom
littér
Cécile Arthus, metteur en scène en résidence au NEST, proposelittératur
au
littérature
lecteur d’emprunter des livres pas comme les autres, des livres
vivants :
des êtres humains porteurs de récits de vie singuliers. De ces livres
« vivants » les lecteurs peuvent découvrir, comprendre, voire conjurer,
au travers des histoires racontées, et au-delà des frontières qui nous
séparent, ce qui fait peur, nous expose souvent à préjuger : identités
atypiques, expériences limites, savoir-faire ou connaissances en marge,
témoignages, combats et engagements solitaires ou collectifs…. Fruit de
rencontres inattendues, constructives, parfois drôles, la Bibliothèque
Vivante s’adresse à tous ceux qui souhaitent s’inscrire par le dialogue
dans une démarche citoyenne en lien avec la défense des droits de
l’Homme par delà les frontières, ici, ailleurs, partout.
Accès libre- sur réservation au +33 (0)3 82 82 14 92
ou [email protected]
La bibliothèque vivante aura lieu également le 6/04 à Nilvange
de 11h à 17h et le 10/04 à Florange de 13h à 17h et à Cattenom de 14h à 18h.
21
06
Foyer du théâtre, 14h30-15h00, entrée libre
06
Espace d’art de l’Adagio, 14h30-15h15, entrée libre
avril
avril
Au-delà des mots
Dedans, dehors
En présence des jeunes de l’Institut mÉDICO-ÉDUCATIF,
LES PRIMEVÈRES (voir page 10)
En présence de daniel blancou et de laurent Maffre
(voir page 9)
Présentation de la sculpture-structure
EXPOSITIONS
POSITIONS
OSITIONS
Visite déambulatoire de l’exposition
La bande dessinée participe-t-elle au « devoir de mémoire », contribue- EXPOSITIONS
t-elle à l’enrichir ? Cette forme littéraire facilite-t-elle la transmission
EXPOSITIONS
de l’histoire auprès des jeunes générations ? Comment cette façon de
EXPOSITIONS
raconter l’Histoire est-elle perçue par les populations concernées ?
Animé par Frédéric Zalewski (Equipe Frontières )
Suivie d’une rencontre entre les auteurs et des élèves de la classe
1ES3 participant au Culture Club du lycée Hélène Boucher.
06
avril
Esplanade des Capucins, 14h30-15h30, entrée libre
Espace Invitro, 15h00-15h15, entrée libre
À la recherche des mots migrants
Les langues ont-elleS des ailes ?
Rallye
Des mots d’origine étrangère se sont égarés dans les vitrines de
commerçants du centre ville. En les retrouvant les participants pourront
jeunereconstituer
public la phrase perdue. Les dix premiers qui parviendront à
remettre les mots dans le bon ordre se verront remettre des cadeaux
une public
offerts par les commerçants partenaires.
ublic
En partenariat avec l’Association des commerçants thionvillois
et la Cour des Capucins.
06
avril
Performance
Lors de deux performances, la danseuse, Julie Barthélémy, donne chair
à l’écriture d’une auteure japonaise qui vient jusqu’à nous par le français.
Son corps exprime aussi le mouvement qui anime les vêtements de
Marie Labarelle et traduit l’âme qu’elle leur insuffle. Enfin, son énergie SPECTA
à
donne vie à la chorégraphie que Train de nuit avec suspects a inspiré
SPECTACLE
Bernard Baumgarten.
SPECTACLES
Création dans le cadre du festival Frontières de Thionville. (voir page11)
22
(c) Armelle Bouret
Public à partir 8 ans.
Inscription souhaitée
([email protected] et par tel 03 82 53 33 71,
les lundi, mardi et jeudi 14h-17h) jusqu’au 4 avril.
23
06
avril
Bar de l’hôtel Kyriad Prestige, 15h00-16h00, entrée libre
Quand le français est une langue
étrangère
Café frontières
Nos langues se mélangent depuis la nuit des temps, comme les eaux
d’une rivière qui reçoivent ruisseaux et alluvions. Et seuls ceux qui les ont
conférences
apprises dans les livres de grammaire croient qu’il existe des « langues
nférences
ou supérieures, ou plus belles ou plus « vraies » que d’autres. Il
ences pures »
existe en fait des situations, des circonstances, des contextes, dans lesquels nous utilisons telle ou telle langue, tel ou tel mot, tel ou tel phénodébats
bats mène langagier, pour nous adapter à la richesse infinie de la vie et de la
communication avec les autres. C’est ainsi que nos langues sont faites
de rencontres, de métissages en évolution constante, de variations plurielles. Au point que Louis-Jean Calvet a pu écrire presque sans rire : « la
langue est-elle une invention des linguistes ? ». Il existe aussi des gens
pour dire que l’avenir sera plurilingue et qu’on peut déjà le préparer en
tissant nos langues et en osant le mélange entre anglais, arabe et espagnol, ou Platt et allemand, ou français de Paris et français de Metz…
Une rencontre entre Marielle Rispail, professeur de linguistique à
l’Université Jean Monnet de Saint Etienne et Michel Alessio, chef de
la mission « les langues de France » à la Délégation générale à la langue
française et aux langues de France.
Animé par Kathleen Lapie, attachée de coopération linguistique
à l’Institut français du Luxembourg.
Adagio, 15h30-16h15, entrée libre
Traduire est-ce déjà faire tomber
des barrières en Europe ?
06
avril
Café frontières
Valter Mavrič, doté d’une longue expérience en tant qu’interprète, et
actuel Directeur de la Traduction au Parlement européen, témoigne de confé
l’importance de la traduction et de l’interprétation dans l’information
conférenc
des citoyens sur les avancées des politiques européennes. Accéder
conférences
aux documents officiels de l’Union européenne en langue maternelle
est également essentiel pour les citoyens des pays candidats dont la débat
Croatie. Ainsi les milliers de traducteurs et interprètes présents débats
dans
les institutions sont autant de maillons de la démocratie européenne.
Valter Mavrič aborde cet enjeu mais présente aussi la réalité d’un métier
tout complexe que passionnant.
Animé par Jakub Adamovic, membre de la Représentation de la
Commission européenne au Luxembourg
Place Claude Arnoult, 15h30-16h15, entrée libre
Danse d’avril
06
avril
Un bal électro
Avec l’intervention théâtrale surprise, « Lost in translation »,
de la Compagnie Théâtre à dire.
06
avril
Bar de l’hôtel Mercure, 15h00-16h00, Entrée libre
Auteur-traducteur. Regards croisés
Café frontières
Il n’aime guère voyager ; elle se refugie en plein hiver en Suède pour rédiger. Qu’ont Michel Volkovitch et Ersi Sotiropoulos à nous faire partager ?
La langue de l’autre ! Il a traduit d’elle Zigzags dans les orangers (Maurice
conférences
Nadeau) et Dompter la bête (Quidam) qu’elle peut lire puisqu’elle maîtrise
nférences
le français. Traduire, lire et écrire ( Verbier, herbier verbal à l’usage des
ences écrivants et des lisants. Maurice Nadeau, 2000 et Elle ma Grèce sur publie.net), c’est sa vie. Il aime son contact physique avec les mots, les siens
débats
et ceux des autres qu’il se charge de faire passer d’une langue à l’autre.
bats Elle a une écriture rigoureuse et inventive, tragique sans négliger l’aspect
comique et même grotesque des choses, que Michel Volkovitch a plaisir à
traduire. Un joli duo à venir écouter.
Ersi Sotiropoulos a reçu entre autres en 2000 le Prix national du meilleur roman pour Zizags dans les orangers. Michel Volkovitch enseigne
la traduction au C.E.T.L. de Bruxelles et à l’université Paris VII (Institut
d’anglais Charles V, DESS de traduction littéraire)
« En mixant le pas de deux et la musique électronique, la Danse d’Avril
modernise la danse de couple. Les grands humains aiment jouer à
deux. J’ai inventé pour eux une danse de couple moderne, chaude et
électrique, un truc qui tire, qui pousse, qui se tripote, qui bascule. Un
mélange de discothèque et de bal populaire. La Danse d’Avril c’est
une danse et aussi un moment. Un moment de partage d’une même
énergie, d’un même dynamisme, d’une même joie de vivre et de danser,
un moment décomplexé. On essaie, on tire la langue, on est ridicule,
on se marche sur les pieds, on évolue entre lâcher prise et contrôle, le
corps assimile, on se surprend, on se dépasse, on est content. »
Johan Amselem, Compagnie la Halte-Garderie
Tout public
Animé Serge Basso de March, directeur de la Kultufabrik, Luxembourg.
24
25
06
avril
Centre ville, 14h30-15h15
06
Café le Beverly’s, 16h15-17h15, Entrée libre
deuxième passage de la fanfare
Sainte Cécile
avril
une littérature aux frontières Café littéraire
(voir page 17)
Patrick Deville fait une escale à Thionville, le temps du festival, lui qui
d’habitude a pour ports d’attache Saint-Nazaire et Paris quand il ne
remonte pas le Mékong. ..
littér
Ce romancier, explorateur des confins, qui navigue entre fiction et
littératur
reportage, nous invite par ses écrits à une réflexion sur la notion de
révolution à travers des personnages haut en couleurs, delittérature
l’Amérique
latine en Asie en passant par l’Afrique. Sa littérature qui se joue des
frontières de genres sonde l’âme des hommes. De préférence, ceux qui
se retrouvent seuls face à leurs démons, leurs rêves et à l’histoire. L’œil
est lucide, l’esprit impitoyable à l’égard des bourreaux. La poésie est
toujours là. Le rythme aussi.
(c) Compagnie Azimuts
SPECTACLE
ECTACLE
CLES
Il est notamment l’auteur chez Seuil de Pura vida, 2004 ; Equatoria,
2009 ; Kampuchéa, 2011 et il a reçu le Prix Femina pour Peste et Choléra
en 2012.
Animé par Norbert Czarny, critique à la Quinzaine littéraire.
06
avril
Bar de l’hôtel Kyriad Prestige
16h15 - 17h15, entrée libre
Patrick Deville
DES LANGUES DANS TOUS LES SENS
Babel café
Que diriez-vous de vous asseoir à une table, de prendre un café et de
discuter avec votre voisin de la pluie et du beau temps dans une autre
ateliers
que la vôtre ? Grâce à la bienveillance de Camille Soumoy et
eliers langue
Alain Pereira, organisateurs des Café des langues du Luxembourg
et de Metz, c’est possible à Thionville ! Selon vos goûts et vos envies,
venez parler l’allemand, l’anglais, le frioulan, le japonais, le portugais, le
bambara etc…
06
avril
Espace Invitro, 16h00-16h15, entrée libre
les langues ont-elles des ailes ? II.
26
(c) Tomohican
SPECTACLE
ECTACLE
CLES
(c) Armelle Bouret
Performance
(voir page 11)
27
avril
7e bar, 16h30-17h30, entrée libre
À la découverte
de la littérature japonaise
Café littéraire
Cécile Sakaï est professeure de langue et littérature japonaises à l’Université Paris Diderot et traductrice littéraire. Une langue, dès lors qu’elle
littérature
nous est étrangère, établit une frontière entre le lecteur et l’œuvre. Le
térature
ture traducteur est-il un passeur ou un second auteur ? Cécile Sakaï nous
parle de cet exercice de funambulisme qu’est la traduction.
L’auteur a publié notamment Histoire de la littérature populaire japonaise
(1900-1980), Paris, L’Harmattan, 1987, et Kawabata le clair-obscur Essai sur une écriture de l’ambiguïté, Paris, Puf, coll. Ecriture, 2001.
Animé par Sébastien Vivien, fin connaisseur du Japon
et professeur de français langue étrangère.
06
avril
Il est peintre, photographe, et écrit. Elle est romancière, enseignante
et traductrice. Elle parle de son histoire, cherche à démêler le réel du
rêve, le vrai du fantasme. Lui, les laisse s’entremêler à tout va, invente
confé
une histoire. Deux départs singuliers, deux traversées différentes,
conférenc
deux approches divergentes avec cependant l’ailleurs comme horizon
conférences
commun et un goût partagé pour ces zones incertaines où
s’instaure
ce qui cesse.
débat
Une rencontre entre Frank Costa et Laura Alcoba pour se croire une
débats
fois encore dans le monde.
Animé par Nicolas Auzanneau (Équipe Frontières).
Vernissage de l’exposition
On se croirait dans le monde,
Hôtel les Oliviers, 16h30-18h30, Entrée libre
Venez vous essayer à la traduction
Atelier
Atelier de traduction avec Michel Volkovitch
autour du grec moderne.
— Traduire du grec ? Je ne connais pas un mot
de grec !
— Pas grave. Il y aura une transcription phonétique du texte, un mot-à-mot et les explications d’un traducteur professionnel heureux
de faire visiter sa petite cuisine. Tout le monde
peut participer — à condition de connaître le français.
— Ce sera quoi, le texte ?
— Une page d’un roman d’Ersi Sotiropoulos, Dompter la bête. Puisqu’un
texte à traduire, c’est toujours une bête qu’il faut dompter…
28
Café frontières
Débat après la projection du film
Le banquet des fraudeurs
En présence de Simon Brunel et Nicolas Pannetier, auteurs de l’ob-
avril
EN PARTANCE VERS AILLEURS…,
Centre Jacques Brel, 19h00 - 21h00, entrée libre
conférences
jet multimédia, Border Bistro et de l’historien Etienne Deschamps qui
nférences
présentent cette perle cinématographique rare, provenant de la cinéences mathèque royale de Belgique. À entendre Etienne Deschamps, l’histoire
même de la réalisation du film est en soi une épopée.
débats
bats
06
avril
Scala, 16h30-18h30,
tarif normal :6€ / pass fontières : 4,50€
(voir page 12)
Pour débutants et amateurs - Inscription souhaitée : 03 82 82 25 05
ou [email protected] ou en ligne sur www.festivalfrontieres.fr
06
Centre Jacques Brel, 17h30-18h30, entrée libre
de Frank Costa en présence de l’artiste
suivi d’un buffet (voir page 7)
EXPOSITIONS
EXPOSITIONS
EXPOSITIONS
06
Centre Jacques Brel, 21H00, entrée libre
avril
Soirée autour du fado
avec Raquel Bareirra
Plus qu’une simple histoire de
goût, il s’agit en fait d’une volonté
de se rapprocher de ses racines,
de la musique de son pays qu’est
le Portugal.
Raquel Barreira, en collaboration
avec ses deux guitaristes João
Godinho (guitare portugaise) et
Paulo Simões (guitare acoustique)
vous fera passer un moment
agréable, dans une atmosphère
intimiste, grâce à la poésie et au
romantisme dégagés par le Fado,
les Boléros et autres…
Durée, 1h15
Entrée libre – sur réservation :
[email protected]
ou 03 82 82 25 05
en ligne sur www.festivalfrontieres.fr
(c) createam
06
29
Du 06 avril au 12 avril
Programmation du festival frontières
Heure
Lieu
Manifestation
Tarif
SAMEDI 06 AVRIL
Heure
Lieu
Manifestation
Tarif
16h0016h45
Beffroi
Atelier "Amicallemand vôtre"
Entrée libre
Inscription souhaitée
10h45 11h30
En centre ville
Déambulation de la Fanfare Sainte Cécile
Accès libre
16h1517h15
Bar de l'Hôtel
Kyriad Prestige
Babel café "Les langues dans tous les sens"
Entrée libre
11h3013h00
Beffroi
Ouverture officielle
Entrée libre
16h1517h15
Café le Beverly's
Café littéraire "Une littérature aux frontières"
Entrée libre
13h3014h30
Restaurants
partenaires
Déjeuner à la table de …
Sur réservation
16h3017h00
Beffroi
La Lisière «Traduire au-delà du rideau de fer»
Entrée libre
14h3015h00
Beffroi
La Lisière «Murs et frontières»
Enrée libre
16h3017h00
Beffroi
La Lisière Séance de dédicaces de Daniel Blancou
et de Laurent Maffre
Entrée libre
14h3015h00
Foyer du
Théatre
Présentation de la sculpture-structure "Au-delà des
mots"
Entrée libre
16h3017h30
7e bar
Café littéraire "A la découverte de la littérature japonaise" Entrée libre
16h3018h30
Scala
Débat après la projection du film "Le banquet des
fraudeurs"
16h3018h30
Hôtel les Oliviers Atelier "Venez vous essayer à la traduction"
Entrée libre
Inscription souhaitée
17h0017h30
Beffroi
La Lisière «Le Platt lorrain pour le nuls»
Entrée libre
17h3018h15
Beffroi
Atelier "Border Bistro"
Entrée libre
17h3018h30
Centre Jacques
Brel
Café frontières "En partance vers ailleurs"
Entrée libre
14h3015h15
Beffroi
Atelier "Initiation à la langue des signes française"
Entrée libre
Inscription souhaitée
14h3015h15
Espace d'art de
l'Adagio
Visite déambulatoire de l'exposition "Dedans, dehors"
Entrée libre
14h3015h30
Esplanade des
Capucins
Rallye "A la recherche des mots migrants"
Entrée libre
Inscription souhaitée
14h3015h15
En centre ville
La Fanfare Sainte Cécile
Accès libre
14h3017h30
Bibliothèque
municipale
La Bibliothèque vivante - Contrebande
Entrée libre
sur réservation
14h3018h30
Beffroi
Atelier "Vidéomathon self portrait = partage des langues" Entrée libre
19h0021h00
Centre Jacques
Brel
Vernissage de l'exposition "On se croirait dans le monde"
Entrée libre
15h0015h15
Espace In Vitro
Performance "Les langues ont-elles des ailes?" I.
Entrée libre
20h0020h45
Bar l'Excelsior
Concert quartet Ahmed el Salam
Entrée libre dans la limite
des places disponibles
15h0015h30
Beffroi
Chroniques frontières
Entrée libre
21h0022h15
Centre Jacques
Brel
Soirée fado autour de Raquel Bareirra
Entrée libre
Sur réservation
15h0016h00
Bar de l'Hôtel
Kyriad Prestige
Café frontières "Quand le français est une langue
étrangère"
Entrée libre
22h0023h30
Bar l'Excelsior
Concert quartet Ahmed el Salam
Entrée libre dans la limite
des places disponibles
15h0016h00
Bar de l'Hôtel
Mercure
Café frontières "Auteur-Traducteur. Regards Croisés"
Entrée libre
22h0023h30
Bar le Nimby
Concert de Groupe de BossX
Entrée libre dans la limite
des places disponibles
15h1516h00
Beffroi
Atelier "Venez découvrir et parler le na'vi"
Entrée libre
Inscription souhaitée
15h3016h00
Beffroi
La Lisière «Comment écrire une littérature dans une
langue parfois étrangère dans son propre pays?»
Entrée libre
10h3011h30
Café frontières "D'une langue à l'autre. Du Burkina Faso
Latitude 49 Café
à la bavière et de Trèves à Thionville"
Entrée libre
15h3016h15
Adagio
Café frontières "Traduire est-ce déjà faire tomber des
barrières en europe?"
Entrée libre
10h3011h30
Café le Titanic
Café littéraire "Les langues et l’exil"
Entrée libre
15h3016h15
Place Claude
Arnoult
Danse d'avril. Un bal électro
Accès libre
10h3011h30
Adagio
Café frontières "Le Yiddich, une langue sans frontières"
Entrée libre
16h0016h15
Espace In Vitro
Performance "Les langues ont-elles des ailes?" II.
Entrée libre
10h4511h15
Beffroi
Atelier "Border Bistro"
Entrée libre
Inscription souhaitée
16h0016h30
Beffroi
Chroniques frontières «Les frontières urbaines et
linguistiques dans les métropoles»
Entrée libre
Tarif normal 6€/pass
frontières: 4,50€
dimanche 07 AVRIL
Heure
Lieu
Manifestation
Tarif
Heure
Lieu
10h4511h15
Beffroi
Chroniques frontières «Les nouvelles frontières au sein
de la société grecque»
Entrée libre
Manifestation
Tarif
brunch à volonté 10€
10h0011h00
Bibliothèque de
quartier Basses- Pinocchio - un conte bilingue
Terres
Entrée libre
mercredi 10 AVRIL
11h0015h00
Théâtre en bois
11h0017h00
Place du Marché Caravane sonore
Entrée libre
10h0011h30
Beffroi
Atelier alternatif d'expression participative
Entrée libre sur inscription
11h1512h00
Beffroi
Atelier "La Bataille des cartes"
Entrée libre
Inscription souhaitée
14h0015h30
Beffroi
Atelier alternatif d'expression participative
Entrée libre sur inscription
11h3013h00
Restaurant
Terres Pôlanes
Brunch frontières "L'Europe, riche de ses minorités mais
menacée par des mouvements séparatiste"
Entrée libre
18h3020h30
Adagio
Apéro frontières "La géopolique des langues"
Entrée libre dans la limite
des places disponibles
11h3013h00
Le Concorde
Café frontières "Le kurde, une langue par delà les
frontières"
Entrée libre
19h0020h15
Petite salle du
Théâtre
Spectacle Contrebande - La Veille / Les Iroquois
Plein 8€ / Réduit 5€ / Gratuit
avec le Pass Frontières
12h3014h30
Restaurants
partenaires
Déjeuner à la table de…
Sur réservation
21h0022h30
Adagio
Concert l'Est
Tarifs unique 15€ / Tarif Pass
Frontières 5€ ou 10€
15h0015h30
Beffroi
La lisière "Histoire des traductions en langue française"
Entrée libre
Brunch Contrebande "Teatro di narrazione"
jeudi 11 AVRIL
15h0015h30
Espace d'art de
l'Adagio
visite guidée de l'exposition "Dedans, dehors"
Entrée libre
18h3019h15
15h1516h00
Beffroi
Atelier "Embarquez à la découverte de la langue
japonaise"
Entrée libre
19h3021h00
15h3016h00
Beffroi
Chroniques frontières "la Transnistrie, un pays qui
n'existe pas"
Entrée libre
15h3016h15
Adagio
Spectacle - Le voyage d'Ulysse, Odyssée
Entrée libre
16h00
Beffroi
La lisière: Séance de dédicace par Yves Plasseraud
Entrée libre
16h0017h00
Petite salle du
Théâtre
La Tulipe d'or - conte hongrois
Entrée libre
sur inscription
16h0017h15
Café le
Luxembourg
Café frontières "Sur le Mali"
Entrée libre
16h3017h15
Beffroi
Atelier "Dessine moi un pays"
Entrée libre
16h3017h30
Café le Beverly's
Café frontières "Ecrire et être au monde entre deux
langues - autour de Yôko Tawada"
Entrée libre
17h3019h30
La Scala
Débat après la projection du film "Le temps dure
longtemps"
Tarif normal 6€/pass
frontières: 4,50€
Beffroi
Soirée vintage "Hei Elei, Kuck Elei" Apéro-Concert
Entrée libre
Beffroi
Soirée vintage "Hei Elei, Kuck Elei" Table ronde
Entrée libre
vendredi 12 AVRIL
14h0016h00
Beffroi
Table ronde "Quelle littérature étrangère
dans la Grande Région"
Entrée libre
20h0021h15
Théâtre en bois
Spectacle Contrebande - Land's End
Tarifs habituels du NEST /
Tarif Pass Frontières 5€ ou 10€
22h0023h30
Bar l'Excelsior
Concert du groupe folk rock tchèque Traband
Entrée libre
22h0023h30
Bar le Nimby
Concert De Läb
Entrée libre
lundi 08 AVRIL
18h3020h00
Beffroi
Apéro frontières "Le multilinguisme au quotidien"
Entrée libre
20h30
Théatre de
Thionville
Danse - Au-delà des frontières
Tarif du Théâtre 20€ / Tarif
Pass Frontières 5€ ou 10€
mardi 09 AVRIL
15h0016h15
Petite salle du
Théâtre
Spectacle Contrebande - La Veille / Les Iroquois
Plein 8€ / Réduit 5€ / Gratuit
avec le Pass Frontières
18h3021h00
Adagio
Apéro frontières "Penser l'Europe à Thionville: En quelles
langues parle l'Europe?"
Entrée libre
INSCRIPTION aux ateliers et autres manifestations :
en ligne : www.festivalfrontieres.fr
par email : [email protected]
par téléphone : 03 82 82 25 05
L’entrée libre s’entend toujours dans la limite des places disponibles.
Plus d’informations sur
w w w.f e s t i va l f r o n t i e r e s.f r
06
avril
Excelsior, 20h-20h45 et 22h-23h30, entrée libre
Concert quartet Ahmed el Salam
Ahmed Daha, originaire de Oued
Souf, dans le Sahara algérien, est
rapidement captivé par l’univers
musical afro-sahraoui et lyrique
du moyen orient. Adolescent il
découvre la guitare, l’oud, l’arabo
andalou, le flamenco, le blues,
Santana, Hendrix...
SPECECTACLE
CLES
Dans le groupe Ahmed el Salam,
composé d’excellents musiciens
aux influences riches et variées,
Ahmed épanouit ses compositions,
mêlant la chaleur de ses origines
aux influences rencontrées. Ses
paroles en arabe et français se mêlent aux sonorités acoustiques
d’instruments tel l’oud, le naï, la darbuka.
Top découvertes du Printemps de Bourges en 1992, Ahmed s’est produit
en France et bien au-delà de ses frontières.
Adagio, 10h30-12h00, ENTRÉE LIBRE
07
avril
Le Yiddich, une langue sans frontières
café frontières
Présentation de l’histoire prodigieuse de la langue, la littérature et
la culture Yiddich par le docteur Emile Benarroch, accompagné de
musique Klezmer et de chants Yiddich par Marie-Aurore Picard confé
(piano), Christelle Guichoux (clarinette), Eliette Benarroch (chants)
et
conférenc
Philippe Marx (chants).
conférences
Le Yiddich, cette langue, par définition, sans terre, sans hymne, sans
drapeau a tout à fait sa place dans le festival Frontières. Une langue débat
parlée par des juifs successivement recueillis puis rejetés, espérés débats
mais
persécutés ; une langue née aux confins du Rhin et de la Moselle, « une
langue qui fait rire pour ne pas pleurer ». La musique Klezmer fait partie intégrante de la culture Yiddich ; parallèlement à elle, le Klezmer a
accompagné le Yiddich dans toute son aire de développement géographique et principalement dans les pays d’Europe centrale et orientale.
Beffroi 1er étage, 11h15-12h00, entrée libre
La Bataille des cartes
07
avril
Atelier
06
avril
Nimby, 22h00-23h30, entrée libre
Concert De BOSS X
Ils ont beau être français, mais le rock c’est en anglais que cela se
joue ! Deux chanteurs, guitares, basse et batterie, un savant cocktail
influencé par de la musique made in Seattle pour poursuivre l’aventure
festivalière jusqu’au bout de la nuit.
SPECTACLE
ECTACLE
CLES
34
Michel Foucher, géographe, et son complice cartographe, Pascal Orcier, ont adapté l’ouvrage La Bataille des cartes, (Bourin éditeur, 2011)
en application pour tablette numérique. Michel Foucher répète à l’en- atelie
vie que « un citoyen du monde doit savoir lire les cartes pour mieux se
ateliers
situer. » Par cet outil numérique, il propose en plus de comprendre le
monde en évolution grâce à des cartes mentales représentant les rapports de forces entre puissances anciennes et émergeantes. Venez naviguer avec eux à la découverte des enjeux du monde.
Tout public
35
07
avril
Café le Titanic, 10h30-11h30, entrée libre
Beffroi - rdc, 10h45-11h15, ENTRÉE LIBRE
Langues et exil
les nouvelles frontières
au sein de la société grecque
café littéraire
Rencontre avec Laura Alcoba, enseignante, traductrice et auteure
des Passagers de l’Anna C., sur l’histoire de jeunes révolutionnaires qui
pour rejoindre Che Guevara à Cuba dans les années 1960 en partant
littérature
de l’Argentine, sont passés par Paris et Prague. Ce roman fait se croiser
térature
grande et petites histoires. Laura Alcoba restitue la foi, les doutes, les
ture amours d’une génération éprise de changements et d’engagement. Elle
entrouvre aussi la porte du questionnement sur l’identité. Elle qui est née
dans la clandestinité, quelque part entre deux pays, confiait à Kathleen Evin
en mars 2012 que le français signifie pour elle « l’expression libre » tandis
que l’espagnol est « la langue dans laquelle on [lui] a appris à [se] taire ».
07
avril
Chronique frontières
Romancière mais aussi fine observatrice de la société grecque dont confé
elle s’éloigne de temps en temps
conférenc
pour écrire au calme, Ersi Sotiroconférences
poulos, évoquera les tendances
qui se dessinent depuis quelques débat
mois. Athènes, qui porte en elle le
débats
lourd héritage des fondements de la
démocratie et de l’humanisme européen, s’est vu rejetée par certains
aux bans des nations et traversée
tout à la fois par des mouvements
de révolte et de fierté nationale.
Quelles sont les traces laissées aujourd’hui par cette stigmatisation…
Animé par Norbert Czarny, critique à la Quinzaine littéraire.
Animé par Pascal Orcier, géographe.
Place du Marché, 11h00 – 17h00, entrée libre
07
avril
Caravane sonore
spectacle participatif
Laura Alcoba
07
avril
Latitude 49 Café, 10h30-11h30, entrée libre
D’une langue à l’autre. Du Burkina Faso
à la Bavière et de Trèves à Thionville
Dans ce lieu nomade de création électro-acoustique construit à partir
d’objets issus du chaos des déchets, de capteurs, filtres et amplis, la
Caravane Sonore et ses Hôtes vous invitent à (re)trouver ensemble SPECTA
le jeu de l’écoute primordiale. Issus de collectes sur les trottoirs,
SPECTACLE
caves et dépotoirs, jardins et hangars abandonnés, les objets
sonores
SPECTACLES
réalisés, transformés, mis en son et en espace par Résonn’R appellent
les promeneurs au jeu et à la disposition d’écoute. Chacun est invité
à rendre musicale son approche de la vie, de la ville, du village, de la
caverne et de ses habitant(e)s.
Tout public
café frontières
Daniel Madert, formateur au GRETA, qui se dit européen, a dû oublier
l’allemand quand il est arrivé en Lorraine pour s’intégrer. Il a redécouvert
conférences
l’allemand par la suite mais déplore qu’on se connaisse si peu dans
nférences
la Grande Région. Hervé Bado, enseignant, quant à lui, avait appris
ences l’allemand au Burkina Faso mais en Bavière c’est d’un autre allemand
qu’il s’agit. Comment concilier l’idée si familière qu’on se fait d’une
débats
langue et d’un pays et l’étrangeté qui peut découler de la réalité ?
bats
36
Animé par Olivia Berthaud, professeur d’allemand au collège
René Cassin de Guénange.
37
07
avril
Théâtre en bois, 11h00-14h30, entrée libre
Brunch contrebande
Teatro di narrazione
Un événement CONTREBANDE du NEST
En partenariat avec la Maison Antoine Vitez
et le Conservatoire à Rayonnement Régional de Metz Métropole.
littérature
Remerciements à Claudia Calvier-Primus, Olivier Favier et Federica Martucci
térature
ature À l’occasion du festival, le NEST propose son traditionnel BRUNCH du
dimanche. Le principe : un brunch sucré-salé copieux, préparé par la
cuisinière du NEST, Laurence, suivi d’une rencontre autour d’un courant de
théâtre documentaire venu d’Italie, le « théâtre de narration », initié par une
nouvelle génération d’auteurs.
Les élèves de la classe théâtre du Conservatoire de Metz, dirigés par Jean
Boillot liront «Italabanais», de Savarino La Ruina, traduit de l’italien par
Federica Martucci et Amandine Mélan.
À la fin de la seconde guerre mondiale, des milliers de soldats et de civils
italiens se retrouvent prisonniers en Albanie. Nombre d’entre eux sont
condamnés pour activité subversive et sont rapatriés en Italie. Leurs femmes
et leurs enfants, en revanche, sont retenus en Albanie et internés dans des
camps de prisonniers où ils resteront plus de quarante ans, oubliés de tous. Le
protagoniste de « Italbanais » est un de ces oubliés.
La traductrice Federica Martucci et Laurent Mulheisen, directeur de la Maison
Antoine Vitez, Centre international de traduction théâtrale, discuteront avec le
public du texte choisi et aussi de leur expérience de traduction.
Brunch à volonté : 10€
Réservation au +33 (0)3 82 82 14 92 – [email protected]
07
avril
Le Concorde, 11h30-13h00, entrée libre
Le kurde, une langue
par delà les frontières
Restaurant Terres Polânes, 11h30-13h00, ENTRÉE LIBRE
07
avril
L’Europe, riche de ses minorités,
fragile de ses séparatismes ?
brunch frontières
En France plus qu’ailleurs, le lien entre un État, un peuple, une langue
et une civilisation semble être allé de soi. Dominées par une norme confé
unificatrice portée par les nouveaux États nationaux, les cultures
et
conférenc
les langues minoritaires ont été effacées du roman national, souvent
conférences
sous la contrainte. Issu du XIXe siècle, ce modèle est pourtant contredit
et remis en cause dans de nombreux pays européens. Printemps des débat
cultures minoritaires ou effritement de l’État nation sous les coups
de
débats
boutoir conjugués du repli communautaire et de la mondialisation ? Vat-on vers un choc irréconciliable entre régionalisme et nationalisme ou
vers une nouvelle négociation du vivre ensemble ?
Rencontre entre Yves Plasseraud, juriste et spécialiste des minorités
en Europe, qui vient de publier L’Europe et ses minorités (Presses
Universitaires de Grenoble), et Michel Foucher, président du conseil
scientifique du festival Frontières, géopoliticien et spécialiste des
questions de frontières. Il est l’auteur de nombreux livres parmi lesquels
Fragments d’Europe (Fayard) et L’Obsession des frontières (Perrin).
Animé par Nicolas Auzanneau (Équipe Frontières).
Brunch polonais sur réservation (formules à 8,50€ et 14,50€)
Sur réservation
[email protected], 03 82 82 25 05
ou en ligne www.festivalfrontieres.fr
07
Restaurants partenaires, 12h30-14h30
avril
déjeuner à la table de…
(Ersi Sotiropoulos, laura alcoba, Laurent Maffre)
Brunch frontières
Avec plusieurs millénaires d’existence et plus de trente millions de locuteurs
cette langue sans État est une exception. Polydialectale, elle permet une inconférences
tercompréhension entre locuteurs même issus de régions éloignées. Si elle
nférences
parvient à s’abstraire des frontières des États dans lesquels elle est parlée (esences sentiellement Turquie, Syrie, Irak, Iran, Arménie, Azerbaïdjan), elle est toute
entière façonnée par sa géopolitique. Salih Akin, maître de conférences en
débats
sciences du langage à l’Université de Rouen, évoque les évolutions récentes
bats du kurde, notamment en Irak et en Turquie. Tandis que Mehmet Ali Altinkaynak, adjoint à la culture de la ville de Sur, présente le combat de son maire en
faveur du multilinguisme et notamment de la reconnaissance de l’usage du
kurde. La question kurde reste une des plus brûlantes dans l’Europe d’aujourd’hui et particulièrement sensible encore en Turquie.
Un moment pour prolonger les échanges avec les auteurs et artistes,
autour d’une découverte gustative grâce à la formule « Frontières ».
(Voir page 61)
Sur réservation
[email protected], 03 82 82 25 05
ou en ligne www.festivalfrontieres.fr
littér
littératur
littérature
Animé par Salih Durmus et Enver Ciftci, deux acteurs de la coopération
culturelle entre Thionville et Diyarbakir. En français et en kurde. Une traduction
vers le français sera assurée.
38
Possibilité d’un brunch frontières au tarif de 19€ soft compris.
39
07
avril
Beffroi - rdc, 15h00-15h30, entrée libre
Histoire des traductions
en langue française
La lisière
Bernard Banoun, professeur de littérature allemande à l’université
Paris-Sorbonne (Paris 4) et traducteur littéraire, présente Histoire
littérature
des traductions en langue française, (Verdier 2012). Ce projet dirigé
térature
par Yves Chevrel et Jean-Yves Masson montre à quel point la langue
ture française s’est enrichie grâce à la traduction d’autres langues et
comment elle évolue au gré du progrès scientifique.
Beffroi - rdc, 15h30-16h00, entrée libre
la Transnistrie,
un pays qui n’existe pas
Pascal Orcier, cartographe
Chronique frontières
Qu’est-ce que la Transnistrie ? Coincé entre la Moldavie et l’Ukraine, ce territoire confé
insolite qui s’est proclamé indépendant en 1992 constitue une anomalieconférenc
sur
la carte de l’Europe. Pourquoi existe-t-il ? A quoi ressemble-t-il ? Comment
conférences
fonctionne-t-il ? Voyage dans un pays qui n’existe pas…
débat
débats
« Traduire, c’est recoudre un peu plus à chaque fois la déchirure,
la blessure de Babel », Yves Masson
Animé par Hugo Pradelle, La Quinzaine Littéraire.
16h00 - 16h30 : Séance de dédicace
Yves Plasseraud, L’Europe et ses minorités
(Presses Universitaires de Grenoble, 2012)
07
avril
adagio, 15h00-15h30, entrée libre
visite guidée de l’exposition
Dedans, dehors,
en présence de l’auteur Daniel Blancou
Comment la bande dessinée permet-elle
de faire le lien entre histoire familiale et
EXPOSITIONS
Histoire de France ? Quel travail de repérage
POSITIONS
a-t-il été nécessaire pour réaliser l’album
OSITIONS Retour à Saint-Laurent des-Arabes ?
Animé par Frédéric Zalewski
(Équipe frontières)
(voir page 9)
07
avril
beffroi 1er étage, 15H15-16H00, entrée libre
EMBARQUEZ À LA DÉCOUVERTE
DE LA LANGUE JAPONAISE
Cécile Sakaï, professeur de langue et de littérature japonaises, ellemême d’origine franco-japonaise, invite le public à se familiariser avec
cette langue si mystérieuse. Du Japon, nous connaissons les cerisiers en
ateliers
fleurs, les samouraïs, le kimono, le high tech, la cérémonie du thé et les
eliers mangas. Mais comment se disent et s’écrivent toutes ces choses ? C’est
vers cette découverte que vous entraine cet atelier.
07
avril
Adagio, 15h30 - 16h15, entrée libre
Le voyage d’Ulysse, ΟΔΥΣΣΕΙΑ
07
avril
spectacle
Les élèves hellénistes de 2° du lycée H. Boucher et leurs professeurs se sont
attaqués à un projet ambitieux : mettre en scène le voyage d’Ulysse, tel que nous
le raconte Homère dans sa célèbre Odyssée. Les frontières dans l’Odyssée ? Elles
sont multiples ; entre les hommes et les dieux qui interviennent constamment SPECTA
dans la vie des humains ; entre les êtres civilisés et les sauvages représentés
par
SPECTACLE
Polyphème, le Cyclope ; entre le monde terrestre et le monde des Enfers
où
Ulysse
SPECTACLES
retrouve sa mère ; entre le monde rationnel et celui de la magie où excelle Circé.
Quatorze élèves ont répété activement chaque jeudi sur le temps de midi, clamant
les vers grecs du poète ou ceux des traductions de Jaccottet ou encore de Bérard,
travaillant le geste et la posture qui sauront dire que les frontières de l’Odyssée
nous disent quelque chose de l’homme d’aujourd’hui.
Petite salle du théâtre, 16h00-17h00, entrée libre
La Tulipe d’or
07
avril
conte en français et hongrois interprété
par Erika Tasnady
Il était une fois un prince qui voulait épouser la plus belle des filles. Il
dut aller la chercher très loin. Lors de son périple, il rencontra un petit
poisson d’or, un corbeau et un vieillard. Ils avaient besoin d’aide, et le jeune
publ
prince les sortit de l’embarras. Arrivé dans la ville noire, la ville de lajeune
plus
belle princesse, ils lui ont rendu service...L’histoire est racontée,
jouée public
et
jeune
chantée par Erika Tasnady, musicienne d’origine hongroise. Les nombreux instruments traditionnels qui incarnent les personnages, la voix,
le décor, la mise en scène invitent le jeune spectateur à un grand voyage,
avant tout intérieur. Erika Tasnady, concertiste et professeur de musique
traditionnelle, se produit souvent devant les plus jeunes.
Public 4-10 ans.
Entrée libre dans la limite des places disponibles - inscription au
théâtre du lundi au vendredi de 13h à 18h au 03 82 83 01 24.
40
41
07
avril
Café Le Luxembourg, 16h00-17h15, entrée libre
sur le Mali
café frontières
07
Café le Beverly’s, 16h30-17h30, entrée libre
Écrire et être au monde entre deux
langues - autour de Yôko Tawada
avril
café frontières
Quelques mois après l’intervention militaire contre les terroristes,
le géographe, Michel Foucher, le Président du Comité de jumelage
Thionville-Gao, Dominique Morlot, le directeur du Musée du Sahel de
conférences
Gao, Aldoumia Yattara et un spécialiste des touaregs, Pierre Boilley
nférences
(sous réserve), font le point sur la situation interne et géopolitique du Mali.
ences Cette rencontre est l’occasion de revenir sur la situation de ce pays en
crise depuis des mois, dont une des villes du nord, Gao, est jumelée avec
débats
Thionville et de s’interroger sur la manière dont l’intégrité nationale
bats pourra être rétablie : le Mali est-t-il vraiment libéré de la menace des
réseaux terroristes internationaux ? Quel rôle vont tenir les Touaregs ?
Animé par Laure Huberty, ancienne chargée de programmes à la
Délégation de la Commission européenne au Mali, domaines culture
(PSIC) et société civile (2007-2009).
07
avril
Beffroi 1er étage, 16h30-17h15, entrée libre
Dessine moi un pays
Atelier
Par Jean-Marie Guillaume, professeur de géographie
au Lycée Hélène Boucher.
ateliers
Réel ou imaginaire peut être ce pays que Jean-Marie Guillaume
eliers encourage à tracer, lui ce passionné de dessin. L’esprit de cet atelier est
Romancière japonaise écrivant alternativement en allemand et en japonais, lauréate de nombreux prix littéraires en Allemagne comme au
Japon, Yôko Tawada ne cesse de d’explorer le mystère de la différence confé
des langues et des civilisations, dans un va-et-vient constant entre
conférenc
Orient et Occident.
conférences
Dans une conversation avec ses traducteurs vers le français, Cécile
débat
Sakaï et Bernard Banoun, elle évoque ses deux modes d’appartedébats
nance au monde et leur interaction singulière ; sa littérature qui bouscule les frontières des genres mais aussi l’urgence d’écrire après une
catastrophe telle que Fukushima
Parmi ses œuvres : Narrateurs sans âmes (Erzähler ohne Seelen), traduit
de l’allemand par Bernard Banoun (2001), Verdier ; Opium pour Ovide
(Opium für Ovid), traduit de l’allemand par Bernard Banoun (2002),
Verdier ; Train de nuit avec suspects [Yôgisha na yakôressha] traduit du
japonais par Ryoko Sekiguchi et Bernard Banoun (2005), Verdier ; Le
Voyage à Bordeaux (Schwager in Bordeaux), traduit de l’allemand par
Bernard Banoun (2009), Verdier ; Journal des jours tremblants. Après
Fukushima, précédé de Leçons de poétique, traduit de l’allemand par
Bernard Banoun et du japonais par Cécile Sakai (2012), Verdier.
Yoko Tawada
de présenter le dessin cartographique de manière ludique et de faire
réfléchir à la notion de territoire à partir d’espaces imaginaires que les
jeunes nommeront et délimiteront. Un atelier créatif et dialogué.
Public 10-14 ans - Entrée libre – inscription souhaitée
07
avril
Scala, 17h30-19h30,
tarif normal : 6€ / Tarif Frontières : 4,50€
Débat après la projection du film
Le temps dure longtemps
(voir page 12)
En présence d’Abdullah Demirbas, maire de la ville de Sur (centre de
conférences
Diyarbakir), dans laquelle se déroule le film.
nférences
ences
débats
bats
42
43
08
avril
Beffroi 1er étage, Entrée libre, du lundi au vendredi
Voyage créatif au cœur des langages,
le temps d’un atelier
Atelier alternatif d‘expression participative
La Commission Jeunesse du Collectif UTOPIA a mené tout au long de
ateliers
l’année 2012 une étude participative auprès des jeunes de 14-25 ans sur
eliers le thème «Être Jeune et vivre bien à Thionville ». C’est dans ce contexte
que différents outils ont été élaboré afin de récolter la parole des jeunes
et de toute la population thionvilloise. Cette phase, au cours de laquelle
les jeunes ont été actifs, visait également à encourager leur participation active à la vie de leur territoire, à l’instar de ce qu’il est possible de
poursuivre ici dans le cadre du festival Frontières.
De la parole au langage, le lien se fait naturellement, surtout lorsqu’un
des objectifs de l’étude vise à renouer le dialogue entre les générations
et avec les habitants du territoire, en levant les incompréhensions.
Afin d’ouvrir ce champ du dialogue permanent et de restituer à la population les résultats de l’étude, des ateliers abordant la question du langage sont proposés. Les participants seront mis en situation de créativité
afin de leur montrer qu’il est possible de prendre la parole pour véhiculer
un message par le biais de différentes formes d’expression et de langage.
Beffroi- RDC, 18h30-20h00, entrée libre
Le multilinguisme au quotidien
08
avril
Apéro frontières
Dans une ambiance conviviale
et autour d’une petite restauration
Il est des pays dans lesquels le multilinguisme s’impose du fait de l’histoire
confé
mais dans bien d’autres, la juxtaposition de langues est problématique
conférenc
pour des raisons sociales et/ou politiques. Le multiculturalisme induit
par les migrations plus récentes oblige aussi à repenserconférences
les termes
du débat et à se pencher sur les questions de langues de service
débat
et d’intégration. Cette rencontre sera l’occasion de comparer des
débats
situations et d’essayer d’en dégager des bonnes pratiques. Avec Albert
Raasch, linguiste à l’Université de Sarre et membre du Conseil des
Langues de Sarre ; Fernand Fehlen, socio-linguiste à l’Université du
Luxembourg ; Aldoumia Yattara, directeur du Musée du Sahel à Gao et
Abdullah Demirbas, maire de la ville kurde Diyrbakir, reconnu pour sa
politique en faveur du multilinguisme.
Animé par Michel Foucher, géographe et Président du conseil
scientifique du Festival.
Des ateliers pour qui ? Des Classes de 4 e et 3 e des collèges thionvillois
sur inscription des établissements.
Pour les jeunes intéressés
(à partir de 11 ans) :
Mercredi de 10h00 à 11h30
ou de 14h00 à 15h30.
Inscription dans la limite des places
disponibles (20 personnes maximum)
Direction de la Jeunesse, des Sports et
de la Politique de la Ville- service jeunesse : 03.82.82.25.22.
mpu sion
Jeunesse
Approche pédagogique :
À partir de la définition des mots frontières et langage, les animateurs
des ateliers amèneront les participants à réfléchir aux frontières
immatérielles entre les individus et aux différentes formes de langages
(parlé, sensoriel, des postures, codes vestimentaires, expression
artistique, etc.). Pour accompagner la réflexion, les animateurs
s’appuieront sur des œuvres contemporaines et classiques : littérature,
chanson, extrait de film, photo, peinture, poésie, etc.
Par groupe de 4, les participants seront amenés à travailler et à s’exprimer autour d’une thématique extraite de l’étude participative sur la
jeunesse et via un support du langage qu’ils auront choisi parmi :
Ecrit : teste fendu
Dessin : cadavre exquis
Bande dessinée.
L’ensemble des œuvres produites sera susceptible de donner lieu à une
production (affiches, etc.) et à une exposition dans la salle du Beffroi.
D’autres seront affichées sur les palissades du chantier du 3eL
44
45
08
avril
Théâtre de Thionville, 20h30
Tarif normal : 20€ /Pass frontières : 10 ou 5€
Théâtre de Thionville, petite salle, 15h00
et le mercredi 10 avril, 19h00
Au-delà des frontières,
Compagnie Mouvements perpétuels
lA veille - spectacle issu du concours
transfrontalier pour adolescents les iroquois
danse contemporaine
Pièce chorégraphique pour cinq danseurs, une actrice, un musicien,
SPECTACLE
peintre et une funambule | conception et chorégraphie :
ECTACLEun
Salia Sanou | textes et jeu : Odile Sankara | composition, musique
CLES vivante et chant : Emmanuel Djob | images projetées : Martin
09
avril
Un projet TOTAL THEATRE / Un événement CONTREBANDE SPECTA
Une aventure dramaturgique pour nos jeunes générations à l’échelle
SPECTACLE
européenne
SPECTACLES
LA VEILLE DU JOUR EN QUESTION. Telle est la ligne thématique qui
a lancé la troisième édition du concours d’écriture, « Les Iroquois ».
Un personnage se trouve à quelque heures d’une journée qui changera à jamais sa façon de vivre ou de penser. Livré à ses propres démons,
ou confronté à d’autres personnages, il passe en revue ses choix
à l’approche du jour fatidique. Partant de cette idée, des lycéens de
Belgique, du Luxembourg, d’Allemagne et de France ont fait le saut de
l’écriture, celui d’une pièce de théâtre. A la suite de plusieurs ateliers, cinq
textes ont été selectionnés par le jury transfrontalier de TOTAL THEATRE.
Il en découlera un spectacle dans les deux langues : les jeunes auront
alors le plaisir de découvrir leur texte approprié par une équipe artistique
professionnelle, dont quatre comédiens, en tournée dans les quatre pays
de la Grande Région.
Hausmann | création sonore et mix live : Hughes Germain | fil de fer et danse : Jean-Charles Gaume | danseurs : Marion Alzieu,
Gianluca Girolami, Jérôme Kaboré, Aly Karembé, Salia Sanou | création lumières : Eric Wurz et création costumes : Suan Czepczynski
Création Festival Montpellier danse 2012
Durée du spectacle : 1h15.
Entouré d’artistes aux pratiques plurielles, Salia Sanou, ancien danseur
de la compagnie Mathilde Monnier, pose un regard personnel sur les
frontières et barrières qui s’érigent de par le monde et que nous établissons en nous et entre nous. Corps, voix, sons et images projetées
avec fougue seront autant de matériaux pour explorer et dépasser ces
multiples lignes de démarcation.
Ce spectacle est joué à partir du 8 avril dans les différents théâtres
partenaires de la Grande Région.
« La frontière, une matière insaisissable
Nous tous qui voyageons, qui traversons les frontières
Tantôt victimes, tantôt victorieux, la pressentons …
Son franchissement est toujours une aventure glorieuse ou périlleuse
Qu’advient-il de ces corps au moment du passage ? »
Durée du spectacle : 1h15
Tarifs : plein 8€ / réduit 5€ / gratuit avec le PASS FRONTIERES
Réservation au +33 (0)3 82 82 14 92 – [email protected]
(c) Marc Ginot
Odile Sankara
46
47
09
avril
Adagio, 19h30-21h00, entrée libre
Penser l’Europe à Thionville :
En quelles langues parle l’Europe ?
apero frontières à partir de 18h30
Dans une ambiance conviviale
et autour d’une petite restauration
conférences
Organisé par l’Institut Pierre Werner et Europaforum.lu en coopération
nférences
ences avec le festival Frontières.
Quelles langues parle-t-on dans l’Union européenne ? L’anglais que l’on
débats
parle dans les enceintes de l’UE est-il devenu une lingua franca inconbats tournable ? Est-ce seulement une langue, ou est-ce aussi une pensée qui
s’impose ? Et dans ce cas, laquelle ? Qu’en est-il alors de cette diversité
dont l’UE se réclame ? Le multilinguisme est-il un leurre ?
Voilà autant de questions moins innocentes qu’il n’y paraît.
Avec ses 23 langues officielles, l’Union européenne est quotidiennement
confrontée à la problématique de savoir comment traduire et interpréter
la langue et le langage des autres, afin qu’au bout du compte, une décision
soit prise. Des questions qui ne peuvent laisser indifférents les citoyens
de la Grande Région brassés par un marché du travail transfrontalier qui
fait de la question des langues comme frontière ou pont une question de
tous les jours.
10
Bibliothèque de quartier Basses-Terres
10h00- 11h00, Entrée libre
avril
Pinocchio
un conte bilingue
Accompagnée de la marionnette Pinocchio, Céline Verducci nous conte
ses aventures en français et en italien d’après la version de Gianni Rodari.
Ici commence – venez voir !
De Pinocchio la longue histoire.
Ce pantin resté mémorable
Grâce à son nez interminable.
Qui comminchia, aprite l’occhio
L’avventura di Pinocchio,
Burattino famosissimo
Per il naso arcilunghissimo.
jeune
jeune publ
jeune public
Enfants à partir de 4 ans — Durée environ 1 heure
Le conte aura lieu aussi le même jour à 15h à la Bibliothèque de
quartier Côte des Roses et le Samedi 13 avril 15h à la Bibliothèque
municipale-section jeunesse
Avec Martine Reicherts, directeur de l’OPOCE, l’office des publications
officielles de l’UE. Quentin Dickinson, journaliste à Radio France, grand
spécialiste de l’UE. Heinz Wismann, philologue et philosophe, grand passeur entre la France et l’Allemagne, qui vient de publier chez Albin Michel
Penser entre les langues et Miguel Angel Martinez, Vice président du Parlement européen en charge du multilinguisme (sous réserve).
Animé par Victor Weitzel, responsable d’Europaforum.lu, site francophone qui essaie de traduire tous les jours la réalité de l’UE pour les citoyens du Luxembourg.
48
49
10
avril
Adagio, 19h00-20h30, entrée libre
La géopolitique des langues
Adagio, 21h00
tarif unique : 15€ / Pass frontières : 10 ou 5€
10
avril
apéro frontières à partir de 18h30
Concert autour de l’album Est
Conférence du linguiste, Louis-Jean
Un accordéoniste qui explore avec grâce et virtuosité univers jazz,
SPECTA
musiques du monde et improvisées. Un violoncelliste au talent imSPECTACLE
mense qui, après une excellente formation classique, s’est fait l’interSPECTACLES
prète rigoureux et sensible d’un répertoire classique et contemporain.
Pierre Boulez a évoqué, admiratif, « la sensibilité et la noblesse de son
jeu » alliées à « un charisme et une virtuosité exceptionnelle ».
niveau politique qu’individuel.. « Faut-il
être pour ou contre la domination de
l’anglais ? Faut-il défendre la francophonie ? Faut-il promouvoir ou protéger le corse, le guarani ou le bambara ?
Le duo né de la rencontre de ces musiciens d’exception ouvre un
monde aussi vertigineux que délicat. À peine échangent-ils un regard
complice, archet à la corde, accordéon, prêt à se déployer, que nous voilà
embarqués pour un voyage émouvant et jubilatoire sur les chemins
traversiers d’une musique nomade où s’entrecroisent jazz, inspirations
contemporaines, musiques traditionnelles et redécouverte des plus
belles pages du répertoire classique.
dans une ambiance conviviale
et après une petite restauration
conférences
Calvet sur les conséquences de la
nférences
mondialisation sur les langues. Alors
ences que celles-ci s’interpénètrent par des
emprunts liés aux migrations et aux
débats
avancées technologiques, des quesbats tions se posent en termes aussi bien au
Jusqu’où peuvent ou doivent aller les
politiques linguistiques de protection
des langues ? Est-il possible de maintenir en survie, par une sorte d’acharnement thérapeutique ou de mise
sous perfusion, des formes linguistiques abandonnées par leurs locuteurs ? ». Les discours en termes de promotion de la diversité linguistique ne doivent pas occulter les rapports de forces qui existent entre
les langues. À tel point que Louis-Jean Calvet parle de système de
langues et de poids des langues. Il nous montre en effet comment elles
fonctionnent les unes par rapport aux autres et comment au niveau individuel se développent des situations d’insécurité linguistique.
de François Salque (violoncelle)
et Vincent Peirani (accordéon)
Œuvres de Piazolla, Bloch, Grappelli, Peirani, Casals,
Mienniel, Schumann
Durée, 1h30.
Francois Salque et Vincent Peirani
Animé par Sandrine Devaux-Guivarch, responsable du Festival.
Précédé d’une intervention théâtrale surprise
de la Compagnie Théâtre à dire.
50
51
11
avril
Beffroi - RDC, 18h30-21h00, entrée libre
11
Beffroi - RDC, 18h30-21h00, entrée libre
avril
Soirée vintage Hei Elei, Kuck Elei Soirée vintage Hei Elei, Kuck Elei 18h30-19h15 : Apéro-Concert avec petite restauration
« 10 chansons-10 langues / 10 Lidder-10 Sproochen » du groupe Mannijo
19h15-21h00, Projection et table ronde :
quel avenir pour le platt dans la Grande Région ?
Manfred Pohlmann (chant, guitare, épinette des Vosges), Jo Nousse
Projection d’extraits de l’émission de télévision mythique de RTL
regardée chaque dimanche après midi dans le nord de la Moselle confé
également « Hei Elei, Kuck Elei », suivie d’une table ronde en présence
conférenc
de : Pierre Puth, un des animateurs de la rubrique culture deconférences
l’émission ;
Jo Nousse, enseignant de platt en Lorraine ; Hervé Atamaniuk,
responsable du festival « Mir redde platt » de Sarreguemines et co- débat
auteur de Le platt lorrain pour les nuls et Christoph Vatter, Maître
de
débats
conférences en Communication interculturelle à l’Université de la Sarre
et de Lorraine.
(chant, guitares, épinette des Vosges), Patrick Riollet (claviers, chœurs)
SPECTACLE
ECTACLEMannijo est un groupe musical franco-allemand qui a su réunir tous les
CLES ingrédients pour faire découvrir à un large public une Europe cordiale de
la Chanson. Fondé en 1997 par le Rhénan Manfred « Manni » Pohlmann
et le Mosellan Jo Nousse, réunis par leur passion pour l’interculturalité
et leur langue maternelle commune : le francique (la langue ancestrale
de Charlemagne !). Mannijo est connu de part et d’autre de la frontière
pour ses répertoires aux langues mêlées et complices : français,
allemand, francique mosellan, luxembourgeois, italien, corse, breton,
anglais, occitan, catalan et yiddich.
Il était un temps où un programme de télévision comme « Hei Elei,
Kuck Elei », était regardé de par et d’autre de la frontière grâce à une
langue partagée. Aujourd’hui, la culture emprunte d’autres canaux
pour circuler dans la Grande Région, comme les plateformes internet,
mais la traduction ou le recours à l’anglais sont souvent nécessaires.
Et si le platt dont l’enseignement est en recrudescence en Lorraine
était une solution ? Les extraits de cette émission nous rappellent que
le Luxembourgeois n’est pas qu’un moyen de communication sur un
marché du travail mais aussi une langue de culture, qui de surcroît était
comprise même en France.
Jean Octave
52
(c) CNA (archives RTL)
Animé par Viviane Thill du Centre National de l’Audiovisuel de
Dudelange et Sandrine Devaux, responsable du Festival.
53
12
avril
Beffroi - RDC, 14h00-16h00 , entrée libre
quelle littérature étrangère
dans la Grande Région ?
table ronde
Apprendre la langue du voisin est une noble recommandation de la
Commission européenne. Accéder à une littérature étrangère en version
conférences
originale ou bilingue n’est pas toujours aisé. Dans une région comme la
nférences
où plusieurs langues se côtoient, les choses vont-elles davantage
ences nôtre
de soi ? Comment la littérature peut-elle faciliter le plurilinguisme ?
12
avril
12
Théâtre en bois, 20h00
avril
Land’s end
du groupe Berlin
Spectacle
un évènement CONTREBANDE du NEST
Mais je ne suis pas coupable, c’est une erreur.
D’ailleurs, comment un homme peut-il être coupable ?
Nous sommes tous des hommes ici, l’un comme l’autre.
- C’est juste, mais c’est ainsi que parlent les coupables.
[Le procès, Franz Kafka]
SPECTA
SPECTACLE
SPECTACLES
soirée de c
soirée de clôture
débats
En présence de libraires de Metz, de Thionville et de Luxembourg ; le
bats Centre national de la Littérature du Luxembourg ; des enseignants ; des
bibliothécaires ; des éditeurs ; des traducteurs littéraires et des lecteurs
et de Suzana Tomanová, traductrice littéraire tchèque.
L’équipe du NEST présente Total Théâtre, projet de coopération
théâtrale dans la Grande région.
Inscription souhaitée – [email protected] ou 03 82 82 25 05.
Faites entrer les accusés
Un spectacle du groupe Berlin, c’est un peu comme une téléportation, dans
un monde que l’on connaît ou pas. Un hameau, une mégapole, un coin de
globe sur la croute terrestre, une réalité qui va se regarder autrement, l’espace d’une représentation entre le reportage et la fiction.
La nouvelle création du collectif nous plonge dans le fait divers : une histoire de meurtre en zone transfrontalière, entre la France et la Belgique.
Ce meurtre suscite dans la région la passion des curieux. Après plusieurs
mois de recherches, les enquêteurs réunissent suffisamment de déclarations contradictoires pour appréhender deux suspects et les confronter.
Dans cette enquête, l’instruction se confronte à des obstacles administratifs
incontournables dus aux différences de système juridiques entre les deux
pays. A travers une performance documentaire, mêlant le théâtre à l’installation vidéo, Land’s End interroge l’absurdité de la notion de frontière.
Tarif préférentiel sur achat du PASS FRONTIERES (5 ou 10€ / spectacle)
Durée : 1h15
Réservation au +33 (0)3 82 82 14 92 – [email protected]
LAND’S END se poursuit samedi 13 avril à 19h00 et dimanche 14 avril
à 15h00.
54
55
12
Excelsior, 22h00-23H30, entrée libre
avril
Concert du groupe rock-folk tchèque
Traband
Traband est un groupe à l’image de la société tchèque. C’est à tâtons qu’il
s’est aventuré sur les scènes du pays et d’Europe. L’envie première était
de « faire du bruit et de secouer les corps » à l’image d’une expédition
SPECTACLE
ECTACLEen Trabant. Ce fut réussi autour d’une musique rock emmenée par
chanteur et musicien multi-instruments (guitar clavier), Jarda
CLES l’auteur,
Svobodá, le percussioniste Václav Polh et aux cuivres, Robert Škarda.
Les textes sont aussi la force de ce groupe qui aujourd’hui autour de sa
chanteuse, guitariste et trompettiste, Jana Kaplanová, entraine le public
sur les routes d’Europe centrale et du Sud. L’album 10 let na ceste/10 ans
sur la route (2005) s’accompagne par ailleurs d’un livret de chansons
sous forme de bande dessinée, intitulée Kontraband. Les chemins de
traverse ne sont jamais loin et nul doute qu’une fois encore cuivres,
cordes, percussions et voix quelque peu éraillées, feront embarquer le
public à bord de leur attelage haut en couleurs et remuant !
12
Nimby, 22h00-23H30, entrée libre
avril
concert du groupe de rap
luxembourgeois de läb
De Läb est un collectif de hip-hop luxembourgeois, créé en 2006 par
trois jeunes issus des minettes, une région du sud du Luxembourg. Corbi
(rapping & beats), David Fluit (rapping & cuts) and Dj Lomki aka Jazzy SPECTA
Jeff (live-dj & cuts) sont dotés de nombreux talents et représententSPECTACLE
non
sans une pointe d’ironie, la « nouvelle école » mélangée à la mentalité
SPECTACLES
« d’époque » funky et avec un réel sens de l’humour
soirée de c
clôture
soirée de clôture
Leur poésie conçue dans le « Läb cave » et exprimée essentiellement en
luxembourgeois, aborde divers sujets. De la politique à des thèmes personnels en passant les choses de la vie de tous les jours, tous ces ingrédients sont finement observés et analysés et restitués dans le jargon du
Läb. Si la musique de De Läb est jouissive à l’écoute, elle entraine aussi
vers des pensées plus profondes. De Läb est vraiment un groupe de scène
qui cherche à faire swinger et bouger le public. Ils ont déjà sillonné le pays,
envahi de tout petits bars mais aussi joué sur de grandes scènes de festival,
emballant la foule. Ce qui est sûr c’est que De Läb est devenue une composante importante de la scène musicale luxembourgeoise, surprenant toujours le public par leurs « massages accoustiques » sans cesse renouvelé.
Lisa « la chatte » Keiffer, janvier 2012, traduit par Sandrine Devaux.
Le festival dépasse les frontières
et se poursuit…
Le spectacle Land’s end du Nest sera encore joué le 13 avril à 19h
et le 14 avril à 15h ;
La Bibliothèque vivante du Nest aura lieu aussi à Nilvange,
Cattenom et Florange ;
aux m
Louis-Jean Calvet est dans la région, à l’Institut français du
aux marge
Luxembourg, le 10 avril, le 11 avril à Sarreguemines, au festival
aux
marges
du f
« Mir redde Platt » et le 13 avril à « l’été du livre à Metz » ;
aux marges du festiv
Yoko Tawada et Bernard Banoun interviendront le 8 avril à l’Université
aux marges du festival
du Luxembourg et à l’Institut Pierre Werner ;
56
Des expositions se poursuivent jusqu’au 27 avril et 19 mai.
57
LE
LE
GA
U
GA
U
DE
DE
Ga
l.
Ga
l.
NU
E
AV
E
NU
E
AV
E
M
BR
E
AL
CH
AR
M
S
AT
TO
IR
S
IR
AT
TO
AB
AB
DES
ES
E
U
R
BO
E
E
RU
RU
E
AR
G
LA
HU
U
M
AN
US
EC ES
LU
SE
S
FE
R
DE
S
AN
EC
L
E
AR
G
DE
LA
PL
PL
.
M
IN
S
HU
BA
BA
SC
SC
.
DE
AU
LN
AU
TE
TE
F.
Plan de situation du Festival
IN
EN
F.
EN
BA
T
LIE ELIE
RS
RS
BA
TE
R.
FE
R
G
GL
ET
ER
ER
RE
RE
ET
DE
UR
G
BO
UL
E
EV
AR VAR
D
D
E
U
R
R.
AN
R.
DE
DE
E
E
RU
AR
S
E
NO
VE
M
BR
VE
11
NO
AL
CH
ES
O
UR
O
N
Mal.
U
AL
LI
LI
PARC PARC
WILSON
WILSON
LN
BO
ES
AL
SB
RLI
ME
Mal.
ES
BASTION BASTION
CA
S
UL
D
D
Prendre A31
Prendre A31
Luxembourg
Luxembourg
DirectionDirection
CA
S
D
AR
EV
E
E
RN
BO
.
AI
RN
TE
TE
PO
PO
D
T
C
N
N
Q
T
LA
LA
AR
EV
UL
VI
LL
AR
S
VI
LL
RU
11
AR
M
P.
I
IS
PA
R
IS
P.
UA
I
Q
N
N
DE
DE
E
E
AI
U
DE
E
DE
RU
E
ES
AP
ES
AP
JE
MM
PO
PO
E
E
AR
AR
.
C
UL
E FRE
F
JO
GL
E
E
RR
RR
PIE . PIE
St
St.
SE
AU
R
R
Q
PLACEPLACE
DE LADE LA
REPUBLIQUE
REPUBLIQUE
R
R
SE
AU
DES
RU
Q
E
E
JE
MM
UA
E
U
R
DE
DE
NC
L'A
DE
QU
DE
DU
E
U
R
HOPIT
AL
HOPIT
AL
N
N
IE
NC
L'A
ER
AR
TI
ER
AR
TI
QU
E
DU
RU
E
RU
E
E
GN
CY
GN
IE
H
H
RU
R.
U T
SC AR Z
HW E
AR
TZ
R.
LL
IE
NI
LL
IE
NI
GA
R.
R.
TE
MP
LE
DU
PA
S
FO
CH
TE
MP
LE
DU
GE
SA
GE
SA
PA
S
FO
CH
CY
DU
PA
R
SC
SC
PLACE PLACE
DE
DE
L'EGLISE L'EGLISE
RU
RU
C
C
X
X
RA
SB
RA
E
E
CIT
CIT
AN
R
RU
Co
nti
nu
er
su
r3
00
Co S
m
ntiQU
nu A
SC er R
HW sur E3
SQ A 00m
R
S
DUC
GA
e
LE
VA
RD
BO
UL
EV
AR
D
BO
U
DU
IT
IT
CE
DE
D
.
D
PLA
E
RU
U
BO
M
XE
LU
R.
CE
BO
SQ.DE
SQ.DE
GL'HOTEL L'HOTEL
. VILLE DE VILLE
DE
G
R.
EE
EE
PLA
DUC
S
S
CO
RP
S
CO
RP
XX
e
XX
DU
DU
D
D
EV
AR
EV
AR
BO
UL
BO
UL
RC
D'A
RC
D'A
RT
E
ES
AC
PL
JEANNE
CH
UX
JEANNE
RS
CH
UL
UL
IN
LA
LA
ST
ST
PA
I
PA
I
FR
F
JO
R
UE
DE
DE
DE
E
ST
PO
PO
PL. PL.
MARIEMARIE
D
D
AN LOUISE
IAN LOUISE
I
BR
BR
R.
PO
IN
PO
E
E
E
DE
E
ST
U
U
EA
EA
AT HAT
C
CH
58
RU
RU
RU
E
C
SA
AL
E
RU
E
RU
E
C
SA
UE
1er
LA
ME
LU
5
BR
BR
AME
AME
INANGIN
MANGM
Gal.
Gal.
PARC
PARC
NAPOLEON
NAPOLEON
PLACEPLACE
DU
DU
LUXEMBOURG
LUXEMBOURG
RG
PO
DU
DU
E E
E E
C CH AC CH
A
R
R PL A
PL A
M
M
DE
DE
E
E
M
XE
DE
EH
E
ERT
E
RS
DE
E
W
EH
LL
PO
G
UR
RU
J.
W
ALB
D
ME
RUE
RUE
NOTRE-D
NOTRE-D
COUR COUR
DES DES
CAPUCINS
CAPUCINS
EI
E
RT
E
5
O
VE
RU
RU
VI
LL
EU
E
FO
N
E
DU
E
FO
VE
DU
EU
E
E
N
EG
R
U
RU
LL
EG
L
A
AN
B
B
R
U
E
LL
CO
RU
RUE RG
ULE GL
ACIS ACIS
CO
L
A
AN
E
RU
ES
AC
PL
UX
PL.UE
R
AU
BOIS
PL.
AU
BOIS
UX
UX
VIE
EI
DU
R.
PLACEPLACE
VIE
VI
PLACE PLACE
CL.
CL.
ARNOULTARNOULT
DE
ENRI
AS
TURENNE
TURENNE
DU
E
E
DU
U
E
OL
LA
RU
RU
PLACE PLACE
HUGO HUGO
DU
R.
M
AY
R
D
N
O
M
AY
D
R
N
O
AS
GE
R
OL
IC
NE
E
IC
ST
.N
GE
D
ST
.N
MA
NE
E
E
DU
MA
U
RU
E
E
DU
U
U
PORTE
PORTE
1er
RU
E
RU
A. MALRAUX
A. MALRAUX
RU
R
. W
. W
AX
AX
E
LE
EC
L'
AV.
R
SI
ERT
KE
RU
E
RE
CL
CL
LAEZARLAZA
C
CA
ME EME
RN ARN PLACE EPLACE
NC
N
O
OT
CE
DE LA VIEILLE
T LA VIEILLE
DE
EA
A
RU
TE
IS
SI
ER
ER
IS
ALB
W
AL
TE
J.
UE
DE
DE
LE
O
EC
L'
AV.
.
E
E
.53
R.N
al
Plan de situationPLACEPLACE DE LKER
DE
an de situation
LA
LA
LIBERTE
LIBERTE
e situation
RU
RU
RIE
E
E
ation
R
R
PLACEPLACE
UR
RU
RU
.53
R.N
G
W
A
TE
UR
RT
.
RT
al
0m
0m
G
90
90
TE
E
ur
rs
ur
rs
E
PA
S
RU
ue
ue
PA
S
RU
RU
avril
E
E
E
UV
CO
ntin
ntin
RE
RU
RU
E
UV
CO
Co
Co
du
UE
EN 06
au
27
E
E
RU
PL. RABBIN
PL. RABBIN
H.LEVY H.LEVY
E
E
L.
L.
1
Bar de l’Hôtel Mercure
8
Café NIMBY
15
hôtel des Oliviers
2
Bar Le Concorde
9
Café Le Luxembourg
16
hôtel Kyriad Prestige
3
Bar Le Titanic
10
Café latitude 49
17
Musée de la Tour aux puces
23
Annexe Basses-terres
4
Beffroi
11
Centre culturel Jacques Brel
18
Place Claude Arnoult
24
annexe quartier côte des roses
25
luxembourg
5
Bibliothèque municipale
12
Cinéma La Scala
19
Place du Marché
6
Café Beverly’s
13
Espace d’art du Conservatoire
20
Salle Adagio
7
Café Excelsior
14
Espace Invitro
21
Théâtre en Bois
22
7e bar
59
R
Frontières, ce n’est pas qu’un festival…
Informations pratiques
C’est aussi une réflexion tout au long de l’année sur la manière de repousser des frontières sociales et symboliques et un réseau d’acteurs et de personnes qui développent des
projets pour participer à cet esprit. Piloté par la Direction de l’Action culturelle de la Mairie
de Thionville, le Festival repose aussi sur un petit groupe de bénévoles, Fanny Egretaud,
frontalière, Nicolas Auzanneau, médiateur culturel et Frédéric Zalewski, enseignant à
l’Université et animateur d’un webzine de critique de bandes dessinées.
Se restaurer dans une ambiance festivalière
Pour l’édition 2013, l’équipe Frontières a donc travaillé en amont du festival avec différents
partenaires afin que la question des frontières et des langues soit l’affaire de tous.
Le Carpe Diem : Espagne et Luxembourg
Le Concorde : Belgique
Le Crocodile : Portugal
La Flambée : Hongrie
Le Prélude : Italie
Sipra : Asie
Les Sommeliers : Allemagne et Russie
La coopération concerne tout d’abord les membres du Conseil scientifique de cette édition, dont l’auteur Patrick Deville, directeur artistique de la MEET, la Maison des écrivains
étrangers et des traducteurs, qui se sont impliqués dans la programmation du festival
mais également dans sa mise en œuvre.
Dans le cadre d’un partenariat avec le Lycée Hélène Boucher, Michel Volkovitch, auteur
et traducteur de grec moderne ainsi que Barbara Cassin, philosophe et helléniste, chercheuse au CNRS, sont intervenus auprès d’eux des élèves de la classe de seconde Humanités pour les aider à se familiariser avec le grec ancien et moderne et pour les accompagner dans l’adaptation théâtrale d’extraits de l’Odyssée, jouée dans le cadre du festival.
Les restaurateurs partenaires du festival proposent du 6 au 12 avril
une « formule Frontières » pour vous faire voyager entre les pays et les saveurs.
Entrée, plat, dessert et café à 20 €
Entrée, plat et café ou plat, dessert et café à 17,50€
Réservation obligatoire auprès du restaurant
avec le mot de passe « Menu Frontières ».
le Pass Frontières ?
Un partenariat fort s’est aussi noué depuis 2011 avec le Centre Dramatique National
de Thionville-Lorraine le NEST qui à travers Contrebande assure le volet théâtral
de la programmation.
Il répond à la volonté de faire voyager les festivaliers entre différents univers artistiques en leur faisant bénéficier de tarifs préférentiels pour les quelques spectacles
payants de la programmation.
Jean Boillot, directeur du NEST, définit ainsi Contrebande « Parmi les nombreux voyages
linguistiques du festival FRONTIERES, le NEST propose une halte avec Contrebande – à
mi-chemin entre le théâtre et le réel. On y retrouvera la magie de la langue orale avec ses
livres vivants et son théâtre-récit venu d’Italie, l’absurdité administrative des frontières
à travers une drôle histoire de meurtre ou encore un concours d’écriture bilingue réalisé par les jeunes d’une seule et même « Grande » Région. Du Théâtre en Bois au Théâtre
de Thionville, en passant par la Bibliothèque municipale, on y raconte des textes et des
images en mêlant la fiction au documentaire. On y raconte avec ses mots, son vécu, sa
culture, l’essence même finalement de ce qui constitue la richesse de notre langage. 75 pass disponibles
Enfin, Frontières c’est un réseau d’acteurs locaux économiques et culturels ; régionaux ;
grand-régionaux et internationaux.
À l’issue de l’édition 2013, retrouvez Frontières sur le site www.festivalfrontieres.fr
et autour de manifestations ponctuelles.
Les spectacles compris
– S pectacle de danse “Au-delà des frontières” de Salia Sanou, le 8 avril,
Théâtre de Thionville
–C
oncert “Est” de François Salque et Vincent Peirani, le 10 avril, salle Adagio
– S pectacle de théâtre “Land’s end” du Groupe Berlin, le 12 avril,
Nest - Théâtre en Bois
Les bonus
– Une place gratuite au spectacle de théâtre, “Les Iroquois”,
Concours d’écriture transfrontalier - Grande Région, le 9 avril à 15h
ou le 10 avril à 19h, Nest - Théâtre de Thionville
(Réservation indispensable au 03 82 82 14 92)
–U
ne séance gratuite au cinéma La Scala et les autres séances
au tarif préférentiel de 4,50 € pendant toute la durée du festival
–D
es nuitées à tarif préférentiel dans les hôtels Kyriad Prestige,
Mercure et les Oliviers.
– T arifs : 30 € et 15 € (tarif réduit : - de 26 ans, chômeurs, séniors)
Les partenaires : le CDNT- Nest, les hôtels Kyriad Prestige, Mercure
et les Oliviers
Lieux de vente : Adagio, Théâtre de la Ville, Théâtre en bois.
INSCRIPTION aux ateliers et autres manifestations :
en ligne : www.festivalfrontieres.fr
par email : [email protected]
par téléphone : 03 82 82 25 05
L’entrée libre s’entend toujours dans la limite des places disponibles.
60
61
Informations pratiques
Les partenaires
les lieux du festival
Beffroi
Rue de Paris
57000 Thionville
Centre Jacques Brel
7, place de la Gare
Square Jean Moulin
57100 Thionville
Du mardi au dimanche
et exceptionnellement
le lundi 8 avril, 14h00 - 18h00
CNA
1b rue du centenaire
3590 Dudelange Luxembourg
Espace Invitro
Rue du Vieux Collège
57100 Thionville
Du mardi au dimanche
et exceptionnellement
le lundi 8 avril, 14h00 - 18h30
Musée de la Tour aux puces
Cour du Château
57000 Thionville
Du mardi au dimanche, 14h - 18h
Théâtre de Thionville
30 boulevard Foch
57100 Thionville
Du lundi au vendredi
13h00 - 18h00.
Bibliothèque municipale
32, rue du Vieux-Collège
57100 Thionville
Annexe Basses-terres
Place Roland
57100 Thionville
Annexe quartier
côte des roses
15, rue Saint-Hubert
57 100 Thionville
Salle Adagio
8, place Marie-Louise
57100 Thionville
Espace d’art de l’Adagio
Du mardi au dimanche
et exceptionnellement
le lundi 8 avril, 14h00 - 18h00
Théâtre en Bois
15, route de Manom
57000 Thionville
Cinéma La Scala
23, place du marché
57100 THIONVILLE
Nimby Bar
Place du Luxembourg
57100 Thionville
Café Beverly’s
19, Place du Marché
57100 Thionville
Café Excelsior Place Claude Arnoult
57100 Thionville
Bar du Luxembourg
25 r Luxembourg
57100 Thionville
Bar le Titanic
6 Rue Georges Ditsch
57100 Thionville
Trois C-L /
Centre de Création
Chorégraphique
Luxembourgeois
Bananenfabrik
12, rue du Puits L-2355 Luxembourg
Hôtel Mercure
Financiers
Conseil Régional Lorraine
Centre National du Livre
Conseil Général de Moselle
Electricité Réseau Distribution France
(ERDF)
GDF Suez
Culturels
Centre Dramatique National
de Thionville-Lorraine (le NEST)
Centre Culturel Jacques Brel
Centre Social et Culturel Thionville-Est
«Le Lierre»
Lycée Hélène Boucher
Librairie Plein Ciel
Librairie Hisler-BD Bis
Librairie Géronimo
Librairie Le Préau
Institut Médico-éducatif « Les Primevères »
Forum les débats de Nancy et Metz
Institut Français du Luxembourg
Maison des écrivains étrangers et des
traducteurs (meet)
La Quinzaine littéraire
Europaforum
Institut Culturel Européen Pierre Werner
La Compagnie thionvilloise
«Théâtre à Dire»
Centre National de l’Audiovisuel (CNA)
Centre National de la Littérature (CNL)
Centre de Création Chorégraphique
Luxembourgeois (Trois C-L)
Ville de Diyarbakir
Représentation de la Commission
Européenne (Luxembourg)
Lycée Charlemagne
Université de Lorraine
Les Dénicheurs - Association de
spectateurs du NEST
Café de Langues (Metz, Luxembourg)
Comité de Jumelage Thionville - Gao
Commerçants
Association des commerçants de
Thionville (APECET)
La Cour des Capucins
Restaurateurs
Restaurant le Carpe Diem
Restaurant le Crocodile
La Flambée Alsacienne
Restaurant le Concorde
Restaurant Les Sommeliers
Restaurant Sipra
Restaurant Terres Polanes
Restaurant Préludes
Cafetiers
Beverly’s
Café le Luxembourg
Café le Nimby
7e bar
Excelsior
Café le Titanic
Latitude 49
Hôtels
Hôtel Kyriad Prestige
Hôtel Mercure
Hôtel des Oliviers
Media
Mensuel L’Estrade
Le Républicain Lorrain
2 rue Georges Ditsch
57100 Thionville
Hôtel Kyriad Prestige
9 Allee Raymond Poincare
57100 Thionville
Hôtel des Oliviers
1 rue du Four Banal
57100 Thionvill
62
63
Contact du Festival
Ville de Thionville
Cour du Château, Rue Georges Ditsch
57100 Thionville
Site de la Ville : www.thionville.fr
Mail : [email protected]
Site du Festival : www.festivalfrontieres.fr
Mail : [email protected]
Tél. : 03 82 82 25 05
Fondateurs
partenaires financiers
Avec le soutien de
CONSEIL GÉNÉRAL
MOSELLE
partenaires culturels
LUXEMBOURG
Commerces partenaires
hôtels partenaires
mÉdias partenaires
64